L’intraduction de l’écologie culturelle

Le logo des Éditions Wildproject ©

Le logo des Éditions Wildproject ©

Alors que de l’époque actuelle semble poindre, timidement, un regain contestataire et radical dans la lignée du bien nommé « gauchisme français » ou encore du « Mai rampant » italien, aujourd’hui, à Notre-Dame-des-Landes ou entre Lyon et Turin (et sur le Larzac), des citoyens s’organisent pour défendre un bien commun universel et menacé : l’environnement (par exemple, un bocage, une chaîne de montagne, ou un causse)[1]. Ces pratiques concrètes d’écologie politique renouvellent parfois le champ des stratégies militantes en témoignant d’une indissociabilité entre théorie et pratique sociale, autrement dit d’une cohérence. De nouvelles solidarités pourraient alors émerger, à partir de « démarches localistes dissidentes[2] », hic et nunc, de mouvements sociaux agglomérés, de projets journalistes et éditoriaux – tous en rupture avec une idéologie qui, malgré la secousse économique mondiale récente, apparaît à d’aucuns comme vitale et par essence incontestable.

L’histoire du mouvement écologiste français est passionnante parce qu’elle suscite des socialisations solidaires inédites. On pense notamment à la « défense » du Larzac par, initialement, des collectifs de petits paysans rejoints par des ouvriers syndicalistes et révolutionnaires, puis par des étudiants – plus ou moins politisés et hétéroclites – et des citoyens, s’affrontant pacifiquement contre l’offensive de l’armée française qui comptait agrandir une zone d’entraînement militaire sur les terres paysannes, en expropriant les autochtones. Suite à la ténacité de la résistance populaire – qui réalisa l’utopie concrète de la convergence des luttes de Millau à Paris et qui dura de 1970 à 1981 –, l’État abandonna le projet[3].

Historiquement, c’est autour d’associations politiques comme les Verts que se sont diffusées les idées écologistes en France. Mais la première candidature à l’élection présidentielle française date de 1974 (René Dumont), soit dix ans avant la création du parti écologiste. À la suite de maintes dissidences et de la volonté des dirigeants du parti et des militants de s’ouvrir aux « autres écologistes » fut créé Europe Écologie-Les Verts, en 2010. Cette évolution, de l’écologie politique au risque du libéralisme économique, a sans doute compromis les velléités de justice sociale et de contestation jadis inhérentes aux Verts. De nombreux autres partis se révèlent ouvertement de l’écologie (le Parti de gauche, les Alternatifs, la FASE, la Gauche anticapitaliste, le NPA, etc.), et tout l’échiquier politique présent lors des dernières élections nationales a intégré un volet écologiste, d’où la nécessité d’historiciser et de préciser les préceptes des acteurs. Pour résumer brièvement, on a donc, à gauche, une écologie antiproductiviste, antilibérale ou décroissante, et à droite et au centre un principe écologique affiché mais ne devant pas remettre en cause le système de production capitaliste. Cette deuxième option n’intègre donc quasiment pas l’écologie militante.

Les autres associations de défense de l’environnement sont tout aussi importantes pour la diffusion des idées écologistes et pour l’action concrète qu’elles opèrent. Hélas la politique d’austérité compresse le secteur non marchand et le nombre d’associations agrémentées par le ministère de l’Écologie est passé de soixante fin 2012 à onze aujourd’hui[4]. De plus, les diverses institutions, fondations, mouvements, ONG et think thanks[5] structurent le débat non sans désintéressement financier. En outre, un travail intellectuel et journalistique de fond est réalisé : des revues (ÉcovevLa DécroissanceLa vie est à nous !, SarkophagePolitisEntropiaSilenceL’âge de faireLa HulotteFakir, etc.), des rubriques de journaux ou de sites, des blogs spécialisés tentent tous dans la mesure du possible de faire leur travail de contre-pouvoir ou d’éveil, en rendant publiques des investigations, des analyses, des dessins naturalistes, satiriques, etc. Enfin, dans le champ éditorial, des maisons d’édition assument un parti pris écologiste sous plusieurs formes : la conscientisation par la publication d’essais scientifiques ou pamphlétaires, la fiction par l’essor de genres littéraires comme la littérature de la bombe atomique au Japon ou comme le nature writing aux États-Unis, la sensibilisation par l’album et par le livre pratique écologique. Les penseurs précurseurs les plus connus en France sont sans doute Pierre Fournier, Ivan Illitch, Cornélius Castoriadis et André Gorz. Aujourd’hui, les penseurs les plus en vue dans notre pays sont vraisemblablement Jacques Testart, Alain Accardo, Serge Latouche ou encore Paul Ariès.

De ce constat naît une évidence : notre culture écologiste est non seulement empreinte de marxisme, ce qui n’est a priori pas incohérent[6] malgré les stéréotypes, mais elle est, à quelques exceptions près, seulement française. Or en termes de lecture, seules les traductions permettent d’emprunter des ponts culturels et de se déterritorialiser intellectuellement. Ainsi la traduction invite à un effort de lecture supérieur mais également à une confiance accordée à l’éditeur et au traducteur. D’où l’importance des instances de consécration et d’où la difficulté de lancer un nouveau projet éditorial ou de faire émerger des auteurs. Et ce d’autant plus quand un domaine spécifique semble être l’apanage d’une culture en particulier. D’après Baptiste Lanaspeze, fondateur des Éditions Wildproject en 2008, éditeur multimédia (Internet et livres), l’écologie est un champ privilégié de la culture anglo-saxonne.

Wildproject assure la publication d’environ quatre livres par an (essais, documents, art, littérature) ainsi que d’articles en ligne « pour se familiariser au quotidien ». Cependant, un paradoxe majeur demeure : la visibilité médiatique de l’écologie (films, médias, réchauffement climatique, etc.), et le relativisme dont elle est l’objet (voire son dédain intellectuel, culturel et politique), révèle son caractère lacunaire. Du coup, en tant qu’éditeur d’essais de sciences naturelles et humaines et du nature writing, comment faire valoir une niche qui devient de plus en plus connue mais qui subit par ailleurs une certaine simplification dans les médias dominants ? Nous verrons dans un premier temps quelle stratégie éditoriale suit Wildproject et dans un second temps comment s’opère le travail de traduction.

La traduction chez Wildproject : une façon de diffuser la pensée écologiste

Wildproject est une jeune maison d’édition, créée en 2008 et installée depuis quatre ans dans le quartier du Panier à Marseille. Elle a pour vocation de diffuser et développer la pensée écologiste, qu’elle définit comme « un mouvement philosophique né au début de années 1970 et dont les principaux courants sont l’éthique environnementale (environmental ethics) et l’écologie profonde (deep ecology)[7] ». La spécificité de Wildproject est de se consacrer en particulier à l’écologie dans sa dimension culturelle[8], en interrogeant les rapports ontologiques et sociétaux qu’entretiennent les êtres humains avec le monde naturel. Pour ce faire, Wildproject a créé cinq collections, qui abordent l’écologie selon des points devue différents : « Domaine sauvage » (essais) ; « Tête nue » (littérature) ; « Sur le vif » (documents, actualité) ; « Petit panthéon » (portraits) ; et « Nature contemporaine » (art contemporain)[9].

La traduction de textes étrangers est au centre de la politique éditoriale de la maison. Dix des dix-sept titres du catalogue sont des traductions et la collection fondatrice de la maison, « Domaine sauvage », est composée entièrement de textes traduits. La collection comporte actuellement neuf titres, traduits de trois langues (l’anglais, l’allemand et le japonais) et signés de six écrivains de renom international, dont la biologiste américaine Rachel Carson. Son ouvrage Silent Spring, paru en 1962 et traitant de l’impact des pesticides sur le monde vivant, particulièrement sur les oiseaux, s’est vendu à plus de deux millions d’exemplaires à travers le monde et est traduit en seize langues. Premier titre paru chez Wildproject, la traduction révisée de Printemps silencieux, accompagnée d’une préface d’Al Gore, est devenue la meilleure vente de la maison (plus de 4 000 exemplaires vendus[10]).

Depuis peu, Wildproject se consacre également à l’édition de la littérature inspirée par la nature et les lieux (nature writing), entreprise dans laquelle la traduction tient une place importante. En effet, la jeune collection littéraire de la maison (« Tête nue ») fut lancée par un ouvrage à mi-chemin entre l’essai et le recueil de poésie, composé d’une série d’entretiens entre les écrivains Jim Harrison et Gary Snyder – tous deux chefs de file du nature writing américain –, ainsi que de traductions d’un certain nombre de poèmes de Snyder, lauréat du prix Pulitzer de la poésie. D’autres traductions, notamment du poète écossais Kenneth White, seront publiées dans cette collection en 2013.

Le choix de publier des œuvres traduites s’explique souvent par le désir d’un éditeur de s’ouvrir à l’international, de sortir d’un champ cloisonné sur le plan linguistique et national. Dans l’édition des sciences humaines, ce choix éditorial peut même être une nécessité[11]. C’est ce que laisse penser l’étude La Traduction de Marie-Françoise Cachin (2007), qui conclut que pour un éditeur de sciences humaines, la volonté de publier les « pontes » d’un domaine, dont il n’y pas d’équivalents en France, est souvent le « seul moyen de constituer un fonds prestigieux[12] ». Cet impératif est d’autant plus valable dans les domaines de l’écologie culturelle et du nature writing, genres plus développés dans l’aire anglophone qu’en France.

Il est à noter qu’en mars 2011 Livres Hebdo a consacré son dossier annuel « Nature, écologie » à la question d’œuvres traduites[13]. Selon le magazine professionnel, « l’abondance de traductions de textes de référence en matière de philosophie de la pensée écologiste, et d’auteurs de nature writing, la littérature inspirée par la nature, très en vogue aux États-Unis » est devenue « la tendance lourde » de l’année. Interviewé par Livres Hebdo, Baptiste Lanaspeze, directeur de Wildproject, affirme que l’écologie culturelle demeure « une réalité quasi exclusivement anglo-saxonne » qui, en France, « n’a pas su aller vers le public non spécialisé ». Dans une interview pour Télérama en 2009, Baptiste Lanaspeze a d’ailleurs indiqué que sa décision de fonder une maison d’édition spécialisée fut motivée par le désir de ne pas être « le spectateur inactif de la non-réception de ce courant en France[14] ». Il participe par là à un mouvement plus global en faveur de la diffusion de l’écologie culturelle, porté en particulier par des éditeurs indépendants tels que Le Mot et le reste à Marseille, et les maisons Éditions MF et Éditions Gallmeister à Paris[15].

Sept des dix titres parus jusqu’ici chez Wildproject sont traduits de l’anglais (dont six sont traduits de l’américain et l’un, Le Paysage sonore, de R. Murray Schafer, est traduit de l’anglais canadien). L’importance accordée à la production anglo-saxonne justifie par ailleurs le choix de Baptiste Lanaspeze d’adopter un nom anglais pour sa maison d’édition. Ce choix symboliquement important est également explicité dans la présentation de la maison sur Internet, sous la rubrique « Pourquoi Wild ? Pourquoi parler anglais ? » :

Wild (en anglais) et non pas sauvage (en français), parce que l’écologie a été marquée par la langue [anglaise] et par la culture anglo-saxonne. Le grand naturalisme français du 18e siècle, qui a inspiré et nourri les Lumières, a traversé l’Atlantique au 19e siècle. L’écologie parle donc anglais ; d’une part parce que les sciences en général parlent anglais, mais également parce que le nature writing est aux États-Unis un genre littéraire national[16].

La forte « anglicisation » du domaine de l’écologie (et a fortiori celui de l’écologie culturelle) correspond à un phénomène plus global de spécialisations disciplinaires des langues. Selon Gisèle Sapiro, ces spécialisations ont une influence déterminante sur « la circulation internationale des ouvrages de sciences humaines et sociales par voie de traduction[17] ». C’est ainsi que la langue allemande a accumulé un capital symbolique important dans le domaine de la philosophie, ce qui favorise la circulation à l’étranger des ouvrages de ses philosophes classiques et contemporains[18]. Un processus équivalent est sans doute en passe d’être (ou est déjà) achevé, dans les domaines de l’écologie culturelle et du nature writing. Ce grâce au prestige des textes fondateurs du genre, signés d’auteurs américains – on pense à Walden (1854) de Henry David Thoreau et à l’Almanach d’un comté des sables (1949) d’Aldo Leopold –, mais aussi en raison de la qualité de la production contemporaine dans ce genre dans les pays anglo-saxons.

Pour un éditeur français spécialisé dans l’écologie culturelle, la traduction est donc incontournable. Or, selon Baptiste Lanaspeze, l’objectif n’est pas de faire traduire les nouveautés, les livres à grand tirage marqués par l’actualité ou la mode, et parfois d’intérêt éphémère[19]. Il cherche plutôt à donner la priorité aux ouvrages de fonds, à faire connaître au public français des auteurs étrangers méconnus et quelque peu tombés dans l’oubli. Wildproject met ainsi en œuvre une politique éditoriale pratiquée par bien des petits éditeurs spécialisés, c’est-à-dire dénicher des œuvres non traduites d’auteurs déjà présents en France[20]. À titre d’exemple, la maison s’apprête à publier La Conscience écologique, la transcription d’un discours d’Aldo Leopold datant de 1947, soit deux ans avant la publication aux États-Unis de son chef-d’œuvre Almanach d’un comté des sables.

La maison exploite aussi les possibilités qu’offre la retraduction, en faisant paraître des traductions révisées de textes classiques, assorties d’une préface reconstituant le contexte de parution et actualisant les enjeux. C’est le cas notamment de Printemps silencieux de Rachel Carson, sans doute le titre le plus prestigieux du catalogue de Wildproject (sa nouvelle édition de l’ouvrage fut sélectionnée comme le « Livre du jour » du Monde le 30 août 2012). Traduit en français en 1963 par Jean-François Gravrand et publié chez Plon en 1963 (puis paru au Livre de poche en 1968), l’ouvrage est devenu presque introuvable en France, sauf en occasion. Baptiste Lanaspeze a ainsi pu racheter les droits de traduction pour la France aux ayant droits de Rachel Carson, représentés par son agent Frances Collin[21]. Paru en 2009 avec une traduction révisée et une préface d’Al Gore, l’ouvrage s’est bien vendu, ce qui montre qu’il existe une réelle demande pour des livres de fonds (y compris des traductions), pourvu que ceux-ci soient réactualisés et présentés au public dans un format adapté aux goûts contemporains.

Pour les jeunes éditeurs comme Wildproject, les « retards de traduction » constituent encore une autre ressource à exploiter, voire un « trésor » à découvrir[22]. En effet, certains livres « de qualité ou d’un intérêt certain » ne sont traduits que longtemps après leur parution dans le pays d’origine. Ces « décalages » sont d’ailleurs particulièrement marqués en sciences humaines. On peut citer, à titre d’exemple, la traduction en français de deux grands ouvrages d’histoire : The Making of the English Working Class d’E.P. Thompson, paru en 1963 mais n’ayant été traduit en français qu’en 1988, ainsi que The Age of Extremes, d’Eric Hobsbawn, paru en 1994 et rapidement traduit en vingt langues (et dans plus de trente pays), mais traduit en français seulement cinq ans plus tard (sous l’impulsion combinée du journal Le Monde diplomatique coéditeur avec la maison d’édition bruxelloise Complexe)[23]. Dans les deux cas, le retard de traduction fut dû à des facteurs idéologiques, notamment la réception de l’historiographie marxiste en France.

Un cas de figure similaire se présente dans le catalogue de Wildproject. Il s’agit de l’ouvrage Philosophe de la crise écologique par le philosophe allemand Vittorio Hösle, paru chez Wildproject en 2009. Publié en Allemagne en 1991, cet ouvrage – qui regroupe une série de discours prononcés par Hösle à l’Académie des sciences de Moscou, après la chute du mur de Berlin – fut par la suite traduit en plusieurs langues (russe, italienne, croate et coréenne)[24]. Cette traduction tardive en France est peut-être imputable au fait que le livre n’a pas été préalablement traduit en anglais, devenu une langue relais pour les traductions[25]. En effet, l’hypothèse que l’ouvrage de Hösle soit « passé sous le radar » des éditeurs français se confirme dans une certaine mesure par la décision de Payot, en 2011, de le rééditer dans sa collection de poche.

Pour assurer une veille éditoriale internationale et multilingue – et pour éviter justement que des opportunités de traduction lui échappent –, Wildproject s’appuie sur un comité scientifique composé majoritairement d’universitaires (philosophes, agronomes, écologues), mais aussi d’un écrivain, d’un géographe et d’un paysagiste[26]. Les membres du comité ont un rôle consultatif dans la sélection des titres, tout comme les traducteurs qui travaillent avec Wildproject de façon régulière (voir infra) et les agences littéraires (Michelle Lapautre, La Nouvelle Agence). Ces dernières indiquent à l’éditeur des livres qui peuvent l’intéresser et « jouent un rôle d’intermédiaire dans l’achat de droits de traduction en français d’ouvrages étrangers[27] ».

Les membres du comité scientifique assurent un second rôle important pour la maison d’édition : celui de « promouvoir » les thématiques abordées dans les ouvrages, notamment en organisant des colloques. À titre d’exemple, Baptiste Lanaspeze et Catherine Larrère (membre du comité et professeur de philosophie à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne), ont organisé, en juin 2009 à la Maison des sciences de l’Homme de Paris, le premier colloque français consacré au philosophe norvégien Arne Næss, fondateur de la deep ecology. C’est également à cette occasion que fut lancé l’un des premiers titres de Wildproject, Vers l’écologie profonde, ouvrage d’entretiens d’Arne Næss avec David Rothenberg (qui est également membre du comité scientifique). Un deuxième colloque a été organisé, en avril 2012 au Panthéon à Paris, sur le thème de la religion et l’écologie.

Ce soutien institutionnel est important pour un éditeur de traductions qui sont issues, pour la plupart, de penseurs de l’écologie associés au monde universitaire. Or les colloques servent également à faire connaître les ouvrages auprès d’un public plus large, comme l’indique le soutien (promotionnel) du Nouvel Observateur au colloque d’avril 2012. Malheureusement, les aides du Centre national du livre sont très limitées pour ce type de traductions. On peut notamment regretter que la liste des « lacunes » du CNL, à savoir les « ouvrages dont la traduction ou la retraduction est jugée prioritaire par des commissions spécialisées[28] », ne comporte aucun titre relevant de l’écologie ou des sciences humaines appliquées, et ce malgré le fait qu’une liste spécifique ait été établie pour la philosophie.

La place de la traduction dans l’objet-livre

Quelques-uns des titres des Éditions Wildproject.

Quelques-uns des titres des Éditions Wildproject.

Pour favoriser le succès d’un ouvrage venant d’une autre culture, les éditeurs peuvent y adjoindre un certain nombre d’éléments paratextuels : préfaces, postfaces, glossaires, notes[29]. Ces textes d’accompagnement sont d’autant plus importants chez un éditeur comme Wildproject, qui cherche à transmettre à un large public des idées qui lui seraient peu familières, issues pour la plupart de l’univers universitaire anglo-saxon[30].

Les textes d’accompagnement peuvent prendre plus ou moins d’importance selon l’ouvrage en question, et émaner de diverses sources[31]. Ainsi, l’édition de Printemps silencieux ne comporte qu’une courte « Note sur la traduction » expliquant la traduction des termes se rapportant au monde vivant ou relevant de l’écologique scientifique (environmentlandscapepestswild…). Or la traduction de l’ouvrage de Carson, qui aborde « les questions techniques dans un style poétique et accessible[32] », est également accompagnée d’une préface d’Al Gore, rédigée en 1994 à l’occasion d’une édition américaine du texte. Cette préface joue évidemment un rôle consécrateur, notamment en raison du succès international du film Une vérité qui dérange (2006), portant sur le changement climatique. Ici donc, la volonté de Wildproject semble être celle de préserver le caractère accessible du texte – en évitant un trop-plein de notes –, tout en signalant au lecteur son statut canonique.

D’autres titres de la collection « Domaine sauvage » sont accompagnés d’un apparat éditorial plus étoffé. L’ouvrage de Vittorio Hösle, Philosophie de la crise écologique, comporte une préface de l’auteur ainsi que onze pages de notes du traducteur. L’appareil paratextuel de l’ouvrage Éthique de la terre, par le philosophe américain J. Baird Callicot, est encore plus intéressant du point de vue de la traduction. L’ouvrage est composé d’une série d’articles de Callicot, quasiment tous déjà traduits en français mais regroupés ensemble dans cette édition pour la première fois. L’enjeu ici est celui d’harmoniser et expliciter les partis pris de traduction, d’autant plus étant donné le rapport « souvent libre et parfois créatif[33] » de Callicot vis-à-vis du vocabulaire et de la syntaxe anglaise. Ces explicitations se font par le biais de l’avant-propos de Baptiste Lanaspeze, qui reprend en détail les connotations sémantiques et culturelles du terme anglais land par rapport aux proches équivalents français terre et territoire. L’édition comporte également, en fin d’ouvrage, une « Note sur la traduction » qui sert d’accompagnement lexical à des termes anglais présentant des difficultés de traduction.

Une tout autre ligne éditoriale est en évidence dans la collection de littérature « Tête nue ». Dans l’ouvrage Aristocrates sauvages – pour l’instant la seule traduction de la collection –, les poèmes de Gary Snyder sont présentés de façon bilingue sur la double page, avec l’original en verso et la traduction en recto. Il s’agit là d’un « plus » pour le lecteur, qui peut comparer librement le vers anglais et français. Ainsi, dans ces deux collections phare de la maison – « Domaine sauvage » pour les essais, « Tête nue » pour la littérature – Wildproject apporte un soin particulier à la transmission du texte traduit. La langue étant « un découpage[34] » et le découpage sémantique n’étant pas le même en anglais qu’en français, l’éditeur met en place différents dispositifs pour accompagner la lecture de ses titres traduits, ne fût-ce que de façon discrète. Cette volonté de discrétion s’exprime également dans le choix de regrouper les notes du traducteur en fin d’ouvrage. Il s’agit là d’un moyen d’éviter les « cascades de notes[35] » en bas de page, ce qui peut donner aux ouvrages une allure « trop universitaire ».

Le bémol de la politique de traduction de Wildproject est l’absence, plutôt regrettable, du nom du traducteur sur la couverture de certains titres. Comme le note Marie-Françoise Cachin, cette présence sur la couverture constitue « l’affirmation et la reconnaissance professionnelle d’une activité trop souvent ignorée, sinon même occultée[36] ». Chez Wildproject, l’absence de cette mention peut s’expliquer de deux façons. Dans le premier cas de figure, il s’agit d’un ouvrage qui a été traduit par plusieurs personnes, comme c’est le cas pour Éthique de la terre, fruit de la collaboration de dix traducteurs. Pour ce titre, les traducteurs sont remerciés en fin d’ouvrage, sous la rubrique « Crédits ». Dans le second cas de figure, il s’agit d’une traduction révisée : la traduction de Printemps silencieux, par exemple, date de 1963. Dans ces instances, l’éditeur n’a pas établi le contact « humain » avec le traducteur qui inciterait à mentionner ce dernier sur la couverture. Notons cependant que cette mention apparaît sur la couverture quand il s’agit d’une nouvelle traduction accomplie par un seul traducteur. C’est le cas notamment de deux ouvrages traduits par Matthieu Dumont : Aristocrates sauvages, où le nom du traducteur figure sur la quatrième de couverture[37], et Philosophie de la crise écologique, où cette mention est placée sur la première de couverture. Pour le dernier ouvrage, dont le projet de traduction fut proposé et mené par Matthieu Dumont, l’édition comporte une longue « Introduction du traducteur », signe d’une certaine reconnaissance de la part de l’éditeur.

Interview avec Matthieu Dumont, traducteur pour Wildproject

Les portes de la traduction

Matthieu Dumont se définit dans l’un des entretiens que nous lui avons adressé comme « un apprenti philosophe » (voire annexes), formule heureuse pour évoquer le processus lent et pour le moins escarpé de reconnaissance sociale de la fonction, souvent aux contours flous, de traducteur. Élève de la prestigieuse école préparatoire littéraire (khâgne) à Paris, il se familiarise avec une pratique « intensive » et problématique de traduction de « classiques » : les fameuses versions. Les traductions recueillies sont comparées collectivement au sein de la classe, ce qui contribue à l’apprentissage de l’art de la rhétorique orthographique, grammaticale et de la délicatesse du sens.

Trois points sont communs à Matthieu Dumont et Baptiste Lanaspeze : leur présentation au concours de l’ENS, les études philosophiques, et leur année d’études à l’étranger professionnellement déterminante (respectivement une licence à Hambourg, et une résidence d’un an au Bard College, New York). Lors de cet exil, tous deux découvrent réellement la philosophie, allemande pour le premier et écologique pour le second.

Après son échec au concours de l’ENS, Matthieu Dumont poursuit ses études en Allemagne et explore plus précisément le langage. Émerge alors son « amour des langues » et sa vocation future : c’est peut-être la « révélation soudaine » du traducteur évoqué par Marie-Françoise Cachin. En effet, « [l]’histoire des débuts dans la profession de traducteur montre à quel point jusqu’à récemment, il ne s’agit que rarement d’un choix a priori. On a même parfois l’impression d’une révélation soudaine, conjoncturelle, de la découverte d’une activité à laquelle on n’avait pas pensé[38] ». Ensuite, Matthieu Dumont suit un master de philosophie et de pratique culturelle à Paris-VIIIoù il se perfectionne à la pratique de la traduction d’essais. En seconde année, s’étant pris d’enthousiasme pour Wildproject, il décide d’y effectuer un stage de fin d’études de trois mois.

Cependant, ce bagage scolaire conséquent n’aurait pu à lui seul assurer l’avenir de Matthieu Dumont dans le domaine de la traduction, sans l’apport d’expériences personnelles et une grande motivation. En effet, comme l’affirme Marie-Françoise Cachin : « […] un diplôme de l’enseignement supérieur ne saurait suffire et tout traducteur se doit de posséder une bonne culture générale, non seulement de son pays, mais aussi du pays dont il traduit la langue[39] ».

Ainsi, Matthieu Dumont a ressenti l’envie de faire fructifier l’expérience acquise en Allemagne, en tant qu’apprenant, pour se mettre au service d’auteurs qu’il aime. Par exemple, en 2011 il participe au Programme Georges-Arthur Goldschmidt pour jeunes traducteurs littéraires, ce qui lui permet de rencontrer des éditeurs (Actes Sud, Le Mot et le reste, Attila, Alma, Quidam, Suhrkamp, Hoffman und Campe, Galiani Berlin, Matthes & Seitz). Ces visites furent fructueuses puisqu’il entretient toujours de bonnes relations avec Actes Sud, Le Mot et le reste, Suhrkamp et Matthes & Seitz.

De plus, il nous a assuré n’avoir eu, avant le stage réalisé chez Wildproject, « que des petits contrats » : la traduction dont il avait la charge durant ces trois mois lui a donc donné l’opportunité de faire ses armes. Enfin, suivant l’adage pragmatiste selon lequel « c’est en se trompant qu’on sait faire et qu’on sait ce qu’on veut faire (et ce qu’on ne veut pas faire) », il a eu à effectuer une traduction d’un scénario et ne souhaite plus recommencer. Il s’agissait de dialogues adolescents, langage à strates idiomatiques trop mouvantes et demandant une parfaite maîtrise de la langue familière. Aujourd’hui, ses trois domaines de prédilection en matière de traduction sont le roman, la philosophie et la poésie.

« Chercher le mot juste » : à la recherche d’une méthode de traduction

Je traduis parce que je suis un infirme du langage. Lire un texte dans une langue étrangère, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant, et c’est fatiguant. Tandis que pouvoir le lire en français, dans ma langue, la seule que je possède en fin de compte, quel plaisir ! Pourquoi y renoncer ? Pourquoi renoncer au délice d’être le premier à lire un texte étranger en français ? Je suis traducteur parce que je suis un lecteur paresseux[40].

C’est en ces termes, non dénués d’autodérision, que tente de se définir le traducteur Pierre Deshusses, dans un ouvrage relatant une résidence de traduction ayant eue lieu à Marseille en 1992-1993. Matthieu Dumont, dans nos interviews, tout comme Marie-Françoise Cachin, insistent sur la nécessité pour le traducteur de ne pas se fier qu’au texte : prendre en considération le contexte d’écriture, de parution s’il y en a eu, historique, etc. Le traducteur déstructure et restructure, en fonction de la confiance que l’éditeur lui accorde et si possible en accord avec l’auteur. Selon Marie- Françoise Cachin :

Un traducteur est spécialisé de fait par la (ou les) langues qu’il traduit, et même parfois par rapport à l’intérieur d’une langue donnée, comme il ressort du tout dernier répertoire de l’ATLF dans lequel on est classé soit comme traducteur d’anglais de Grande-Bretagne ou des États-Unis, soit comme traducteur d’anglais d’Afrique, d’Australie, des Caraïbes, d’Irlande ou de l’Inde. […] En réalité, ce que sous-entendent de telles catégorisations n’est point tant la différence de langage à proprement parler que l’existence dans chaque pays d’aspects culturels différents plus ou moins bien maîtrisés mais qu’il faut connaître pour rendre correctement le contexte d’une œuvre[41].

Le métier de traducteur est donc très dur : une charge intellectuelle lourde, s’étalant parfois sur plusieurs années, permet de cerner distinctement les clivages possibles entre les genres et les domaines de la pensée : histoire au sens large, histoire des idées, histoires de théories biologiques et génétiques en particulier, pour Matthieu Dumont. Il s’agit en somme de « cerner toutes les références mobilisées » par l’auteur, au minimum.

De plus, dans le domaine philosophique et plus largement classique, le traducteur actuel doit prendre également en compte l’histoire de la traduction d’une pensée ou d’une œuvre ; cela s’apparente à un travail de philologie, pour « traduire en connaissance de cause ». En effet, la connaissance des données existantes permet de se distinguer en tant que créateur, et cela n’est pas spécifique à la traduction (en fait, cela s’applique à presque tous les domaines). Mais en philosophie c’est fondamental puisque l’épistémologie n’est possible que si elle se base sur des données fixées par l’entendement, en prenant en compte le fait que le vocabulaire évolue en fonction de l’époque. Comme le note Pierre Deshusses, ce n’est pas simple d’être traducteur ni de transmettre son statut (en construction) et ses méthodes (aléatoires) :

Dans le reflet du miroir, je l’ai vu s’avancer, émerveillé et intimidé, drapé de noblesse et de modestie. Il [Pierre Deshusses se raconte à la troisième personne] ouvre la bouche et la referme. Il va parler, il ne parle pas encore, mais il va parler, de son travail que l’on dit obscur, cherchant le mot juste – n’est-ce pas la mission du traducteur après tout ? (Chercher le mot juste.)[42] 

D’une manière pratique, Matthieu Dumont distingue deux aspects méthodologiques. Le premier concerne le type de texte à traduire : pour l’essai, il n’est pas exclu que le traducteur se fasse visible. Par contre, pour le roman, le lecteur « ne doit pas voir les coulisses ». L’écriture fictionnelle sacraliserait-elle plus la figure de l’auteur que l’écriture rationnelle ? Le traducteur, alors, oserait-il moins se mettre en avant (en « laissant des traces ») que pour un essai ? Cela est certainement vrai dans les cas de traducteurs professionnalisés, qui se définissent exclusivement comme tels, mais dans d’autres – nous pensons notamment à Baudelaire et Poe –, l’acte de traduction est perçu d’emblée comme une création et un gage de qualité. Le second aspect concerne la nécessaire confrontation de l’histoire de la pensée avec l’histoire de sa traduction : le nouveau traducteur, historien et philologue, doit donc avoir un œil local (lire dans le texte original, choisir l’édition la plus fidèle) et un œil global (connaître les traductions réalisées).

Enfin, lors d’une nouvelle traduction, Matthieu Dumont lit systématiquement et complètement le manuscrit, avant de commencer la traduction effective. Ceci n’est pas une règle, certains traducteurs préférant « garder une plus grande fraîcheur de plume ». Pour les retraductions, il prend connaissance du travail réalisé par son (ou ses) prédécesseur(s), puis garde une distance, nécessaire à la préservation d’une influence dommageable.

Un traducteur ne fait pas que traduire

À l’heure actuelle, Matthieu Dumont a déjà réalisé deux traductions pour Wildproject qui ont fait l’objet d’une publication : Philosophie de la crise écologique et Aristocrates sauvages. Il a aussi traduit un roman de Judith Schalansky, L’Inconstance de l’espèce, qui paraîtra en mars 2013 chez Actes Sud. Quatre travaux de traduction sont en cours : Philosophie de la nature de Paul Feyerabend (Le
Seuil), Nullzeil (titre original) de Juli Zeh (Actes Sud), Le Gang du cosmos de Kenneth White et Anthologie de Robinson Jeffers (tous deux pour Wildproject).

En outre, le traducteur joue souvent le rôle de « scout », c’est-à-dire qu’il effectue un travail informel de prospection de textes, pour les éditeurs, bénévolement. C’est le cas de Matthieu Dumont pour Wildproject : il se définit comme « conseiller éditorial ». En effet, il a proposé les auteurs Vittorio Hösle et Kenneth White. Il effectue cette tâche également pour les autres éditeurs avec lesquels il travaille, mais les projets n’aboutissent pas toujours, faute de finances. Pour proposer une publication, il faut joindre un essai de traduction et fournir une fiche méticuleusement détaillée de présentation de l’ouvrage.

De plus, les traducteurs peuvent être amenés à animer des rencontres en librairie ou lors de résidences, salons, etc., et quelquefois à rencontrer les auteurs vivants pour discuter de l’avancée des travaux. Enfin, dans les petites structures comme Wildproject, afin de mener à bien un projet d’édition, le traducteur prend aussi en charge la constitution de dossiers d’aides. Ainsi, pour l’Anthologie de Robinson Jeffers (qui paraîtra en 2014), Matthieu Dumont s’est occupé de la constitution du dossier de demande d’aide du CNL, et il se chargera des prochaines demandes d’aides prévues à cet organisme.

La précarité des traducteurs s’explique d’une part par le manque de structures à même de défendre leurs intérêts, mais la prise en compte de certains abus commence à émerger dans les débats autour de l’édition en général (avec l’ATLF faisant office de syndicat et d’une formation en tant que telle). D’autre part, vouloir faire vivre un projet qui n’existe pas (ou peu) et qui, pour plusieurs raisons, est condamné d’avance par les calculs de rentabilité prévisionnels, relève en général d’une motivation à toute épreuve. La frontière entre métier et passion s’avère parfois poreuse.

Aujourd’hui, Baptiste Lanaspeze partage son temps entre plusieurs activités professionnelles (consultant pour Marseille-Provence 2013, chef de projet « GR 2013 », éditeur et auteur), après avoir eu plusieurs activités dans le monde du livre (directeur de collection chez Autrement de 2003 à 2006, chef de fabrication aux Éditions Duvernet et directeur de Radio Grenouille à Marseille). Matthieu Dumont, quant à lui, se consacre à temps plein à la traduction, maintenant « depuis plus d’un an ».

Un champ culturel à explorer…

L’écologie est un champ culturel protéiforme, qui réunit dans son sein études scientifiques, discours militants et politiques, livres pratiques inspirés du mouvement do-it-yourself, créations artistiques qui transposent la beauté de la nature en œuvres d’art, en poésie et en prose. Or ces diverses productions intellectuelles, cloisonnées au sein de collections spécialisées ou « noyées » au sein de collections généralistes[43], restent trop souvent peu ou mal connues du grand public. En se spécialisant dans un sous-champ particulier, celui de l’écologie culturelle, Wildproject a su développer une expertise dans un domaine quelque peu délaissé, voire simplement non exploité, par les éditeurs français.

Pour un jeune éditeur comme Wildproject, la traduction joue un rôle essentiel dans le processus de se légitimer et d’acquérir du prestige auprès des lecteurs et des auteurs. La traduction joue également un rôle consécrateur, comme l’indique le fait que Wildproject commence désormais à fédérer des auteurs français, tels que l’économiste Emmanuel Delannoy (L’économie expliquée aux humains, coll. « Sur le vif », 2011) et le journaliste du Monde Michel Samson (Une frontière française, coll. « Tête nue », janvier 2013). En janvier 2013 est également parue une édition posthume du Journal du río Negro, carnet de voyages et manifeste artistique rédigé par le critique d’art Pierre Restany en 1978.

Or ce « virage » vers les auteurs nationaux ne signifie nullement que chez Wildproject la traduction est simplement un « tremplin » vers une production nativement francophone : comme pour toute maison spécialisée, traduire les « pontes » de son domaine et fédérer des auteurs nationaux constituent deux aspects complémentaires, voire incontournables, de la volonté de la maison de proposer au public une offre de qualité, à la fois diversifiée et à jour. Comme le note Baptiste Lanaspeze dans une interview avec le site Enviscope.com, l’enjeu est de faire connaître les « auteurs méconnus[44] » de l’écologie culturelle, qu’ils soient anglophones, francophones ou autre.

Pour cela, la maison s’appuie sur un « réseau de complicités[45] » enviable, composé de traducteurs, agents littéraires, universitaires et écrivains. Comme nous l’avons vu, ceux-ci assurent un rôle de conseil informel – mais très important – dans une veille éditoriale qui dépasse à la fois frontières nationales et linguistiques. Les membres du comité scientifique, dotés d’une certaine légitimité au sein de l’institution universitaire, peuvent également « appuyer » la maison d’édition en organisant des événements « promotionnels ». C’est le cas notamment des colloques co-organisés par Catherine Larrère autour d’Arne Næss, à la Maison des sciences de l’Homme de Paris, et de J. Baird Callicot, à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne.

Un soin particulier est également apporté à la présentation des traductions, de façon à ce que le lecteur saisisse les enjeux liés à la transmission d’idées d’une langue à une autre. C’est ainsi que la traduction de l’ouvrage de J. Baird Callicot, Éthique de la terre, est assortie de plusieurs « textes d’accompagnement » expliquant la démarche adoptée pour harmoniser les partis pris de traduction des concepts clés. De même, les poèmes de Gary Snyder reproduits dans Aristocrates sauvages sont présentés de façon bilingue, ce qui offre une expérience de lecture plus riche aux lecteurs ayant des connaissances de l’anglais, qui peuvent ainsi comparer simultanément le texte original avec sa traduction. De manière plus générale, les éléments paratextuels accompagnant la traduction sont présentés de façon à ne pas « alourdir » le texte lui-même : c’est ainsi que les notes du traducteur sont regroupés en fin d’ouvrage, afin d’« aérer » les pages comportant le texte principal. L’objectif, comme le note Baptiste Lanaspeze, est de produire des traductions qui peuvent « se mesurer au niveau d’exigence intellectuelle de l’université[46] » tout en restant accessibles à un large public.

Cette démarche a porté ses fruits et, depuis sa création, les titres parus chez Wildproject ont connu un certain écho médiatique ainsi qu’une réception généralement positive par les critiques. Outre le succès presque « attendu » de la traduction révisée de Printemps silencieux, titre phare de la maison, la politique de traduction de Wildproject est saluée de manière plus générale par les critiques. Ainsi Le Monde des livres félicite le « travail remarquable » que mène Wildproject « en traduisant les ouvrages fondamentaux de la pensée écologique[47] », tandis que le magazine d’art Blast approuve une démarche éditoriale ouvrant « un chantier plus que nécessaire[48] ».

Espérons que dans un proche avenir le Centre national du livre ouvre sa liste des « lacunes » éditoriales au domaine de l’écologie ainsi qu’aux sous-champs s’y afférant (écologie culturelle, essais sociopolitiques, nature writing). Cette ouverture faciliterait le travail de traduction mené par Wildproject depuis maintenant cinq ans tout en encourageant d’autres éditeurs à investir un champ intellectuel devenu incontournable, qui nous invite à repenser notre rapport avec le monde naturel ainsi que la litanie de maux que nous lui faisons actuellement subir.

Jérôme Bau et Helen Tomlinson

 

Annexes : extraits d’interview

(Extraits reproduits avec l’aimable autorisation de Matthieu Dumont)

La traduction d’essais présente-t-elle des défis méthodologiques spécifiques ? Je pense notamment au fait que ce sont des ouvrages « intellectuels » qui s’appuient sur des concepts parfois linguistiquement et culturellement spécifiques (landwild, etc.). Dans ce cas, quelle démarche de traduction adoptez-vous ?

Parfois un roman peut être très « intellectuel », comme vous dites. Celui que je viens de traduire, par exemple, demande au traducteur d’être bien informé de l’histoire de la RDA, de l’histoire des théories biologiques et génétiques. Il n’y a donc pas véritablement de clivage entre les genres. En revanche, il peut y avoir des écarts à l’intérieur d’un même domaine : il y a des essais très faciles à traduire et d’autres qui sont de vrais casse-têtes. Mais, oui, vous avez raison, il y a une méthodologie particulière à adopter dans la traduction d’essais. Deux aspects sont particulièrement saillants : d’abord, dans un essai, le traducteur peut a priori se faire plus « visible » : alors que, dans un roman, le lecteur ne doit pas voir les coulisses, dans un essai, la transmission de l’idée avancée, de la structure argumentative, prime sur l’élégance du style. (Notons toutefois que dans certains essais, je pense à ceux qui ont recours à un jargon hermétique, le jeu sur la langue est tellement invasif qu’il devient véritablement constitutif de l’idée.) Pour les concepts réputés les plus intraduisibles, c’est-à-dire ceux pour lesquels l’équivalent français ne recoupe que partiellement la plage sémantique qu’occupe le terme original, le traducteur peut donc toujours choisir de mettre entre parenthèses le terme employé dans la version première à la suite de la traduction choisie ou de compléter par une note de bas de page. Deuxième aspect : pour un essai, le traducteur doit se confronter à l’histoire de la pensée et à l’histoire de la traduction d’une pensée. La démarche consiste donc, pour traduire un ouvrage de philosophie par exemple (cela peut s’appliquer à d’autres disciplines), à étudier pendant plusieurs années la philosophie afin de pouvoir cerner toutes les références mobilisées par l’auteur dans son cheminement de pensée. Cela peut paraître évident, mais c’est la première condition – et ce n’est pas obligé de passer par le cadre universitaire, une bonne partie du boulot est accessible à l’autodidacte motivé. Dans un second temps, le traducteur étudie l’histoire de la traduction d’une pensée, pour traduire « en connaissance de cause », pour obéir à une tradition jugée valable, actuelle, ou pour s’en affranchir. Ainsi, en traduisant Hösle, j’ai dû me familiariser avec l’histoire de la traduction des concepts qu’il hérite de penseurs déjà traduits en français (Hegel, Weber, Jonas, etc.). Les termes clés de la pensée kantienne, par exemple, n’étaient pas forcément traduits de la même façon au dix-neuvième et au vingtième siècle. Il faut donc toujours se positionner par rapport à ces données existantes, et parfois proposer de l’inédit.

Avez-vous un rôle de prospection, de recherche de titres à traduire, chez les éditeurs avec qui vous travaillez ?

Le traducteur est fréquemment, du moins au début de sa trajectoire, un « scout », un dénicheur. Les éditeurs apprécient cette fonction que jouent les traducteurs de façon souvent bénévole. Pour ma part, j’ai un rôle informel de conseiller éditorial chez Wildproject. J’ai notamment proposé de publier Hösle et White. Je sollicite souvent des éditeurs qui se montrent enthousiastes mais n’ont pas les fonds pour concrétiser leur élan. Une exception : récemment, j’ai suggéré un ouvrage posthume d’un philosophe autrichien aux éditions du Seuil et ils ont accepté. Pour convaincre l’éditeur, il faut aussi souvent joindre un essai de traduction ainsi qu’une fiche de présentation de l’ouvrage solidement constituée.

Décrivez-nous votre démarche vis-à-vis d’une nouvelle traduction. Lisez-vous le manuscrit dans son ensemble, avant de commencer à traduire, ou traduisez-vous des sections au fur et à mesure ?

Je lis l’ensemble du bouquin avant de m’y mettre. Cela m’apparaît comme le minimum déontologique, mais ça n’est pas du tout une règle : d’éminents traducteurs préfèrent ne pas tout lire pour pouvoir garder une plus grande fraîcheur de plume… Je regarde également si l’auteur a déjà été traduit, et, le cas échéant, par qui. Alors je m’intéresse vaguement à ce qu’ont fait mes prédécesseurs et puis j’éloigne leurs travaux pour ne pas risquer d’être trop influencé.

Vous dirigiez-vous vers le métier de traducteur ? Je pose la question car, selon Marie-Françoise Cachin (La Traduction, Éditions du Cercle de la librairie), c’est souvent « le jeu de l’amour et du hasard » qui fait que des gens deviennent traducteurs.

J’ai fait un master de philosophie et de pratique culturelle à Paris VIII. La traduction est un exercice qui m’a toujours plu, c’est l’aboutissement de ma formation. Je n’ai pas commencé mes études dans l’optique de devenir traducteur, mais cela s’est peu à peu révélé comme une évidence au moment de la licence. J’avais envie de faire fructifier mon expérience d’apprenti philosophe en Allemagne, et je voulais me mettre au service d’auteurs qui m’intéressaient. Aujourd’hui encore, j’essaie de traduire des auteurs qui m’ont apporté quelque chose. L’amour de la langue, des langues, de leur maniement, de leur approfondissement, de leur appropriation, joue un grand rôle, c’est vrai. Quant au hasard, il intervient dans les rencontres avec les éditeurs. Dans mon cas, faire la connaissance de Baptiste Lanaspeze et de Martina Wachendorff (directrice de la série « Lettres allemandes » chez Actes Sud) a été un double événement décisif et déclencheur.

Est-il utile pour un traducteur d’échanger avec les auteurs qu’il ou elle traduit ? Je pense notamment au cas où il faut des éclaircissements sur le texte, ou quand le traducteur souhaite organiser une rencontre publique autour d’un ouvrage (dédicace, conférence…) et que l’auteur ne parle pas la langue d’accueil.

Oui ! Pour le roman de Schalansky, j’ai buté sur de nombreuses embûches (des allusions difficiles à décrypter) et rencontrer l’auteur m’a beaucoup aidé : ses explications ont été très précieuses pour reconstituer le parcours de sa pensée, de sa langue. Nous allons organiser deux rencontres publiques autour de cet ouvrage en mars (notamment au salon du livre de Paris), mais il y aura un interprète pour la traduction simultanée des interventions de l’auteur. Je me contenterai de parler de mon travail et de lire des extraits.

Quand l’auteur est vivant, c’est une grande source de plaisir que de pouvoir le rencontrer ou dialoguer avec lui. Ça donne une dimension plus humaine au travail sur le texte, dans l’idéal on peut même reconstituer la voix physique qui a engendré ces phrases à traduire. L’oralité est fondamentale dans la traduction, elle est l’épreuve ultime à passer. Le face à face permet aussi de voyager, de sortir de l’atelier ; je ne suis certes pas allé jusqu’à South Bend pour parler avec Hösle, mais j’ai poussé jusqu’en Bretagne pour discuter avec White ou jusqu’à Berlin pour travailler avec Schalansky. Un travail moins solitaire et immobile que l’on ne croit !

 

Bibliographie

Corpus

Callicot, J. Baird, Éthique de la terre, divers traducteurs, Marseille, Wildproject, coll. « Domaine sauvage », 2010.

Carson, Rachel, Printemps silencieux, trad. de l’anglais par Jean-François Gravrand, révisée par Baptiste Lanaspeze, Marseille, Wildproject, coll. « Domaine sauvage », 2009.

Harrison, Jim et Snyder, Gary, Aristocrates sauvages, trad. de l’anglais par Matthieu Dumont, Marseille, Wildproject, coll. « Tête nue », 2011.

Hösle, Vittorio, Philosophie de la crise écologique, trad. de l’allemand par Matthieu Dumont, Marseille, Wildproject, coll. « Domaine sauvage », 2009.

Ouvrages de référence

Barret-Ducrocq, Françoise, « Les sciences humaines au carrefour des langues », in Barret-Ducrocq, F., (éd.), Traduire l’Europe, Paris, Payot, 1992, p. 197-210.

Cachin, Marie-Françoise, La Traduction, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 2007.

Deshusses, Pierre, ConférencesSur la traduction. Le théâtre allemand contemporain. Wolfgang Hildesheimer & la situation de l’écrivain dans la société, Marseille, Agone, 1993.

Foster, John Bellamy, Marx écologiste, traduit de l’anglais par Aurélien Blanchard, Charlotte Nordmann et Joséphine Gross, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.

Heilbron, Johan, « Le système mondial des traductions », trad. de l’anglais par Anaïs Bokobza, in Sapiro, G. (éd.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde éditions, 2009, p. 253-274.

Sapiro, Gisèle et Popa, Ioana, « Traduire les sciences humaines et sociales : logiques éditoriales et enjeux scientifiques », in Sapiro, G. (éd.), Translatio : le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, coll. « Culture et société », 2008,p. 107-138.

Articles en ligne

Deprost, Michel, « À Marseille, Wildproject veut diffuser les écrits de l’écologie culturelle », Enviscope, 29 juillet 2009, disponible sur <http://www.enviscope.com/News/Thematiques/Science/livres/ Wildproject-nature-homme-philosophie,i7751.html> (consulté le 20 janvier 2013).

Heurtematte, Véronique, « Essais sur l’écologie : place aux traductions », dossier « Nature, écologie », Livres Hebdo, no 856, 11 mars 2011, p. 68-70.

Hobsbawn, Eric, « L’Âge des extrêmes échappe à ses censeurs », Le Monde diplomatique, septembre 1999, disponible sur <http://www.monde-diplomatique.fr/1999/09/HOBSBAWM/12431> (consulté le 21 janvier 2013).

Unesco, « L’héritage de Printemps silencieux de Rachel Carson », le 14 décembre 2012, disponible sur <http://www.unesco.org/new/fr/natural-sciences/ioc-oceans/about-us/special-events/ the-legacy-of-rachel-carsons-silent-spring/> (consulté le 21 janvier 2013).

Zarachowicz, Weronika, « Le champ écologique », Télérama, n° 3126, 12 décembre 2009, disponible sur <http://www.telerama.fr/livres/le-champ-ecologique,50257.php> (consulté le 20 janvier 2013).

Sites Internet

Éditions Wildproject, <www.wildproject.org>.

 


[1]Voir « Notre-Dame-des-Landes : un futur “Larzac” pour le gouvernement Ayrault ? », 27 octobre 2012 et Chapelle, Sophie, « Lyon-Turin : comment Hollande s’apprête à dépenser 11 milliards pour que les businessmen prennent le train », Basta ! 21 janvier 2013, disponibles sur <www.bastamag.net/article2848.html>, <www.bastamag.net/article2741.html> (consultés le 21 janvier 2013). Voir aussi Piro, Patrick, « Gaz de schiste. Comment on prépare les esprits », Politis, n° 1230, 6 décembre 2012.

[2]Latouche, Serge, « Vers la décroissance. Écofascisme ou écodémocratie », Le Monde diplomatique, novembre 2005.

[3]Voir le documentaire de Rouaud, Christian, Tous au Larzac, Elzévir films et Arte France Cinéma, 2011.

[4]Par exemple, l’Association des journalistes et écrivains pour la nature et l’environnement (JNE), à l’origine avec les Amis de la Terre de la candidature de René Dumont, n’a pas été distinguée comme étant d’intérêt public. Voir Collet, Philippe, « Agrément des associations : le ministère a fait le grand ménage », 14 janvier 2013, disponible sur <Actu-Environnement.com> (consulté le 21 janvier 2013).

[5]Comme Attac, le Réseau des objecteurs de croissance pour un après-développement, Greenpeace, Global Footprint Network, Utopia, Wuppertal Institute, Negawatt, Sortir du Nucléaire, WWF, etc. Pour une analyse critique de l’implication financière de puissantes fondations (comme l’ONG Environmental Defense Fund) dans le droit maritime appliqué à la pêche, voir : Piro, Patrick, « Une réforme sous influence ? », Politis, n° 1236, 17 janvier 2013.

[6]D’après le chercheur américain John Bellamy Foster. Voir son ouvrage, Marx écologiste, traduit aux Éditions Amsterdam et publié en France en septembre 2011.

[7]Wildproject, <http://www.wildproject.org/wildproject>.

[8]Par opposition – ou en complément – à ses dimensions scientifiques ou politiques.

[9]Il existe également une sixième collection, « À partir de Marseille », consacrée à la vie culturelle de cette ville.

[10]Entretien avec Baptiste Lanaspeze, directeur de Wildproject, le 29 novembre 2012.

[11]Cachin, Marie-Françoise, La Traduction, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 2007, p. 61.

[12]Ibid, p. 75.

[13]Heurtematte, Véronique, « Essais sur l’écologie : place aux traductions », Livres Hebdo, no 856, p. 68-70.

[14]Wildproject, <http://www.wildproject.org/presse>.

[15]Heurtematte, Véronique, op. cit., p. 69-71.

[16]Wildproject, <http://www.wildproject.org/wildproject-10questions>.

[17]Sapiro, Gisèle et Popa, Ioana, « Traduire les sciences humaines et sociales : logiques éditoriales et enjeux scientifiques », in Translatio : le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, coll. « Culture et société », 2008, p. 108.

[18]Ibid., p. 137.

[19]Deprost, Michel, « À Marseille, Wildproject veut diffuser les écrits de l’écologie culturelle », Enviscope, 29 juillet 2009.

[20]Cachin, Marie-Françoise, La Traductionop. cit., p. 76.

[21]Échange de courriels avec Baptiste Lanaspeze, le 22 janvier 2013.

[22]Ibid., p. 78.

[23]Sur le contexte éditorial et idéologique français des années 1990, marqué par un « antimarxisme hargneux », voir Eric Hobsbawn, « L’Âge des extrêmes échappe à ses censeurs », Le Monde diplomatique, septembre 1999, disponible sur <http://www.monde-diplomatique.fr/1999/09/HOBSBAWM/12431>.

[24]Hösle, Vittorio, Philosophie de la crise écologique, préface de l’auteur à l’édition française, p. 7.

[25]Heilbron, Johan, « Le système mondial des traductions », inLes Contradictions de la globalisation éditoriale, p. 264.

[26]Voir « Qui sommes-nous ? » sur le site de Wildproject, <http://www.wildproject.org/ wildproject>.

[27]Échange de courriels avec Baptiste Lanaspeze, le 22 janvier 2013.

[28]Voir le site Internet du Centre national du livre : <http://www.centrenationaldulivre.fr/fr/ editeur/lacunes/>.

[29]Cachin, Marie-Françoise, op. cit., p. 121.

[30]Sur son site Internet, Wildproject s’engage à « se placer à distance respectueuse de l’institution : si Wildproject entend se mesurer au niveau d’exigence intellectuelle de l’université, elle se refuse en revanche à toute forme de jargon. » Voir : <http://www.wildproject.org/wildproject-10questions>.

[31]Cachin, Marie-Françoise, op. cit., p. 121.

[32]Unesco, « L’héritage de Printemps silencieux de Rachel Carson », le 14 décembre 2012.

[33]Callicot, J. Baird, Éthique de la terre, avant-propos de l’éditeur, p. 7.

[34]Barret-Ducrocq, Françoise, « Les sciences humaines au carrefour des langues », p. 203.

[35]Ibid., p. 202.

[36]Cachin, Marie-Françoise, op. cit., p. 103.

[37]Matthieu Dumont a traduit les entretiens entre Jim Harrison et Gary Snyder. Les poèmes de Snyder furent traduits par Olivier Delbard dans le cadre de l’ouvrage Montagnes et rivières sans fin, Éditions du Rocher, 2002.

[38]Cachin, Marie-Françoise, op. cit., p. 19.

[39]Cachin, Marie-Françoise, op. cit., p. 17.

[40]Deshusses, Pierre, Conférences. Sur la traduction. Le théâtre allemand contemporain. Wolfgang Hildesheimer & la situation de l’écrivain dans la société, Marseille, Agone, 1993, p. 19.

[41]Cachin, Marie-Françoise, op. cit., p. 24.

[42]Ibid., p. 12.

[43]Par exemple, la collection « Points essais » du Seuil, qui regroupe des essais sur le thème de l’écologie sous le volet « Société, communication et politique », ou la collection « Folio essais », qui fait voisiner « philosophes et hommes de sciences, anthropologues […] et historiens d’art » sans proposer de dispositif pour « trier » les titres en fonction des domaines qu’ils traitent.

[44]Deprost, Michel, « À Marseille, Wildproject veut diffuser les écrits de l’écologie culturelle », Enviscope, 29 juillet 2009.

[45]Cachin, Marie-Françoise, op. cit., p. 74.

[46]Wildproject, <http://www.wildproject.org/wildproject-10questions>.

[47]Voir des extraits de presse sur le site de Wildproject, <http://www.wildproject.org/presse>.

[48]Ibid.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *