Angle Mort : dans les rouages d’une revue en ligne

Blue Light of the Polar Night AdamKR CCAngle Mort est une revue numérique dédiée à la science-fiction, au fantastique et, plus généralement, aux littératures qualifiées “de genre”. Elle a pour ambition de ne pas rester cantonnée dans ce qu’elle appelle “les conventions et les étiquettes du genre1”, en proposant des textes de qualité, des inédits d’auteurs francophones mais également des traductions de nouvelles jamais publiées en France.

1) Création et fonctionnement

Angle Mort est née selon ses créateurs de l’absence de revue en ligne proposant des textes de littératures de l’imaginaire en France. Le projet s’est concrétisé lors des Utopiales2 de Nantes (en 20093). L’une des inspirations premières du projet reste la formule de Lightspeed Magazine4, revue américaine en ligne proposant ses nouvelles en lecture gratuite sur son site web. Dans leur éditorial du troisième numéro, les rédacteurs d’Angle Mort expliquent d’ailleurs en quoi la capacité de réactivité fait du numérique un support privilégié pour leur travail :

De la préparation du premier numéro d’Angle Mort jusqu’à ce présent édito, nous sommes restés fidèles à la même ambition éditoriale : celle, sur la forme, de créer une plateforme numérique de littératures de genre, mais aussi et surtout celle, sur le fond, de prospecter de nouveaux territoires au sein de ces littératures. Ce second point résulte avant tout de notre frustration quant aux supports existants, que nous ne jugeons pas assouvir de manière satisfaisante notre soif de fictions explorant de nouveaux thèmes, de nouveaux courants et de nouveaux auteurs. On pense notamment aux nombreux nouveaux auteurs anglo-saxons qui tardent à être traduits en français, souvent après leur premier roman, malgré des nouvelles remarquées ou primées.” 5

La revue fonctionne sur un noyau dur d’une dizaine de personnes, toutes bénévoles. Elle est d’ailleurs éditée dans le cadre d’une association loi 19016. De ce fait, les organisateurs laissent de côté toute notion de bénéfice financier, ce qui peut sembler judicieux au vu des difficultés que rencontrent tous les secteurs de publication (édition, presse, revues) avec les modèles en ligne. David Queffelec, l’un des fondateurs, résume ainsi la naissance d’Angle Mort :

Le but n’étant pas de gagner de l’argent pour faire des bénéfices, mais pour simplement faire vivre notre projet et le faire grossir. Nous avons donc élu pseudo-démocratiquement notre bureau et l’association est née officiellement.”

Angle Mort n’est le travail principal d’aucun des membres de son comité de rédaction et, par conséquent, la répartition des taches se fait selon les envies et les compétences de chaque membre. La revue a un positionnement assez fort en faveur de la publication en ligne et des expérimentations numériques : les éditoriaux sont souvent un espace de réflexion sur les enjeux de ce modèle éditorial et du genre qu’ils publient7. Les rédacteurs mettent souvent en avant dans ces derniers les initiatives liées au livre numérique qu’ils jugent intéressantes (Publie.net, Numériklivres, les micro-fictions sur Twitter, etc). Plus qu’un simple support, la revue est donc motivée par des ambitions prospectives et avant-gardistes, tant d’un point de vue des outils de publication que des textes proposés.

2) Publication et lecture en ligne

La revue est donc disponible uniquement en format électronique, sur son site Web où tous les textes sont consultables gratuitement. Celui-ci se présente comme un site Internet classique à l’organisation simple et efficace. Chaque numéro voit ses nouvelles mises en ligne avec un espacement d’une vingtaine de jours, ce qui permet à la publication de s’étaler pour éviter sans doute un phénomène de creux rédactionnel (qui pourrait nuire à la visibilité de la revue). Il peut tout de même s’écouler plusieurs mois entre le dernier numéro d’une revue et l’éditorial de la suivante. Cette publication soutenue permet de créer une dynamique de lecture plus proche du blog que de la publication périodique. Angle Mort se situe donc à mi-chemin entre un site publiant du contenu et une revue à la forme fixe. De ce fait, la revue est à la fois le fruit d’un processus d’édition classique (où le travail d’édition est réalisé en amont de la publication) et un site d’édition numérique qui publie en flux continu.

Le site propose un système de commentaires (pour les éditoriaux ou les nouvelles) qui révèle une réception très positive de la part des lecteurs. Les principaux vecteurs de communication de la revue sont des outils sociaux classiques aujourd’hui tel que Facebook, Twitter, Google plus ou un flux RSS. Il faut noter que la revue ne propose pas de Newsletter, outil qui est pourtant assez populaire dans la promotion des contenus en ligne.

Pour ce qui est de la navigation, le site fonctionne selon une charte graphique assez simple et intuitive. La page d’accueil présente les dernières nouvelles publiées en commençant par les plus récentes. La nouvelle elle-même n’est présentée que par un extrait choisi, sous une photographie sélectionnée dans les fonds en Creative Commons sur le site de partage d’images Flickr (la revue n’ayant sans doute pas actuellement les moyens de rémunérer des illustrateurs). Cette photographie fait office d’accroche visuelle car elle est elle-même le support direct pour trois informations importantes : le numéro de la nouvelle dans un cadre sur fond bleu, en haut à gauche (dans l’ensemble des textes publiés), le numéro de la revue à laquelle elle appartient (dans un cadre sur fond orange, en haut à droite) et un bandeau dans le coin supérieur droit de l’image indiquant que le texte est un inédit ou une traduction. Sous l’extrait, deux courts paragraphes présentent l’auteur et la nouvelle.Site web d'Angle Mort : présentation des nouvelles

Dans leur format en ligne, ces dernières sont présentées en lecture verticale (tout le texte est intégré sur une seule page web, d’un seul tenant) et il est possible de choisir deux typographies différentes et trois tailles de polices. A la fin de chaque texte, des références aux publications ultérieures de la nouvelle sont indiquées, ainsi qu’une référence systématique au droit de reproduction du texte dans cette version d’Angle Mort. De par l’offre de lecture gratuite, les rédacteurs ont choisi pour celle-ci un régime de Creative Commons spécifique, autorisant la redistribution non-commerciale sous réserve de citation et de non-modification du texte (BY/NC/ND)8. Des encadrés viennent rappeler sur la plupart des pages la possibilité d’acheter la revue et ainsi contribuer à sa pérennité.

Chaque revue est en outre présentée dans la rubrique “Numéros”, affichée sous la forme d’une table des matières cliquable. On voit ici s’appliquer un mélange net entre les codes du livre et du web, puisque ce menu de navigation reprend parfaitement l’esthétique et les codes d’un sommaire. Les interviews sont grisées et il est explicité que leur lecture nécessite l’achat du numéro.

Interface du sommaire de la revue

3) L’offre payante :

S’il désire lire les nouvelles sur une liseuse, une tablette, en n’étant pas connecté au Web, ou tout simplement soutenir la revue, l’internaute peut acheter chaque numéro pour 2,99 euros (via Paypal) dans le format de son choix (PDF, epub, kindle, sans DRM). Il accédera ainsi à l’intégralité du numéro incluant l’éditorial des éditeurs, toutes les nouvelles présentées dans une mise en page adaptée, mais également les interviews des auteurs des nouvelles du numéro. Ce modèle de vente Freemium9 a avant tout pour vocation de rendre le contenu visible tout en assurant une rémunération aux auteurs et traducteurs, comme l’explique Laurent Quessy10 :

“Dès le départ, cet aspect freemium nous a semblé la seule façon de faire un peu cohérente. Nous avons repris la formule qu’utilisait déjà une autre revue de SF anglo-saxonne, Lightspeed magazine, qui est un peu notre modèle. Difficile de dire si c’est un succès, en tout cas pour nous, c’était la seule voie possible. On voulait offrir du contenu gratuit, être accessible au plus grand nombre, mais aussi payer nos collaborateurs.”

Outre son site internet, la revue est également présente sur plusieurs plates-formes de distribution des ebooks, notamment Amazon.com et Epagines.fr. Ces plates-formes restent néanmoins minoritaires comme me l’a indiqué Laurent Quessy :

“La part des ventes sur ces réseau sont assez faibles par rapport aux ventes en direct. Les lecteurs arrivent par le site, sans doute attirés par les textes gratuits.”

Le modèle semble avoir rencontré un bon succès, lié à une réception critique très positive de la revue. Selon Laurent Quessy, cette dernière fonctionne avec une moyenne de cent à deux cent achats par numéro, ce qui permet à la revue de payer les traducteurs et les auteurs, mais rend tout de même encore difficile son développement , en particulier pour ce qui concerne la traduction :

Certains auteurs anglo-saxons nous offrent leurs textes. D’autres, notamment leurs agents, sont intraitables et cela revient plus cher. Économiquement, les traductions reviennent parfois plus cher que l’achat de droits. Mais on s’en sort (surtout car toute l’équipe d’Angle mort est bénévole et que seuls sont payés les collaborateurs extérieurs)”.

 Une fois la transaction effectuée et la revue téléchargée, il est possible de récupérer à nouveau le numéro de la revue, via le lien envoyé par mail. Un client achetant ainsi un exemplaire, le téléchargeant en .pdf et, après l’acquisition d’une liseuse, souhaitant le retrouver en .epub peut avoir à nouveau accès aux autres formats, sans payer une deuxième fois. Il n’existe néanmoins pas encore de système de récupération sur le site en cas de perte du mail d’origine, et il vaut donc mieux faire attention et conserver ce dernier précieusement.

Angle Mort est une revue à surveiller, par la qualité du travail qui entoure sa conception, les textes qu’elle propose, ainsi que son approche originale de la publication à mi-chemin entre la publication en ligne et l’édition traditionnelle. L’avenir de la revue, s’il n’est pas fixé quant à la direction qu’elle va prendre, demeure assez sûr pour ce qui est de sa pérennité.

Pour aller plus loin:

  • Le site même d’Angle Mort est une visite obligatoire si l’on s’intéresse un tant soit peu à la question de l’édition en ligne : http://www.anglemort.fr/. Plus spécifiquement, on recommandera la lecture du dernier éditorial (http://www.anglemort.fr/editorial/no-8/), sur les modifications qu’entraînent le numérique sur notre perception de l’objet culturel.
  • Dans l’espace francophone, on remarquera la revue bilingue Onirismes, qui ne semble par contre ne pas avoir dépassée le premier numéro, ou encore la collection estyx | fictionsnumériques, de Publie.net proposant aussi des textes de Science Fiction. Signalons aussi que la revue papier Bifrost  existe depuis son numéro 62 en format numérique.
  • Enfin, nos lecteurs anglophones ne manqueront pas de visiter le site de la revue qui a inspirée Angle Mort, LightspeedMagazine.

1 Voir la présentation de la revue sur son site web.

2 Festival International de Science Fiction, présent depuis 2009 à Nantes pendant la deuxième semaine de Novembre.

3La première interview, sur le site dActuSf des rédacteurs à la sortie du numéro 1, mentionne à la fois les Utopiales 2009 (David Queffélec) et l’édition de 2006 (Sébastien Cevey) comme point de départ du projet. Le premier numéro étant sorti en 2010, il semble plus probable qu’une coquille ait effectivement tronqué les propos de Sébastien Cevey et que l’édition en question soit bien celle de 2009.

4Lightspeed Magazine, mensuel en ligne de nouvelles de ScienceFiction, crée en Juin 2010. A noter que certaines des nouvelles anglo-saxonnes traduites et publié sur Angle Mort sont issues de cette revue.

6 Soit une association à but non-lucratif, ce qui permet à la revue d’être exemptée d’impôts et lui permet de fonctionner malgré les bénéfices faibles qu’elle dégage.

7 L’éditorial du numéro 7, intitulé “Obsolescence”, critique ainsi directement le manque de renouvellement et d’adaptation à son époque de la Science Fiction. Quand à l’éditorial du numéro 6, intitulé “Mutation”, il propose un regard critique sur la visibilité du monde du livre aujourd’hui en France et son incapacité à évoluer.

9 Modèle économique populaire sur le web, le Freemium (contraction de free -en accès libre- et de premium -services spéciaux contre abonnement-), permet de maintenir la gratuité d’une partie des contenus tout en assurant des entrées financières. Ce système est utilisé par beaucoup de journaux en ligne (comme Médiapart) mais ne semble pas encore assurer des revenus suffisants pour concurrencer les modèles de vente traditionnels.

10 Dans un entretien par mail qu’il m’a accordé (les citations suivantes de Laurent Quessy sont également tirées de cet échange).


David Chambost

Étudiant, Master 2 Monde du Livre.

More Posts

David Chambost

Étudiant, Master 2 Monde du Livre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *