Quand Potter passe au numérique, les libraires voient rouge

Le 31 juillet 2011, J. K. Rowling, auteure de la célébrissime saga Harry Potter, lançait Pottermore, un site Web consacré au jeune sorcier.

J. K. Rowling l’a annoncé : la saga Harry Potter ne cessera pas. Elle continuera de vivre à travers un site Internet baptisé Pottermore.

Dans un souci de continuité, J. K. Rowling propose de mettre en ligne du contenu numérique divers allant des travaux inspirés de la saga en passant par des « fans fictions » (histoires écrites par des fans et reprenant les personnages de la saga). Clou du site : c’est là que le lecteur pourra acheter les versions numériques et audio des sept volumes.

Un million de chanceux ont pu découvrir en avant première, via un jeu concours sous forme d’énigme, le site. Son ouverture, d’abord programmée en octobre, ne se fera finalement que dans le courant du premier trimestre 2012.

Dans l’optique de continuer à faire vivre la saga le plus longtemps possible, J. K. Rowling a créé un canal de vente exclusif pour la commercialisation de ses ebooks. Elle disait encore récemment que ses livres ne se vendraient que sous forme papier. Manifestement, elle a cédé aux sirènes du numérique.  Grâce à un accord avec Google Books, le futur lecteur achètera ses livres numériques en passant obligatoirement et exclusivement par le site Pottermore et par le système de paiement Google Checkout. Une fois achetés, les ebooks iront se loger directement dans la bibliothèque de l’utilisateur.

C’est une formule gagnante sur tous les points pour J. K. Rowling qui s’octroie ainsi le monopole des ventes de ses livres en se débarrassant d’un coup de ses éditeurs et… des libraires ! Car c’est bien là que le bât blesse. Elle, qui jurait que ses livres ne seraient jamais numérisés, est la première à imposer au monde de l’édition et du livre en général des règles aussi dures. Les professionnels voient rouge et s’estiment déçus de cette décision. Si Bloomsbury récupérera une partie des bénéfices, les libraires seront, eux, complètement exclus de la chaîne. Rappelons qu’un Best-seller comme Harry Potter est une manne financière non négligeable en ces temps difficiles !

Pour Tom Hunt, libraire indépendant, du Children’s Book Centre, situé à Norfolk : « C’est une nouvelle folie du monde de l’édition numérique qui ne soutient pas les libraires ayant vendus les livres » alors au format papier. Les libraires ne profiteront en rien de ces nouvelles ventes. Pottermore Publishing pourra commercialiser sous sa marque les ebooks Harry Potter et toutes les versions possibles aux formats EPUB ou Kindle.

Avec Harry Potter et ses 400 millions de livres vendus, c’est une nouvelle ère pour l’ebook qui commence. Qui sait ? J. K. Rowling révolutionnera peut-être encore une fois le monde de l’édition !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *