HongFei Cultures, maison d’édition « interculturelle »

« Créer une maison d’édition n’est pas qu’affaire de tempérament et de constance. Il revient à ceux qui ambitionnent d’entrer dans le jeu de l’offre éditoriale, de définir une proposition singulière et créative, dotée d’une identité claire et capable d’amener à elle des lecteurs qui ne l’attendent pas. »

Visuel de l'ouvrage <em> La Bête et les petits poissons qui se ressemblent beaucoup </em>

Visuel de l’ouvrage La Bête et les petits poissons qui se ressemblent beaucoup

Ainsi est introduite la première partie du livre D’une rive à l’autre. Aventure interculturelle des éditions HongFei Cultures1, ouvrage publié en 2012 par la maison d’édition jeunesse à l’occasion de ses cinq ans.

 Singulière, créative, identifiable et inattendue, HongFei Cultures l’est sans aucun doute. Et pour cause, à l’initiative de sa création en 2007, il y a deux hommes aux parcours distincts, étonnamment éloignés de l’édition jeunesse. 

Chun-Liang Yeh, natif de Taïwan, a étudié les sciences et les littératures européennes. Au terme de son cursus, il a quitté l’île située à l’est de la Chine pour venir se former à l’architecture à Paris. Après un séjour universitaire de deux ans à Oxford, il s’est finalement installé en France. Il a travaillé dans un cabinet d’architecte à Paris pendant plusieurs années puis s’est vu proposer un emploi qui lui a permis de réaliser de beaux livres sur l’architecture pour un éditeur chinois. Amoureux des livres depuis l’enfance, il imagine grâce à cette expérience « une nouvelle façon de travailler qui mobiliserait mieux [sa] culture d’origine.2 »

Loïc Jacob lui, est diplômé de Philosophie du droit et d’Anthropologie religieuse. Après avoir enseigné l’Histoire du droit à l’université, il a assuré la direction des études dans un établissement d’enseignement supérieur à Paris.

De la rencontre de ces deux hommes, chacun apportant à l’autre une sensibilité culturelle qui lui est propre – l’une chinoise, l’autre française –, est né le désir de fonder une maison d’édition jeunesse. Le projet propose aux lecteurs français de découvrir la Chine à travers une littérature illustrée s’affranchissant des clichés et des codes convenus.

Couverture de l'ouvrage <em> D'une rive à l'autre </em>

Couverture de l’ouvrage D’une rive à l’autre

Ainsi, loin d’être handicapantes, les trajectoires respectives des deux amis et leur conjugaison ancrent au contraire HongFei Cultures dans le partage des héritages culturels. Notons l’ambition plus large et ô combien louable des éditeurs, incarnée par le nom même de leur maison3 : « Nous souhaitons accompagner le jeune public, par nos publications, dans la découverte de l’Autre comme une source de beauté et un chemin vers plus de liberté.4 »

HongFei Cultures veille à ne pas tomber dans le piège de l’exotisme. En effet, ses fondateurs souhaitent dépasser cette tendance en évitant de brandir un folklore chinois caricatural (vêtements traditionnels, mobilier, gastronomie…) ou d’entretenir certains contre-sens dans l’interprétation des schémas sociaux du pays (on pense par exemple à l’idée erronée selon laquelle l’individu y est nié au profit du collectif5). Au contraire, riche de 33 titres et composé de sept collections, le catalogue s’efforce d’inviter le lecteur à découvrir les facettes que la Chine « a singulièrement cultivées par rapport à d’autres civilisations ». Pour cela la maison offre à lire des textes d’auteurs chinois, classiques ou contemporains, jamais publiés en France dans l’édition jeunesse. Un tel choix est courageux : en s’éloignant sciemment des idées reçues, les éditeurs doivent faire face aux difficultés qu’impose la transmission d’une culture méconnue à un public baigné – et parfois même conditionné – dans une vision faussée de la Chine déjà toute établie et aux contours tenaces. Mais le jeu en vaut la chandelle et la mise en livre des réflexions éditoriales savamment mûries par Loïc Jacob et Chun-Liang Yeh porte ses fruits. 

L’image comme éclaireuse

En effet, les fondateurs de HongFei Cultures ne se sont pas lancés dans leur aventure éditoriale inédite sans prendre les précautions nécessaires. Pour respecter la transmission de « l’esprit et du ton » des textes chinois et ainsi sensibiliser l’enfant français aux véritables propos de l’œuvre, les éditeurs s’en remettent à la force des images. Plus précisément, ce sont des images créées en France qui accompagnent les « textes d’ailleurs », permettant ainsi de les faire passer en douceur et avec fidélité. Pour parvenir à cette adéquation salutaire entre texte et image, pour que la magie opère et que le dessin joue effectivement le rôle de canal, les éditeurs encouragent l’illustrateur à être avant tout un lecteur. L’objectif est ainsi de laisser le soin à l’artiste de construire sa lecture juste qui le mènera à la construction d’images justes. Cette notion de justesse est chère aux éditions HongFei Cultures ; la quête de la création authentique est à leurs yeux le meilleur rempart aux stéréotypes visuels réducteurs, trop souvent associés à la Chine et dénaturant une civilisation plus vaste. 

Avec ces images créées « ici », le lecteur trouve l’appui nécessaire à la compréhension des textes de la Chine : « l’illustrateur devient un éclaireur et un compagnon sur le chemin de la découverte de l’Autre et de l’Ailleurs. »

Couverture de l'ouvrage <em> Veux-tu devenir Bête ? </em>

Couverture de l’ouvrage Veux-tu devenir Bête ?

En guise d’exemple, penchons-nous sur un titre du catalogue en particulier. La Bête et les petits poissons qui se ressemblent beaucoup6 est à bien des égards une parfaite concrétisation de la politique éditoriale imaginée par HongFei Cultures. Écrit par une jeune auteure taïwanaise, Pei Chun Shih et paru en 2011 hors collection, il est le premier opus d’un diptyque, complété en 2012 par Veux-tu devenir Bête ?. En France, c’est Géraldine Alibeu qui a effectué le travail d’illustration de ces deux recueils de quatre histoires au personnage principal pour le moins étonnant. La Bête est un être en vadrouille, guidé par sa curiosité et sa spontanéité. Par le biais de ses aventures, aussi touchantes qu’absurdes, elle offre au jeune lecteur le terreau fertile et bienveillant de la réflexion. Réflexion sur soi, sur les autres, sur notre environnement, sur le monde et sur toutes les relations qui lient entre eux chacun de ces éléments. Finalement, La Bête est une philosophe qui s’ignore.

Dans ses textes, Pei-Chun Shih ne décrit pas, pour ainsi dire, son personnage. Elle déclare elle-même : « Concernant la physionomie de la Bête, je n’ai pas tellement d’idée.7 » Cette imprécision est à l’image du propos : « Il n’y a pas un visage unique à la Bête comme il n’y a pas de réponse unique aux questions soulevées au fil des épisodes dans ce livre.8 » Il est également question d’imagination, en n’enfermant pas sa Bête dans une représentation visuelle immuable, l’auteure laisse plus facilement libre cours à sa créativité.

Géraldine Alibeu semble avoir tout à fait cerné le texte de Pei-Chun Shih et ses intentions d’auteur. Ainsi, elle propose une version « ouverte » de la Bête, qu’elle non plus ne souhaitait pas trop « décrire », afin que la lecture soit le moins possible entravée. Toutefois, il est des détails qui ne peuvent échapper au lecteur, la Bête imaginée par l’illustratrice revêt certaines caractéristiques humaines (visage, mains, sourcils). Géraldine Alibeu explique avec pertinence ce choix : « Pour moi, il a été évident que la Bête avait quelque chose de profondément humain qui la sépare du monde animal9 ». En effet, quoi de plus proprement humain que la philosophie ?

L’humanisme chinois qui marque le texte est ici subtilement soutenu par les illustrations de l’artiste française. En accord avec ses fondements, HongFei Cultures donne à l’œuvre les moyens d’atteindre un public non sinophile et pourtant réceptif.

En articulation avec les images, qui font la particularité de cette maison d’édition en ce qu’elles dépassent la fonction illustrative pour assumer le rôle de passeur, les textes créés ou adaptés par les éditeurs ne bénéficient pas moins d’une réflexion approfondie et clairvoyante.

Textes d’ailleurs, textes d’auteurs

HongFei Cultures publie en très grande majorité des textes d’auteurs chinois. Adaptés, traduits ou imaginés par Chun-Liang Yeh, classiques ou contemporains, tous ont à cœur d’initier l’enfant au goût de l’inconnu, du voyage et de la relation à l’Autre. Il s’agit là de proposer au lecteur une vision du monde pleine de sagesse, portée par la belle tradition littéraire chinoise. En quelques mots, nous pourrions dire que la philosophie partagée par les ouvrages du catalogue, tout en se présentant de mille manières différentes, est bâtie sur un constat fondateur issu du confucianisme : nul individu ne peut s’émanciper sans être en relation avec les autres. La construction de liens est une voie vers l’élévation de sa propre humanité et représente en cela « l’expression la plus élevée de la liberté individuelle en Chine.10 »

L’intention de transmettre cette vision chinoise peu diffusée en France11 passe chez HongFei Cultures par la publication de textes d’auteurs, par opposition aux contes dits populaires ou traditionnels, beaucoup plus présents dans le paysage éditorial. Loïc Jacob et Chun-Liang Yeh expliquent cette distinction en citant Élisabeth Lemirre qui définit le conte par son extravagance et sa morale explicite12. Or, pour les éditeurs, les histoires publiées relèvent d’abord de l’ordinaire, de l’aventure quotidienne. C’est alors « l’art et le regard » des auteurs qui prêtent aux récits leurs allures fabuleuses. Dans cette relation intime entre texte et auteur, où ce dernier propose sa vision d’une expérience, l’œuvre devenant de ce fait singulière, sans avoir nécessairement recours à des effets narratifs de genre ou à une intrigue fantastique.

En valorisant les travaux d’auteurs, plutôt que les contes perpétrés par une forme d’inconscient collectif – et peut-être alors dénaturés –, les éditions HongFei Cultures sont fidèles à leur désir de favoriser l’exploration par l’enfant du monde et de l’Autre. En effet, la lecture de ces textes qui portent en eux la sensibilité d’un individu est déjà un pas vers l’art du partage et de la conversation, vers la reconnaissance de l’émotion d’autrui et ainsi vers l’empathie.

Rencontre des cultures

Il demeure dans l’édition française actuelle des initiatives réjouissantes, qui ont l’intelligence de ne pas perdre de vue l’un des plus beaux rôles que devrait toujours jouer la publication de livres : l’enrichissement personnel et mutuel. La création des éditions HongFei Cultures en est une. Sa force, au-delà de permettre une diffusion saine et lucide de la culture chinoise en France, est d’avoir su universaliser ses ambitions en proposant avant tout aux jeunes lecteurs, les plus beaux outils pour apprécier le monde qui les entoure. Ces outils neufs multiplient les sources d’enseignements et d’apprentissages de l’enfant. Autrement dit, HongFei Cultures encourage à découvrir, observer et apprendre de ce que nous méconnaissons, sans pour autant oublier ce que nous avons déjà acquis.

En effet, on sera heureux de constater que le projet des éditeurs n’est pas d’imposer avec didactisme une vision chinoise par opposition à une vision française qui serait moins vertueuse ; nulle vanité ne vient parasiter la politique éditoriale de la maison. Au contraire, la prudence dont Loïc Jacob et Chun-Liang Yeh font preuve, en vue de transmettre en douceur les messages de textes étrangers, est le signe d’une grande considération pour les lecteurs et leur ancrage naturel dans un autre univers culturel :

« Le vrai défi, c’est d’accepter l’idée que si l’autre pense et agit différemment – avec la sagesse de sa culture – il n’a pas forcément tort. C’est reconnaître alors que ce qu’on tient pour absolu et immuable depuis son enfance, ne l’est peut-être pas si sûrement, sans que cela nuise pour autant à la valeur ou à la beauté de cet héritage. »

Pour aller plus loin :

Sites à visiter

  • Le site et le blog des éditions HongFei Cultures.

  • La Chine des enfants, qui s’intéresse à la perception de la Chine dans le livre jeunesse et l’imagerie.

  • Kochipan, dédié aux échanges culturels entre la France et les pays d’Asie.

  • Les éditions Fei, maison d’édition de bandes dessinées dont le catalogue propose des récits de Chine adaptés par des auteurs chinois et français.

  • Le site de l’Institut International Charles Perrault, association qui analyse la littérature jeunesse et ses adaptations.

  • Le site et le blog de l’illustratrice Géraldine Alibeu.

Livres à lire

  • PIMPANEAU, Jacques, Anthologie de la littérature chinoise classique, Éd. Philippe Piquier, 2007.

  • LEMIRRE, Élisabeth, Les Contes du mandarin, Éd. Philippe Piquier, 2007.

  • JAVARY, Cyrille, 100 mots pour comprendre les Chinois, Éd. Albin Michel, 2008.

  • JULLIEN, François, Traité de l’efficacité, Éd. Grasset, 2001.

Colloque à venir

 

 

1 Ce livre a été réalisé à partir des billets publiés sur le blog des éditions HongFei Cultures et d’interviews auxquelles les éditeurs ont eu l’occasion de répondre depuis la fondation de la maison. La plupart des citations de cet article en sont issues ; les notes indiqueront la provenance des autres.

2 Lors d’une interview réalisée en mai 2011 pour le site Kochipan, dédié aux échanges culturels entre la France et l’Asie.

3 HongFei signifie « Grand oiseau en vol », d’après un poème de Su Dongpo (XIe siècle) évoquant la beauté de la découverte par le voyage et la liberté qu’il procure.

4 Loc. cit.

5 Voir le paragraphe « Textes d’auteurs, textes d’ailleurs » au sujet du confucianisme.

6 Élu meilleure lecture jeunesse de l’année 2007 par l’association de la littérature jeunesse de Taïwan.

7 La Bête part en voyage, rencontre avec l’auteure publiée sur le blog de l’éditeur.

8 Loc. cit.

9 En voyage, La Bête rencontre une illustratrice française…, rencontre avec l’artiste, publiée sur le blog de l’éditeur.

10 D’après l’article Matteo Ricci, ils sont restés sourds., par Chun-Liang Yeh, publié sur le blog des éditions HongFei Cultures.

11 Dans le secteur de l’édition illustrée, seules les éditions Fei proposent une approche similaire en faisant travailler des artistes chinois contemporains avec des scénaristes français dans la création de bandes dessinées. Là aussi, la maison souhaite faire découvrir les récits de Chine méconnus en Europe.

12 In avant-propos des Contes du Mandarin, Éd. Philippe Piquier, 2007.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *