L’espace francophone comme trait d’union de l’intraduction littéraire de la langue allemande en France : le cas des éditions Zoé

Répartition géographique des langues officielles en Suisse (2000)

Répartition géographique des langues officielles en Suisse (2000)

Introduction

En 1714, lors du traité de Rastadt qui mettait fin à la guerre de Succession d’Espagne, le français « officiel » fut employé pour la première fois dans la rédaction d’un document juridique :

« Le présent traité, ayant été commencé, poursuivi et achevé sans les solennités et formalités requises et usitées à l’égard de l’Empire, et composé et rédigé en Langue Françoise, contre l’usage ordinairement observé dans les Traités entre Sa Majesté Impériale, l’Empire, et Sa Majesté Très-Chrétienne. »1

Par la suite, les préliminaires de Vienne en 1735, la convention de Vienne en 1736 et le traité d’Aix-la-Chapelle en 1748 furent rédigés en français : la langue diplomatique jusqu’à la guerre de 1914-1918. Le français fut donc la langue aristocratique parlée dans toutes les chancelleries de l’Europe et employée comme langue pour les tractations diplomatiques. L’extension de la langue française était alors considérable, en raison des conquêtes royales et de l’exode des huguenots hors de France. Cette langue était particulièrement diffusée en Angleterre et aux Pays-Bas, mais aussi en Allemagne, en Suisse, en Italie, dans les pays scandinaves, en Hongrie, en Pologne, en Russie tsariste et jusque dans les Amériques. Il n’existait guère une cour allemande ou italienne où l’on ne trouvait pas des Français ministres, ingénieurs, fonctionnaires, chambellans, maîtres de ballet, académiciens, peintres ou architectes. Rappelons cette remarque du grammairien jésuite, Dominique Bouhours (1628-1702), sur la langue française :

« Il n’y a guère de pays dans l’Europe où l’on n’entende le françois et il ne s’en faut rien que je ne vous avoue maintenant que la connaissance des langues étrangères n’est pas beaucoup nécessaire à un François qui voyage. Où ne va-t-on point avec notre langue ? »2

Le rayonnement de la culture et de la langue française en Allemagne est donc particulièrement significatif au XVIIIe siècle. Le français est la langue du pouvoir mais aussi des intellectuels.

Cependant, en Allemagne, le mouvement des Lumières porté par Goethe, Schiller et Kant a contribué à la naissance du sentiment national, et a abouti à un rejet de l’influence française. Dès lors, l’allemand reprend ses droits dans les états germanophones, et fixe les frontières de la langue telles que nous les connaissons aujourd’hui. Ainsi, aujourd’hui, l’allemand est langue officielle en Allemagne, en Autriche, en Belgique, au Lichtenstein, au Luxembourg, en Suisse alémanique, dans la ville de Sopron en Hongrie, dans la ville de Voïvodie d’Opole en Pologne, dans la ville de Blumenau et de Santa Catarina au Brésil, dans le Trentin-Haut-Adige en Italie, en Namibie et au Vatican pour la garde suisse pontificale.

Aujourd’hui, l’implantation de l’allemand représente environ 126 millions de locuteurs de langue maternelle. Avec ce chiffre, l’allemand se situe au onzième rang au classement des langues les plus parlées au monde3. L’intraduction de langues étrangères en France perdure grâce à un réseau de structures européennes et françaises. Les réseaux généralistes d’intraduction comme le Recit4, le CITL5 ou encore l’Atlas6ne proposent pas d’aides financières mais offrent aux traducteurs des chambres en résidences à l’étranger dans une perspective de perfectionnement continu. Ces réseaux ont pour but de promouvoir la littérature traduite comme une activité créatrice et de mettre en relation les professionnels de la traduction et des jeunes traducteurs de même génération pour la constitution d’un réseau international d’entraide et de compétences. En parallèle de ces réseaux européens généralistes, des réseaux plus petits s’organisent autour d’une langue. C’est le cas de l’allemand. Vieux de dix ans, le projet d’échange franco-allemand Georges-Arthur-Goldschmidt, est l’une des plus anciennes initiatives en matière de traduction. Organisé chaque année d’avril à juin entre Paris, Arles et Berlin par l’OFAJ7, il consiste en un séminaire bilatéral, destiné à de jeunes traducteurs littéraires âgés de moins de trente ans et titulaires d’un master ou d’un DEA8. Il est monté conjointement par la Foire du livre de Francfort et le BIEF9 et a pour objectif de donner à des traducteurs en début de carrière l’occasion de s’informer sur les structures éditoriales en les visitant, de travailler à la traduction de textes encore non traduits au sein d’ateliers d’écriture et d’établir des contacts professionnels. Il s’adresse aux traducteurs allemands et français mais aussi francophones et germanophones résidant de façon permanente en France et en Allemagne. Ce programme permet une grande présence de l’échange franco-allemand au cœur des flux de traductions en Europe et, fort de son succès depuis dix ans, il assure à l’intraduction allemande une certaine vivacité qu’elle aurait peut-être perdue sans ce maintien en mouvement des acteurs de la traduction allemande en France.

Ces projets de traductions et de mises en relation de traducteurs sont soutenus financièrement par le CNL10. Sa mission est de rendre accessible au public d’expression française des œuvres du monde entier en allégeant les coûts de traduction pour les éditeurs désireux de faire découvrir des œuvres étrangères de qualité, dans une traduction de qualité. Instance étatique, elle délivre des subventions pour la traduction en français d’ouvrages étrangers. En ce qui concerne la littérature de langue allemande, en 2011, le CNL a délivré une aide de 1 767 638 euros à l’intraduction, soit 6% du total des aides allouées pour 358 aides. La part de l’intraduction allemande dans la somme délivrée pour l’intraduction est de 8% soit 30 aides allouées à différentes maisons d’édition11. La même année, la langue anglaise a reçu quatre fois plus d’aides.

Enfin, comme les instances associatives ou étatiques, les prix de traductions européens prennent tout aussi peu en considération la langue allemande. Pour parer à ce manque, il existe des prix entièrement dédiés à cette langue. Dès 1985 est créé le Prix lémanique de la traduction, décerné à une traduction de l’allemand vers le français. Puis en 1989, le Prix de traduction Gérard-de-Nerval, crée par la SGDL. En 1997, le Prix André-Gide pour les traductions littéraires franco-allemandes, créé par la DVA-Stiftung de Stuttgart et la Fondation Robert-Bosch, pour un jeune traducteur d’une œuvre de fiction en langue allemande. En 2001, le Prix de traduction de la Kunststiftung NRW qui distingue une réalisation exceptionnelle dans le domaine de la traduction littéraire à partir de l’allemand ou vers l’allemand. En 2005, la bourse de traduction du Prix du Patrimoine Nathan-Katz qui distingue le traducteur d’une œuvre de fiction du patrimoine culturel alsacien écrite en allemand et jamais traduite.

Nous avons pris le parti de mettre en avant les éditions Zoé, pour ses particularités et sa volonté d’intraduction et de diffusion de la littérature en langue allemande dans l’espace francophone.

Cette maison d’édition a été créée en Suisse romande dans le canton de Genève, en 1975, par Michèle Zurcher, Arlette Avidor, Sabina Engel et Marlyse Pietri. Après bons nombres de soucis financiers et de désaccord sur la ligne éditoriale à adopter, en 1982, Marlyse Pietri se retrouve seule à la tête de la maison, ses collaborateurs ayant préféré mettre fin à leur expérience éditoriale. Seule à la tête de cette entreprise, Marlyse Pietri peut publier sa littérature de prédilection, la littérature allemande. Elle est encouragée dans cette entreprise par Elsbeth Pulver, critique littéraire à Berne. Cette dernière conseille à la jeune éditrice des écrivains alémaniques qui selon elle « doivent être beaucoup plus lus en français 12». Cependant, la situation géographique difficile de la maison d’édition, aux confins de l’espace éditorial francophone, coincée entre la France et la Suisse alémanique, et les auteurs pas assez « commercialisables 13» empêchent une diffusion sur le territoire français. Cette situation difficile durera jusqu’en 1992, date à laquelle la maison Harmonia Mundi accepte de prendre en charge la diffusion du catalogue des éditions Zoé. Cette ouverture à un nouveau marché, offre à Marlyse Pietri l’occasion de créer des collections au sein de son catalogue, afin de faire la distinction entre les auteurs de langue française et la littérature intraduite. Dès lors, une question revient sans cesse pour la directrice des éditions Zoé, comment faire connaître ses choix éditoriaux depuis Genève ? C’est pourquoi, en 1998, à l’occasion de la Foire du Livre de Francfort, avec la collaboration de Marion Graf, traductrice et critique et une somme de contribution, Marlyse Pietri lance un vaste projet autour de L’écrivain et son traducteur en Suisse et en Europe. Issu de sa situation marginale, ce livre rassemble les vecteurs des éditions Zoé. L’ouverture à l’autre, l’échange littéraire et culturel, le goût et la saveur des langues et la recherche des proximités et des voisinages.

Ainsi, nous nous attacherons à établir dans un premier temps un état des lieux de l’intraduction de la langue allemande en France, pour finir par l’exemple des éditions Zoé situées en Suisse. En effet, de part sa situation géographique et sa culture, la Suisse permet à la France de bénéficier d’un catalogue d’auteurs de langue allemande très exhaustif. Nous nous demanderons donc dans quelle mesure la langue allemande est mise en avant dans l’espace francophone.

Postulat de l’intraduction de la langue allemande en France

« On échange ce qui est différent et non pas ce qui est identique », avait affirmé Goethe dans ses propos sur la littérature universelle. Évoquant la traduction dans une lettre de 1827 adressée à Carlyle, Goethe parle du domaine germanique comme d’ « un marché où toutes les nations offrent et achètent leurs biens », le traducteur étant le médiateur d’un « commerce intellectuel général »14 comptant parmi les affaires « les plus importantes et les plus dignes de la communication mondiale », Goethe partageait la conviction optimiste que la mondialisation économique favoriserait en même temps la diversité culturelle et contribuerait ainsi au rapprochement des peuples.

1._La nature de la présence de la culture allemande en France

Après le constat de la diminution latente de la part des intraductions de langue allemande en France, il est nécessaire de se pencher sur la présence culturelle des pays limitrophes de la France. Il s’agit donc de présenter ce qui semble représenter le mieux la langue allemande sur le territoire français. Il est pertinent donc de s’intéresser aux structures franco-allemandes et franco-suisses qui permettent une circulation de la littérature, un accès aux auteurs de langue allemande et une vitalité des échanges littéraires entre les pays. Cette évocation permettra sans doute de comprendre la perte de terrain de la langue allemande dans le paysage de la traduction actuelle. Plusieurs institutions franco-allemandes, de différente nature, sont présentes en France. Elles sont binationales le plus souvent, parfois unilatérales, mais toutes défendent la langue allemande et son interaction avec le français.

Les Instituts Goethe et les Maisons de l’Allemagne et de l’Autriche sont les premiers réseaux d’accueil et de diffusion de la langue et de la culture germanophones présents en France. L’Institut Goethe, encourage la coopération culturelle entre l’Allemagne et le pays d’accueil. S’il œuvre en matière de promotion artistique quelle qu’elle soit, à un niveau plus social ou encore pour le développement du savoir et de la connaissance, notamment celui de la langue allemande, ce centre culturel représente pour la littérature un intermédiaire de grande importance. Tout particulièrement avec les éditeurs français, auxquels un bulletin d’information d’actualité littéraire est envoyé, dans le but de les informer des nouveautés littéraires allemandes, des prix littéraires et d’autres distinctions, des listes de best-sellers allemands, des bourses et études pour professionnels et des subventions à la traduction. D’autre part, cette lettre semestrielle répertorie les auteurs de langue allemande en cours de traduction ou qui vont paraître dans un futur plus ou moins proche, constituant par là une véritable aide non seulement pour les éditeurs mais aussi pour les traducteurs. Plus largement, le site internet de chaque institut régional est un véritable portail d’accès à la littérature de langue allemande, puisqu’il assure par exemple toute une série de liens vers des articles d’approfondissement sur la littérature allemande, un portail de promotion de la littérature contemporaine germanophone, ou encore vers une page dédiée aux « livres dont on parle »15. Autonome et sans affiliation politique, l’institut Goethe est à l’origine d’un programme aux ambitions politico-culturelles de promotion de la traduction qui souhaite permettre à un lectoratnongermanophone d’avoir accès à des contributions scientifiques importantes, à des œuvres littéraires de qualité et à de la littérature jeunesse. Enfin, il met à disposition des outils pour les traducteurs comme les références de certaines organisations, de certaines universités ou encore les informations concernant des aides et des subventions. L’institut Goethe assure donc une présence de la langue allemande en France, s’adressant aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels du livre. Cependant, malgré son engagement, dans la défense de la traduction d’œuvres en langue allemande et de promotion de la littérature de langue germanique, il apparaît que le maillage national dans lequel s’insère cet institut présente une tendance au relâchement. Ainsi, l’institut marseillais ayant fermé, il n’en reste aujourd’hui que sept, à Bordeaux, Lille, Lyon, Nancy, Paris, Strasbourg et Toulouse. Cela traduit sans doute un manque de moyens financiers et un manque, plus cruel, d’intérêt pour la langue allemande. Dans le domaine de la langue, le Haut Conseil, confronté à la suppression de certains instituts Goethe, a entrepris une action en vue de rechercher de nouvelles solutions et de nouveaux partenariats (approches interprofessionnelles, recherche de financements, participation des régions, développement des centres d’études germanistes universitaires).

Toutefois, au niveau national, les Maisons de l’Allemagne semblent un peu contrebalancer le manque d’implantation nationale des instituts Goethe. Plus nombreuses que ces derniers, elles sont présentes à Aix-en-Provence (Centre franco-allemand), Avignon, Brest (Maison de l’Allemagne), Caen, Dijon (Maison de Rhénanie-Palatinat), Montpellier (Maison de Heidelberg), Nantes (Centre culturel franco-allemand), Paris (Maison Heinrich-Heine), Rennes et Tours. D’un point de vue géographique elles sont le parfait maillage sur le territoire français et elles apparaissent comme un véritable complément des institutions nationales et binationales. Ces maisons de l’Allemagne ont en effet pour objectif la promotion de la coopération franco-allemande à un niveau communal, régional et universitaire. Par l’organisation de rencontres littéraires et de conférences/débats, ces Maisons de l’Allemagne, par leur statut de centre culturel, de conseiller interculturel ainsi que par des actions novatrices visant à une meilleure coopération entre les deux pays voisins, remplissent donc les véritables tâches d’un travail culturel à l’étranger. Missions culturelles envers les jeunes et les étudiants, voilà peut-être une des sources primordiales de vitalité d’une présence de la langue allemande en France. Coopérant avec les Instituts Goethe et d’autres offices, les Maisons de l’Allemagne sont également associées avec « Les Amis du Roi des Aulnes ». Créée en 1980 par la traductrice et directrice de la collection « Bibliothèque allemande » des éditions Métailié, Nicole Bary, sur le même modèle qu’une sorte de librairie allemande, cette association régionale a créé une dynamique qui relie auteurs, éditeurs, traducteurs et lecteurs. Partenaire des institutions culturelles allemandes en France, elle collabore également avec les institutions culturelles autrichiennes et suisses. Même si son action et ses intérêts se sont étendus à d’autres aires linguistiques, elle contribue à faire connaître les littératures des pays de langue allemande en organisant des lectures publiques, des rencontres d’écrivains, des interventions en milieu scolaire et universitaire ainsi que par la publication de LITTERall. Cette revue est une tribune pour les écrivains de langue allemande qui, malgré un succès d’estime dans leurs pays respectifs, sont encore inconnus du public français. L’association présente en outre plusieurs fois dans l’année les traductions récentes des domaines germaniques, lors de ses « Palabres ». « Les Amis du Roi des Aulnes » pose cependant la question du statut associatif d’une telle vitrine de la littérature allemande en France. En effet, ce dernier la restreint à une échelle de diffusion mineure, et ses actions ne seront toujours que peu visibles, les auteurs et la littérature qu’elle défend également. Les institutions que nous venons d’évoquer sont certes binationales, il n’en reste pas moins que leur empreinte dans la culture française reste réduite. Les Maisons de l’Allemagne ont comme pendant suisse le Culturactif Suisse. Il s’agit d’un site web au service de la création littéraire de suisse. Fondé en 1997 par Roselyne König, il est administré depuis 2002 par le Service de presse suisse. Créé au cours de la Seconde Guerre mondiale dans un souci de cohésion nationale, le Service de presse suisse est une association ayant aujourd’hui pour mission de promouvoir la création littéraire de Suisse et de stimuler l’intérêt pour les littératures suisses par-delà les frontières linguistiques. Conformément à la ligne du SPS16, le Culturactif encourage notamment l’échange littéraire entre les communautés linguistiques de Suisse. Il promeut dans le monde francophone les littératures de Suisse produites dans d’autres langues.

Le site est animé par un comité de rédaction plurilingue (français, allemand, italien), dirigé par un rédacteur responsable désigné par le SPS. Le site est ouvert aux propositions spontanées des professionnels et du public, mais ne peut s’engager formellement (pour des raisons de temps et de budget) à traiter toutes les sollicitations.

Édité essentiellement en français, le site accueille régulièrement des contributions en allemand et en italien, et suit la création littéraire de toutes les régions linguistiques de Suisse. Il porte un intérêt particulier aux traductions. Son offre se caractérise par des rubriques mensuelles (Livres du mois, inédits, invité du mois) et des rubriques alimentées à un rythme non défini. Toutes les pages sont archivées et à disposition des internautes. Le site est ainsi à la fois une revue mensuelle et une importante source d’informations relatives aux littératures contemporaines de Suisse.

2._La sociologie de la traduction franco-allemande

Si les structures que nous venons d’évoquer révèlent une certaine présence non homogène de la langue allemande en France, il est nécessaire ici de les replacer dans leur contexte culturel social et il faut donc s’intéresser à ce que Pierre Bourdieu appelle la circulation internationale des idées. Il faut donc s’intéresser davantage au fond qu’à la forme. Ainsi, selon le sociologue, les textes circulent privés de leur contexte, n’important pas avec eux le champ de production littéraire dans lequel ils sont créés et le lecteur cible, étant lui-même inséré dans un champ de production différente, les réinterprète en fonction de sa position dans ce dernier champ de réception. L’évocation de la traduction d’œuvres de langue allemande en français ne peut donc pas faire l’impasse sur les opérations sociales qu’elle implique et notamment le processus de sélection – ce qui est traduit et publié, et par qui – de même que ce que le sociologue appelle le processus de marquage, c’est-à-dire la maison d’édition, la collection au sein desquelles s’insèrent ces intraductions, ou les valeurs ajoutées dont elles bénéficient comme la pratique des préfaces.

Dans la conférence qu’il prononce lors de l’inauguration du Frankreich-Zentrum de l’Université de Fribourg en 1989, Pierre Bourdieu affirme vouloir y décrire sa vision idéale ou tenter une approche de ce que pourraient être les relations transnationales entre la France et les pays germanophones. Le premier facteur, selon lui, qui structure les rapports internationaux entraîne des malentendus. Ceux qui résultent de l’importation d’un texte sans le contexte qui a présidé à sa création, induisant par exemple l’interprétation de la conjoncture politique dans laquelle il est né comme une situation universelle, ou encore les critiques qu’il développe à l’égard de ce système politique comme des idées transcendant leur particularité sociales et nationales. Ainsi, Pierre Bourdieu considère l’épuration idéologique qu’opère l’export littéraire vers un pays étranger comme un fait positif puisque c’est alors l’aspect et les qualités littéraires d’une œuvre qui sont pris ou repris en considération par le lecteur cible. La réputation de l’auteur, même si elle est souvent connue dans le pays voisin, est tout de même moins entachée de ses possibles prises de position ou des éventuelles méprises idéologiques dont il pourrait être l’objet dans son pays littéraire. De même, du fait qu’un auteur qui est une autorité littéraire ou philosophique, dans son pays n’emporte pas cette autorité avec lui, donne à la lecture de sa traduction dans le pays cible une plus grande liberté d’approche, que n’a pas la lecture nationale, soumise à une sorte de domination symbolique, voire de contrainte. À ces effets de distanciation créés par le mouvement même d’importation d’une œuvre littéraire, Pierre Bourdieu ajoute que le sens et la fonction d’une œuvre dans son champ d’origine sont souvent complètement ignorés dans celui de la réception. Ce que nous supposons d’ailleurs être grandement le cas dans le mouvement d’export de la langue allemande vers la France. De plus, la réception et l’importance de la fonction d’une œuvre étrangère sont également conditionnées par la sélection qui la préside, opérée par toute une série d’agents médiateurs qui imposent involontairement ou non leurs marques à l’œuvre qu’ils transmettent. À l’éditeur qui la découvre, s’ajoutent le traducteur qui en fait avec plus ou moins de force et de pertinence une transposition linguistique, la collection dans laquelle elle prendra sa place et qui lui impose sa ligne, parfois le préfacier qui présente l’œuvre en se l’appropriant, en l’annexant et en la faisant adhérer à une problématique inscrite dans le champ d’accueil pour justifier son importation, sans reconstruire pour autant son champ d’origine, enfin le lecteur qui applique à l’œuvre ses propres perceptions et problématiques.

Pierre Bourdieu nous force ainsi à nous interroger sur la personnalité des sélectionneurs d’œuvres en langue allemande accessibles en France, ainsi que sur les intérêts qu’ils ont à découvrir de telles œuvres. Selon lui, « celui qui s’approprie, en toute bonne foi, un auteur et s’en fait l’introducteur a des profits subjectifs tout à fait sublimés et sublimes, mais qui sont néanmoins déterminants pour comprendre qu’il fasse ce qu’il fait 17». D’autre part, le traducteur, vu comme second découvreur aux côtés de l’éditeur, ou comme l’importateur majeur d’un point de vue purement linguistique et herméneutique, occupe une place importante au sein d’une maison d’édition. Dans cet ordre d’idée, selon Pierre Bourdieu, « les élections mutuelles et pures se font souvent sur la base d’homologies de position dans des champs différents auxquels correspondent des homologies d’intérêts et des homologies de styles, de partis comme de projets intellectuels. On peut comprendre ces échanges comme des alliances, donc dans la logique des rapports de force, comme, par exemple, des manières de donner de la force à une position dominée, menacée18 ». La collection allemande des éditions Zoé apparaît comme forte importatrice de la littérature de langue allemande en France, grâce à la subjectivité des liens entre traducteurs, auteurs, et éditeur. Dans le même mouvement d’accueil de l’œuvre en langue allemande, quelle qu’elle soit, ce que Pierre Bourdieu appelle le « marquage » achève le travail de sélection importatrice. Cela est surtout remarquable par l’usage des préfaces ou des postfaces, qui parce qu’elles sont régulièrement rédigées par des traducteurs reconnus, par le traducteur même de l’œuvre ou encore par des écrivains reconnus dans le pays d’accueil, relèvent d’un acte typique de transfert de capital symbolique, puisque le pré- ou postfacier manifeste sa capacité de découvreur ou celle de l’éditeur avec lequel il entretient des rapports étroits et qu’il s’approprie l’espace de quelques pages. La couverture est également un « marquage » très fort. La couverture est une sorte d’imposition symbolique, sans signifier une annexion ou une appropriation exagérée, son changement de visuel par rapport à l’original opère un changement de réception et le sens même du « marquage ». Mais si Pierre Bourdieu affirme que toute cette série de transformations formelles, voire intellectuelles avec l’acte d’ajout d’une préface, induisent obligatoirement une déformation du message originel, on peut se demander si cette déformation est identique pour tous les titres étrangers lus dans un pays d’accueil. L’intensité de l’œuvre originale ne s’y trouve peut-être plus avec autant d’acuité, mais sa traduction constitue tout de même une œuvre.

3._La réception des traductions allemandes

Comme nous l’avons évoqué plus haut, la langue allemande souffre d’un manque d’intérêt. Selon Jean-Yves Masson19, cela est due au fait que l’Allemagne n’est pas un pays sympathique aux Français car l’enseignement de l’histoire a provoqué une relation d’identité entre l’Allemagne comme nation, et la période nazie. Pour beaucoup de Français, la perception qu’ils ont de l’Allemagne se limite à ce seul amalgame, ce qui n’est pas pour favoriser le développement de l’intérêt français en matière de littérature ou de culture. Le second facteur évoqué par Jean-Yves Masson est que la littérature allemande ne trouve pas de lecteur car la langue est peu enseignée en France.

Il apparaît donc que l’absence de culture littéraire en langue allemande du lectorat français soit un facteur du peu d’intraduction. Selon le théoricien de la réception Hans Robert Jauss, l’art et donc la littérature qui nous intéressent, ont une fonction communicative et communicationnelle au travers de laquelle s’exprime une seconde fonction de création sociale. Autrement dit, un lecteur n’aborde jamais une œuvre de façon vierge mais avec un horizon d’attente personnel ou intégré à celui d’une société de lecteur qu’il s’est forgé lors de ses lectures précédentes, les normes qui selon lui définissent la littérature d’une certaine époque, d’un certain lieu originel. « La fusion des deux horizons : celui qu’implique le texte et celui que le lecteur apporte dans sa lecture, peut s’opérer de façon spontanée dans la jouissance des attentes comblées, dans la libération des contraintes et de la monotonie quotidiennes, dans l’identification acceptée telle qu’elle était proposée, ou plus généralement dans l’adhésion au supplément d’expérience apporté par l’œuvre. Mais la fusion des horizons peut aussi prendre une forme réflexive : la distance critique dans l’examen, la constatation d’un dépaysement, la découverte du procédé artistique, la réponse à une incitation intellectuelle – cependant que le lecteur accepte ou refuse d’intégrer l’expérience littéraire nouvelle à l’horizon de sa propre expérience. 20» La fonction sociale « joue déjà lorsque le lecteur reprend virtuellement à son compte certaines normes, certaines attentes, et qu’il apprend, par l’identification esthétique, ce que peut être l’expérience et le rôle des autres, le tout pouvant déterminer son comportement dans le sens de l’imitation de modèles, certes, mais aussi de la motivation consciente et du changement de son expérience à venir21 ». Si entre la littérature de langue allemande et le lecteur français, une jouissance immédiate peut exister dans des ouvrages qui connaissent alors le succès, la distance réflexive semble ne pas être possible, puisque la connaissance mutuelle n’est pas assez importante et sûre. Cette expérience de réception semble donc impossible pour la majorité du lectorat français puisqu’il n’y a pas de véritable culture de la langue allemande, et que cette méconnaissance de la langue annihile d’emblée la connaissance des normes littéraires germaniques, celle de l’histoire littéraire des auteurs allemands et donc de la position de l’écrit qu’il s’apprête à lire. La littérature de langue allemande en France souffre d’une telle absence d’horizon d’attente construit par une lecture continue de ses œuvres, qu’elle ne possède plus cette particularité d’être un facteur de la praxis sociale, contribuant à son histoire même.

Aujourd’hui, le passé littéraire de la langue allemande en France semble être, non seulement oublié, ou réduit à de grands classiques du domaine, mais son présent et ses auteurs contemporains sont invisibles. Ces œuvres contemporaines sont des œuvres indépendantes qui se retrouvent trop souvent isolées dans l’ensemble de l’intraduction étrangère en France, devenant des exceptions plus que les maillons d’une tradition littéraire séculaire. L’ignorance de la langue allemande à l’encontre de la France, semble rendre impossible une identification cathartique du lecteur français aux fictions de langues allemandes.

La pièce manquante de l’intraduction allemande, les éditions Zoé

L’intraduction littéraire de l’allemand en France constitue comme nous l’avons vu, une préoccupation des instituts nationaux et associations, notamment en cette période de célébration des cinquante ans de l’amitié franco-allemande. Mais au final, malgré la prédominance de la langue allemande dans le monde et son classement élevé parmi les langues les plus traduites, nous pouvons constater que les auteurs allemands ou germanophones ne sont pas si nombreux à être repérés par les éditeurs français. C’est pour cette raison que nous allons nous tourner vers une maison d’édition francophone étrangère, afin d’étudier ses positions éditoriales par rapport à une maison d’édition française et établir un rapprochement incontestable entre l’offre d’intraduction de littérature germanophone en France et celle des éditeurs francophones étrangers.

Pour cette étude, nous nous tournons donc vers la maison d’édition Zoé qui, rappelons-le, a été fondée en 1975 à Genève en Suisse, par quatre personnes, mais qui a très vite été dirigée par l’une d’entre elles, Marlyse Pietri. La volonté d’origine de l’éditrice était d’investir la niche éditoriale du témoignage, les autres secteurs étant très concurrentiels. Aussi, par amour pour certains auteurs allemands, Marlyse Pietri n’hésite pas à très rapidement créer une branche dans ce domaine. Toutefois, le catalogue de la maison d’édition est très étoffé puisqu’aujourd’hui, les éditions Zoé publient des livres de critiques littéraires, des essais, du théâtre, de la fiction, aussi bien de langue allemande, française, romanche, italienne, ou étrangère, et que cela soit des rééditions ou des inédits, sous le format broché, poche, ou encore plus petit que le poche.

1._Une maison d’édition très impliquée dans la recherche de multiculturalisme et la mise en avant des multilinguismes

Avant tout, il est important de situer la maison d’édition Zoé dans son contexte géographique et culturel, pour mieux cerner sa politique éditoriale, et plus spécifiquement celle qui touche à l’intraduction de l’allemand.

La Suisse est un pays frontalier à la France, à la croisée de plusieurs grands autres pays européens qui influencent encore aujourd’hui ses langues et sa mixité culturelle. Quatre langues nationales dominent la Suisse actuellement, toutes réparties en zones établies comme étant unilingues. Nous pouvons alors distinguer la langue allemande au nord et au centre du pays, le français à l’ouest, l’italien au sud et le romanche (langue romane) dans une zone très définie au sud-est du canton des Grisons22. On estime que la part de la population résidente utilisant l’allemand représente 63,7 % de la population totale, le français représente 20,4 %, l’italien représente 6,5 % et le romanche représente moins de 0,5 %23. Il faut tout de même souligner que de nombreux Suisses parlent plusieurs langues, mais nous pouvons observer sans conteste que l’allemand est la langue la plus pratiquée. Tous les documents officiels sont donc écrits au moins en allemand et la majorité des formations supérieures sont enseignées en allemand ou en français. La langue française est d’ailleurs parlée dans le canton de Genève notamment, dans lequel est établie la maison d’édition Zoé. Par conséquent, si Marlyse Pietri n’est que suissesse d’adoption par son mariage, elle est malgré tout complètement baignée dans ce multilinguisme dès la création de sa maison d’édition.

Cette proximité et ce côtoiement des langues françaises et allemandes ne constituent cependant pas la seule raison pour laquelle l’éditrice de Zoé s’intéresse aux auteurs de langue allemande. Cela passe également par l’histoire même de la maison d’édition. En effet, si lors de la première tranche de vie de Zoé, l’apprentissage du métier d’éditeur, les récits de vie et la mémoire du passé sont privilégiés, dès 1977, l’éditrice publie une première traduction de l’allemand au français de l’ouvrage Reportages en Suisse de Nicolas Meienberg, un auteur suisse allemand de renom qu’apprécie beaucoup Marlyse Pietri. Cet ouvrage a insufflé à Zoé un caractère engagé, puisqu’il aura valu à l’éditrice d’être cataloguée de « gauchiste » (ce qui est mal vu en Suisse), jusqu’à en perdre les locaux de Zoé. Pourtant, cela n’a pas empêché la maison d’édition de publier l’œuvre entière de Nicolas Meienberg. Mais avant tout, l’accent a été mis sur les récits autobiographiques s’appuyant à la fois sur le souvenir et la reconstruction romanesque. Ce n’est en effet qu’après avoir traversé une crise financière entre 1983 et 1993 que Marlyse Pietri a renoué avec l’alliance des cultures et des langues, avec La Suisse aux quatre langues, un ouvrage traduit de l’allemand et dirigé par Robert Schläpfer. Cet ouvrage sur la question des langues en Suisse a révélé au public l’engagement de Zoé pour le multilinguisme suisse et par-delà même, une passion pour cette richesse multiculturelle de ce pays. La question des langues dans leur rapport de voisinage, leurs différences, leurs évolutions, a toujours enthousiasmé et soudé les liens de Zoé avec les auteurs de langues allemande, mais également avec la France de manière générale.

Les publications de Zoé se sont alors accélérées, malgré le peu de succès de librairie (sur le plan financier), notamment avec des ouvrages de jeunes auteurs et de nombreuses traductions d’ouvrages écrits en langue allemande. Mais Marlyse Pietri a toujours ressenti que l’identité romande flottait au-dessus de sa tête comme une sorte de menace. En effet, elle percevait une lutte obligée d’un pays coincé entre la France et la Suisse alémanique. Il devient donc très complexe de trouver une identité dans ce contexte. Mais nous allons pouvoir observer que Zoé a finalement su imposer sa marque en privilégiant les langues françaises et allemandes dans son catalogue.

2._La primauté des langues française et allemande aux éditions Zoé

Chez Zoé, le domaine germanophone est multigenres, puisqu’il comprend des essais, de la fiction, ou encore du théâtre, tous réunis dans des formats très divers tels que le format poche, le format broché, ou encore celui de la collection « MiniZoé » (10,5 x 15 cm). Au total, le domaine allemand compte une centaine de titres au catalogue de Zoé. Mais ce qui est le plus frappant, c’est que la littérature allemande d’auteurs d’origine allemande se limite à deux titres, soit un ouvrage bilingue rassemblant deux ouvrages d’Ernest Theodor Amadeus Hoffmann, L’homme aux sables (suivi de) Le Magnétiseur, et une pièce de théâtre de Rainer Maria Rilke, La princesse blanche. Ces deux auteurs appartiennent au domaine public et ont tous deux été publiés chez Zoé au début des années 1990.

Pourtant, Zoé s’est lancée dans la littérature alémanique dès 1977, c’est-à-dire deux ans après la création de la société, avec un ouvrage de Nicolas Meienberg, le reporter-écrivain originaire de Saint-Gall, canton de Suisse alémanique. Toute son œuvre a été traduite en français chez Zoé. De nombreux autres écrivains lui ont alors succédé, dont Gerhard Meier, Robert Walser et Matthias Zschokke, particulièrement appréciés de Marlyse Pietri, également directrice de la collection « Domaine allemand ». Ces traductions de l’allemand au français sont réalisées depuis 1991 la plupart du temps par Marion Graf, traductrice et critique littéraire. Le choix de cette traductrice n’est pas anodin, car son travail vise à percer à jour l’écrivain, dans une approche plutôt cibliste. Dans son ouvrage publié aux éditions Zoé, L’écrivain et son traducteur en Suisse et en Europe, Marion Graf écrit d’ailleurs : « Le traducteur littéraire, lui, éprouve l’altérité jusque dans ses derniers retranchements. Il pratique une forme extrême de lecture, une écoute qui le mène aux sources mêmes de la création. 24» Cette caractéristique de la traductrice renvoie directement à l’essence même de la maison d’édition : on y recherche des auteurs qui révèlent une attitude radicale envers l’écriture et surtout qui savent créer un univers littéraire avec les mots, qui donnent sens aux mots. Le choix d’une traductrice aussi impliquée dans la création et la compréhension des auteurs découle donc tout à fait de cette volonté.

Par ailleurs, sur le site de la maison d’édition, nous pouvons lire que « la Suisse alémanique est aux yeux des Romands un lieu proche mais peu connu, qui a de la peine à sortir des clichés, qui marque une tendance au repli, dans le domaine de la langue du moins, depuis 1989. En 1977, au contraire, cette partie du pays était le lieu où se lançaient de grands débats qui conquéraient le monde, ceux Frisch et Dürrenmatt. Pourtant, avant comme maintenant, nous aimons cette littérature, surtout pour ses auteurs qui ont acquis une immense maîtrise à dire les petites choses du quotidien, à tordre la langue pour surprendre le lecteur, à développer un point de vue totalement original sur soi et le monde 25». Seulement, les collections de littérature allemandes chez les autres éditeurs fleurissent de plus en plus, et la concurrence sous-entend une mise en avant active de son catalogue et un choix très sélectif des auteurs. Il faut en effet se situer par rapport à sa concurrence. C’est probablement la raison pour laquelle seuls deux auteurs d’origine allemande ont été publiés au catalogue de Zoé : il fallait que l’éditrice se positionne sur un autre créneau, à savoir celui de la littérature suisse alémanique. Les auteurs y sont tout aussi intéressants et encore plus proches que les écrivains allemands, puisque rappelons-le, Zoé compte plus d’une centaine de titres traduits de la langue allemande dans son catalogue.

Cependant, quand certaines maisons d’édition choisissent de mettre en avant un genre littéraire, ou un domaine d’études, les éditions Zoé ont fait le choix de répartir leurs publications dans des collections plutôt confuses. En effet, parmi les huit collections existantes du catalogue, aucune n’est a priori fondée sur les mêmes critères. Les collections « Domaine français », « Domaine allemand », « Écriture d’ailleurs » mettent l’accent sur le multilinguisme, tandis que les collections « Autres traductions », « Classiques du monde », « Poche », « MiniZoé » et « Audio » mettent en avant des formats, des domaines, mais surtout des ouvrages inclassables ailleurs finalement. Ce système rencontre des limites puisque les genres littéraires s’entremêlent alors qu’ils suivent le principe de catégorisation à travers les ouvrages dits « classiques » ou « populaires » comme c’est le cas pour la collection « Classiques du monde ». Nous noterons toutefois qu’une collection bilingue allemand-français a été créée en 1992. Cette collection « Biface » n’a pas trouvé son public et a rapidement été abandonnée, mais elle avait le mérite de proposer des textes dans leur langue d’origine à ceux qui voulaient réactiver leurs connaissances de l’une des deux langues, ou à ceux qui souhaitaient développer leur capacité à lire le texte d’origine. La mise en page était alors une sorte de jeu puisqu’il fallait renverser le livre pour trouver les mots inconnus ou oubliés. Cette initiative montre bien que le multilinguisme est véritablement un jeu pour les éditeurs de Zoé, qui ont toujours eu pour ambition première de mettre en avant la langue, les mots, les sentiments qui découlent de ces mots, et qui se sont engagés pour l’écrit.

3._L’édition étrangère francophone diffusée en France comme moyen exhaustif de découverte de la littérature de langue allemande

Malgré son implantation en Suisse, la maison d’édition Zoé est diffusée en France, afin de répondre à un besoin de se faire connaître du public francophone. La particularité de la maison d’édition réside dans le fait que ses publications sont diffusées avec la même visibilité que les éditeurs nationaux, tels qu’Albin Michel, Christian Bourgois, ou encore Sabine Wespieser. En cela, nous pouvons penser que Zoé, tout comme d’autres maisons d’éditions francophones étrangères, contribuent grandement à la présence de la littérature allemande en France, en apportant un nombre considérable d’ouvrages de littérature suisse, une zone linguistique très peu exploitée par les éditeurs français, plus concentrés sur les auteurs allemands et autrichiens. La contribution d’éditeurs tels que ceux de Zoé élargissent donc le paysage de l’intraduction de littérature allemande en France, allant même jusqu’à être les seuls traducteurs d’auteurs de langue allemande de renom comme Friedrich Dürrenmatt. Cela est d’ailleurs vraisemblablement dû à la proximité géographique entre les différentes zones linguistiques de la Suisse.

Zoé est diffusée par Harmonia Mundi depuis 1992, après avoir démarché plusieurs entreprises. Mais finalement, Marlyse Pietri s’en satisfait grandement, car elle considère qu’Harmonia Mundi correspond tout à fait à l’image qu’elle souhaite renvoyer de son catalogue. Le soin apporté aux livres, et leur volonté de défendre les livres de tous leurs éditeurs et cela d’où qu’ils viennent sont deux préoccupations qui ont particulièrement touché l’éditrice. Nous pouvons également noter que ce diffuseur a une politique de diffusion qui lui est propre, et qui ne vise pas tous les publics de lecteurs. En effet, Harmonia Mundi diffuse principalement les librairies, généralistes ou spécialisées, indépendantes ou en partie. Mais le diffuseur est très peu présent sur les tables des très grands centres commerciaux ou grands magasins spécialisés dans les biens culturels, comme les Fnac, les Centres culturels Leclerc, ou les Virgin. Cette politique de diffusion, pouvant être perçue comme trop élitiste, est finalement un atout d’importance pour Zoé, qui a besoin de cibler un public bien précis de lecteurs aguerris pour faire découvrir son catalogue, défendu par des libraires engagés. Il est en effet indispensable pour un éditeur, d’être défendu et mis en avant par des libraires qui savent faire découvrir des livres inconnus à leurs clients. Harmonia Mundi est en cela l’un des meilleurs atouts des éditions Zoé pour cibler au mieux ces libraires et leur clientèle.

Il est toutefois certain que les éditions suisses traduisant une littérature de langue allemande vers le français comblent les manques de l’édition française, et cela contribue dans le même temps à une certaine exhaustivité du domaine germanophone. De la même manière, nous pouvons observer que toutes ces maisons d’édition réussissent au final à ne pas se mettre totalement en concurrence, puisque leurs catalogues suivent des lignes éditoriales différentes. De surcroît, nous pouvons même affirmer que de tels éditeurs indépendants parviennent à offrir un panel d’auteurs de par leur proximité géographique entre plusieurs langues dont l’allemand et le français. Ces éditeurs comme Zoé sont donc de précieux atouts littéraires à l’intraduction de l’allemand dans l’édition française.

Conclusion

La Seconde Guerre mondiale a marqué un tournant dans l’histoire de la langue allemande. Aujourd’hui, elle a perdue de sa suprématie au profit d’autres langues de pays émergeants, comme nous avons pu le voir dans l’apprentissage des langues en milieu scolaire. Au point que le passé littéraire de la langue allemande en France semble être, non seulement oublié, ou réduit à de grands classiques du domaine, mais son présent et ses auteurs contemporains sont invisibles. Ces œuvres contemporaines sont des œuvres indépendantes qui se retrouvent trop souvent isolées dans l’ensemble de l’intraduction étrangère en France, devenant des exceptions plus que les maillons d’une tradition littéraire séculaire. C’était donc un pari risqué pour Marlyse Pietri, éditrice de Zoé, d’ouvrir une maison d’édition aux confins de l’espace francophone ; et d’ouvrir son catalogue sur l’intraduction de deux auteurs allemands, avant d’orienter ses publications sur l’intraduction de la langue allemande (Allemagne, Suisse).

Après 38 ans d’existence, nous pouvons considérer que ce pari est réussi, avec plus d’une centaine de titres traduits de l’allemand inscrits au catalogue. La recherche constante de faire valoir le multiculturalisme qui caractérise la Suisse ainsi que le désir de faire cohabiter les différents aires linguistiques continus d’insuffler à Marlyse Pietri et ses collaborateurs l’envie de ne pas s’enraciner dans une identité nationale étroite mais de faire de la littérature leur patrie.

Ce désir de faire voyager la littérature suisse alémanique hors de ses frontières se manifeste non seulement par l’intraduction d’auteurs de langue allemande au sein de l’espace francophone mais également par la quête d’une reconnaissance en France grâce aux partenariats de diffusion avec le poids lourd de l’édition française qu’est Harmonia Mundi. Cette collaboration place les éditions Zoé au même rang que les éditeurs français qui intraduisent la langue allemande. Le choix de ce diffuseur n’est pas anodin, puiqu’il permet également à cette modeste maison d’édition de toucher un public aguéri à cette littérature étrangère.

À l’occasion du cinquantenaire du traité de l’Élysée, la France et l’Allemagne entendent prendre des initiatives communes « pour que le cadre européen soit favorable à la création artistique, à la diversité culturelle, à la mobilité des artistes et des œuvres 26».

Julie Demarconnay et Marie-Charlotte Landa

Bibliographie

Ouvrages de référence

JAUSS, H. R., Pour une esthétique de la réception, Gallimard, Paris, 2007.

PIETRI, Marlyse, Une aventure éditoriale dans les marges, éditions Zoé, Carouge-Genève, 2000.

SCHRIMPF, Hans-Joachim, Goethe Begriff des Weltliteratur, Metzler, Stuttgart, 1968.

Présentation du « Domaine allemand » des éditions Zoé :

<http://www.editionszoe.ch/collections/index/domaine-allemand>.

Ouvrages connexes

Actes, mémoires et autres pièces authentiques concernant la paix d’Utrecht, V, 393.

« Quel rôle joue l’allemand à l’international », Magazin Deutschland, disponible sur <www.magazin-deutschland.de> (consulté le 10 décembre 2012).

Rapport d’activité 2011 du CNL.

Rubrique « Livre dont on parle » (Bücher, über die man spricht) :

http://www.goethe.de/ins/be/bru/kul/dub/lit/buc/frindex.htm

Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, n°145, 2002.

La carte des zones linguistiques de la Suisse : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sprachen_CH_2000_fr.png

GRAF, Marion, citation de Marion Graf au sujet de la sortie de son livre :

http://www.culturactif.ch/livredumois/livrenovembre.htm

1 Actes, mémoires et autres pièces authentiques concernant la paix d’Utrecht, V, 393.

2 Bouhours, Dominique, Entretiens d’Ariste et d’Eugène. Dialogues, 1671.

3 « Quel rôle joue l’allemand à l’international », Magazin Deutschland, disponible sur <www.magazin-deutschland.de>, (consulté le 10 décembre 2012).

4 Réseau européen de centres de traductions littéraires.

5 Collège International de traductions Littéraires.

6 Association des traducteurs littéraires en France.

7 Office franco-allemand pour la Jeunesse.

8 Diplôme d’études approfondies.

9 Bureau International de l’édition française.

10 Centre national du livre.

11 Rapport d’activité 2011 du CNL.

12 PIETRI, Marlyse, Une aventure éditoriale dans les marges, éditions Zoé, Carouge-Genève, 2000, p. 24.

13 PIETRI, Marlyse, Une aventure éditoriale dans les marges, éditions Zoé, Carouge-Genève, 2000, p.27.

14 SCHRIMPF, Hans-Joachim, Goethe Begriff des Weltliteratur, Metzler, Stuttgart, 1968, p.45.

15 Rubrique « Livre dont ont parle » (Bücher, über die man spricht) : http://www.goethe.de/ins/be/bru/kul/dub/lit/buc/frindex.htm

16Service de presse suisse.

17 Pierre Bourdieu, « Les Conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, n°145, 2002, p. 5.

18 Ibid., p.5.

19J ean-Yves Masson écrivain et traducteur qui dirige la collection « Der Doppelgänger » aux éditions Verdier.

20 H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Gallimard, Paris, 2007, p. 284.

21 Ibid., p. 286.

22 Cf. la carte des zones linguistiques de la Suisse : <http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sprachen_CH_2000_fr.png>.

23 D’après la page Wikipédia consacrée à la Suisse : <http://fr.wikipedia.org/wiki/Suisse#Langues>.

25 Présentation du « Domaine allemand » des éditions Zoé : <http://www.editionszoe.ch/collections/index/domaine-allemand>.

26 Le Monde du 22 janvier 2013, en partenariat avec le Süddeutsche Zeitung.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *