Bookstory « une boussole pour les auteurs, un filtre pour les éditeurs »

Logo de l'association "Bookstory".

Logo de l’association « Bookstory ».

Chaque année l’Incubateur Belle de Mai, situé à Marseille, organise un appel de projets, Mediaverde, afin de soutenir les porteurs de projets innovants et inventifs concernant les nouvelles technologies et les systèmes numériques. Les incubateurs PACA (Belle de Mai, Impulse et PacaEst) sont des organismes d’accompagnement et de soutien aux entreprises et organisations communales en création ou formation. L’incubateur Belle de Mai s’intéresse aux organismes innovants en matière de communication et de technologies numériques. Les entreprises les plus prometteuses sont sélectionnées et peuvent ensuite profiter de l’aide, de l’expérience et des conseils de la Belle de Mai. Une avance financière (remboursable sur le long terme) fait également parti de l’ensemble des apports de l’Incubateur. L’année dernière, en mai 2012, c’est une association littéraire qui en a profité et a été construite : Bookstory.

Bookstory est une entreprise qui allie un objectif aujourd’hui répandu (la publication numérique pour des auteurs régionaux en mal de publication papier) à une organisation innovante qui emploie les nouvelles technologies, dont des documents numériques téléchargeables. La plateforme met ainsi en ligne des titres d’auteurs à ce jour inconnus, de manière légale et commerciale (les auteurs sont en effet sous contrat de confidentialité dès lors que le titre est jugé apte à être publié).

L’association relève de l’ambition de son fondateur, Guillaume Fournier. Suite à une formation bac pro mécanique et des études d’agent commercial qui ne le destinent pas forcément à l’univers du livre, il tombe pourtant sous le charme de l’organisation éditoriale et décide de participer, à sa manière, à l’entreprise littéraire. Bookstory n’est créée officiellement que trois ans après sa première mention en tant que projet d’entreprise en 2010 : Guillaume Fournier réalise à cette date un mémoire autour de son projet de création d’entreprise. Les détails définis, le jeune homme tente le coup de chance et envoie son dossier à la Belle de Mai. Soutenu depuis par des membres associatifs (le fondateur Guillaume, la webmistress Anne-Lise, la chef-ès-communication Marion et la gestionnaire officielle du comité de lecture Stéphanie), des relations interprofessionnelles (des auteurs enthousiastes, notamment) et une structure légale et commerciale (les contrats, par exemple), le projet remporte l’un des deux premiers prix.

Aujourd’hui, l’association est devenue une « boussole éditoriale ». Cette expression, a priori étonnante, prend tout son sens lorsqu’on en définit la démarche. Bookstory assume le rôle de passeur, de filtre entre un texte libre d’auteur et ses éditeurs potentiels. Le titre est lu et affiné à plusieurs reprises en passant par trois étapes :

  • Un comité de lecture, composé des lecteurs de Bookstory (qui veulent en être membre¹) et de l’équipe de l’association ;
  • Les lecteurs qui, dans la logique de l’association, ont alors la possibilité de commenter, de voter et de choisir les titres qui valent la peine selon eux d’être publiés ;
  • Lorsque le titre en question obtient un plébiscite suffisant, il est repris par l’auteur et envoyé vers une maison d’édition traditionnelle. Cette dernière est choisie par l’équipe de Bookstory, plus au fait des lignes éditoriales, ce qui permet d’éviter une surenchère de manuscrits/tapuscrits envoyés au hasard et ne correspondant pas toujours à ce que publie les maisons d’édition qui les reçoivent.

Les auteurs considèrent majoritairement que cette démarche est tout à leur avantage : ils bénéficient d’une plateforme-vitrine, reçoivent des avis, des commentaires, de l’aide pour améliorer leur texte, et finalement publier un livre qui « vaut le coup ».

Un mot d’Agnès Olive, première auteure à s’être inscrite et à avoir été publiée sur le site : « Bookstory c’est la solution pour les auteurs qui n’ont pas trouvé leur éditeur (et nous sommes nombreux !), pour les manuscrits qui dorment dans des tiroirs… Tout d’abord on sait que le comité de lecture est sérieux et donc fiable, ce qui permet à l’auteur sélectionné de reprendre confiance, ensuite le texte est estimé à sa juste valeur, c’est-à-dire logiquement par les lecteurs, et l’auteur peut alors espérer enfin trouver un jour son éditeur ! »

Il semble, a priori, que le concept soit avantageux : le système de téléchargement des titres fonctionnent par paliers : tandis que les sites de lectures numériques sont payants ou gratuits ; Bookstory propose un paiement graduel. Lorsque le premier palier de téléchargements (un nombre prédéfini) est atteint, le titre devient payant à hauteur de deux euros. Les paliers suivants augmentent progressivement de la même somme, sans jamais dépasser le prix d’un livre de poche papier (six euros étant le palier maximum pour l’association). Une question se pose alors : est-ce que les titres, une fois publiés en version papier, disparaîtront du monde numérique ? En tout cas, le contrat que chaque auteur publié signe lors de la première publication leur assure déjà 20% des recettes des téléchargements numériques de leurs œuvres.

Selon les dernières estimations obtenues (novembre 2012), la plateforme avait déjà publié sept livres deux mois après l’ouverture du site, formait une communauté de 180 lecteurs et dénombrait 53 auteurs dont les manuscrits étaient en cours de lecture. Agnès Olive, dont nous citions les commentaires, est la première auteure à être représentée auprès des éditeurs traditionnels par Bookstory. Ces derniers n’ont apparemment pas encore donné leur accord quant à une publication potentielle mais le fait d’avoir obtenu des réponses personnalisées, même relatives, est encourageant pour l’équipe et l’auteure. S’il n’y a donc toujours pas de partenaire officiel, ils ont néanmoins de bons espoirs pour que cela arrive bientôt.

Bien que populaire désormais, ce communautarisme peut être considéré à première vue comme une entreprise de publication à compte d’auteur ce qui desservirait le message de l’association. Ce n’est, comme le souligne fermement Guillaume Fournier, pas du tout le cas : les contrats que signent les auteurs sont à compte d’éditeurs. Bookstory est une maison d’édition numérique nouvelle, une passerelle entre l’auteur et le monde papier.

Cela n’empêche pas Bookstory d’avancer et de se définir comme partie d’une nouvelle vague dans le monde du livre. L’association, moins d’un an après sa naissance, avait sa place au salon du livre de Paris, du 22 au 25 mars. L’équipe entière et de nombreux auteurs – dont Agnès Olive, leur première auteure publiée numériquement – étaient présents pour soutenir et faire connaître l’association auprès du public. Nous vous invitons à lire leur compte-rendu encourageant sur le blog de l’association que vous retrouverez en lien ci-dessous.

Pour aller plus loin :

Site de Bookstory : http://bookstory.fr
Blog de Bookstory : http://bookstory.over-blog.com/
Présentation officielle de l’association : http://bookstory.fr/bookstory-presentation-du-projet
Facebook : https://www.facebook.com/BookStory.fr?fref=ts

¹Pour être membre, il suffit d’en faire la demande sur le site ou auprès des associés. La demande est enregistrée et analysée avant d’être, généralement, acceptée. Le comité de lecture est ouvert à tous les lecteurs qui en font la demande et prouvent leur envie de participer à l’association. Ils doivent néanmoins être assidus et présents sur le site.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. robert dit :

    J’ajouterai que ce qu’essaye de faire Bookstory, sous un nom bien alambique, c’est tout simplement d’etre plus ou moins l’equivalent des agenvs litteraires anglo-saxons. Malheureusement pour eux, bookstory n’ont pas vraiment compris ce qu’etait un agent litteraire. Ce n’est pas simplement quelqu’un qui recoit des romans et essaye de la faire publier, c’est quelqu’un qui connait bien (et souvent personnellement) les ediveurs, qui peut parler d’egal a egal aveceux, et qui prend 20% sur les revenus des auteurs publies. Ce qui signifie qu’un agent ne passera pas son temps sur des livres qui sont mauvais. Les agents ont une tres bonne connaissance de l’industrie du livre.
    Enfin proposer « royalement » aux auteurs 20% sur les revenus generes par des livres electronique en affirmant que c’est 3 fois plus que ce qu’un editeur classique propose, c’est se moquer du monde! Un editeur classique doit fabriquer un livre, c’est a dire faire un veritable travail litteraire (corrections, discussions sur tel ou tel paragraphe etc..), fabriquer la couverture, imprimer le livre, faire les demarches administratives. Un editeur online ne fait rien de tout cela. Il se contente de placer le livre sur un site (le plus souvent il demande a l’auteur de produire une couverture, de corriger etc…), et donc prend 80% des revenus! C’est tout bonnement grotesque puisqu’il ne produit aucun travail.

    • Monde du livre dit :

      Nous prenons en compte votre point de vue. Il sera transmis à l’auteur de l’article.
      Sur un plan purement formel, nous vous recommandons néanmoins, pour d’éventuels commentaires ultérieurs, de vous exprimer de façon plus soignée afin de garantir une meilleure lisibilité de votre propos.

      Merci d’avance pour votre compréhension.
      Cordialement.

  2. robert dit :

    Il faut signaler que lorsqu’on prend le temps de lire les « conditions » de publication, celles qu’on ne lit jamais avant de cliquer « oui », on s’aperçoit que l’auteur devra payer 12 euros pour chaque livre déposé sur ce site! Il serait beaucoup plus honnête de signaler ceci en tête de site, il me semble.

    • Monde du livre dit :

      Pouvez-vous indiquer la page sur laquelle vous avez trouvé cette information ? Merci d’avance.

      • robert dit :

        lorsque vous avez un compte et que vous voulez deposer un manuscrit vous devez donner le titre, le resume, le genre etc.. puis en bas vous devez « cliquer » le « j’accepte les conditions generales ». Si vous ne prenez pas la precuation de lire ces conditions (comme c’est souvent le cas) vous ne pouvez pas lire les conditions 4.9 et 4.10 qui indique qu’a la signature du contrat l’auteur doit payer 12 euros a Bookstory. Ce n’est pas une grande somme, mais c’est quand meme l’auteur qui paye pour voir son bouquin publie sur un site web. D’autant que la chance d’etre ensuite edite par une autre maison d’edition est quasi nulle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *