Une autre perspective : la notion d’intermédia en médiathèque publique

J’ai rencontré la notion d’intermedia lors d’un stage effectué à Vitrolles, où le projet de la nouvelle médiathèque s’organise autour de ce concept. Cette pensée m’a beaucoup parlé : non seulement cela faisait écho à un autre stage effectué à la Médiathèque Intercommunale Ouest Provence, dont les pôles documentaires fonctionnent déjà selon cette idée, mais aussi parce que j’étais déjà familière du concept de transmédia d’Henry Jenkins33. L’intermédia est une notion antérieure créée par Dick Higgins au milieu des années 1960 :

« Pendant ces dix dernières années environ, les artistes ont changé leurs supports pour s’adapter aux [nouvelles attentes du public] jusqu’au point où la forme traditionnelle des supports a éclaté et n’est plus qu’un point de référence puriste. L’idée a été lancée […] que ces références sont arbitraires et utiles uniquement en tant qu’outils critiques, comme dans le fait de dire que telle ou telle œuvre est d’abord musicale mais qu’il s’agit aussi de poésie. Voici une approche intermédiale qui souligne la dialectique entre les médias33. »

La notion d’intermedia est d’autant plus pertinente aujourd’hui que la généralisation des supports numériques entraîne une réflexion sur la dissociation entre contenu et support et que les médiathèques tentent d’intégrer, souvent avec peine, le numérique dans leur fonctionnement. 

Montage photographique d'une image de fleur passant sous différent supports

Inspiré du travail de Rajeevvadakkedath (Travail personnel) By Camille Marco, CC BY SA

La division par supports : le résultat d’une évolution historique

Si chaque média est séparé à l’intérieur d’une médiathèque, la raison en est d’abord historique. Longtemps les bibliothèques se sont cantonnées au support papier et ce n’est que dans les années 1970 que l’on commence à intégrer les vinyles, puis les CD, les bandes dessinées, suivies du cinéma. Ce processus rejoint l’idée que les médiathèques publiques doivent s’ouvrir à l’ensemble de la population : accepter des supports moins légitimes permet l’entrée d’un public qui ne s’y sentait pas à sa place. Si cette idée est généralement acceptée aujourd’hui, la division par support continue en raison du mobilier : un DVD ou une bande dessinée sera plus facilement manipulable dans un bac, un livre sur une étagère, et ainsi de suite. S’il est possible de trouver du mobilier modulable en bibliothèque, il s’agit quand même d’un investissement d’importance. Avec l’arrivée en force du numérique, qui peut proposer divers médias sur un seul support (l’écran), et la tendance de plus en plus répandue chez les artistes à naviguer d’un support à l’autre – regardons du côté du théâtre vivant, qui a intégré parfois à outrance l’usage de la vidéo, ou encore les livres sonores pour la jeunesse – nous sommes obligés de voir la création autrement et d’accepter que certains documents proposent une nature hybride. De la même manière, passer de Gallica à la plateforme iznéo puis regarder une vidéo sur Youtube ne nécessite pas de quitter sa chaise. Dans une partie de nos pratiques, nous allons vers une approche multimédia des contenus.

Une logique qui commence à faire son chemin

L’arrivée du multimédia peut être adaptée très aisément dans les ouvrages documentaires. Rien de plus simple que de penser à mettre les ouvrages concernant le cinéma dans le même lieu que les films ; le changement d’organisation est minime. Ce choix est déjà très fréquent en médiathèque et souligne combien il peut être aisé de se détacher d’une logique de supports lorsqu’on traite l’information.

La question du support est finalement très secondaire quand on parle de documentaires. Le contenu est ici primordial et indépendant de la manière dont il est présenté ; l’information étant considérée comme première, il est alors facile de distinguer les supports. Nous revenons là sur des questions de classifications qui, si elles sont toujours mouvantes, s’appuient sur une pensée qui a évolué historiquement et qui a les moyens intellectuels de changer à nouveau – et ces classifications s’adressent d’abord aux contenus des documents dont il est question.

Bien sûr, ces choix soulèvent déjà des questions d’organisation. On peut ainsi se poser la question de la visibilité de certains documents dans les étagères : les DVD, notamment, plus fins, sont moins visibles au milieu de tomes plus larges. Mais n’est-ce pas le même problème pour n’importe quel ouvrage fin ? Si l’on se pose dans la situation où les étagères sont modulables, est-il possible d’avoir assez de ressources pour les remplir ? Pour le moment, on trouve beaucoup plus de livres documentaires que de DVD sur le même sujet… Notons, cependant, que la médiathèque Louis Aragon à Martigues a fait le choix de mettre ses ouvrages sur les travaux manuels dans des bacs et que cette organisation a rencontré un certain succès auprès des usagers. Enfin, se pose encore et toujours la visibilité du fonds physique sur Internet et celle des ressources numériques dans l’espace même de la médiathèque qui, appartenant toujours à la logique intermédiale, pose des questions pratiques beaucoup plus larges.

Et la fiction ?

La question de la classification des œuvres considérées comme artistiques est beaucoup plus rarement objet de débat, comme le souligne le peu de réflexions sur le sujet33. Le modèle proposé par la classification Dewey, trop scientifique, n’est que rarement suivi dans les ouvrages artistiques qui ont une classification plus simple, en utilisant le nom de l’auteur, du metteur en scène ou le titre. Pourtant, le concept de l’intermedia concerne, au départ, l’espace artistique !

Jusqu’à présent la grande majorité des médiathèques propose un fonds cinéma, un fonds BD et un fonds roman, parfois subdivisé en quelques genres – usuellement, policier et SF/Fantasy –, ce qui entraîne souvent une distinction symbolique entre genre noble et genre populaire. Pourtant, si la pensée de l’intermedia pose l’abolition de la frontière du support, n’est-ce pas le moment de proposer aussi une réflexion sur la classification de la fiction ? Il est vrai que chaque support apporte son lot de contraintes avec lesquelles l’artiste doit composer ; on n’écrit pas un livre de la même manière qu’on réalise un film : certaines choses sont inhérentes à l’un ou l’autre des supports. Ainsi lorsqu’on écrit, on en appelle à l’imagination du lecteur ; la même approche est beaucoup plus difficile dans n’importe quel art visuel, où le spectateur peut voir ou entendre directement ce dont il est question.

Mais ne peut-on pas mettre en valeur des œuvres qui sont, finalement, de même nature ? Le cinéma s’est longtemps nourri et se nourrit encore de la production littéraire pour ses scénarios ; on peut dire la même chose de l’opéra. Les frontières entre supports sont poreuses depuis longtemps. Prenons La Dame aux Camélias, par exemple : le roman a été adapté au théâtre par Alexandre Dumas fils, puis Verdi a composé La Traviata, puis le cinéma est arrivé et l’histoire a connu plusieurs adaptations, dont Moulin Rouge, qui, lui-même, se situe entre le film et la comédie musicale33. Pourtant, on trouvera en bibliothèque La Dame aux Camélia dans les romans, La Traviata avec la musique et Moulin Rouge dans le rayon cinéma. Si un usager n’est pas au courant de la filiation entre ces trois œuvres, il est peu probable qu’il puisse rebondir de l’une à l’autre au vu des titres différents. Pourtant, le rapprochement de ces trois supports permettrait de mettre en valeur le fonds d’une manière différente.

Pour le moment, personne n’envisage, à ma connaissance, de chambouler autant les espaces de fiction. D’abord parce que son importance serait absolument démesurée face aux documentaires, ensuite parce qu’il est encore difficile de voir une manière de classer les documents pour véritablement mettre à jour de telles filiations. Il semble que la question du genre puisse déjà apporter un semblant de réponse. Il y a plus d’échos entre une série policière et un roman d’Agatha Christie qu’entre un roman de Robbe-Grillet et de Guillaume Musso. Pourquoi ne pas tenter, lorsque de telles distinctions existent déjà, des rapprochements ? Il est certain que cela suscite des débats, de crainte de trouver des œuvres inclassables parce que trop riches ou trop originales ou bien, de voir certains usagers se cantonner à certains rayonnages et ne pas prêter attention au reste des collections… En attendant, penser les collections, au moins documentaires, de façon véritablement intermédiale, semble être une nécessité pour s’adapter à la manière dont on vit la connaissance aujourd’hui.

Pour aller plus loin :

  • Les fiches domaines de la Médiathèque Intercommunale Ouest Provence dont les collections documentaires intègrent tous les supports : Les fiches domaines de la MIOP V3, Bambou, le blog de la MIOP, 24 février 2010.

3

  1. Il s’agit de l’idée qu’une seule œuvre peut se déployer sur différents supports avec les communautés de fans. Voir son livre La Culture de la convergence333
  2.  HIGGINS, Dick, Statement of Intermedia, New York, le 3 août 1966 (traduction personnelle).333
  3. Ainsi, l’article de Marianne Pernoo n’a pas provoqué beaucoup de réflexions depuis sa publication.333
  4. La volonté du réalisateur était de trouver des situations dans lesquelles le passage au chant serait crédible.333

3


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10 juin 2014

    […] les notions de transmédia et d’intermédia pour organiser ses collections en bibliothèque publique. Le site Public Libraries News propose d’ailleurs un guide du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *