La question du prix unique du livre en Europe

shakespeareandco_02-300x336

La librairie Shakespeare & Co à Paris

Vivant en France, dans le pays qui a inauguré la culture du prix unique du livre, on a tendance parfois à sous-estimer l’importance de ce garde-fou qui fait l’impasse de la mentalité néolibérale et sa vision d’un marché en mesure de se rendre spontanément autorégulé, cette vision qui aurait bien voulu gérer le prix du livre comme celui de tout produit de consommation. La mentalité économique prépondérante procède peut-être en justifiant la concentration du capital entre les mains de ces entreprises commerciales qui ont le potentiel de se permettre de pratiquer du discount systématique, mais une politique culturelle qui se veut protectrice du livre ne peut que vouloir la présence de ce dernier dans le plus grand nombre de points de vente possible. La survie de ces points de vente que sont les librairies et la qualité de leurs services et activités sont largement fondées sur la mesure du prix unique qui fait preuve, tout d’abord, d’une conceptualisation privilégiée du livre comme un bien méritant un statut exceptionnel et qui donne, ensuite, la possibilité aux libraires de se lancer dans leur activité de prédilection sans se trouver forcément dans une capitale ou dans une des principales agglomérations, sans occuper une surface spectaculaire ou posséder d’autres atouts séduisants pour attirer la clientèle. En d’autres mots, cette mesure garantit que les libraires ne soient pas obligés de se procurer exclusivement les livres des grandes maisons d’éditions qui peuvent se permettre une diffusion-distribution d’échelle élargie et d’un prix de vente en gros abaissé.

Plus spécialement, la loi en vigueur donne au libraire la possibilité de se concentrer sur son vrai rôle de lecteur attentif et bien informé, de conseilleur de lectures qui essaie de proposer un suivi individualisé à chaque client ; un libraire toujours à l’écoute de son lecteur, auquel il devrait être à même de proposer des lectures ainsi que des services d’accompagnement de haute qualité et sensibilité mais également capable d’oser innover en proposant ses propres coups de cœur et définissant ainsi le sort d’un livre. La mesure du prix unique garantit surtout la valorisation du métier de libraire qui n’est plus, grâce à elle, obligé de gaspiller son temps à comparer les prix proposés par les autres libraires ou inventer des astuces publicitaires qui sauraient attirer la clientèle vers sa boutique. Elle lui permet de ne pas restreindre sa sélection à des livres qui vont probablement se vendre assez vite mais aussi des livres auxquels il croit et qu’il est prêt à défendre auprès de sa clientèle fidèle.

Tout cela concerne surtout l’Europe qui témoigne d’une grande responsabilité et d’une éthique culturelles et qui sait bien protéger sa civilisation, pas seulement pour des motivations désintéressées mais parce qu’une grande partie de sa richesse provient justement de biens culturels. Même en Allemagne, qui figure en tête du capitalisme européen, le prix unique du livre jouit d’un statut incontesté depuis la fin du XIXe siècle (1887). Actuellement, la loi en question est en vigueur en Danemark (depuis 2001), aux Pays-Bas (depuis 2005), au Portugal (depuis 1996), en Autriche (depuis 2000), en Espagne (depuis 1975), en Italie (depuis 2005), au Japon (depuis 2008), en Grèce (depuis 1997, mais selon la dernière reforme du mois de mars 2014, le prix unique touche exclusivement les titres de littérature et n’est en vigueur que pour la première édition de chaque titre), au Mexique (depuis 2008), en Argentine (depuis 2001), en Corée du Sud (depuis 2002), en Norvège, Hongrie et Slovénie (accord entre éditeurs et libraires). La loi est forcément toujours accompagnée par des dispositions réglementaires qui désignent l’assurance de son application et prévoient les méthodes qui pourraient être utilisées pour détecter les transgressions.

Les professionnels du monde du livre en Europe demandent l’esquisse d’une loi commune qui s’appliquerait par défaut dans tous les pays concernés. En défaut d’une politique culturelle commune et d’un espace de dialogue ouvert à tous les interlocuteurs sociaux sur la question du livre, on est loin des mesures transnationales qui assureraient l’harmonisation de systèmes nationaux de réglementation du prix. Or, il s’agit tout simplement de l’application pratique d’un principe a priori respecté : si le livre n’est pas un produit commercial comme toute autre marchandise, il ne peut pas obéir aux mêmes lois indifférenciées du marché. Les raisons pour lesquelles le livre mérite un traitement spécial sont nombreuses, mais on pourrait insister au moins sur trois : le marché du livre met à la disposition de son public un choix de titres extrêmement varié et riche, il implique un nombre d’intervenants économiques très important et il présente des variations considérables, soit au niveau du prix de son coût effectif et, par conséquent, du prix proposé par son éditeur, soit du point de vue des procédés commerciaux qui se mettent en œuvre pour assurer sa vente.

Bien évidemment, une seule mesure ne peut pas tout changer d’un seul coup dans un champ qui a longtemps souffert des politiques structurantes et organisationnelles grossièrement défectueuses. Ce qui est d’ailleurs prépondérant, c’est la prévision d’un pouvoir d’achat de la part de la population qui lui permettrait effectivement d’acheter des livres et des salaires dont un pourcentage pourrait être attribué à la consommation de biens culturels, sinon la consécration du prix unique serait absolument sans effet. En plus, l’équilibration des divergences entre les prix des livres ne saurait pas résoudre le problème effectif de l’accès au livre, qui réside principalement dans une culture et une éducation qui ne parviennent pas à cultiver une perception du livre en tant qu’enrichissement intellectuel, épanouissement personnel et plaisir authentique mais, au contraire, le désignent toujours en termes soit d’obligation fastidieuse et contraignante soit de produit élitiste et ségrégationniste.

Pour aller plus loin :

Et deux articles :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *