La librairie indépendante à Marseille : difficultés et pistes à explorer

Marseille vu du ciel

Marseille vu du ciel, par Faceless Ekone (Flickr).
Licence BY-NC-SA.

Dans son rapport Les chiffres-clés du livre en Provence Alpes Côte d’Azur 2011 – 20121, L’Agence Régionale du Livre recense 25 librairies indépendantes à Marseille (toutes catégories de chiffres d’affaires confondues), pour 162 en région Provence Alpes Côte d’Azur et 62 en Bouches-du-Rhône. L’annuaire en ligne de l’A.R.L. dénombre quant à lui plus d’une trentaine de librairies, indépendantes ou non. Quels que soient les outils utilisés, le constat est donc clair : en termes de distribution du livre, Marseille attire et continue d’attirer.

Mais que dire des fermetures de ces dernières années, et du contexte morose que traverse en ce moment la librairie ? Cet article a pour objectif de pointer quelques unes des difficultés que traversent actuellement les librairies marseillaises, et propose quelques pistes à explorer.

Diversité et inégale répartition des librairies marseillaises

Le territoire de Marseille (immense : 24 062 hectares) est aujourd’hui parsemé de librairies aussi nombreuses que diverses, tant en termes de tailles (une surface de 35 m² pour la librairie galerie Imbernon, Le Corbusier, contre 900 m² pour Maupetit – Actes Sud, hors agrandissement récent à l’angle de la rue Sénac) que de spécialités. Ainsi, si les librairies Prado Paradis, Maupetit – Actes Sud, l’Attrape-Mots, Arcadia, Apostille et Des livres et vous ont une orientation généraliste, le reste des commerces est partagé entre des spécialisations en pédagogie (librairie d’Athènes, Librairie de l’Enseignement), droit (Le Greffier de Saint-Yves, librairie de la Bourse – Frézet), religion (librairies CLC, la Bible pour tous, Saint-Paul Siloë), mais aussi en sciences humaines et sociales (l’Arbre, Transit), jeunesse (la Boîte à Histoires), bande dessinée (la Réserve à bulles), ou optent pour la transversalité, touchant ainsi plusieurs spécialités (comme le Lièvre de Mars, Histoire de l’œil, L’odeur du temps, mais aussi À l’encre bleue, la librairie maritime la Cardinale, etc.). Ces librairies sont parfois directement liées à une structure éditoriale, comme l’Atinoir et Jeanne Laffitte, ou encore Maupetit, librairie Actes Sud depuis 1998.

La grande majorité des librairies marseillaises sont installées en plein centre-ville : 12 librairies ont ainsi élu domicile dans le 1er arrondissement, 12 autres dans le 6ème, 2 dans le 3ème et 2 autres dans le 5ème. En début d’année 2013, le journal Zibeline remarquait à juste titre, le vide en la matière dans les 13ème, 14ème, 15ème et 16ème arrondissements, en dehors de la librairie À l’encre bleue, orientée livres sur Marseille et livres pour enfants, à l’Estaque : ces quartiers représentent pourtant 350 000 habitants, qui ne peuvent s’approvisionner en livres que via les supermarchés2.

Pas assez de librairies à Marseille ? Olivier Fabre, représentant au Seuil pour la région PACA, allait dans ce sens lorsqu’il déclarait qu’ « il y a peu de librairies par rapport à la taille de la ville. », rajoutant qu’« ici, il n’y a pas d’enseignes équivalentes à Sauramps à Montpellier ou Decître à Lyon. »3 2013, année « Marseille – Provence 2013 », a d’ailleurs vu l’ouverture de deux librairies : la Salle des machines, à la Friche Belle de Mai, fruit de l’association entre Histoire de l’œil, l’Odeur du temps et Maupetit, et la librairie du MuCEM, ouverte en même temps que ce-dernier (juin 2013), dont la concession a été attribuée à Maupetit.

Des difficultés propres à Marseille

Pourtant, installer et faire durer, ou reprendre une librairie à Marseille semble particulièrement difficile. Pour preuve, les fermetures de ces sept dernières années, puisqu’au moins treize commerces auraient cessé toute activité (comme Brahic, Pharos, Les mots pour le dire, Païdos, Regards, Album, L’Écailler…)4. Il s’agit pour l’essentiel de librairies spécialisées, mais pas toujours de commerces ouverts récemment : Brahic, par exemple, avait trente ans d’existence au moment de sa fermeture ; quant à la librairie Regards, obligée de mettre la clef sous la porte à l’automne 2011, faute de fréquentation suffisante à la Vieille Charité, elle venait de dépasser les vingt ans d’activité5.

Parmi les raisons évoquées, les professionnels du livre citent volontiers la difficile circulation au sein-même du centre-ville. D’après l’indice de congestion établi par le groupe TomTom, qui relève et analyse les déplacements collectées par les véhicules circulant sur l’ensemble du réseau routier, Marseille est actuellement à la fois la ville la plus embouteillée de France et la 4ème ville la plus embouteillée au monde6. Les travaux ne font qu’asphyxier davantage un centre-ville très peuplé, aux parkings relativement rares. La circulation piétonne pose également problème : grèves parfois répétées, suivant les années, des transports en commun ; coût du déplacement en bus, métro ou tramway ; nettoyage des rues… Autant de facteurs qui ont tendance à encourager les Marseillais n’habitant pas directement sur place à se tourner vers les vastes zones commerciales qui jouxtent leur ville, voire à commander directement sur Internet. La Valentine, notamment, accueille à la fois un Cultura et une Fnac, espaces culturels dont les horaires d’ouverture défient toute concurrence : la Fnac de la Valentine est ouverte du lundi au samedi de 9h30 à 20h, soit 63 heures par semaine, soit 9 de plus que Maupetit et Prado Paradis. La Fnac était elle-même déjà présente à Marseille au Centre Bourse et, depuis juillet 2011, dans l’enceinte de la gare Saint-Charles. Mais le contexte économique a montré que même les GSS (Grandes surfaces spécialisées) ne sont à l’abri de rien : parmi la vague de fermetures des magasins Virgin de juin dernier, celui de la rue Saint-Ferréol n’avait pas trouvé de repreneur et a dû définitivement fermer ses portes.

Dans un article paru dans Télérama Sortir n° 3273, Roland Alberto, président de l’association Libraires à Marseille et directeur de la librairie l’Odeur du temps, évoquait également la transformation du centre-ville en « grande surface » et le problème de la pression foncière, qui font que nombre d’« activités commerciales à faible marge, comme la nôtre, ne peuvent plus suivre »7. Xavier Pène, directeur de la librairie de l’Arbre, témoigne à ce sujet dans un article du Ravi : « Avec 2000 euros par mois de chiffre d’affaires et un loyer de 600 euros, je ne tiens que grâce au soutien de ma famille et je n’ai pour vivre que le RSA. »8 Dans le même article, le journaliste du Ravi rapporte les propos de Nadia Champesne, libraire à Histoire de l’œil, qui note que la région PACA, au même titre que d’autres régions, pourrait aider le livre mais qu’elle ne le fait pas, « parce que c’est une activité commerciale. Alors qu’on remplit, de fait, une mission de service public… »

Les désavantages du centre-ville marseillais ne sont pas les seules raisons que l’on peut donner à la fragilité des librairies. D’après les chiffres de l’Insee, la population des arrondissements du centre (1er, 2ème, 3ème) et les quartiers nord (13ème, 14ème, 15ème, 16ème) est une population pauvre, avec des revenus nets en-dessous des moyennes départementale et française, ainsi qu’un taux de chômage au-dessus de la moyenne (pour le 1er arrondissement : 23 % de taux de chômage des 15 à 64 ans en 2009, contre 14,1 % pour les Bouches-du-Rhône et 11,2 % pour la France). On comprend donc aisément que la population de ces quartiers ait d’autres priorités que le livre. Mais alors, qu’en est-il de la population plus riche locale ? D’après Greta Schetting, chargée de mission pour les échanges professionnels à l’Agence régionale du livre Paca en 2006, « Marseille est une ville qui échappe à toute logique. Elle se caractérise par une bourgeoisie qui ne lit pas ou achète ailleurs. »9

Ces quelques arguments tendent à expliquer pourquoi des projets pourtant cohérents et dynamiques voient le jour pour disparaître quelques années plus tard. C’est le cas par exemple de la librairie du Pharos, ouverte rue du Chevalier Rose en 2003, et qui avait pour spécialité le livre méditerranéen (beaux livres, littérature voyage, sciences humaines…). La créatrice et gérante, Caroline Godard, avait pourtant entamé plusieurs partenariats avec des associations, prévoyant expositions, ateliers, participation à l’animation de colloques et de manifestations sur la Méditerranée. Mais elle avait également beaucoup misé sur la réhabilitation du quartier dans le cadre d’Euroméditerranée. Or, la restructuration ne s’est pas du tout passée comme prévu (hausse des loyers, travaux à rallonge…), et plusieurs commerces locaux, dont le sien, ont dû mettre la clef sous la porte.

Quelques pistes à explorer

La librairie indépendante marseillaise est-elle vouée à disparaître, écrasée par le poids des chaînes de librairies et d’espaces culturels, ne laissant que quelques « grands » tirer leur épingle du jeu ? L’avenir n’est pas si sombre si l’on étudie de près certaines stratégies mises en place.

L’Observatoire Société et Consommation (L’ObSoCo), a publié en juin 2013 les résultats de son étude : Les clients de la librairie indépendant, Mieux les connaître pour mieux les fidéliser10, réalisée en partenariat avec le S.L.F. pour les Rencontres nationales de la librairie. On y lit notamment que 69 % des clients de la librairie indépendante déclarent acheter des livres dans d’autres circuits, en particulier les grandes surfaces spécialisées. Comment faire en sorte qu’un client choisisse une librairie indépendante comme commerce principal pour l’achat de ses livres ? D’après le rapport de l’ObSoCo, ce choix se fait d’après quatre critères : la proximité physique du commerce, tout d’abord, mais surtout la qualité du conseil, argument suivi de près par le choix proposé sur place, et enfin la perception d’un endroit agréable dans lequel on se sent bien. Ce dernier point, plusieurs librairies à Marseille ont su l’exploiter, comme à Histoire de l’œil, où le lecteur peut prendre un café en cour intérieure, ou à Maupetit, dont on a conservé le mobilier ancien (jusqu’aux échelles) et ajouté un confortable canapé. La disponibilité et le conseil sont par ailleurs toujours au rendez-vous, bon point si l’on en croit l’étude de L’ObSoCo : la fonction de prescription de la librairie est d’ailleurs très appréciée, deux clients sur trois trouvant les coups de cœur en vitrine ou sur table utiles, et trois clients sur quatre allant chercher conseil auprès de leur libraire.

Certains libraires partagent leurs coups de cœur, voire la totalité de leur catalogue, via le web. Toutefois, force est de remarquer, que sur le plan de la visibilité sur Internet, les structures sont très inégales entre elles. Sur trente librairies marseillaises, 24 ont un site ou un carnet (blog) en ligne au moment où cet article est rédigé, mais certains d’entre eux ne sont plus à jour, voire inaccessibles. La plupart du temps, ces espaces en ligne servent à présenter la librairie et donner plusieurs informations d’accès, horaires, contact, etc, mais aussi à annoncer les événements à venir. Le site permet parfois de réserver en ligne un livre, voire de l’acheter et de se le faire expédier ; les sites propulsés par TiteLive, comme ceux de Des Livres et vous et Maupetit – Actes Sud, sont de ce point de vue gagnants car ils permettent de créer un espace de vente « clefs en main », appuyé par un accès à la totalité du catalogue, livres en stock et commandables (base de données Médialivres, plus de 700 000 références pour le livre). À ces pratiques s’ajoutent celles des réseaux sociaux, qui complètent parfois le site Internet. Sur les trente librairies étudiées, une dizaine seulement possède une page Facebook et quatre ont un profil. La Boîte à Histoire, en plus de son site, possède un compte Twitter et le Lièvre de Mars alimente régulièrement un tumblelog, L’Entonnoir du Lièvre. Si elles sont très gourmandes en temps, ces stratégies constituent cependant un enjeu considérable, à une heure où tout se cherche, se trouve et s’achète sur la toile. Pour augmenter sa visibilité, une librairie quelle que soit sa taille, ne peut plus faire l’impasse du web, et la présence sur les réseaux sociaux est évidemment un plus.

Couverture du recueil de textes Les Littorales, Marseille, De l'intime au collectif, éditions le Bec en l'air.

Couverture de Les Littorales, Marseille, De l’intime au collectif, éditions le Bec en l’air, novembre 2013. Recueil de textes de 70 auteurs, issu de l’édition 2013 du festival Les Littorales.

Autre moyen de gagner en visibilité, et qui est l’un des rares aujourd’hui à pouvoir bénéficier d’aides à la fois de la ville, du département, de la région et du C.N.L. : le réseau de librairies. À Marseille, les associations Libraires du Sud et Libraires à Marseille, créées respectivement en 1998 et 1990, œuvrent à mutualiser les moyens à disposition pour proposer une série d’animations littéraires tout au long de l’année. Que ce soit à travers les Littorales, Escales en librairie ou encore le Prix Littéraire des Lycéens et Apprentis de la Région Paca, les librairies sont les pivots d’une politique culturelle dont ils restent les initiateurs, et qui peut venir compléter leur propre programme d’animations. D’un point de vue technique, le site librairie-paca.com, qui regroupe les deux associations, propose par ailleurs à ses membres de disposer d’une page pour leur librairie, qu’ils peuvent alimenter par le biais de « coups de cœur » et via l’agenda : tous les événements des librairies se retrouvent ainsi mutualisés sur un seul site. On peut cependant regretter d’être assez loin de l’impact que peuvent avoir les associations comme Libr’est et Paris Librairies, qui tirent leur force de la mutualisation en ligne des catalogues des librairies représentées.

Pour aller plus loin :

  • Le dossier « Assises régionales de la librairie indépendante », Dazibao n°35, hiver 2013, téléchargeable ici.
  • TAILLANDIER, Fanny, « Et si Marseille oubliait le livre ? », Livres Hebdo, n °910, 18 mai 2012.
  • TALIANO-DES GARETS, Françoise, Les métropoles régionales et la culture, 1945 – 2000, Collection du Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication, La Documentation française, Paris, 2007.
  • DIDEROT, Denis, Lettre historique & politique adressée à un magistrat sur le commerce de la librairie, son état ancien & actuel, ses règlements, ses privilèges, les permissions tacites, les censeurs, les colporteurs, le passage des ponts & autres objets relatifs à la police littéraire, « Petite collection », Allia, Paris, 2012.

 

1 Consultable sous ce lien : <http://www.livre-paca.org/index.php?show=actualites&detail_actualites=356> (dernière consultation : mars 2014).

2 A. F., « Au bonheur des livres », Zibeline, n° 59, p. 7, janvier – février 2013.

3 LYBRECHT, Marie-Line, « Marseille souffre, mais attire encore », Livres Hebdo, n°635, 3 mars 2006.

4 Données issues de recherches personnelles de l’auteure pour un rapport de stage de Master 1 (Master Monde du Livre, Aix – Marseille Université, juin 2013).

5 LARUE, Philippe, « La librairie du musée de la Vieille-Charité ferme définitivement ses portes aujourd’hui », La Provence, 30 octobre 2011.

6 Publication consultable sous ce lien : <http://www.tomtom.com/lib/doc/congestionindex/2013-0322-TomTom-CongestionIndex-2012-Annual-EUR-mi.pdf> (dernière consultation : mars 2014)

7 S. P.-R., « Ici l’ombre », Télérama sortir, n° 3273, p. 4, octobre 2012.

8 BOISTEL, Sébastien, « Les libraires veulent rester à la page », Le Ravi, janvier 2013.

9 LYBRECHT, Marie-Line, « Marseille souffre, mais attire encore », Livres Hebdo, n°635, 3 mars 2006.

10 Publication consultable sous ce lien : <http://www.syndicat-librairie.fr/fr/etudes> (dernière consultation : mars 2014)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *