Le face à face de Frédéric Beigbeder et François Bon : après le livre, l’apocalypse ?

Que ce soit dans la presse écrite ou dans les livres, le numérique divise les opinions. Craintes réelles ou idées reçues ? C’est en tout cas ce qui a opposé Frédéric Beigbeder, auteur de Premier bilan après l’apocalypse, et François Bon, auteur de Après le livre,  lors de l’émission « Répliques » animée par Alain Finkielkraut sur France Culture le 12 novembre 2011.

Ce débat cristallise à lui seul les angoisses et les espoirs propres au monde du livre à l’aube de l’an 2012.

Volontairement provocateur et alarmiste, Frédéric Beigbeder n’hésite pas à se qualifier de « fanatique de l’apocalypse » ou encore de « mélancolique et paranoïaque ». Suite à la parution de son plaidoyer pour le livre papier, l’auteur dresse un constat bien pessimiste au sujet de l’édition numérique et annonce la disparition de la lecture et du roman. Il dénonce une utopie en cours, qui ne serait plus de la science fiction, où l’on aurait toute la culture du monde dans la poche. Il voit dans cette nouvelle perspective une « guerre entre civilisation et barbarie ». L’univers numérique est pour lui un monde qui rime avec « déculturation, déshumanisation et absence de silence », où l’« on perd la madeleine du livre ». Si son ton se veut « apocalyptique » dans sa préface pamphlétaire, il n’hésite pas à faire part d’auto dérision pour entamer le débat avec son opposant, et néanmoins confrère, François Bon. Pour défendre sa position, il s’appuie sur l’exemple anecdotique développé dans la préface de son livre, celui de la lectrice dans l’avion. En effet, avec le livre papier, il est possible d’entamer la discussion avec cette charmante lectrice de Amants, heureux amants puisqu’on peut en voir la couverture. Mais qu’en est-il avec une tablette numérique?

Outre le format du livre, le numérique dépossèderait même les auteurs qui ne seraient plus maîtres de leur roman. Selon lui, chaque livre est unique, or le livre numérique uniformise cette littérature dans un seul objet, alors qu’autrefois chaque livre avait sa propre forme. Avec le livre numérique, l’auteur n’est plus maître de ces choix. Frédéric Beigbeder n’hésite d’ailleurs pas à accuser François Bon d’être « en train d’ouvrir la porte au cheval de Troie ». Pour renforcer son attachement au monde de la page, Frédéric Beigbeder dénonce le caractère intrusif d’internet pendant une lecture numérique. La médecine semble appuyer cette prise de position puisqu’on parle aujourd’hui de la maladie du non lecteur, le syndrome de déconcentration (Attention Deficit Disorder, ADD). Le lecteur numérique, en étant hyperconnecté, perd de sa concentration et de son attention au fil de sa lecture ; distrait, sa lecture reste parfois superficielle.

Si Frédéric Beigbeder a fait le « choix de résister », François Bon, quant à lui, offre un tout autre point de vue et encourage les lecteurs à « monter dans l’avion du numérique ». Il s’érige contre les « pompes funèbres générales du livre papier » et contre cette fixité des mots souvent attribuée à l’écrit.

À la perte de l’odeur, il répondra avec beaucoup de pragmatisme que le papier ne sent pas, qu’il s’agit d’un « truc recyclé, blanchi à l’acide sulfurique et hydrofugé avec 4 % d’acide sulfurique. Ce que l’on sent, se sont des gouttelettes projetées au moment de la diffusion dans un distillat d’éthanol ».

Nous l’aurons bien compris, avant d’attaquer l’édition numérique, il faudrait peut-être commencer par en démonter les idées préconçues.

À cette autre idée de lecture isolante et silencieuse, qu’Alain Finkielkraut appuie en déclarant haut et fort : « on emmerde le vivre ensemble », François Bon souligne qu’au contraire avec le numérique « où ré-ouvre une agora au sens étymologique du terme ». La lecture a toujours été sociale, déjà au temps des manuscrits on annotait les textes. La position de philistin adoptée face au livre, nous a fait perdre cette dimension. Si pour Frédéric Beigbeder la lecture numérique est avant tout une lecture faite de « bruits, de bips et de blups », pour François Bon, au contraire, il s’agit de redonner une vision sociale de la lecture. Il déclare même que « la lecture est un sport d’équipe ». Il souligne également l’enjeu culturel qui se joue : faire découvrir la littérature au plus grand nombre. Quoi de plus gratifiant pour lui que de voir un lecteur taper « théâtre » dans sa barre de recherche et lui faire découvrir les textes de Koltès. Il faut savoir vivre les transitions de notre époque au lieu de les vivre comme une mort.

« Bon n’est pas mauvais. […] On n’ira pas jusqu’à dire qu’on est d’accord, on n’ira pas jusque là… ! » (Frédéric Beigbeder)

Si les deux positions semblent tranchées, ces deux auteurs « témoins, consommateurs, protagonistes, stupéfaits ou éblouis » ont néanmoins un point commun, celui de défendre la littérature et la lecture. Tous deux se rejoignent pour parler de « littérature dans les écrans ».

Pour écouter l’émission dans son intégralité (52 min), « Les livres et après ? » ; https://www.franceculture.fr/emission-repliques-les-livres-et-apres-2011-11-12>

Pour aller plus loin :

  •  François Bon, Après le livre, Paris, Seuil, 2011.
  •  Frédéric Beigbeder, Premier bilan après l’apocalypse, Paris, Grasset, 2011.
  • Jean Sarzana, Impressions numériques, quels futurs pour le livre ?, Paris, Cerf, 2011.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Catie dit :

    Le toucher et l’odeur.. il y a aussi ces données-là dans un livre papier.. deux données irremplaçables par une tablette qui elle est froide et sans odeur.. Indispensable livre papier.. Vive Mr Beigbeder !!

  1. 17 août 2013

    […] SOURCE : LE MONDE DU LIVRE […]

  2. 15 mars 2015

    […] Le lecteur numérique, en étant hyperconnecté, perd de sa concentration et de son attention au fil de sa lecture ; distrait, sa lecture reste parfois superficielle. (Monde du livre, débat entre Frédéric Beigbeder et François Bon) […]

  3. 7 avril 2015

    […] Avant de laisser un jeune utiliser Internet seul, il est indispensable de s’assurer qu’il a assimilé les règles élémentaires de vigilance, de civilité, et de responsabilité sur Internet. Qu’est-ce que le Permis Internet pour les enfants ? Mobile – Version mobile CNIL. Le face à face de Frédéric Beigbeder et François Bon : après le livre, l’apoc… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *