L’ebook : naissance et évolution

  Toute cette histoire commence en juillet 1971, avec la création du projet Gutenberg par Michael Hart. Le but du jeu ? Numériser  des œuvres du domaine public et les distribuer par voie numérique.

Dans les années soixante-dix, le pari devait sembler bien fou, pourtant aujourd’hui le livre électronique s’est bel et bien répandu. Et qu’il soit un mode de lecture apprécié ou non, il est impossible de nier qu’il représente une énorme révolution, de même que l’a été la création du codex, le livre tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Tout ceci commence donc avec une autorisation d’accès au laboratoire informatique de l’Université d’Illinois et une saisie de The United States Declaration of Independence, la Déclaration de l’indépendance des Etats Unis. Celle-ci sera suivie, seulement un an plus tard, en 1972, de The United States Bill of Rights, la Déclaration des droits américaine.  Ainsi de suite, des textes sont numérisés, et proposés aux heureux utilisateurs du web, qui sont au nombre de 250 000 en 1990. Un chiffre qui nous parait dérisoirement bas aujourd’hui.

Dans les années 90 cette généralisation de l’utilisation du web a facilité la circulation des textes électroniques menant le projet Gutenberg à fêter la numérisation de son centième livre en 1994, avec la mise en ligne des œuvres complètes de William Shakespeare. La grande épopée de l’ère numérique commence pour le livre, une épopée dans laquelle Michael Hart n’est plus le seul à se lancer. C’est ainsi que l’on peut découvrir, pile pour l’an 2000, au Salon du livre de Paris la toute nouvelle création de la société française Cytale : le CyBook. Une liseuse qui sera un franc… échec ! Mais qu’importe, le livre électronique continue de se répandre, l’idée séduit. Aujourd’hui de nombreux formats sont disponibles, tels que les formats .txt et .pdf, bien connus des utilisateurs de technologie numérique, et le format .epub qui l’est un peu moins.

Selon un article du magazine Lire[1], les e-books devraient représenter en 2015 un tiers des chiffres de vente du secteur grand public. On lit également dans Télérama[2] que 40% des professionnels interrogés à la Foire de Francfort pensent que la vente de livres électroniques détrônera d’ici quelques années la vente de livres classiques. S’il semble inconcevable pour certains que le livre tel que nous le connaissons, auquel nous avons accordé des places dans nos sacs, nos chambres, avec lequel nous avons partagé des voyages en train, des longues heures de cours, des simples moments de détente au soleil, puisse disparaitre un jour, rappelons nous simplement du rouleau de papyrus… Et demandons-nous, si le livre papier est-il une future espèce en voie de disparition ? Va-t-il succomber face à son rival immatériel ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *