La bande dessinée électronique en France : le marché peine à trouver sa place

sex pistols : something else

Visualpanic, « sex pistols : something else », CC

Actuellement, le marché français de la bande dessinée électronique connaît un démarrage difficile. Selon Hubert Guillaud, journaliste français notamment connu pour son travail au sein de la Fondation internet nouvelle génération, il semble que la vente de livres numériques représentait près de 12,5 millions d’euros en France en 2011, soit environ 0,5 % des ventes totales de livres1. Ce constat est à mettre en perspective avec la part des ventes globales de bandes dessinées en 2011, qui est de 12 %2.

La BD, trésor des pirates

L’une des premières inquiétudes des professionnels du neuvième art est celle de l’offre numérique illégale, qui constituerait un handicap au développement de la bande dessinée électronique. L’observatoire du livre et de l’écrit, le MOTif, qui s’intéresse particulièrement au piratage du livre en France, met en exergue que que « la BD est la catégorie éditoriale la plus piratée sur Internet. »3. Si les nouveautés sont relativement épargnées, ce sont surtout les séries franco-belges classiques, les mangas et les comics à fort succès médiatique qui sont les plus touchés par ce piratage organisé, avec plus de 20 à 25 % de titres piratés parmi l’offre légale globale de bandes dessinées4. Ces reproductions illégales sont souvent réalisées à partir d’un exemplaire imprimé, par le biais d’une numérisation. En outre, il est important de noter que parmi les titres les plus piratés, un quart d’entre eux ne dispose d’aucun équivalent légal, selon l’étude BDZ5.

Les origines de ce phénomène sont vraisemblablement issues d’une offre numérique trop pauvre par rapport à celle de l’imprimé et du syndrome du collectionneur qui sont les raisons les plus avancées par les lecteurs à en croire les multiples avis qui circulent sur la toile. Nous pouvons penser que les problèmes de compatibilité des fichiers et le prix psychologique souhaité par les lecteurs, pourtant déjà moindre qu’un album imprimé (4,99nbsp;€ contre 12,5nbsp;€ en moyenne), qui s’ajoutent à cela, ne font qu’accentuer cette tendance6. D’autre part, la qualité des fichiers mis en ligne est très bonne pour près de 96nbsp;% des fichiers illégaux7. À la lumière de ces constats, il apparaît donc que le phénomène du piratage de la bande dessinée sous forme électronique trouve en partie ses sources dans un problème structurel rattaché à l’évolution des métiers de l’édition, qui s’estomperont du fil du temps. En effet, tout laisse à penser que le piratage est un tabou dû à la jeunesse d’un marché, encore insuffisamment étoffé en matière d’offre légale. La construction d’un fonds solide suffira probablement à calmer les inquiétudes, d’autant qu’il résulte de l’étude EbookZ 3 que « [l’]offre numérique de livres et BD pirates [est] encore faible (moins de 2nbsp;% de l’offre légale papier) [malgré le fait qu’elle soit] en progression »8.

Un marché hétérogène difficile à appréhender ?

La véritable problématique est que le marché ne convainc pas tout le monde au sein de la profession. Ce qui ressort des différents congrès et interviews des acteurs de la BD est que nous arrivons sur le marché d’un produit numérique qui ne se réfère pas aux mêmes besoins que son homologue imprimé. En effet, l’édition électronique suppose une distinction entre le fond et la forme, que l’on ne perçoit pas autant avec l’édition dite traditionnelle. La bande dessinée numérique doit donc s’adapter à de nouvelles contraintes techniques mais également à de nombreuses nouvelles pratiques, à commencer par les nouveaux rapports du public à la lecture sur écran.

En outre, les différents acteurs de la chaîne du livre souhaiteraient voir le modèle du livre numérique régi par une législation plus claire et précise, notamment en définissant les modalités de rémunération, qui pour le moment ne divergent pas suffisamment des contrats d’édition traditionnels9. Ces professionnels mettent également en avant la nécessité de considérer le marché numérique non comme un copier-coller du marché papier, mais comme un secteur à part entière, qui viendrait compléter le second.

En l’état actuel, il est vrai que de nombreux spécialistes du livre ne se détachent pas du modèle imprimé et voient le marché de la bande dessinée électronique comme celui de la « bande dessinée numérisée » en temps que moyen de renforcer les ventes du support papier, tel que le souligne à juste titre Xavier Guilbert10, rédacteur en chef du collectif du9. De plus, le livre numérique peut être considéré comme une œuvre à part entière, d’autant que certains titres n’ont pas d’équivalent imprimé, tels que les comics Marvel de la collection « Infinite Comics ». Certaines expériences de productions participatives ont un temps fait l’objet de projets innovants démontrant l’autonomie d’une édition numérique indépendante, comme Manolosanctis ou My Major Compagny BD, fondées sur le principe de l’édition participative en mettant à contribution les lecteurs qui adhèrent aux projets mis en ligne. Ces expériences ne sont pour autant pas parvenues à convaincre, en bonne partie pour des raisons financières. Les marchés traditionnels et électroniques de la BD ne peuvent visiblement pas être perçus de la même façon, ne serait-ce que financièrement. En effet, les coûts de production d’une édition imprimée diffèrent par leur nature de ceux d’une édition numérique.

Par ailleurs, nous assistons désormais à la multiplication des initiatives d’auteurs qui veulent valoriser le contenu numérique, comme 8comicx.fr, BDNag, Les Autres gens, par le biais de collectifs ou d’agences d’auteurs. Ces auteurs bénéficient par le biais du numérique, d’un rapport direct avec le lecteur. Cela répond à un besoin visible de s’affranchir des traditions pour pouvoir expérimenter ensemble la publication en ligne de contenus inédits en accès libre, sans pour autant renier la chaîne du livre.

Vers une culture « bédéphile » multiple ?

Pour élaborer un marché de la bande dessinée électronique solide, il ne faut pas négliger les jeunes lecteurs, qui seront les lecteurs majoritaires de demain. Selon Manuel Ranchin, responsable commercial de la société spécialiste de la publication numérique Aquafadas, ces derniers, qui grandissent avec des outils de lectures en constante évolution (sur téléphones portables, ordinateurs, ou tablettes numériques) « liront en numérique », et c’est avec eux qu’il « y aura un marché »11. Pour preuve, ce sont les 18-24 ans qui consomment le plus de BD électroniques, à hauteur de 29 % par rapport aux autres classes d’âge, principalement par le bais d’un ordinateur ou d’une tablette12.

Toutefois, à l’heure actuelle, l’analyse sur « La lecture de bandes dessinées »13 montre que « l’accès [légal] à la bande dessinée sous forme numérique […] reste une pratique minoritaire : seul 14 % des lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus déclarent en lire sur ce support (soit 4 % de la population). » Il semblerait donc que le piratage, tant redouté par les professionnels, ne soit finalement pas si préoccupant. En effet, les pratiques montrent que les individus qui téléchargent illégalement des bandes dessinées sont aussi de gros acheteurs de ce genre de littérature. Ce n’est qu’une question de temps avant que l’offre légale soit aussi importante que l’offre illégale.

Malgré l’existence de la culture d’écran, qui pourrait favoriser le développement de la bande dessinée électronique, ce dernier est entravé par le rapport du lecteur à la réalité physique de l’objet14. Cette préférence s’explique peut être par l’absence d’une véritable valeur ajoutée de l’édition numérique d’un titre par rapport à sa version imprimée.

C’est pourquoi, des auteurs ont mis en place des initiatives originales, pour mettre en valeur les atouts que permet l’édition numérique. Balak, créateur de bandes dessinées d’avant-garde, de son vrai nom Yves Bigerel, a ainsi créé un carnet mettant en valeur ces atouts, en proposant notamment un mode de narration qui s’affranchit des concepts traditionnels. En effet, selon lui, « [le] numérique apporte un nouveau format qui n’est plus une page mais un écran […]. Très simplement, on peut faire apparaître des cases, faire des superpositions, jouer avec le rythme de la lecture, [et] des dialogues, on enlève toute possibilité d’auto-spoil dans la BD […] bref, il y a énormément de belles choses à faire avec le format numérique […] »15.

Comme l’illustre Balak dans une courte BD expérimentale16, l’une des pistes du développement de la bande dessinée électronique réside peut être dans l’émergence d’une nouvelle culture visuelle, rattachée à l’animation, aux jeux vidéo et toute autre culture connexe, qui permettrait à l’édition électronique de s’écarter de l’édition traditionnelle – afin d’acquérir une relative autonomie – sans pour autant totalement s’en affranchir et en perdre son essence.

1 Guillaud, Hubert, « Le marché du livre numérique est-il en panne ? », La Feuille, 30 mars 2012.

2 GFK, Marché de la BD en France, Communiqué de presse, 2011.

3 Daval, Mathias, EbookZ 3 : l’étude sur l’offre numérique illégale des livres, mars 2012, Le MOTif, p. 17.

4 Daval, Mathias, EbookZ 3 : l’étude sur l’offre numérique illégale des livres, mars 2012, Le MOTif, p. 22.

5 Daval, Mathias, BDZ, janvier 2010, Le MOTif, p. 2.

6 Guillbert, Xavier, Numérologie, du9, édition 2011, p. 15.

7 Daval, Mathias, EbookZ 3 : l’étude sur l’offre numérique illégale des livres, mars 2012, Le MOTif, p. 25(notes 4 et 5 du tableau).

8 Daval, Mathias, EbookZ 3 : l’étude sur l’offre numérique illégale des livres, mars 2012, Le MOTif, p. 41.

9 Guillaud, Hubert, « Rétablir la confiance entre auteurs et éditeurs sur le numérique ? », La Feuille, 28 mai 2010.

10 Cf. compte rendu de la conférence Parizone@Dream,« La BD à l’ère du numérique », Gaîté Lyrique, 9 juin 2012.

11 Cf. compte rendu de la conférence d’AveComics et RegardsAilleurs, « La BD numérique avance à tâtons », 11 mai 2010, p. 4.

12 Evans, Christophe & Gaudet, Françoise, Culture Etudes, « La lecture de la bande dessinée », mars 2012, p. 6.

13 Evans, Christophe & Gaudet, Françoise, Culture Etudes, « La lecture de la bande dessinée », mars 2012, p. 6.

14 Ibidem, p. 7.

15 Balak, forum Catsuka, topic « La BD numérique », 4 février 2009.

16 Balak, BD numérique : épisode 1, hébergé par Catsuka.

Pour aller plus loin :

Sites à visiter :

Le blog La Feuille d’Hubert Guillaud sur l’édition et les innovations.

Les études EbookZ du MOTIF sur l’édition numérique en général.

Le site du Rabbit Hole qui propose une réflexion sur les interactions entre médias.

Les études de Culture Etudes proposées par le Ministère de la culture et de la communication.

Le blog Turbomedia qui fait des expériences en bande dessinée.

Les articles de l’Atelier BD numérique sur Facebook.

Le site du9, l’autre bande dessinée.

Le site Abdel-INN qui propose un large panel de BD en ligne, blogs BD et webcomics.

Livres à consulter :

BAUER Arnaud, FALGAS Julien & FERREYROLLE Catherine, La bande dessinée numérique en perspective. Production, diffusion et conservation, table-ronde organisée par les élèves conservateurs de l’ENSSIB le 12 mai 2011.

Collectif, L’état de la bande dessinée. Vive la crise ?, colloque Les impressions nouvelles Cité de la bande dessinée et de l’image, 2009.

Vidéos à découvrir :

Bande annonce de la BD 3 » de Marc-Antoine Mathieu.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. antoine dit :

    Dommage qu’il ne soit pas fait mention d’initiatives d’auteurs ou de collectifs d’auteurs comme La revue dessinée (http://larevuedessinee.com/), Mauvais esprit (http://www.mauvaisesprit.com/) ou Professeur Cyclope (http://www.professeurcyclope.fr/). C’est assez manifeste de la façon dont les – gros – éditeurs considèrent le numérique, et cela prouve qu’ils ne savent pas trop quoi en faire, ou alors ils proposent des avenants indécents aux auteurs, ou de la bande dessinée en *streaming*…

  2. b.d.z.mag dit :

    «Les origines de ce phénomène sont vraisemblablement issues d’une offre numérique trop pauvre par rapport à celle de l’imprimé et du syndrome du collectionneur qui sont les raisons les plus avancées par les lecteurs à en croire les multiples avis qui circulent sur la toile»
    Cela sous-entends que l’offre numérique légale est venu avant le piratage alors que le piratage des BDs existe depuis plus de 12 ans,a cette époque seuls quelques rares initiés lisaient des BDs numérisées.

  1. 3 avril 2014

    […] BD électronique, Le Monde du Livre, 02/2013 […]

  2. 3 avril 2014

    […] La bande dessinée électronique en France : le marché peine à trouver sa place […]

  3. 21 octobre 2016

    […] La bande dessinée électronique en France : le marché peine à trouver sa place. Visualpanic, “sex pistols : something else”, CC Actuellement, le marché français de la bande dessinée électronique connaît un démarrage difficile. Selon Hubert Guillaud, journaliste français notamment connu pour son travail au sein de la Fondation internet nouvelle génération, il semble que la vente de livres numériques représentait près de 12,5 millions d’euros en France en 2011, soit environ 0,5 % des ventes totales de livres1. Ce constat est à mettre en perspective avec la part des ventes globales de bandes dessinées en 2011, qui est de 12 %2. La BD, trésor des pirates L’une des premières inquiétudes des professionnels du neuvième art est celle de l’offre numérique illégale, qui constituerait un handicap au développement de la bande dessinée électronique. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *