Une manifestation littéraire et culinaire : La soupe aux livres

La soupe aux livres

Visuel de communication pour La soupe aux livres, © éd. Parole

« Donner la parole, c’est donner la vie », proclame Jean Darot, fondateur des éditions Parole, créées en 2001.

Cette petite maison d’édition, située à Artignosc-sur-Verdon, au cœur de la campagne provençale et bordée par les fameuses gorges du Verdon, s’est établie dans un cadre provincial idyllique et donne la parole aux auteurs et aux lecteurs locaux. Mais si la situation géographique de la maison d’édition semble idéale, la diffusion et la distribution de leurs publications peuvent paraître plus problématiques, dans un secteur professionnel où la grande majorité des services sont centralisés à Paris. Pour contrer les préjugés et se prouver qu’il est tout à fait possible de s’en sortir tout en restant « local », les éditions Parole ont mis au point une politique éditoriale réfléchie et une manifestation littéraire permettant de diffuser leurs livres de manière originale.

Quelle politique de diffusion ?

« Dès notre naissance, nous nous sommes immédiatement aperçu que rien ne se passait dans le milieu de l’édition de la façon dont les médias le présentaient. Les libraires sont souvent dans une situation difficile, ce qui les rend méfiants vis-à-vis de tout ce qui ne sort pas des grosses organisations maternantes. En résumé, on ne voulait pas vraiment de nos livres. Comme nous avions la volonté d’élever nos enfants (nos livres), nous nous sommes demandé où se trouvait le public de lecteurs, où se trouvaient les gens33. »

Ainsi, les éditions Parole se sont très vite rendu compte qu’en tant que petite maison d’édition, il était nécessaire de faire ses preuves avant de pouvoir intéresser les autres acteurs du monde du livre. À cause du climat pessimiste qui pèse sur la profession, Jean Darot a préféré s’éloigner de ces réseaux afin de ne pas être démoralisé, et trouver une voie de diffusion personnelle qui lui promettrait un bel avenir. En effet, devoir convaincre et persuader les acteurs de la vente du livre par des arguments économiques et commerciaux n’était absolument pas sa volonté. C’est pourquoi il a fait le choix de partager ses publications essentiellement par des circuits courts : quelques libraires partenaires, la vente directe de leurs livres sur les marchés régionaux et la création d’une manifestation : La soupe aux livres.

« Nous avons commencé tout naturellement à faire “La soupe aux livres” dans notre environnement proche. La première a eu lieu le 27 décembre 2008 dans le village où était alors la maison d’édition, Bauduen (83), au bord du lac de Sainte-Croix. L’idée était toute simple : c’était celle de la veillée traditionnelle. La deuxième idée était celle du partage. Nous comptions présenter notre travail d’éditeur en lisant des extraits de nos publications et en invitant nos auteurs à être présents. Mais surtout, nous avions d’entrée prévu que chaque participant puisse venir dire, lire, conter, raconter, slamer, rapper, chanter quelque chose de son choix. Je crois sincèrement que c’est ce qui a fait le succès de la formule33. »

La soupe aux livres est donc un mode de diffusion spécialement créé par les éditions Parole, afin de vendre directement les propres ouvrages qu’ils éditent, en communiquant des extraits au public par la lecture, la présentation des auteurs, la divulgation de quelques anecdotes, l’explication de la genèse du livre, etc. Ceci permet donc au futur lecteur de percevoir l’environnement, le style et la conception d’une histoire, tout en lui donnant envie d’aller plus loin. Les éditeurs, ayant choisi de publier eux-mêmes tel ou tel texte, semblent être les plus à même de partager leur expérience de lecture et de communiquer la raison pour laquelle ils ont été transportés par le texte publié.

Mais, comme le dit Jean Darot, si les soirées organisées autour d’une soupe et d’une multitude de livres fonctionnent si bien, il semble probablement que ce soit grâce à l’idée d’un échange égalitaire avec le public. Aucune distinction hiérarchique n’est faite entre l’éditeur et le lecteur, et c’est bien ce que le bol de soupe partagé tente de symboliser. Il s’agit d’un véritable instant d’échange de points de vue, de partage critique, de conseils de lecture, et de propositions littéraires, théâtrales, musicales… pour la suite de la soirée. En effet, chaque Soupe aux livres prend une tournure différente selon le public, les auteurs présents, le lieu, le moment de la journée, ou encore la soupe préparée. Tous les acteurs de la manifestation, que ce soit les éditeurs, les membres du public, le cuisinier, ou encore les libraires, peuvent apporter un « plus » à la soirée, permettant de rendre cet événement unique. Ainsi, le public n’hésite pas à revenir lorsqu’une soupe aux livres est organisée plusieurs fois dans le même village puisqu’il n’y a pas de répétition, ni de redite : chaque soirée est bel et bien différente.

Quelle politique d’animation ?

Pour ce qui est de l’organisation véritable de la soirée, les éditeurs, qui en sont aussi les animateurs, proposent de répartir la manifestation en trois moments forts : une première partie permet à la maison d’édition de présenter quelques uns de ses livres, en fonction du public présent, des auteurs, d’un thème et de la ville dans laquelle la manifestation est organisée. Les plus audacieux parmi le public, ou les habitués, proposent en alternance de partager quelques textes qu’ils ont écrits, lus, aimés… À la Palud-sur-Verdon, par exemple, le thème principal était l’escalade, autour de l’ouvrage de Bernard Vaucher : Meurtre au Verdon (Parole, mars 2010). Parfois, le point de départ est une période historique, comme le soulèvement républicain de 1851, qui a fait l’objet d’une Soupe au livres à Entrevennes autour de L’Homme semence de Violette Ailhaud. Ensuite vient le temps du casse-croûte, un moment très convivial où tout le monde se sert un bol de soupe, discute en attendant d’être servi, grignote un morceau de pain et de fromage tout en donnant ses impressions sur le début de la soirée. L’ambiance est détendue et permet aux plus réservés de s’exprimer, d’oser s’ouvrir davantage au groupe. Une fois les ventres comblés, la soirée continue sur ce même principe de partage et s’ouvre à tous les arts : la danse, le chant, le slam ou la musique deviennent autant de moyens de s’exprimer, complétant la lecture. La Soupe aux livres ne se cantonne donc pas seulement à une lecture à haute voix, mais à tous les moyens d’expression passant par la parole : « dans la mesure du possible nous invitons un autre petit éditeur, un photographe, un musicien, un conteur, un chanteur, un sculpteur, un artisan même, parfois une troupe de théâtre33 ».

Le succès de cette formule en trois temps a permis aux éditions Parole d’être reconnues en Provence et même au-delà :

« Petit à petit, le cercle géographique s’est élargi. Nous avons passé la Durance. Puis, nous avons fait une tournée dans le Sud-Ouest (Dordogne, Lot-et-Garonne, Tarn) avec l’aide d’une comédienne qui était venue à nos premières Soupes dans le Var et qui est partie s’installer là-bas. Elle organise désormais seule des Soupes aux livres en notre nom, en se lançant dans une activité de libraire itinérante/lectrice/animatrice33. »

La soupe aux livres existe donc désormais dans le Sud-Ouest et peut se déplacer ponctuellement dans toutes les villes de France pour peu qu’un organisme (bibliothèque, commune, librairie, restaurant, association…) veuille bien l’accueillir. Aujourd’hui, les éditions Parole ont organisées plus de 130 manifestations, prenant toujours soin d’éviter la période estivale. En effet, des Soupes aux livres sont programmées du 21 septembre au 21 juin de chaque année, période la plus pauvre en animations rurales.

« En fait, nous pouvons aller partout où quelqu’un est capable de nous inviter en concoctant la soupe, en mobilisant son réseau pour faire venir du monde. Nous avons fait des Soupes sur l’île de Bréhat, à Lons-le-Saunier, Die, Besançon, Le Mans. Nous évitons d’en faire l’été, dans notre région touristique du moins. Il y a tellement d’animations le même soir que c’est se faire concurrence pour rien, alors que l’hiver est souvent pauvre en propositions33. »

Quel succès ?

Avec une moyenne de trente Soupes aux livres organisées par an, les éditions Parole ont trouvé leur propre voie de diffusion, qui s’accorde pleinement avec leur ligne éditoriale. Il s’agit d’un véritable succès qui représente environ un tiers des ventes de la maison et qui, notamment, permet aux libraires de chaque ville dans laquelle est organisée une Soupe aux livres, de connaître et de comprendre les éditions Parole, les livres qu’ils proposent mais aussi et surtout leur implication dans le monde du livre.

Pour ce qui est du public, l’éditeur confirme qu’il ne reçoit que de très bons retours de cette manifestation. Preuve en est avec les demandes récurrentes de passage dans une ville et la mobilisation des lecteurs à activer leurs réseaux pour faire durer la manfestation dans l’espace et dans le temps. Il semble, toutefois, que les meilleures soirées soient celles organisées en campagne, où l’on peut voir plus de soixante personnes présentes dans le public. Jean Darot explique ce phénomène par l’absence de concurrence dans les zones rurales avec les autres médias. Les habitants de la campagne ont, selon lui, davantage de temps pour lire, pour apprendre à aimer la lecture, mais aussi pour venir assister à des soirées littéraires comme La soupe aux livres :

« On s’aperçoit avec le recul, que l’accès au livre se fait pour des gens qui n’avaient parfois jamais osé entrer dans des livres. Nous avons eu au moins dix fois quelqu’un pour dire : “Je ne lis jamais. Je ne me serais jamais mis de moi-même à lire. Vous avez commencé et j’ai envie de continuer”.33 »

Le métier d’éditeur semble alors prendre tout son sens et les éditions Parole ont bien compris qu’il est aujourd’hui nécessaire, pour s’en sortir et transmettre comme il se doit leur métier, leur passion, de trouver une nouvelle voie, d’inventer un nouveau monde.

Pour aller plus loin

3

  1. Entretien avec Jean Darot, propos recueillis par Laura Depoisier, février 2014333
  2. Ibid.333333333333333

3


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 juin 2014

    […] Une manifestation littéraire et culinaire : La soupe aux livres […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *