Le « crime novel » afro-américain : un genre qui ressort de l’ombre

Ségrégation racial-"Negro drinking at "Colored" water cooler in streetcar terminal, Oklahoma City, Oklahoma", Photograph by Russell Lee, July, 1939.

Ségrégation raciale : Negro drinking at « Colored » water cooler in streetcar terminal, Oklahoma City, Oklahoma, photographie de Russell Lee, juillet 1939.
Domaine public.

Le premier roman noir, construit à partir d’une structure typiquement policière, remonte à 1841 avec la publication dans le Graham’s Magazine de Philadelphie du Double assassinat dans la rue Morgue d’Edgar Allan Poe. Quelques décennies après, en France comme en Angleterre, vont paraître les premiers limiers du genre : l’inspecteur Lecoq d’Emile Gaboriau ou encore l’inspecteur Sherlock Holmes de Conan Doyle. Plus tard, le roman détective britannique vivra son âge d’or avec, en particulier, la création par Agatha Christie de son célèbre personnage, Hercule Poirot.

Traversons l’Atlantique

Les États-Unis, eux, voient naître leurs premières fictions policières, à la fin du XIXe siècle, sous la forme de fascicules populaires vendus à seulement 10 cents, qu’on appelle dime novels. Il existe, dès lors, un lectorat considérable pour le genre policier. Au début du XXe siècle, le phénomène va s’accentuer avec l’apparition d’une autre forme d’expression de la littérature populaire américaine. En effet, petit à petit, elle change de visage et les dimes novels laissent alors place à des revues mensuelles avec des illustrations en couverture, toujours à prix bas : les pulps magazines. Créé en 1920 par H. L. Menckens et G. J. Nathan, le pulp Black Mask devient l’un des plus célèbres, la revue fera connaître les piliers américains du roman noir tels que Carroll John Daly ou encore Dashiel Hammett.

Années 1960

Dans les ghettos noirs des grandes villes américaines, la rage a cédé au désespoir, le Black Power est mort, les Black Panthers ont été décimées. Les grands leaders de la lutte ont disparu du paysage révolutionnaire : Martin Luther King et Malcolm X ont été assassinés et Angela Davis emprisonnée. Détroit, Chicago, Newark, Washington, Saint-Louis et New York assistent à la décadence d’une civilisation désillusionnée et laissée pour compte. À ce moment même, des auteurs afro-américains, anciens gangsters pour la plupart, tels que Chester Himes, Iceberg Slim, Gil Scott Heron ou encore James Baldwin, décident de rompre délibérément les règles du polar existant et de produire une « littérature à usage interne », écrite par des Noirs et pour des Noirs, sans se soucier du public blanc, de ses attentes ou de ses codes. À travers leurs romans, ces « passeurs » littéraires vont faire l’historique des divers séismes politiques qui ont bouleversé la conscience noire, tout au long des années 1960, avec un réalisme parfois dérangeant – depuis les sermons non violents et intégrationnistes du pasteur Martin Luther King jusqu’aux mots d’ordre révolutionnaire et internationalistes des Black Panthers d’Eldridge Cleaver, en passant par l’option séparatiste du retour militant à l’Islam, prôné par Malcolm X. Ces écrivains ont l’ambition de rendre compte de la réalité sociétale de leur pays : gangstérisme, corruption politique, erreurs judiciaires ou policières… Ils se font porte-paroles et intermédiaires du milieu populaire des États-Unis en racontant, sur un fond de roman noir, la réalité de leur société.

Le roman noir devient, dès lors, une littérature immédiate et engagée. Immédiate parce qu’il nous parle directement des banalités et des agitations du monde dans lequel nous vivons, il nous montre, dans sa fiction violente, un univers connu qui est celui de notre vie quotidienne. Engagée, parce que l’actualité, qu’il reprend et transforme sous forme romanesque, donne lieu, de manière implicite ou clairement exprimée, à des prises de position politiques : le roman noir prend position de façon actuelle par rapport à la réalité humaine et sociale. L’auteur plonge le lecteur au cœur même d’une réalité dérangeante, dans les rues perdues et sombres des ghettos américains et représente une communauté laissée pour compte.

Aujourd’hui…

En 1997, Olivier Cohen, éditeur et fondateur des éditions de l’Olivier, fait la rencontre de Samuel Blumenfield, critique de cinéma, reporter au Monde et passionné de polars, à qui il propose de diriger une collection dédiée à ces auteurs afro-américains de romans noirs, intitulée « Soul Fiction ». Samuel Blumenfield est parti à la conquête de ces textes significatifs du mouvement noir américain, restés cloîtrés aux États-Unis. Suite à de nombreuses investigations à la Bibliothèque du Congrès de Washington ainsi qu’à la New-York Library, une dizaine d’auteurs sont ressortis de ses recherches : Charles Perry, Victor Headley, Ishmaël Reed, Gil Scott Heron, Herbert Simmons, Iceberg Slim, Nathan Heard…

« J’ai découvert une mine. »33

Aujourd’hui, la collection « Soul Fiction » regroupe 17 romans dont l’allure noire et révolutionnaire forment leur point commun.

Pour aller plus loin :

 3

  1. Samuel Blumenfeld pour l’Express.fr333

3


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17 septembre 2014

    […] Le premier roman noir, construit à partir d’une structure typiquement policière, remonte à 1841 avec la publication dans le Graham’s Magazine de Philadelphie du Double assassinat dans la rue Morgue d’Edgar Allan Poe.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *