Mort de Steve Jobs, co-fondateur de l’empire Apple

Disséminés à travers le monde, les hommages à Steve Jobs se succèdent, qu’ils viennent de personnalités influentes tel Barack Obama, ou de simples anonymes. A l’annonce de sa mort, le très sérieux quotidien Times s’est immédiatement attelé à un dossier spécial sur le génial créateur ; les Apple Stores des plus grandes villes du monde ploient sous les témoignages de sympathies et bouquets de fleurs, déposés par des anonymes admiratifs et reconnaissants. Steve Jobs lui-même, malgré son flair indiscutable, n’aurait su prévoir l’ampleur de l’évènement.

Steve Jobs fonde Apple avec son ami Steve Wozniak, au fin fond d’un garage poussiéreux, au cours de l’année 1976. A l’époque rien ne laisse présager le succès fulgurant de la société en devenir. Et pourtant.

Poussé vers la sortie en 1985 par le patron de Pepsi, John Sculley, qui avait été engagé afin de contrôler la créativité sans bornes de Jobs, reprendra pourtant les rênes d’Apple à l’aube de l’an 2000, et ne les cèdera qu’en 2011, pour des raisons autrement plus graves qu’un « combat de coqs » à savoir des problèmes de santé. En 2003, on lui découvre une tumeur au pancréas, qu’il se fera retirer un an plus tard. Puis en 2009, il se fait à nouveau opérer afin de subir une greffe de foie, après que son organe a été endommagé par le cancer. Il mène alors un courageux combat contre la maladie, en vain. Il s’est éteint le 5 octobre 2011 à l’âge de 56 ans.

La carrière de Steve Jobs a bien entendu été marquée par un nombre considérable d’inventions plus ambitieuses les unes que les autres  qui ont révolutionné la relation au numérique de la société. De l’imac à l’ipod en passant par l’iphone ou encore l’ipad, le génie visionnaire n’a cessé de nous surprendre. La machine Jobs a progressé et il n’y a bien eu qu’une maladie vicieuse et dévastatrice pour l’enrayer dans sa course effrénée à la nouveauté. Ce qu’on peut retenir de tous ces objets qui pèsent, ou pas, dans le fond de notre sac, c’est leur caractère polyvalent. Il est bel et bien fini le temps où l’un de nos « gadgets » ne nous servait qu’à une action bien particulière. Désormais, muni de son iphone, on peut à la fois se tenir au courant des résultats des primaires socialistes, écouter le dernier album de son artiste favori, checker ses mails tous les quarts d’heures, immortaliser un évènement insolite en prenant des photos de qualité, et enfin, accessoirement, téléphoner.

Le règne d’Apple est bien en place, et à l’heure du tout numérique ou presque, même la disparition de son co-fondateur de talent ne semble pouvoir stopper sa progression.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *