Bruno Leprince : « J’ai toujours voulu faire des livres accessibles à tous »

Éditeur et graphiste des éditions du même nom, Bruno Leprince dévoile son parcours et ses impressions quant à l’avenir du livre.

La Bombe de la dette étudiante

La Bombe de la dette étudiante, François Delapierre, Bruno Leprince, 2013.

PORTRAIT

 

« Le militantisme fait office de capital scolaire de substitution dans certains cas alors que l’édition critique est la continuation de la politique par d’autres moyens1. »

 

Cette phrase de Benjamin Caraco, doctorant en histoire contemporaine à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, souligne la frontière étroite pouvant exister entre des éditeurs indépendants et d’autres « militants ». Si les éditeurs indépendants sont tiraillés entre l’art et l’économie, ou entre symbolisme et pragmatisme, il en est de même pour les éditeurs revendiquant une appartenance politique.

Bruno Leprince, humble et sympathique éditeur d’une cinquantaine d’années, partage de nombreuses caractéristiques avec la trentaine de structures éditoriales étudiée (Raisons d’agir, Les Prairies ordinaires, etc.) par la docteure en sociologie Sophie Noël dans son ouvrage2 : une identité d’éditeur au sens fort, un ancrage dans les sciences humaines et sociales, une production au ton critique et engagé à gauche, et une relative jeunesse dans le champ éditorial.

En effet, il publie toutes sortes d’ouvrages de textes engagés : manifestes, livres d’éducation populaire, d’intervention et d’histoire. Mais il édite aussi des livres plus neutres : albums, littérature et littérature érotique, des livres d’humour, des livres pratiques, etc. En ce sens, l’étiquette d’« éditeur militant » pourrait paraître réductrice… Mais cela représente une part non négligeable de son commerce : sur les deux cent cinquante titres publiés à ce jour, une partie seulement est diffusée et distribuée en librairie ; les ventes militantes ainsi que le site de vente en ligne (opérationnel depuis plus de quinze ans) concourent à l’équilibre de la structure (60 à 70 % des ventes).

En outre, ses éditions élaborent parfois des partenariats d’édition et n’ont encore jamais demandé de subventions au CNL. Deux titres sont traduits de l’espagnol : le premier, Tais-toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur a été écrit par le réfugié politique en France Hernando Calvo Ospina (traduit du colombien par Karine Alvarez et Guillaume Beaulande). Le second, Le Droit de l’humanité à l’existence est une compilation de vingt-deux textes proposée par l’association France-Cuba, de Fidel Castro Ruz.

ENTRETIEN

Populisme, le fantasme des élites

Populisme, le fantasme des élites, Benoît Schneckenburger, Bruno Leprince, 2012.

 

Métier d’éditeur

Bruno Leprince, pouvez-vous nous exposer votre parcours d’éditeur ? Comment êtes-vous devenu éditeur (avez-vous suivi des études du type « Monde du livre ») ?

Bruno LEPRINCE. J’ai suivi des études de culture générale en art, avec un cours d’édition, mais ce n’est pas ce qui m’intéressait à l’époque. J’ai ensuite travaillé dans le graphisme, la mise en page et l’imprimerie. J’ai donc une formation plutôt technique à la base.

Aviez-vous, en tant que débutant dans le métier, des «modèles» ? Et aujourd’hui ?

Bruno LEPRINCE. J’ai eu des modèles à certaines périodes, comme Robert Laffont, Olivier Orban, Pierre Seghers, Maurice Nadeau, tous pour des raisons différentes. Mais j’ai surtout appris le métier avec des personnes comme Jean-François Gonthier, Jean-Claude Dubost, Bernard Girodroux et plus récemment Jean-Claude Zylberstein.

Quel a été votre premier livre publié et quelle est votre plus grande fierté en tant qu’éditeur ?

Bruno LEPRINCE. Mon premier livre en tant qu’éditeur s’est fait un peu par hasard. Son titre était Comment va la France Môssieu, elle crève Môssieu ! Il n’a pas pris une ride à l’exception des références à l’époque (années 1993-1994). Ma plus grande fierté, je ne sais pas. Je suis fier de beaucoup de livres à la fois sur le plan du contenu que sur le plan graphique ou technique. L’édition est un métier de rencontres et c’est ça qui est passionnant.

Y-a-t-il un comité de lecture ? Comment s’opère la relation avec les auteurs ?

Bruno LEPRINCE. Non il n’y a pas de comité de lecture, c’est réservé aux grandes maisons. C’est moi ou les directeurs de collection qui choisissons les ouvrages. Mais nous publions peu d’ouvrages qui arrivent spontanément, la plupart sont des commandes ou des livres qui arrivent par relations.

Militantisme politique

Depuis quelle année militez-vous ? Dans quel(s) parti(s) ?

Bruno LEPRINCE. J’ai milité pendant quinze ans au Parti socialiste puis j’ai suivi Jean-Luc Mélenchon au Parti de Gauche et je ne l’ai jamais regretté. J’y ai trouvé une place, un rôle utile et beaucoup d’amis.

Y-a-t-il une spécificité à être éditeur « partisan » ?

Bruno LEPRINCE. Je ne me considère pas comme un éditeur partisan. Je fais ce que j’aime et ce que j’ai envie de faire. Une partie de mon catalogue est très engagée mais j’ai plein d’autres titres et d’autres projets.

Avez-vous toujours lié l’activité militante à l’édition ? Qui de vous deux (ligne éditoriale, ligne politique du parti) inspire l’autre ? Comment sont déterminés les sujets de vos livres politiques ?

Bruno LEPRINCE. Oui plus ou moins comme je le dis dans la réponse à la question précédente. Les sujets des livres politiques sont déterminés par moi et par le directeur de la collection « politique à gauche » [Laurent Mafféïs] pour les livres liés au Parti.

Concernant le faible prix (aux alentours de cinq euros) de vos livres de poche, quelle est votre « recette » pour les fixer ? Est-ce par souci de cohérence politique ?

Bruno LEPRINCE. J’ai toujours voulu faire des livres accessibles à tous (à l’exception des très beaux livres). Il n’y a pas vraiment de recettes. Imprimer un livre ne coûte pas très cher aujourd’hui et les ventes directes ou militantes permettent de compenser les marges quasi-inexistantes des ventes en diffusion. C’est aussi un choix politique pour certaines collections. J’ai également fait le choix de ne pas faire fortune…

L’histoire du Parti communiste français, par exemple, est étroitement liée à celle de nombreuses maisons d’éditions3. Ainsi, connaissez-vous d’autres éditeurs partisans ? Si oui, entretenez-vous des relations avec ?

Bruno LEPRINCE. Le Parti communiste a pratiquement laissé tomber toutes ses maisons d’édition. Je connais quelques éditeurs partisans, mais j’ai peu de relation avec eux. Par contre nous sommes en train d’étudier le rachat d’un fonds de maison d’édition politique ou partisane, si on en trouve…

Avenir du livre

Comment concevez-vous l’évolution des pratiques de lecture ?

Bruno LEPRINCE. C’est très difficile de répondre. Le livre numérique va se développer, mais les premières études montrent qu’il ne mord pas sur le marché du livre papier et, en France, il ne représente que 1,8 % du marché. Personnellement, je pense que c’est à cause du prix, mais il paraît que non. Ceux qui aiment les livres sont très attachés au papier et ils aiment garder leurs livres. Il y a aussi de gros lecteurs qui lisent sur tablette pour des raisons de place ou de transport. Difficile de dire aujourd’hui quelle va être l’évolution à moyen terme.

Le transfert d’une partie des contenus éditoriaux vers le numérique modifie-t-il votre travail d’éditeur ? Développez-vous des livres ou des textes numériques ?

Bruno LEPRINCE. Oui ça change sur le plan technique de la mise en page car il faut construire les livres en suivant des règles très précises, mais rien de révolutionnaire. Les premiers livres numériques seront disponibles dans quelques semaines.

Quelles mesures sont à apporter d’urgence pour faire face à « la destruction du livre et de ses métiers4 » ?

Bruno LEPRINCE. Je ne pense pas qu’il y ait une destruction du livre et de ses métiers. Il y a une évolution, mauvaise dans certains cas quand on fait des livres en urgence avec n’importe quel contenu (mémoire de footballeurs, livres people, etc.), mais il y a aussi une grande recherche de qualité chez certains éditeurs, comme par exemple dans le polar chez Sonatine. Beaucoup de petits éditeurs indépendants cherchent à faire des livres de qualité. Quant aux métiers (imprimerie, numérique, distribution, etc.), ils évoluent mais ce sont souvent les professionnels eux-mêmes qui n’évoluent pas dans leurs pratiques et dans les relations à leurs clients.

Notons en conclusion l’évolution du mensuel Le Monde diplomatique : premier de la presse française à avoir créé son site Internet, il détaille dans un article récent les choix l’ayant poussé à se renouveller. En proposant ses contenus sous forme papier, mais aussi d’archives en ligne (ouvertes, au fil du temps, et sur CD-Rom), et de livres électroniques à télécharger (payants), le journal rend ses textes recomposables, s’assure un contrôle fiable et complet et maîtrise la forme typographique comme bon lui semble.

Ainsi, les métiers du rédactionnel, qu’ils soient tributaires d’une structure indépendante et/ou militante, sont contraints par les mêmes facteurs : la technique (les livres électroniques ou billets sont avant tout des fichiers informatiques) et la mobilisation politique5.

Pour aller plus loin :

Le 28 avril 2013 avait lieu à l’Usine, siège provisoire du Parti de Gauche aux Lilas (93), un séminaire dont Bruno Leprince prenait part ayant pour titre : Le Livre, quel avenir ? L’Art et la Culture sont-ils solubles dans le consumérisme ?

Si des chiffres utiles ont été rappelés, (la filière « Livre » compte à ce jour 150 000 emplois stables et qualifiés, 40 librairies ont fermé leurs portes dont 30 indépendantes cette année et dix se sont créées, le chiffre d’affaires du livre numérique en France est de 1,8 % dont 80 % représentent des ventes de livres à des bibliothèques, les bibliothèques représentent 20 % du marché de la librairie) il semblerait que la rédaction de lois et de décrets d’application soit en cours par le Comité de défense des métiers du livre. Les débats furent contradictoires et des liens se sont créés.

En effet, au cours de cette soirée riche mais trop courte, deux tables rondes (« constats et propositions ») ont été organisées. Elles mettaient en relation différents professionnels du livre dont Dominique Mazuet (auteur, libraire à Tropiques), Ayméric Monville (auteur, directeur de collection aux éditions Delga), Jérémie Nestel (association Libre accès), des écrivains, des éditeurs (L’Ire des marges, Bordeaux), des libraires (Folies d’encre, Saint-Denis) et des bibliothécaires (un médiateur numérique et une bibliothécaire scientifique), un syndicaliste en lutte (Virgin), etc.

Une vidéo rendant compte de ces échanges est disponible en ligne : http://www.lepartidegauche.fr/lateledegauche/educpop/le-livre-quel-avenir-23392/

Le site des éditions Bruno Leprince : http://www.graffic.fr/

Le site de l’association Libre accès : http://libreacces.org/

Le site du Comité de Défense des Métiers du Livre : http://www.antidematerialisation.fr/

1 CARACO, Benjamin, « Sophie Noël, l‘édition indépendante critique : engagements politiques et intellectuels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 décembre 2012, consulté le 04 mai 2013. URL : http://lectures.revues.org/10131.

2 Voir les références à la note précédente.

3 BOUJU, Marie-Cécile, Lire en communiste. Les maisons d’édition du Parti communiste français 1920-1968, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2010.

4 MAZUET, Dominique, Correspondance avec la classe dirigeante sur la destruction du livre et de ses métiers, Éditions Delga, 2012.

5 Voir RIMBERT Pierre et KEUCHEYAN Razmig, « Le carnaval de l’investigation », Le Monde diplomatique, mai 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *