Du papier à l’application : l’édition musicale graphique à l’heure du numérique

6 avril 2013
Par
Music Note Bokeh, (c) Daniel Paxton

Music Note Bokeh, (c) Daniel Paxton

La musique, ce sentiment de la Beauté qu’ont les êtres humains, serait née de l’explosion d’une étoile proche de la Terre qui, éblouissant les hommes de la Préhistoire leur aurait montré la petitesse et la majesté du monde. Jusqu’alors l’apanage des dieux, la musique, telle une première étincelle domptant la puissance des éléments, devint humaine et mortelle en accompagnant les rites funéraires : la voix rappelant le souffle des vivants, l’instrument imitant les forces de la nature, les percussions reliant deux mondes, la terre et l’Au-delà, et le pouvoir sacré de la musique accompagnant l’envol des âmes défuntes.

La date précise des premières écritures musicales de l’histoire de l’humanité est difficile à définir. Néanmoins, l’on peut dire que le besoin de représenter la musique par un système de notation s’est manifesté dans la plupart des civilisations qui connaissaient une écriture. Plus concrètement mais témoignant toujours de la souffrance humaine en musique, les sept notes que nous utilisons – ut/do, ré, mi, fa, sol, la, si – proviennent de la première strophe latine d’un hymne à saint Jean-Baptiste[1] attribué au poète Paul Diacre : « Ut queant laxis resonare mira gestorum famuli tuorum solve polluti labii reatum sancte i Oannes», que le normalien Xavier Lacavalerie[2] traduit par « Pour que résonnent, sur les cordes détendues de nos lèvres, les merveilles de tes actions, enlève le péché de ton impur serviteur, ô saint Jean ».

C’est au XIe siècle que Guido d’Arezzo, un moine bénédictin italien ayant grandement contribué à la pédagogie musicale, eut l’idée de détacher la note de la première syllabe de chaque hémistiche afin de nommer les notes de la gamme. Ces sept débuts d’hémistiche correspondant a un degré supérieur de la gamme majeure. Il en fit ainsi un système de notation inédit, appelé solmisation  (sol + mi) puis solfège (sol + fa), qui ajouté à une autre de ses inventions, l’hexacorde, ancêtre à quatre lignes de notre actuelle portée de cinq lignes, donne à chaque note une position absolue et non plus relative lorsqu’écrite sur un neume[3] en usage à la même époque et jusqu’à la fin du Moyen Âge.

Partition des <SMALL>XIV</SMALL><sup>e</sup> ou <SMALL>XV</SMALL><sup>e</sup> siècles

Partition des XIVe ou XVe siècles

Histoire de la musique imprimée

L’édition musicale ne doit pas être confondue avec l’édition de disques. L’on parle ainsi d’éditeur graphique pour l’édition musicale et d’éditeur phonographique pour le disque. Elle consiste au commerce des partitions de musique, classique ou autre, ainsi que d’ouvrages universitaires de recherche et d’enseignement tels que les méthodes d’instruments et de solfèges. Si le processus éditorial général remonte à l’Empire romain : Atticus, copiste de Cicéron, est le premier à avoir l’idée de faire le commerce de textes manuscrits ; il faut attendre la fin du xve siècle, à la suite de l’invention de l’imprimerie typographique, pour voir appliquées à la musique les idées d’Atticus.

Si la musique s’écoute, c’est avant tout un art qui s’écrit : la partition musicale imprimée qui reste cependant un système d’écriture, une sténographie imparfaite de la volonté du compositeur mais qui grave la hauteur des sons et leur déroulement dans le temps afin de conserver à jamais les lignes sonores, telles des phrases.

En Occident, c’est vers le milieu du IXe siècle qu’apparaissent dans le nord de la France, les premiers signes graphiques traduisant une ligne mélodique : un accent aigu pour symboliser un mouvement ascendant et un accent grave pour noter un mouvement descendant. Se développe alors, sous l’influence des lettrés carolingiens, un système de signes plus ou moins conventionnels, les neumes. Cependant, ces signes se diversifient suivant les régions et les écoles et rendent très difficile aujourd’hui la lecture de ces premières musiques. Il n’en reste pas moins qu’indiquer les figures mélodiques et la courbe d’une ligne chantée est un début. L’on commence ensuite à repérer les hauteurs relatives des sons afin d’en fixer la notation par des lettres de l’alphabet, tradition qui perdure dans les cultures anglo-saxonnes (la note do est symbolisée par la lettre C), mais qui, en France, est remplacée par le système de notation de Guido D’Arezzo qui fait naître la notion de portée, chaque ligne étant la référence de la hauteur d’un son.

Pendant la Renaissance, l’écriture musicale des chansons d’amour est d’une extrême complexité et marque l’apogée du genre en enrichissant les manuscrits de miniatures au sommet du raffinement et de la poésie. À la fin du XVe siècle, l’imprimerie va révolutionner l’édition et la typographie musicale. Cependant, rien ne semble pouvoir remplacer les enluminures, les armoiries, les dorures des manuscrits. Sous elles et grâce à elles, se dessinent sous les méandres de la plume, l’idée musicale, le génie créateur en mouvement du compositeur et sa pensée créatrice. Les notent rentrent dans un jeu visuel et mettent en lumière les diversités d’écritures musicales.  L’on parle de la partition autographe, originelle, faite des mains du musicien. Lorsque le livre des psaumes est imprimé à Mayence, après la Bible, on y écrit la musique à la main dans les espaces laissés en blanc. L’on peut également imprimer la notation en caractères mobiles et l’on se sert d’une seconde forme qui imprime en encre rouge les initiales et les portées. Mais la notation n’ayant toujours pas de règles fixes, l’on imprime quelquefois que les portées sur lesquelles chaque acheteur peut inscrire les notes à la main.

Pendant la Renaissance, la musique instrumentale prend un essor considérable grâce à l’édition et à l’imprimerie musicale qui se développent parallèlement à partir de 1473 en Allemagne, en Italie et en France. Le premier éditeur-libraire de musique française est Athénian qui publie en 1529 un recueil de chanson écrite par Claudin de Sermisy, clerc à la Sainte-Chapelle de Paris, puis à la chapelle royale sous Louis XII et François Ier. L’on commence à percevoir la nécessité pour les créateurs d’avoir un professionnel qui assure la diffusion des œuvres. Cependant, certains théoriciens considèrent que la date de naissance de l’imprimerie musicale est le 15 mai 1501 lorsqu’à Venise, l’imprimeur Ottaviano Petrucci a l’idée de graver isolément chaque note en y adjoignant la partie des portées sur lesquelles elle repose. Un poinçon d’imprimerie représente alors une seule et unique note sur un petit tronçon de portée. Ces notes les unes à côté des autres forment à la fin plusieurs portées composant la partition.

Du XVIIe siècle au XVIIIe siècle, les compositeurs sont les éditeurs de leurs propres œuvres et peuvent mettre en dépôt leurs partitions chez des marchands spécialisés ou non dans la musique et qui leur verse une commission en guise de salaire. L’opéra reste cependant le privilège de l’éditeur Ballard et de l’académie royale de Musique. Le milieu de l’édition musicale est très fermé, il n’y a pratiquement aucun éditeur généraliste qui se lance dans l’édition de partition. Les éditeurs spécialistes du genre sont, en plus d’être éditeurs, des compositeurs, interprètes ou professeurs.

C’est au début du XIXe siècle que l’on parvient à surmonter les obstacles des portées discontinues. L’imprimerie des frères Duverger applique le polytypage, l’art de multiplier les choses, à la musique : l’ensemble des éléments composant une partition est isolé par la composition typographique. D’autres graveurs-fondeurs reprennent la technique d’impression avec laquelle la note adhère à la portée, en créant une variété quasi infinie de caractères. Ce procédé est plus économique, il suffit seulement de retoucher dans les moules en plâtre les endroits où les portées se rejoignent afin de faire disparaître les imperfections[4]. Toutefois, ces différents systèmes d’impression typographique de la musique ne peuvent être employés avec avantage que pour les ouvrages imprimés à un grand nombre d’exemplaires, à l’image des livres d’église ou de ceux servant à l’étude de la musique dans les écoles publiques. Quant à la musique de salon et aux œuvres qui se vendent à petit nombre, l’ancien procédé, consistant dans la gravure sur planche métallique, est plus économique et plus satisfaisant pour la qualité de l’impression, ce qui explique la préférence que lui donnent les éditeurs de musique.

Enfin, il faut distinguer trois grandes périodes dans l’histoire de l’édition de musique au XXe siècle : l’époque graphique, l’époque phonographique et l’époque numérique.

  • L’époque graphique

Jusqu’en 1914, le format imprimé est le seul vecteur de la diffusion de la musique. La musique imprimée se divise en partitions pédagogiques, arrangement de musiques classiques tombées dans le domaine public et enfin chansons populaires de l’époque. La vie musicale n’existe que par le spectacle vivant et des éditeurs diffusent alors des arrangements des musiques populaires à la mode et des musiques classiques pour une petite dizaine d’instruments et pour les orchestres. Les éditeurs paient également des chanteurs de rue qui, arpentant le pavé parisien, chantent et vendent des partitions. L’entre-deux-guerre est marquée par l’apparition du jazz américain et l’essor du music-hall qui amènent peu à peu à la deuxième ère.

  • L’époque phonographique

Cette nouvelle ère coïncide avec l’apparition de la radio et du disque produit par les éditeurs eux-mêmes qui s’associent avec le temps à des maisons de disques pour l’exploitation des œuvres qu’ils éditent. Les vingt dernières années du XXe siècle sont marquées par l’internationalisation de l’industrie de la musique et conduisent à la prédominance des grands groupes, labels, tels Universal (EMI), Sony Music Entertainment et Warner, que nous connaissons actuellement.

  • L’époque numérique

Le début du XXIe siècle voit l’essor de la consommation de musique sous forme de fichiers numériques sur ordinateurs, mp3, consoles, tablettes, etc. le plus souvent en dehors des circuits commerciaux licites grâce aux sites de streaming, sites pirates et download. Cet avancement se réalise  au détriment de la musique sur support physique, les maisons de disques ont vu leurs chiffres d’affaire diminuer considérablement entre 2002 et 2009. A contrario, les éditeurs de musique dite légère, non classique, ont un chiffre d’affaire continuellement croissant grâce à l’augmentation des droits issus des concerts, de la sonorisation dans les lieux publics et de la copie privée[5]. Ainsi, pour faire face, certaines maisons de disques se sont rapprochées de maison d’édition afin de construire des majors de la musique se fondant sur une gestion économique des droits plus que sur l’envie de créer et d’éditer de la musique. Les médias et  l’audiovisuel sont les premiers secteurs de perception talonnés de près par la téléphonie multimédia et loin devant la radio et les représentations musicales. Les supports phonographiques et vidéographiques génèrent ainsi beaucoup plus de droits perçus que le papier malgré une légère augmentation des droits de la copie privée.

Être un éditeur graphique

Les éditeurs graphiques sont chargés de l’exploitation graphique de l’œuvre qui concerne toutes les reproductions de la partition complète ou d’un extrait de celle-ci. Cet éditeur a pour obligation d’assurer à l’œuvre une exploitation permanente et suivie, de tenir les comptes des droits d’auteurs et de rémunérer l’auteur en fonction. Pèse ainsi sur l’éditeur graphique une obligation de résultat sous la forme d’obligation de fabrication et de publication. L’obligation d’édition graphique est la condition sine qua none au principe même d’édition.

Les rédacteurs de contrat ont été confrontés au problème de l’évolution des techniques et du marché de la musique. Le disque, support mécanique, a pris le pas sur la partition, support graphique. L’éditeur musical est le responsable de la diffusion des partitions mais il n’est pas forcément le fabricant du disque, confié aux producteurs de phonogrammes. L’éditeur est cessionnaire des droits sur l’œuvre, le producteur de phonogramme est responsable de la diffusion commerciale des supports d’une interprétation de celle-ci. Or, l’œuvre qui est unique peut connaître plusieurs interprétations, elle peut aussi n’être jamais interprétée ou très difficile à éditer. Le meilleur exemple est Franz Liszt qui a composé et joué un nombre considérable de pièces ; ainsi, les interprétant lui-même pendant plus de vingt ans, les pièces se sont transformées au fil de l’évolution de son style de jeu et de sa « virtuosité pianistique[6] ». La protection de l’œuvre est alors difficilement réalisable. Les symphonies de Beethoven étaient des « textes musicaux inviolables[7]» tandis que les opéras de Rossini ressemblaient à des brouillons car l’opéra étant destiné à être joué, théâtralisé, il porte intrinsèquement le changement, la modification, l’adaptabilité.

Les éditeurs de musique imprimée, classique et légère, qui dominent le marché en France et qui proposent désormais de plus en plus de partitions téléchargeables, en évoluant avec les nouveaux usages de la société, sont Les Editions Henri Lemoine, les éditions Alphonse Leduc, les éditions Gérard Billaudot et les éditions Durand-Salabert-Eschig. Les éditions L’Harmattan ont une partie musique dans leur catalogue. La librairie philosophique Jacqueline Vrin, à Paris, s’est également lancée en 2012 dans l’édition musicale. L’on peut aussi parler encore des éditions Symétrie à Lyon et des Editions Delatour France en Ardèche. Il faut également évoquer les librairies spécialisées dans la vente de partitions papier et numériques : celles de la célèbre rue de Rome pour les musiciens à Paris et notamment La Flûte de Pan dans la même ville, qui proposent environ 85 000 références de partitions[8] de musique classique, de jazz, de solfège, de musiques de film, de chansons françaises et de variétés internationales ; la librairie Paul Beuscher à Paris ; la Librairie Musicale Internationale (LMI) à Marseille ; ainsi que les librairies musicales lyonnaises A Cappella, à côté de l’Opéra, et Bellecour Musiques.

Numériser les partitions musicales…

Depuis son apparition dans l’univers de l’édition, le numérique permet un certain renouveau des éditeurs graphiques en mettant à disposition des partitions téléchargeables sur l’Internet. Dans l’édition graphique, la numérisation ne consiste pas à l’extraction d’une plage de CD-Rom puis à son stockage. Il s’agit de la numérisation des manuscrits des compositeurs (donnant des fac simile) ou d’anciennes partitions imprimées.

En 2006, la nouvelle édition intégrale de l’œuvre de Mozart, Neue Mozart Ausgabe, est réalisée pour le jubilé Mozart[9] en version numérique sous l’égide du Mozarteum de Salzbourg, devenu la Fondation internationale Mozarteum (Internationale Stiftung Mozarteum), en coopération avec The Packard Humanities Institute. Depuis, il est possible de consulter toutes les partitions de cette édition intégrale classée par catégories d’œuvres (religieuses, scéniques, symphoniques) ou de rechercher une œuvre par son numéro de catalogue, par type d’œuvre, par éditeur/publicateur et même par tonalité. Chaque partition peut être visualisée à l’écran ou téléchargée au format PDF et chaque mouvement ou chaque numéro d’opéra est disponible individuellement.

Il est plus aisé de trouver un grand nombre de partitions de musique classique en ligne gratuitement, dans la mesure où beaucoup de ces œuvres sont tombées dans le domaine public. Cependant, il faut être vigilant : l’édition d’une œuvre constituant en soi une mise en forme de celle-ci, son édition constitue une œuvre d’auteur par sa mise en page. Seules les éditions d’une œuvre tombées dans le domaine public doivent être accessibles. Les œuvres encore protégées sont celles notamment de Richard Strauss, Sergueï Prokofiev, Maurice Ravel, ou encore Igor Stravinsky. Une seconde précaution est également nécessaire : malgré une relative harmonisation dans les législations des pays du monde, la durée de protection du droit d’exploitation des œuvres peut varier d’un pays à l’autre. En France, l’article L.123-1 du Code de la propriété intellectuelle précise que « l’auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d’exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d’en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l’auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l’année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent ». Les ayants droit sont les descendants directs de l’auteur et de l’éditeur. Les soixante-dix ans sont susceptibles d’être rallongés si l’auteur est mort pour la France, comme par exemple, si l’œuvre est parue entra la fin de la première guerre mondiale et la fin de la seconde, plus précisément entre 1921 et 1947, ce que l’on nomme la prorogation de guerre. Ainsi, le Boléro de Ravel, dont les contrats de cession appartiennent aux éditions Lemoine, qui génère plus d’un million d’euros de droit par an, tombera dans le domaine public en 2018, soixante-dix huit ans après la mort du compositeur. Il en est de même pour le droit d’auteur en Allemagne, en Autriche, aux États-Unis, en Italie, au Royaume-Unis, en Russie et en Espagne. Mais seulement 25 ans après le décès de l’auteur à Djibouti ; 50 ans à Cuba, en Égypte et au Canada ; 60 ans en Inde et jusqu’à 100 ans au Mexique.

L’exemple de l’IMSLP, un projet collaboratif international

Le site le plus emblématique pour les musiciens est celui de l’IMSLP (International Musci Socres Library Project). C’est un projet international et collaboratif de bibliothèque de partitions de musique. D’origine canadienne, né en 2006, il est bâti techniquement sur un Wiki[10] et permet de trouver le plus grand nombre de partitions numérisées de musique classique.  Tout un chacun peut participer en numérisant lui-même des partitions du domaine public et en les mettant en ligne. L’on peut même trouver le fac simile de certaines partitions autographes.

…ou les concevoir à l’aide de logiciels ou de programmes-éditeur de notation musicale

Les éditeurs graphiques utilisent ce qu’ils nomment la MAO (la musique assistée par ordinateur) pour publier les œuvres musicales de leurs auteurs. En réalité, la plupart des auteurs leur font parvenir leurs compositions déjà écrites avec ces logiciels. Néanmoins, certains peuvent ne pas le faire : au choix de l’éditeur d’éditer alors le fac simile du manuscrit ou de créer une partition, un fichier électronique au format PDF, MIDI (Musical Instrument Digital Interface), SVG ou PNG. Ces logiciels/programmes sont très nombreux, l’on peut citer : Lilypond, MuseScore, Rosegarden, TableEdit, Songwrite. On peut encore citer un des standards des logiciels d’édition musicale : Finale qui a sa propre application sur l’Apple Store : Finale Song Book, « View your music, play your music, print your music[11] ». Cependant, seuls les fichiers produits sur Finale et au format PDF peuvent être lus.

Partition de musique numérique

Partition de musique numérique

Tous ces logiciels permettent d’éditer des partitions pour n’importe quelle formation, de la simple écriture d’un exercice pour violon à la production d’un opéra avec orchestre symphonique et chanteur. Finale, par exemple, permet, dans un seul et même document, de produire à la fois le conducteur et les parties instrumentales avec le titre de l’œuvre et le nom du compositeur. L’on peut également spécifier l’orchestration, la signature rythmique, l’armure, les barres de mesures, le chiffrage, la taille des notes, les altérations, les phrasés, les articulations, les nuances, les portées de tablature et de diagrammes, etc. Il rend également possible l’écoute d’une partition à l’aide d’un instrument MIDI externe[12]. L’interface de Finale comporte des palettes et une barre d’outils faisant office de fonctions d’édition. La visualisation d’une partition peut se faire sous trois modes d’affichage :

  • le mode « Page » qui représente la partition telle qu’elle apparaîtra à l’impression ;
  • le mode « Défilement » qui dispose les mesures les unes à la suite des autres ;
  • et, enfin, le mode « Studio » dédié au mixage.

La saisie des notes peut s’effectuer à l’aide de la souris, du clavier de l’ordinateur ou d’un instrument MIDI. Il est également possible de faire toutes sortes d’opérations similaires à celles d’un traitement d’un texte, telles que le copier/couper/coller. Pour écrire plusieurs voix sur une portée, Finale utilise des couches (layers), chacune étant indépendante et ayant une couleur qui lui est propre. Un maximum de quatre couches peut ainsi être saisi sur une seule et même portée.

L’Orchestre Philharmonique de Bruxelles où la disparition du papier dans la fosse

Le 7 novembre 2012, les quatre-vingt-douze musiciens du Brussels Philharmonic ont joué pour la première fois, sous la direction de Michel Tabachnik, le Boléro de Ravel et des extraits de Wagner en suivant les partitions sur des tablettes numériques. L’ensemble bruxellois souhaite ainsi être le premier grand orchestre à franchir le pas du tout-numérique : « C’était un concert test, qui a satisfait tout le monde, les musiciens comme le public. Notre objectif est de passer progressivement au tout-numérique dans les prochaines années, a expliqué jeudi à l’AFP Gunther Broucke, l’administrateur du Brussels Philarmonic[13]». Avec plus d’une centaine de concerts à chaque saison, le Brussels Philharmonic estime pouvoir économiser jusqu’à 25 000 euros de papier par an[14].

C’est un défi économique dont la réussite repose et dépend de la numérisation des partitions des œuvres du répertoire classique. Il s’agit également de faire évoluer les méthodes de travail des musiciens et notamment du chef d’orchestre, qui pourra tourner les pages de la partition pour l’ensemble ou une partie des musiciens. Cela résoudrait le problème de la tourne-page auquel est confronté le musicien qui, arrivé à la dernière mesure de la page impaire, doit tourner la page pour enchaîner avec la première mesure de la page paire sans perturber l’harmonie de l’œuvre musicale et sans geste brusque pour les yeux des spectateurs[15]. De même, ces tablettes représenteraient un  gain de temps puisque les musiciens n’auraient plus à annoter leurs partitions selon les indications du chef d’orchestre. Les notes que celui-ci apportera sur sa propre partition numérisée à l’aide d’un stylet pour tablette apparaîtront automatiquement sur chaque tablette. « La musique classique doit, elle aussi, s’adapter à son époque. Depuis des siècles, le fonctionnement d’un orchestre a très peu évolué: les musiciens utilisent des partitions manuscrites puis imprimées, ce qui rend long et complexe la préparation des concerts, explique Gunther Broucke. Pour abandonner totalement le papier, il reste encore du travail à faire, notamment dans la numérisation du répertoire classique, souligne-t-il[16]. »

Tous les musiciens du Brussel Philarmonic ont donc dû apprivoiser un nouveau geste, celui de tourner les pages de la partition avec le doigt sur l’écran tactile. Chacun d’entre eux s’est prêté à l’expérience et a adopté la tablette, à l’exception du chef d’orchestre qui a dirigé sans aucun support papier ou numérique. Ce test s’est révélé concluant mais il reste néanmoins des choses à prendre en compte. Notamment la sensibilité de l’écran tactile qui pourrait entraîner un changement trop rapide des pages si le geste du doigt n’est pas précis et délicat. De même, la surface de lecture semble faible, inférieure au format A4 des partitions papier traditionnelles, à bon nombre de musiciens amateurs ou professionnels qui s’expriment sur les forums. Cependant, tous s’accordent à dire que les tablettes permettent de disposer pour chaque œuvre de ses diverses éditions et donc de ses différentes versions. En effet, pour la musique classique, il n’était pas rare qu’un compositeur retravaille une œuvre, voire propose deux versions différentes à deux éditeurs différents, selon le pays de publication et le public auquel chacune était destinée.

Pour ce projet, l’orchestre a travaillé avec le groupe Samsung, qui a fourni des tablettes Galaxy Note 10.1, et une jeune start-up belge, NeoScores, qui développe une application permettant d’afficher des partitions musicales sur tablettes. « Il y a quatre ans nous étions dans un bar moi et mon collègue et nous pensions à la meilleure manière de créer une partition, explique Jonas Coomans, General Director de NeoScores. Il n’y avait pas de tablettes à l’époque. Bob m’a dit soudain : il n’y a pas de solution, développons notre propre système. Quatre ans plus tard, voilà la solution : NeoScores et son application HTML5. Fruit de l’association d’un musicien professionnel de l’Orchestre philharmonique de Bruxelles et d’un développeur, Neoscores a été conçu par et pour les musiciens professionnels. Nous voyons notre Web App comme un cadeau pour tous les musiciens du monde, explique Jonas. Le fonctionnement de NeoScores est plutôt simple: trois programmes d’édition principaux permettent de modifier et sauvegarder un document au format Music.xml. Ce format peut être sauvegardé et utilisé dans un autre programme. Une fois que le fichier est créé, il peut être importé dans la Web App HTML 5 et grâce à Javascript, il s’affiche sans difficulté sur tous les browsers. L’application HTML 5 est dynamique et permet d’orienter la tablette à la verticale ou à l’horizontale. Il est également possible d’utiliser les documents au format PDF. Paradoxalement, le plus gros atout de NeoScores est également son plus gros défaut. L’HTML 5 ne supporte pas certaines fonctionnalités que les deux collègues aimeraient intégrer dans leur application. Parfois, c’est très difficile. Vous imaginez un concept, mais il s’avère impossible à concrétiser. J’aimerais idéalement créer un programme qui suivrait en temps réel les mélodies et permettrait de faire avancer la partition automatiquement, mais le HTML 5 rend impossible cette reconnaissance des sons [17]. »

En 2013, toujours en phase de test, plusieurs concerts seront présentés avec des tablettes numériques. Si ceux-ci se révèlent concluant, la musique classique pourrait s’installer définitivement dans l’ère numérique. Reste que le travail de numérisation de l’ensemble des partitions de la musique classique sera aussi un travail de longue haleine. Dans le même temps, d’autres initiatives ont vu le jour : Radio Classique Jeunesse et Quelle Histoire[18], ont lancé les applications Mozart et Beethoven sur iPhone. Les enfants peuvent désormais découvrir la vie passionnante des deux compositeurs, écouter leurs morceaux les plus célèbres et évoluer dans un univers musical ludique. Radio Classique a également une autre application Android pour les smartphones et tablettes de la gamme Samsung Galaxy, Classique Note, grâce à laquelle on peut s’initier à la composition et au solfège et écouter le résultat final immédiatement, au piano. Les notes peuvent s’écrire manuellement grâce au style S-Pen et à la reconnaissance d’écriture ou électroniquement avec le mode « assistanat ».

Passer du papier au fichier numérique, ainsi semble s’énoncer la nouvelle situation pour l’édition de partitions. Peut-être est-ce, pour la partition, une manière de revenir sur le marché et essayer de ne pas fléchir face au disque des majors et à la musique disponible en téléchargement : « […] c’est là [les autres exploitations de l’œuvre que celle graphique : l’exploitation phonographique, audiovisuelle, multimédia, le spectacle vivant et les exploitations à l’étranger] que se trouvent l’essentiel de la rémunération de l’auteur et la raison d’être actuelle de l’édition musicale[19]. »

Le numérique opère une transformation des pratiques,  l’immatériel devient, à l’heure actuelle, une des premières sources de productivité et de pouvoir. Les éditeurs se refusent toutefois de parler de dématérialisation pour la partition.

Une dématérialisation des supports nécessaires pour les partitions ?

Aujourd’hui, le terme « dématérialisation » est un terme consacré pour désigner – en simplifiant – le passage du tout papier au tout-électronique. L’on est dans ce cas pour des partitions nativement numériques nées d’un logiciel éditeur et lue grâce à une application.

Pour Gilles Rettel[20], « Lorsqu’on évoque Internet, on parle souvent de dématérialisation des supports. Il s’agit d’un abus de langage. Cette remarque est particulièrement vérifiée pour la musique. Qu’est-ce qu’Internet ? Un ensemble de réseaux interconnectés régi par le protocole TCP/IP. (Transmission Control Protocol/Internet Protocol). […] Ce que change Internet, ce n’est donc pas la dématérialisation des supports, mais la dématérialisation de l’échange. Le passage du phonogramme d’une machine à une autre se fait effectivement sans échange de supports. C’est la numérisation qui permet cette dématérialisation de l’échange. Elle rend également possible la reproduction parfaite de l’original (clone). » Enfin, pour Mélanie Roustan[21] : « […] Dans le domaine musical, l’engouement – la frénésie presque – de consommation, de collection, de connaissance des objets matériels ne souffre pas de la « dématérialisation », elle semble à l’inverse se reporter sur…d’autres objets matériels, ceux justement de la  ‘’dématérialisation” . Le  ”culte des objets”  que les passionnés entretiennent parfois à la culture matérielle ne disparaît pas, il se déplace. Mais la prise est là, l’attachement, la ritualisation, la collection, la passion esthétique ou technique, les investissements identitaires, psychiques et affectifs de tous types. »

Il y a plus une évolution qu’une « disparition » de la culture matérielle de la partition papier. Il ne s’agit pas non plus d’une libération, qui impliquerait de pouvoir se dispenser du papier tout à fait. L’évolution que connaît l’édition graphique de musique, ainsi que son renouveau, apparaît sous l’angle de la dématérialisation comme recoupant une certaine réalité, celle d’une évolution de la société et d’une culture matérielle. C’est une évolution qui se traduit par de nouveaux modes d’articulation entre les dimensions matérielles et les contenus. Désormais, il s’agit d’envisager les dimensions matérielles et immatérielles non plus en terme d’opposition mais d’articulation pour dépasser l’effet de mode de ces applications liées à la musique et faire montre des transformations, influences et nouveautés exercées par le monde contemporain sur les savoirs, les pratiques et les modes d’accès à la musique.

Pour aller plus loin

Livres

  • BERT, Jean-François, L’édition musicale – guide pratique du droit d’auteur et de la gestion des œuvres, IRMA éditions, Paris, 2011.

Partitions téléchargeables

Éditeurs musicaux

Librairies musicales


[1] Dans le christianisme, Jean le Baptiste est le prophète qui a annoncé la venue de Jésus de Nazareth.

[2] Xavier Lacavalerie, Écrire la musique, 2003, p.13.

[4] Soit, un tampon par note de musique. Si l’on met deux notes à côté (on colle deux tampons sur une feuille), le résultat va être un petit bout de portée musicale comportant deux notes. Si l’on n’est pas très précis, la fin des cinq lignes de la porté du premier tampon ne va pas vraiment coïncider avec le début des cinq autres du tampon suivant. Les lignes peuvent être un peu plus hautes ou plus basses que les précédentes. Ils corrigeaient alors cela pour que l’ensemble des lignes de la portée soit le plus droit possible.

[5] Jean-François Bert, L’édition musicale – Guide pratique du droit d’auteur et de la gestion des œuvres, 2011, p.82.

[6] Philippe Gosset « Éditions critiques des musiques du XIXe siècle» in. Musiques – Une encyclopédie pour le  XXIe siècle, Les savoirs musicaux, tome 2, sous la direction de Jean-Jacques Nattiez, 2004, p.1033.

[7] Ibid. p.1037.

[9] Cela faisait 250 ans que Mozart était né (27 janvier 1756).

[10] Le Wiki est un site web dont les pages sont modifiables par les utilisateurs afin de permettre l’écriture et le travail collaboratif des documents présents sur l’Internet.

[11] Slogan du site Final Song Book : « regarde ta musique, écoute ta musique, imprime ta musique ».

[12] C’est à dire un instrument de musique électronique, pouvant être un ordinateur, qui échange des données avec d’autres grâce au protocole de communication et de commande permettant l’échange de données qu’est le MIDI.

[13] L’orchestre philharmonique de Bruxelles teste les tablettes pour ses partitions, Agence AFP Relaxnews, 11 novembre 2012.

[14] Anthony Laurent, La partition numérique de l’Orchestre Philharmonique de Bruxelles, France TV CultureBox, 11 novembre 2012.

[15] L’Ipad permet de résoudre ce problème grâce à l’application AirTurn, « Hands free page turner », qui permet de tourner les pages des partitions musicales affichées sur l’écran à l’aide de deux pédales sustain et d’un dongle Bluetooth.

[16] Les sonneries de portable de la Philarmonie de Bruxelles font un malheur, France TV Culture Box/AFP, 21 septembre 2012.

[18] Un projet d’applications ludo-éducatives autour de la découverte du patrimoine historique et culturel par le jeu.

[19] Jean-François Bert,  Guide pratique du droit d’auteur et de la gestion des œuvres, 2011, p.76.

[20] Gilles Rettel, Musique et Internet, dossier BBF/ENSSIB, n°2, 2002. Développeur de sites portails destinés à la musique, directeur de MSAI, Multimédia, Son, Audiovisuel et Informatique, enseignement à l’université de Rennes II, enseignant à l’École supérieure de réalisation audiovisuelle (Esra) de Rennes et formateur à la chambre de Commerce et d’Industrie.

[21] Mélanie Roustan,  Peut-on parler d’une dématérialisation de la consommation ?, Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie, cahier de recherches n°203, 2004. Docteur en ethnologie et en sociologie de l’université Paris 5-Sorbonne et chercheur associée au Centre de Recherches sur les Liens Sociaux (Paris 5 / CNRS).

Marie Dinet


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : Édition électronique, Histoire et mœurs numériques

5 commentaires pour “ Du papier à l’application : l’édition musicale graphique à l’heure du numérique ”

  1. NOUREDDINE le 26 avril 2014 à 1 h 09 min

    L’engouement suscité pour le luth oriental, le « oud », en dehors des pays du Moyen Orient et du Maghreb, contraste avec l’absence d’une méthode digne de ce nom pouvant assurer son apprentissage.
    Ceci m’a conduit à me consacrer depuis plusieurs années à mettre sur pied une véritable méthode de oud en langue française que j’ai intitulée «Grande Méthode de Oud».
    Cet ouvrage de 200 pages (format A4) est actuellement en phase finale.
    Il aborde le problème d’apprentissage de cet instrument sous un angle inédit plus orienté vers un auditoire occidental.
    Il est richement illustré de photos et agrémenté d’exemples, d’exercices et de morceaux choisis sous forme de « samai’s » que j’ai composés moi-même pour l’occasion. Un support audio ou vidéo est aussi envisageable.
    Je vous prie de bien vouloir me faire part de vos sentiments à l’égard de ce projet et des conditions à remplir pour son édition, au cas où vous le jugeriez favorablement.
    Je suis lauréat du conservatoire de Musique de Casablanca et actuellement professeur de guitare et de Oud à l’école Salmon de Casablanca, partenaire exclusif pour le Maroc de l’Ecole Normale de Musique de Paris (Alfred CORTOT).
    Dans l’attente de vous lire.
    Meilleures salutations
    Noureddine OZZAHR

    • Monde du livre le 27 avril 2014 à 23 h 19 min

      M. Noureddine,

      Malheureusement, nous ne sommes pas une maison d’édition, seulement un carnet d’articles lié aux mutations du monde du livre. Nous ne pouvons donc vous donner un avis sur votre projet.

      Cordialement.

  2. Du papier à l’application : l&rsqu... le 9 avril 2013 à 17 h 32 min

    [...] La musique, ce sentiment de la Beauté qu’ont les êtres humains, serait née de l’explosion d’une étoile proche…  [...]

Laisser un commentaire

Aix-Marseille université

Logo amu

Carnets de recherche