« C’est la faute à Voltaire » : quand livres et solidarité mènent un combat contre l’exclusion culturelle et sociale

Ernst Ludwig Kirchner - <i>Paar in der Bibliothek</i> - 1930

Ernst Ludwig Kirchner – Paar in der Bibliothek – 1930

« Donnez à vos livres la couleur de la solidarité1 » 

Depuis maintenant seize ans, dans le premier arrondissement2 de Marseille, l’association « C’est la faute à Voltaire » agit au service de l’accès à l’univers des mots et des livres de personnes qui en sont éloignées, réaffirmant le droit à la culture pour tous.

La politique culturelle en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et dans les Bouches-du-Rhône

Depuis 1993, la région PACA et le département des Bouches-du-Rhône favorisent la lecture et l’écriture dans certains quartiers éloignés des structures culturelles. Des espaces lecture, comme l’ACELEM (Association Culturelle d’Espace Lecture et d’écriture en Méditerranée, 1996) ont été créés et permettent désormais : « [d’] attirer les publics qui ne fréquentent pas les structures de lecture publique, les sensibiliser à la lecture et à l’écriture, servir de passerelles avec les bibliothèques municipales. Ces lieux consacrés à l’animation autour du livre sont des structures de proximité, implantées au coeur des cités, au bas des immeubles, au plus près de la population des quartiers offrant ainsi une facilité d’accès à ces publics. » De même, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur est l’initiatrice, en 1991, des Villes-Lecture, telles Aubagne, Avignon, Gardanne. Ce projet permet le développement de la lecture et de l’écriture sur ces communes ainsi que la lutte contre l’illettrisme grâce au portage et au partage de livres à domicile. Grâce également à des actions en faveur des bibliothèques-centres-documentaires des écoles primaires et à la sensibilisation autour de la littérature pour la jeunesse vers tous les personnels liés à la petite enfance. Pour finir, par l’intermédiaire de rencontres avec des auteurs et d’ateliers d’écriture tout au long de l’année pour tous les publics.

L’association « C’est la faute à Voltaire »

En 1996, l’association est créée par Natacha Clary, diplômée en communication externe des structures sociales, et René Puddu, son président fondateur, alors responsable d’un lieu d’accueil pour les personnes sans domicile fixe faisant également office de galerie d’art contemporain. Tous deux sont partis d’un constat simple : la ressource de livres chez les grands lecteurs était importante mais quasi absente dans les structures marseillaises à caractère social accompagnant des personnes en difficulté sur divers plans (logement, santé, emploi…), alors même que ces personnes pouvaient trouver intérêt à une offre de lecture dans ce contexte.

L’objet premier de « C’est la faute à Voltaire » est donc de favoriser l’accès à l’univers des mots de personnes en situation d’exclusion sociale, notamment à travers les livres. Les fondateurs de l’association ont créé un circuit solidaire qui offre une seconde vie à des livres donnés par des particuliers en les mettant gratuitement à disposition des publics accueillis dans les structures sociales partenaires (accueils de jour pour personnes sans domicile fixe, foyers d’hébergement, maisons relais, etc.) sous la forme d’espaces dits Livres et Lecture. Aux côtés de Lœtitia Bourgine, l’actuelle directrice, un conseil d’administration de douze membres et une équipe de onze salariés animent avec détermination cette association, dont l’action principale se dédouble entre cette activité de création et d’animation d’espaces « Livres et Lecture » dans des structures sociales et un espace librairie d’occasion ouvert à tous en centre ville. Elle forme ainsi une passerelle entre des donateurs, des professionnels solidaires et des personnes exclues de l’univers des livres. Parce que les livres sont, pour l’association « C’est la faute à Voltaire », une fenêtre grande ouverte sur le monde, ils peuvent alors devenir aussi un outil efficace pour retrouver une place dans la société et favoriser une meilleure cohésion sociale. 

Logo de l'association « C'est la faute à Voltaire »

Logo de l’association « C’est la faute à Voltaire »

La création des espaces « Livres et Lecture »

Apporter au plus près des personnes en difficulté les plaisirs et ressources des livres et des mots sans attendre que leur situation leur permette de profiter de l’offre de droit commun (librairies, bibliothèques publiques) est le principe à la base des espaces « Livres et Lecture » que « C’est la faute à Voltaire » crée et anime dans les structures sociales précédemment évoquées. Plus qu’un meuble contenant des livres et dépassant la dénomination « bibliothèque sociale », cet espace s’aménage en concertation avec les professionnels des structures concernées, dans un esprit de sur-mesure qui prend en compte l’organisation et le mode de fonctionnement du lieu ainsi que les problématiques des publics reçus. Il est donc conçu pour être au maximum accessible et attractif, avec une attention particulière portée à l’esthétique et au confort. 

L’association reçoit environ 30 000 ouvrages par an de donateurs souhaitant participer par une action dans laquelle le livre est un objet social significatif et/ou qui doivent se défaire d’une partie ou de la totalité de leurs livres. Dans un premier temps, « C’est la faute à Voltaire » accueille les donateurs, réceptionne les dons, classe et répertorie les ouvrages. C’est à partir de ce travail de don qu’elle met gratuitement à disposition les livres sous forme de bibliothèque dans les structures sociales avec qui elle collabore.

À mi-chemin entre bibliothèque personnelle et bibliothèque publique, ces espaces « Livres et Lecture » invitent le public auquel ils sont destinés à emprunter librement les ouvrages de son choix pour une durée qui n’est pas strictement déterminée. Il s’agit de prendre en compte des caractéristiques propres à ce type de public : les durées de prêts habituelles des bibliothèques collectives, par exemple, sont souvent difficiles à respecter pour des personnes qui, du fait de la précarité de leur situation, ne peuvent maîtriser aisément leur rythme de vie, leur trajectoire. à un autre niveau, un public peu familier des livres et de la lecture a souvent besoin de plus de temps pour découvrir un ouvrage. Pour faciliter l’usage collectif de tels espaces, « C’est la faute à Voltaire » met donc en place des outils simples comme un carnet de prêt / carnet de souhait en libre service. Celui-ci peut avoir plusieurs vertus : il permet à ceux qui le souhaitent de s’inscrire dans le rapport normé associé à l’emprunt, manifestant ainsi qu’au-delà de leurs difficultés, ils sont capables d’une pratique culturelle socialement valorisée. Il permet aussi à tous les utilisateurs potentiels de l’espace « Livres et Lecture » de savoir quels ouvrages seront prochainement de retour et disponibles à la lecture. Enfin, il donne aux intervenants de « C’est la faute à Voltaire » la possibilité d’avoir une certaine visibilité de la dynamique de l’espace et de recueillir les souhaits des personnes absentes lors de leur passage.

En 2011, « C’est la faute à Voltaire » a ainsi permis la mise en place ou la pérennisation de ce type de bibliothèques dans quatorze structures partenaires dont notamment deux lieux d’accueil de jour pour personnes sans domicile fixe, trois centres d’hébergement et de réinsertion sociale pour femmes et jeunes femmes, une structure assurant l’accompagnement et l’hébergement de personnes en situation précaire dans des appartements de coordination thérapeutique, deux structures d’accueil et de prise en charge de personnes souffrant d’addiction et enfin, une association de quartier tournée vers les enfants. Pour chacune des structures, « C’est la faute à Voltaire » sélectionne le fonds de livres en fonction des souhaits recueillis auprès des personnes accueillies et de son expérience quant à ce qui constitue une offre de lecture intéressante et de qualité pour un large public.

Ainsi, l’ouverture aux livres et donc aux mots se fait autant que possible en fonction des attentes et des besoins particuliers mais aussi pour inviter à la découverte des richesses qu’ils contiennent : diversité des genres et des formats, des sujets et des thèmes, pluralités des imaginaires, des sensibilités, des styles etc. Il y a toutes sortes de lecture, pour toutes sortes de centre d’intérêt, d’utilités, d’usages. Aider à l’aménagement de tels espaces, constituer les fonds d’ouvrages et les renouveler, proposer des temps d’animation autour des livres et des mots, l’intervention de « C’est la faute à Voltaire » peut se faire à de multiples niveaux. Cependant, la finalité est commune : créer à partir du livre un moment de bien-être, de détente et amorcer des échanges portant sur d’autres sujets que les difficultés quotidiennes. Faire également comprendre que les mots permettent la définition et l’expression de l’individualité et de l’intériorité ainsi que la rencontre avec l’autre et la compréhension de ce qu’il souhaite dire. Cette démarche conjuguant le champ social et le champ culturel repose sur l’idée que « maîtriser ses mots permet de mieux maîtriser sa vie » disait Natacha Clary. Ainsi, en 2011, 3 568 ouvrages ont été mis gratuitement à disposition de ces quatorze structures dont 2 505 en complément de fonds déjà existants. Deux cent soixante-deux séances d’animation de deux à trois heures ont été menées mobilisant plus de 1 400 participations. Ont aussi été proposées par les animateurs de « C’est la faute à Voltaire » 500 lectures à voix hautes de textes littéraires.

Enfin, même si ces espaces « Livres et Lecture » sont constitués de livres d’occasion, l’association attache une grande importance à l’état du livre-don. Un des enjeux est de donner une représentation désacralisée du livre et de l’écriture afin que toute personne y compris en difficulté se découvre ou se redécouvre légitime à s’approprier ces outils de connaissance, d’expression, de création si elle le souhaite. En effet la culture en général et le langage, la langue et leurs supports en particulier sont un bien commun qui ne doivent pas être réservés à des élites quelles qu’elles soient. À cause d’un parcours chaotique et précaire, des personnes se sont éloignées ou ont été tenues éloignées du livre, de la culture en général, donc des moments d’échange, d’évasion ou de repos qui y sont aussi associés. Il s’agit alors de mener un travail de sensibilisation et de familiarisation avec l’univers du livre pour qu’un jour ces personnes se sentent autorisées à se les accorder malgré les contraintes auxquelles elles sont confrontées, ne serait-ce que parce qu’elles pourraient y trouver des ressources utiles pour y faire face.

La librairie d’occasion

Une autre partie des dons que recueille l’association alimente son espace « Librairie d’occasion » ouvert à tous. Plus de 7 000 ouvrages sont disponibles dont le prix moyen est inférieur à 3 €3– du roman policier à l’ouvrage de médecine, de droit ou de langue ; du livre historique à l’ésotérique et à la science fiction ; du roman d’Honoré de Balzac, de V.S. Naipaul, de Kazuo Ishiguro à celui de Marc Lévy, de Mary Higgins-Clark ou d’Anna Gavalda. Le prix de ces livres d’occasion est calculé en fonction du prix de vente initial, de sa date de parution, de l’état dans lequel il est donné, de son genre et enfin de sa rareté. Les genres les plus présents sont le roman en grand format et en poche, ainsi que l’histoire et la littérature pour la jeunesse. Les bandes-dessinées sont plus difficiles à trouver car l’objet en lui-même est plus conservé par son lecteur qu’un livre de poche.

La donation et la valeur sociale de l’écrit et du livre

En France, le principe de la donation de livres remonte aux années 1980 avec la publication du rapport Pingaud-Barreau4 (1982). Ce dernier a permis la création de la direction du Livre et de la Lecture et d’une mission de développement de la lecture au sein de cette direction et du ministère de la Culture et de la Communication. Elle assure depuis un rôle d’évaluation et de réglementation dans le domaine du livre et de la lecture. La place de la lecture, de l’écriture et donc du livre devient un enjeu social et on est à la recherche de nouveaux lecteurs. L’offre de lecture s’organise en France avec la prise en compte des notions de citoyenneté, de solidarité, de partage et d’échange. Le livre devient alors la clé du savoir à l’échelon local, un instrument essentiel de l’éducation permanente, d’une prise de décision indépendante et du développement culturel de l’individu et des groupes sociaux. Au livre est assigné un cadre aussi bien culturel que social avec le refus de toute discrimination et un désir d’égalité des chances : « L’expérience de plus d’une dizaine d’années démontre aujourd’hui à l’ensemble des acteurs œuvrant pour l’accès à l’écrit et au livre qu’il faut s’appuyer sur les notions de proximité, de convivialité, de partage et d’échange pour reconstituer un tissu fortement craquelé, au cœur duquel l’écrit tient une place déterminante5. »

Pour Mauri Rosi6, la donation de livre est alors un outil efficace pour la promotion de la lecture et d’une éducation de qualité pour tous, à condition de tenir compte de tout un ensemble complexe et variable de facteurs. Afin d’être utile elle doit en particulier être adaptée aux besoins et à la sensibilité des bénéficiaires et contribuer au renforcement de l’ensemble des éléments du secteur du livre. Il faut entendre « donation » comme le transfert gratuit, ou presque gratuit pour le destinataire ou bénéficiaire, d’un certain nombre de publications, à des fins éducatives ou culturelles. Ce transfert est critiqué par certains qui le voient comme un processus plus complexe qu’il n’y paraît et qui décourage les initiatives éditoriales locales en perdant de vue les liens que chaque élément du monde du livre entretient avec les autres : « Lorsqu’un programme de don tend à s’éterniser, il y a lieu de se poser des questions sur son utilité et sur ses relations d’être7. » Comme un médicament, la donation peut soigner mais à condition d’être adaptée à son bénéficiaire. De ce fait, la morale du beau geste est à bannir. Pour être efficace, un programme de donation doit tenir compte de l’environnement économique dans lequel il intervient et revêtir un sens pertinent dans le cadre d’une conception intégrée du livre. Il doit agir en tant qu’instrument de formation du lectorat et de stimulation de la demande comme le fait « C’est la faute à Voltaire ». La donation se doit donc d’avoir un impact sur les autres maillons de la chaîne du livre, notamment en bibliothèque et en librairie.

« La lecture adoucit les mœurs ou les exaspère. Lire, c’est vivre, c’est boire à la source de la connaissance humaine8 » peut-on entendre à travers le travail mené par « C’est la faute à Voltaire ». Au livre est donné une mission des plus nobles : il promeut le mot, la générosité, la persévérance et la solidarité ; dans un contexte où l’exclusion sociale ne tend pas à disparaître. Un bien et un mal alors. Depuis 2010, en France, le nombre des situations de pauvreté a augmenté et s’est diversifié. De même, les inégalités se sont creusées, éloignant davantage encore dans l’échelle des revenus disponibles, les 10% des Français les plus modestes, des 10% des Français les plus aisés9. Dans les Bouches-du-Rhône, une étude de la Caisse d’allocation familiale datant de 2012 a révélé qu’à Marseille, 26 % des habitants se situaient au dessous du seuil de pauvreté (954 € par mois)10. Gageons que les livres mènent hors de la spirale de l’exclusion.

1 Phrase se trouvant sur la devanture de la librairie d’occasion de l’association « C’est la faute Voltaire ».

2 Au 27 cours Franklin Roosevelt, 13001 MARSEILLE, France, +33 4.91.47.90.71.

3 2,83 € en juillet 2011.

4 Bernard Pingaud est un écrivain français et dirigeant le groupe d’études du secrétariat à l’Action Culturelle du parti socialiste jusqu’en 1979. Il a également défendu le prix unique du livre. En 1981, il est chargé par Jack Lang de présider la Commission de réflexion sur la politique du livre et de la lecture. Il est secondé par Jean-Claude Barreau et le rapporteur est Philippe Reliquet. Ce rapport s’intitulera : « Pour une politique nouvelle du livre et de la lecture » (1982).

5 Claudie Tabet, La bibliothèque « hors les murs », Paris, Éditions du cercle de la librairie, 1996, p.26.

6 Mauri Rossi, La donation du livre pour le développement, 2004.

7 Ibid. p.14.

8 Jean Vallée, citation présentant l’association sur l’Internet. Page web créée par un riverain marseillais et non par l’association « C’est la faute à Voltaire ».

10 Sophie Manelli, « Marseille : pauvreté, les femmes et les enfants d’abord », La Provence, 09 novembre 2012 et «  En Provence-Alpes-Côte-d’Azur, 15,7 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté en 2009 », rapport Insee études, n°38, juillet 2012.

Pour aller plus loin

Sites à consulter :

Livres à lire :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *