Joyeux imaginaire ! Gallimard fête ses quarante ans

Le logo des célébrations du 40e anniversaire de Gallimard Jeunesse.

Gallimard Jeunesse fête son 40e anniversaire en 2012.
© Tous droits réservés

Une rencontre à la librairie L’Alinéa

À l’occasion de cet heureux événement, Gallimard Jeunesse organise diverses rencontres, expositions et dédicaces à travers toute la France. Dans le sud-est, la maison d’édition a fait escale le 24 octobre 2012 dans la ville de Martigues, à la librairie généraliste L’Alinéa. La librairie profite de cet anniversaire pour inaugurer son nouvel espace d’exposition et de conférence, « Transversales ». Ce dernier accueille le vernissage de l’exposition « Joyeux imaginaire ! » et comporte une sélection de la production graphique de Gallimard Jeunesse. Les libraires ont donc ouvert leurs portes à des professionnels du livre lors d’une présentation des collections de la maison d’édition. Deux éditeurs phare de Gallimard Jeunesse étaient invités : Thomas Dartige, éditeur responsable des livres documentaires, et Brigitte Morel, éditrice des Grandes Personnes. Leur présentation sera résumée ici.

Le livre documentaire chez Gallimard Jeunesse

Gallimard Jeunesse a vu le jour en octobre 1972, un demi-siècle après la création de la NRF pour les enfants par Gaston Gallimard dans les années vingt. Ce projet d’édition jeunesse se concrétise par le lancement de la collection « 1000 Soleils » par Pierre Marchand en 1973. Fort de ce succès, la maison d’édition s’engage dans une aventure auprès du jeune public en élaborant plusieurs autres collections telles que « Le Rayon d’or » ou les « Enfantimages ». L’édition de livres documentaires débute chez Gallimard Jeunesse en 1983 avec la création de la collection « Découverte Cadet » : cette collection est suivie des collections « Découverte Benjamin » (1984) et « Découverte Gallimard » (1986).

Le principe du livre documentaire existe en France depuis le Moyen Âge1, même si à cette époque la fiction se mêlait toujours un peu à la réalité documentaire. Ces ouvrages n’ont cessé d’évoluer avec leur temps par la suite. Ils se sont accommodés des progrès en illustration, puis en photographie (qui prend maintenant une place majeure dans les diverses iconographies proposées). La double page est désormais utilisée dans son intégralité comme support et les diverses informations qui la composaient se sont organisées (par des encadrés, des rubriques et sous-rubriques). Une nouvelle méthode de lecture doit donc se mettre en place : cette dernière ne se fait plus de manière linéaire et continue, mais par parties, entrecoupée d’illustrations, ce qui la rend peut-être plus ludique pour les enfants. Les maisons d’édition ont donc dû chercher constamment l’innovation pour proposer à leurs lecteurs des livres de plus en plus adaptés à leurs attentes, à leur manière de lire et de voir les choses.

Chez Gallimard, Thomas Dartige est le responsable des livres documentaires destinés aux sept ans et plus. Il nous explique que cette section du catalogue connaît un certain succès grâce à la collection « Les Yeux de la Découverte », qui a vu le jour en 1988 en s’inspirant fortement de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. La présentation des pages ainsi que la volonté de rendre le savoir accessible sont les points communs de ces ouvrages. Dans ces livres documentaires qui mêlent information, narration et réflexion, une importance toute particulière est donnée aux images diverses et variées (dessins, photos, schémas). Ce sont, d’après les propos de Thomas Dartige, « des livres qui montrent ce que les autres vous racontent ».

Le scénario de fabrication de la collection « Les Yeux de la Découverte » en dit d’ailleurs long sur ce choix éditorial. En effet, les recherches iconographiques sont menées en amont afin de pouvoir mettre en place le chemin de fer global du livre. Les images sont ensuite placées dans la double page, et ce n’est qu’à ce moment-là que l’espace consacré au texte sera défini. L’auteur ne sait donc pas à l’avance ce qu’il va écrire, puisqu’il devra intercaler son discours entre les images et respecter ainsi scrupuleusement la charte établie. La présentation des doubles pages est très poussée : cette dernière est considérée comme un seul élément, de sorte que les images débordent souvent de l’un à l’autre des feuillets, ce qui permet de créer un lien constant entre les différentes pages et d’étendre l’espace lecture. Ces doubles pages se veulent d’ailleurs comme une présentation de musée, une mise en intrigue cognitive qui pousse l’enfant à interagir avec le livre. La recherche très poussée sur cette harmonie de l’image est primordiale pour ces ouvrages documentaires puisqu’elle permet de concurrencer des médias tels qu’Internet, qui, le plus souvent, n’offrent que des images accompagnées de texte ou de légendes sans réelle volonté esthétique et de mise en page, ou des sites très fournis et scientifiques, bien trop compliqués pour des enfants de cette tranche d’âge.

Fort du succès des trois collections « Découverte », d’autres collections voient ensuite le jour, notamment la série « Oh ! », encyclopédie visuelle de tous les savoirs, et « Tothème », qui explore sans cesse de nouvelles thématiques plus culturelles. Hervé Glevarec, dans son livre La culture de la chambre (2009) évoque ce nouveau type de lien entre l’enfant et le savoir, ce dernier étant désormais conçu comme le produit d’un mélange de culture scolaire, familiale et médiatique. L’innovation recherchée réside à la fois dans l’appropriation des thèmes universels portés par les industries culturelles (chevaliers, dinosaures, pirates…) et dans le dépassement et l’approfondissement de ceux-ci par des documents inédits (iconographie, textes…). Le parti pris de la collection consiste alors à utiliser le « déjà-là » mais à faire en même temps comme si cela n’existait pas. L’enfant doit pouvoir faire une discrimination entre la culture de masse propagée par tous les médias, sans références précises, souvent décontextualisée, et l’Histoire. La collection donne alors des notions clés pour obliger le lecteur à exercer son esprit critique.

La question des nouvelles technologies numériques est apparue en filigrane dans l’exposé de Thomas Dartige. Il a utilisé à de nombreuses reprises le mot « matérialité » et a évoqué la puissance d’une mise en scène des illustrations, l’intérêt des divers volets que l’enfant peut soulever, tirer. L’éditeur veut faire de sa collection des « livres solubles dans la vraie vie », que l’adolescent peut transporter, mettre sous son lit, enfin des livres qui correspondent à leur lectorat et aiderait l’enfant à se développer.

Les livres documentaires de Gallimard Jeunesse ont toutefois su apprivoiser la sphère du Net en offrant de nombreuses applications à l’enfant sur le site de l’éditeur. Les ouvrages cachent de nombreux mots clés au fil des pages que l’enfant peut ensuite taper sur Internet pour approfondir ses recherches ; le site de Gallimard Jeunesse propose d’ailleurs des liens vers d’autres sites plus spécialisés (par exemple, pour le titre Les monuments de Paris, l’enfant a accès à la page de l’Assemblée nationale, de la mairie de la capitale…). Une bibliographie sur le sujet est également proposée en ligne, comportant aussi bien d’autres documentaires que des romans (Zazie dans le métro…). Le site propose également des quiz ainsi que des galeries d’images sur chaque titre paru, gratuites et libres d’accès que l’adolescent peut utiliser dans ses exposés et présentations. La collection a donc su s’adapter aux nouvelles plateformes d’information et proposer à ses lecteurs un juste milieu entre un support papier et numérique.

Grâce à ces démarches éditoriales qui relient livre papier et applications numériques, il semble que les livres documentaires n’ont pas à craindre la télévision, Wikipédia et autres sites, de par la rigueur dont font preuve les éditeurs dans le choix des informations et dans la recherche éditoriale, esthétique et pédagogique mise en œuvre dans ces ouvrages. Ce serait bien sûr un leurre de penser que l’édition de tels types d’ouvrages documentaires puisse se passer d’un va-et-vient entre le livre papier et Internet, mais c’est justement grâce à cette relation que le livre-objet peut subsister en tant que tel. L’apprentissage loisir sur papier a donc encore de beaux jours devant lui !

Les Éditions des Grandes Personnes

Après l’intervention de Thomas Dartige, nous avons eu l’opportunité de rencontrer Brigitte Morel, éditrice des Grandes Personnes. La première interrogation légitime serait de se demander quel est le rapport entre Gallimard Jeunesse et cette maison d’édition. Ainsi, bien qu’au premier abord le seul élément de réponse qui émerge soit le public visé, à savoir les enfants et les adolescents, les deux maisons entretiennent en réalité une relation plus que privilégiée. Après avoir été éditrice chez le Seuil Jeunesse pendant treize ans et ensuite aux Éditions Panama, Brigitte Morel a créé en 2009 une nouvelle maison d’édition indépendante, les Grandes Personnes, en collaboration avec Antoine Gallimard.

Antoine Gallimard accepte tout de suite le projet des Grandes Personnes et y contribue notamment pour la partie diffusion et distribution. En ce qui concerne le choix des titres et des auteurs, les éditrices des Grandes Personnes ne sont soumises à aucune contrainte éditoriale de la part de Gallimard Jeunesse et détiennent une réelle indépendance. Lors d’un entretien sur le site Ricochet, Brigitte Morel confirme d’ailleurs ce propos : « Nous avons une totale liberté. Il n’y aurait aucun intérêt à imposer une politique éditoriale à une maison comme la nôtre2. »

Le catalogue des Grandes Personnes se concentre sur deux axes principaux : les livres illustrés et les romans jeunesse. Brigitte Morel s’occupe des livres illustrés ; elle est accompagnée de Florence Barrau pour les romans jeunesse et de Sabine Louali pour les cessions de droits étrangers. Elles éditent environ vingt livres illustrés (des pop-up, des livres-objets, des livres grands formats, etc.) et dix titres en littérature par an. Un rythme qui leur permet de mener chaque projet à un niveau de qualité élevée. Comme le confirme l’éditrice : « Nous prenons le temps de concevoir les livres, de faire et défaire pour surtout, ne rien avoir à regretter3. »

Couverture de Big Bang Pop de Philippe Ug, Éditions des Grandes Personnes, 2012.

Big Bang Pop, couverture, Éditions des Grandes Personnes, 2012.

La ligne éditoriale des livres illustrés des Grandes Personnes est de proposer de véritables livres-objets avec une réelle matérialité. Lors de la rencontre, Brigitte Morel a mis un point d’honneur à nous expliquer que ce sont surtout des « livres que l’on doit toucher » ! Chaque projet débute par une rencontre, un coup de cœur et une envie de proposer des livres avec des idées nouvelles. On pourrait parler du nouveau livre de Philippe Ug, Big Bang Pop. Car au-delà de la proposition que les Grandes Personnes font aux enfants, certains livres illustrés sont conçus comme des livres d’artistes. Depuis les années 2000, cette tendance à toucher le jeune public en les sensibilisant à l’art à beaucoup évolué. Et qui dit « livre d’art » dit « matérialité du livre ». En effet, le livre accompagne l’enfant dans l’apprentissage de ce qu’est l’art, par le visuel, les sonorités ou encore le toucher. Et on retrouve cela dans la production éditoriale des Grandes Personnes. Un peu comme si à la réponse d’un enfant sur la question de l’art, on pouvait lui mettre entre les mains un livre pop-up.

Pour ce qui est des romans jeunesse, certains sont des rééditions de titres parus chez Panama, comme La messagère de l’au-delà de Mary Hooper, qui était épuisé. En effet, les éditrices mettent un point d’honneur à rééditer des livres épuisés qui leur tiennent à cœur. Le reste de la production sont des titres français ou des traductions de livres inédits. La volonté de ces romans jeunesse est de faire découvrir de nouveaux talents français mais également des écrivains étrangers. En effet, le domaine étranger est très présent dans le catalogue de la maison d’édition. Les éditrices souhaitent publier « des auteurs peu connus, voire inconnus » pour les intégrer au paysage éditorial et plus précisément en librairie. On peut ainsi citer l’écrivaine danoise Janne Teller, l’écrivaine italienne Silvana Gandolfi ou encore l’auteure australienne Sonya Hartnett.

Gallimard Jeunesse et Les Grandes Personnes : une relation de symbiose

Gallimard Jeunesse occupe une place importante au sein du marché du livre de jeunesse, de par son groupe mais aussi en raison de toutes les succursales qui lui sont associées (comme les Éditions des Grandes Personnes). La conférence à la librairie L’Alinéa, ayant pour but la présentation de deux pôles très influents de la maison d’édition, était particulièrement intéressante puisqu’elle nous témoigne de deux façons d’éditer très différentes, qui se répercutent dans le monde de l’édition en général. L’une, qui profite, à juste titre, d’un secteur rodé et assez cadré par les normes éditoriales, qui fonctionne très bien commercialement, et l’autre, plus expérimentale, qui publie moins de livres par an, mais qui offre par là une production qui sort des sentiers battus. L’une ne peut fonctionner sans l’autre puisque le profit mis en œuvre sur les éditions documentaires, par exemple, sert à financer des projets plus particuliers, tels que les publications des Grandes Personnes. Cette initiative d’inviter Thomas Dartige et Brigitte Morel, ainsi que l’ordre de passage des deux présentations, n’était donc sans doute pas innocent et nous a permis de nous interroger un peu plus sur ces enjeux éditoriaux.

1 Hervouët, Nathalie, « Les ouvrages documentaires pour la jeunesse : un genre, une offre éditoriale », compte rendu de conférence, le 20 mai 2009, disponible sur le site du CRDP de Versailles.

2 Entretien avec Brigette Morel sur ricochet-jeunes.org, propos recueillis par Charlotte Javaux, juillet 2010.

3 Ibid.

Pour aller plus loin :

  • Le site des Éditions des Grandes Personnes.
  • Une interview des éditrices des Grandes Personnes Brigitte Morel et Florence Barrau, réalisée par le site Les Histoires Sans Fin en 2010.
  • Les collections « Découverte »sur le site de Gallimard Jeunesse.
  • Le site de la L’Alinéa pour ne rater aucun des événements.
  • Un rapide compte rendu de la conférence de Nathalie Hervouët, tenue le 20 mai 2009 dans le cadre de la Journée professionnelle des professeurs documentalistes à Chamarande, pour en savoir plus sur l’histoire des livres documentaires.
  • Un exposé sur la lecture et l’analyse du documentaire pour la jeunesse, présenté par Françoise Ballanger dans La Joie par les livres.

Maëlys Mandrou et Laurie Fouillen


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *