Voyage au cœur du pouvoir : enquête sur le capitalisme médiatique français

alt=Les patrons de la presse nationales. Tous mauvais, couverture, La fabrique, 2012.

Les patrons de la presse nationales. Tous mauvais, couverture, La fabrique, 2012.

Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais (La fabrique, octobre 2012) est le fruit d’une enquête précise : 135 notes (référençant des publications, des enquêtes, des allocutions audio-visuelles ou des sites d’information en ligne) renvoyées en fin d’ouvrage jalonnent les 170 pages. Cette enquête a été menée par Jean Stern, ancien journaliste devenu éditeur, (De l’autre côté) et directeur pédagogique de l’EMI (École des Métiers de l’Information, une Scop de formation à Paris X). Elle relate de nombreux entretiens que l’auteur a effectués en collaboration avec Olivier Tosas-Giro auprès de directeurs, d’anciens directeurs et de journalistes de journaux « papier », et a reçu le soutien précieux d’avocats fiscalistes et d’experts comptables qui désirent garder l’anonymat. (page 191).

Un pamphlet contre les journalistes ?

Ce nouvel essai sur le sort de la presse imprimée présente d’utiles schémas clarifiant la propriété de quotidiens (Libération, Les Échos, Le Figaro) via des holdings1. Aussi, les compositions détaillées (au 15 juillet 2012) des conseils de surveillance des journaux Le Monde et Libération, ainsi qu’ une bibliographie de quatre pages composent l’ouvrage. Il a été écrit suite à une proposition d’Éric Hazan, gérant de La fabrique et coéditeur de la revue De l’autre côté. Le titre de l’ouvrage – fétiche important du monde du livre – semble approprié non pour son côté provocateur et sardonique, mais plutôt pour ce que l’auteur semble finalement vérifier par le travail d’enquête. Modeste, il écrit en remerciements qu’il « rend compte de sentiments partagés » (page 191). À l’issue de la lecture, ce constat annoncé par le titre, radical et désespérant, prolongeant une sociologie critique des médias de gauche et rodée, se ressent.

D’après Jean Stern, la « mise en coupe réglée », ces vingt dernières années, de « l’essentiel de la presse nationale » (page 28) a favorisé unilatéralement le pragmatisme financier (et le « mirage de l’indépendance2 ») au détriment du pouvoir des sociétés de rédaction et de la qualité éditoriale. La concentration extrême des moyens de production de la presse, les effets de connivences et de renvois d’ascenseurs avec les pouvoirs politiques sont connus3 ; le rapport entretenu par les propriétaires de journaux (« les patrons »), avec leur capital l’est moins : « Pigasse-Lagardère-Rothschild-Dassault-Niel-Arnault : c’est un système. Tous mauvais ? Pour la gestion de leur fortune et de leurs investissements médiatiques, ce sont des as » (page 109). Tout l’enjeu de ce livre est là : comment fonctionne aujourd’hui l’économie de la presse nationale imprimée ? S’il n’est pas faux de parler de ton pamphlétaire, il plaide plutôt pour les journalistes (et le journalisme).

De fausses-bonnes solutions ?

La Fin des journaux4 n’est-elle qu’un cauchemar de Cassandre ? Les hebdomadaires Témoignage chrétien et Newsweek comme les quotidiens Frankfurter Rundschau, Financial Times Deutschland, France Soir, et La Tribune sont concernés d’une manière ou d’une autre par la « Tempête sur la presse5 ». Pour les journaux français, Jean Stern explore les tentatives financières de survie : « Le Monde va tomber dans le piège mortel des ORA (Obligations Remboursables en Actions). Le principe des ORA est simple : comme toutes les obligations, elles rapportent des intérêts, et si, à échéance, le débiteur ne peut pas les rembourser, elles se transforment en capital. » (page 79). Étant donnée la dégradation générale des ventes au numéro6, des journaux ont recours aux ORA (les exemples du Monde et de Libération sont cités). Ne pouvant rembourser leurs engagements auprès des investisseurs, ces derniers acquièrent des actions des journaux en retour, ce qui nuit à leur indépendance.

En outre, en 2008 a été lancée (sur la base du modèle fiscal du mécénat aux dons), une association permettant de soutenir (personnellement) ou d’investir (pour une entreprise). Selon Jean Stern :

Il s’agit de dons et non de prises de participations7 : les riches ont le droit de contrôler, vous et moi de donner. Ces dons permettant néanmoins une déduction fiscale de 66 % pour les particuliers et de 60 % pour les entreprises. Ils sont collectés puis redistribués en fonction des souhaits par l’association Presse et pluralisme, créée en décembre 2007 par les syndicats de patrons de presse et présidée par François d’Orcival de Valeurs actuelles. Déjà utilisé par des journaux comme Regards ou L’Humanité, ce mécanisme permet au particulier de déduire jusqu’à 20 % de son revenu imposable, la limite de déductibilité des dons pour les sociétés étant de cinq pour mille du chiffre d’affaires annuel hors taxe (page 120).

Et la note poursuivant est éclairante :

Les particuliers peuvent également utiliser les mécanismes de la loi TEPA sur l’investissement dans les PME. Cela permet, pour ceux qui sont assujettis à l’ISF, de déduire de 50 % de leur investissement, au maximum 90 000 euros par an. La réduction d’ISF sera dans ce cas de 45 000 euros. Pas si mal, un ISF de 45 000 euros correspondant à une fortune de neuf millions d’euros. Et c’est renouvelable chaque année. Pour être complet sur les concours fiscaux à la presse, l’article 39 bis A permet aux journaux et aux sites de presse de constituer des provisions déductibles de l’impôt sur les sociétés pour acheter de l’équipement et du matériel. La déduction est de 30 % pour les magazines et les sites et de 60 % pour les quotidiens. En clair, une provision de 10 millions fera baisser l’impôt sur les sociétés de trois millions pour les magazines et de six pour les quotidiens. […] Abolie [en 2010 sous la présidence de] Sarkozy, [l’exonération de l’ancienne taxe professionnelle] a été remplacée par une Contribution foncière économique (CFE) ainsi que par une Contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). L’exonération de CFE concerne les éditeurs de presse, les messageries, les journaux en ligne, les agences de presse et les correspondants locaux de la PQR [Presse Quotidienne Régionale]. (page 184-185).

Par conséquent, pour Jean Stern la financiarisation des trésoreries, la prise de participations ainsi que le mécénat populaire ne sont que des pansements maladroitement posés sur des hémorragies. L’évolution, crainte – à juste tire pour les effectifs – d’anciennes publications « papier » vers le numérique ne lui semble pas non plus centrale : « Internet, et la presse gratuite qui a pris en dix ans 24 % du marché global des quotidiens, ont certes aggravé les difficultés de la presse française, mais ils ont surtout pointé ses faiblesses, bien antérieures à l’explosion de l’information numérique à partir de 2004. » (page 27).

Enfin, pour la fabrication et la distribution, Jean Stern évoque le problème du « fonctionnement centralisé de l’impression [qui] ne permet pas la diffusion en simultané des quotidiens sur l’ensemble du territoire national, en raison des temps de transport » (page 62). Par ailleurs, on peut s’étonner d’une critique à l’encontre du Syndicat du livre, compte tenu de la ligne éditoriale, radicale, de La fabrique. Celle-ci porte sur le nombre d’ouvriers du livre jugé trop important : « Aujourd’hui encore, il faut dix ouvriers pour imprimer un journal en Belgique contre 50 en France » (page 65). Mais c’est pour mieux y revenir : « Aux NMPP, [ex-MPF, actuellement Presstalis] il y a peut-être trop d’ouvriers, mais il y a aussi trop de directeurs, trop de voitures avec chauffeurs, trop de notes de frais aux meilleures tables » (page 67). Jean Stern prend donc la défense des kiosquiers, peu nombreux et directement menacés « dans les villes moyennes, les gros bourgs et l’espace périurbain » (Page 68). Il critique l’État, qui « préfère céder aux demandes des éditeurs et apporte une aide massive à la distribution des journaux par portage » et demande une réforme des messageries « en affrontant les patrons et le Syndicat du livre » (Page 68).

« Le hold-up des holdings »8

Pourtant, « l’exception française » héritée de la Libération érigeait en principe la protection des journaux des puissances d’argent : en effet, « aucun autre pays européen occupé, comme la Belgique ou les Pays-Bas, n’organise [après-guerre] un tel ménage dans les journaux » (page 40). Comment en est-on arrivé à une situation semblant, par bien des aspects, aporétique ? L’analyse fiscale des grands empires de presse donne une clé de compréhension : « La France, supposée être un enfer fiscal en Europe, est pourtant en dessous du seuil communautaire qui fixe le paiement forfaitaire pour les holdings à 10 % » (page 117). Dans bien des cas, l’évasion fiscale légale et les aides massives entretiennent un statu quo aveugle (« l’organisation de la fiscalité des holdings permet – bien mieux que le fameux bouclier qui plafonnait l’imposition à 50 % et sera finalement aboli en 2011 – de diminuer son imposition personnelle ou celle des sociétés que l’on contrôle » (page 111), « L’État paye pour le Capital et vient gentiment au secours des budgets des journaux sans demander aux propriétaires de mettre la main à leur portefeuille bien garni » (page 107).

En effet, en matière d’imposition, les gains d’impôts profitent aux actionnaires tout en compressant l’ensemble des coûts de la chaîne du journal. Les grands patrons sont donc seuls à tirer parti du système ultra-profitable des holdings.

Prenons l’exemple d’une holding AB, qui compte deux filiales, les Sociétés Abab et Baba. AB se finance en facturant des prestations à ses filiales. En fin d’exercice, la Société Abab dégage 15 millions d’euros de bénéfices, et la Société Baba 12 millions d’euros de pertes. Compte tenu de la convention d’intégration fiscale, Abab verse cinq millions à la holding, ce qui correspond à son imposition sur les sociétés (33 %). Baba, en perte, n’a pas d’impôts à payer. La holding va, de son côté, déduire des résultats de Abab les pertes de Baba soit 15 moins 12 égalent trois millions. Elle sera imposée à 33 % sur cette somme, soit un million. Gain d’impôts : quatre millions. Gain pour la holding : quatre millions également, puisque Abab lui aura versé cinq millions (page 115).

Qu’en est-il de l’information, dans tous ces chiffres ? La phrase de Xavier Niel (membre du conseil de surveillance du Monde, actionnaire de Free, Deezer, societe.com, Mediapart, Owni9, Atlantico, Bakchich, ElectronLibre, Causeur, etc.) résume le risque de l’intérêt économique pour l’information : « Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix » (page 122). Le Figaro, propriété du groupe d’armes de l’ancien politique Dassault, (invalidé pour « distribution d’enveloppes de liquides à certains électeurs de Corbeil-Essonnes », page 186) peut, par le biais d’un article, déclencher un dommage collatéral. Ce fut le cas récemment avec l’article « Le business secret d’Israël dans le golfe Persique » (Le Figaro, 26 juin 2010) de Georges Malbrunot. Il a occasionné l’annulation d’une possible commande de drones (par les Émirats arabes unis, « furieux car la révélation de cette discrète coopération [entre l’armée française, Dassault et Israël] avec “l’ennemi sioniste” fait mauvais genre dans le monde arabe. » page 155). La publication a également provoqué un licenciement : celui du directeur général du Figaro, Francis Morel, suite à son refus de remercier l’auteur.

Un pavé dans la mare aux canards

Ainsi, ce livre est indispensable pour débattre de l’importance de l’indépendance éditoriale des journaux (et par suite, des livres), à l’heure des fermes de contenus engendrant la précarisation des journalistes et l’appauvrissement de certains papiers. Il questionne les droits des lecteurs en tant que coproducteurs de l’information et s’alarme du sort des diffuseurs et des kiosquiers. Hubert Beuve-Méry, le fondateur du Monde, avait proposé en 1966 une loi, refusée par la majorité gaulliste de l’époque et remise au goût du jour : il s’agissait selon lui de transformer la propriété des journaux en « des sociétés civiles et commerciales sans but lucratif où l’intérêt que présente la réalisation d’un objet l’emporte pour ceux qui ont fondé la société sur le désir d’un accroissement de richesse et la recherche d’un rendement financier ». Il ajoutait : « Le seul moyen d’éviter cet obstacle de l’argent à la sauvegarde de la totale indépendance de la société consiste dans le renoncement définitif aux profits sociaux » (page 82, note page 182). Cette idée exprimée par Hubert Beuve-Méry pourrait à elle seule résumer le désir de Jean Stern d’une nouvelle société de l’information.

D’un point de vue de la critique, une brève recherche s’avère intéressante : d’une manière générale, la presse nationale n’a quasi pas mentionné le livre de Jean Stern. Politis, hebdomadaire engagé et indépendant a recensé chaleureusement cet ouvrage passionné, ainsi que le site d’Acrimed (association critique des médias). Le satirique Siné mensuel a accordé à l’auteur un long entretien et a établi sa une a partir du livre de Stern. Aussi, le journaliste Thierry de Cabarrus publie sur le blog leplus.nouvelobs.com deux remarques : en plus des « erreurs de gestion de la part des patrons » il faudrait selon lui ajouter à l’analyse « la frilosité des journalistes à s’ouvrir à de nouveaux métiers (Internet, vidéo) », et le « refus des ouvriers du livre de remettre en cause leur effectif et leurs avantages ». Or ces deux questions sont abordées par Jean Stern qui explique cette frilosité par la précarisation du travail des pigistes, ceux-ci ayant subi une baisse de leur rémunération de « 43 % depuis 2004 » (page 169). Enfin, Benjamin Caraco, responsable du pôle de la politique documentaire à l’université de Versailles, formule trois critiques, à l’encontre de Jean Stern : une « nostalgie », un « corporatisme » et une « relative stérilité du propos ». L’auteur, puisqu’il se décrit lui-même comme un « bouffeur de papier » (page 12) accepte sûrement de passer pour nostalgique, et le récit de l’enquête personnalise son vécu (et Thierry de Cabarrus fait de même dans son article). Cependant, s’il est vrai que la fin du propos de Jean Stern est sec de propositions concrètes et d’alternatives, son enquête est solide et édifiante car une critique radicale (les quatre pôles sont touchés, à savoir l’État, les patrons, les ouvriers et les journalistes), apostrophant un ordre des mots tel qu’il (ne) va (pas), n’est jamais stérile, au contraire : il appelle à un sursaut. De plus, selon mes sources, cette critique radicale serait spécifique au champ journalistique, entendue comme celui des journaux de papier, et non un reflet d’une vision plus large de l’auteur, sur l’économie ou la société. Y aurait-il un lien avec le travail éditorial ?

1 Juridiquement, une holding est une société ayant pour vocation de regrouper des participations dans diverses sociétés et d’en assurer l’unité de direction. Ses fonctions sont de contrôler et gérer les sociétés-filles. Elle permet à une personne (ou à un groupe de personnes) de détenir des sociétés sans avoir besoin d’apparaître en tant que dirigeant de toutes les sociétés-filles. Enfin, elle bénéficie d’un régime à fiscalité privilégiée.

2 Expression empruntée à Thierry Discepolo dans La Trahison des éditeurs, Agone, 2011.

3 Halimi, Serge, Les Nouveaux Chiens de garde, éd. Raisons d’agir, Paris, 2005.

4 Poulet, Bernard, La Fin des journaux et l’avenir de l’information, Gallimard, 2011.

5 Halimi, Serge, « Tempête sur la presse », Le Monde diplomatique, décembre 2012.

6 Halimi, Serge, « On n’a plus le temps… », Le Monde diplomatique, octobre 2012.

7 Une prise de participations est une entrée financière au capital d’une entreprise (ou d’un groupe de personnes) par une personne qui en devient un des propriétaires. Elle s’effectue en vue d’effectuer une plus-value mais ne garantit pas d’intérêt ou de récupération des sommes investies. Le pouvoir de contrôle et de décision est proportionnel au pourcentage investi ; au delà de 50 % de parts sociales possédées, l’investisseur devient seul maître.

8 Stern, Jean, Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais, éd. La Fabrique, octobre 2012.

9 Owni.fr a été déclaré en cessation de paiement et placé en liquidation judiciaire, déclaration en date du 21 décembre 2012, à consulter sur Owni.fr.

Pour aller plus loin :

Livres à consulter

  • Halimi, Serge, Les Nouveaux Chiens de garde, Raisons d’agir, 1997 [édition actualisée 2005, version DVD disponible].
  • Ramonet, Ignacio, L’Explosion du journalisme. Des médias de masse à la masse de médias, Galilée, 2011.

Sites à visiter

  • Le site Action-critique-médias et son magazine trimestriel Médiacritique(s).
  • Le site de l’EMI, Scop de formation aux métiers de l’information.

Film à voir

  • Le film de Mark Achbar et Peter Wintonick, Manufacturing consent : Noam Chomsky and the media / La Fabrication du consentement, Zeitgeist Video, 1992.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *