Littérature de jeunesse : quand les artistes contemporains investissent l’album pour enfant

Couvertures de la collection Art y es-tu

Couvertures de la collection Art y es-tu

Et le génie sort de la boite !

Partons d’un constat : au cours du XXe siècle, le graphisme des albums jeunesse a beaucoup évolué. Des publications du Père Castor, appartenant au groupe Flammarion à partir des années 1930, aux innovations esthétiques des éditions de  L’École des Loisirs dans les années 1960, puis du Rouergue  à partir de 1990 qui publient de jeunes illustrateurs français, multipliant les techniques graphiques diverses et variées, la littérature jeunesse connait un baby boom qui repeuple les premières bibliothèques. La production connait une inflation où se perdent les enfants et surtout les parents, qui sont bien ceux qui passent en caisse en librairie. De plus, notre monde contemporain modifie les règles du jeu : l’émergence de nouveaux médias tel Internet, la mondialisation et les phénomènes de best-sellers font que la jeunesse sait de plus en plus ce qu’elle souhaite lire en fonction des adaptations cinématographiques et des produits dérivés dont découlent certains albums, les éditeurs surfant sur les effets de mode tout en se livrant à la concurrence du marché de l’enfance. Ce contexte tend à uniformiser les publications, les livres perdent l’inventivité qui faisait leur succès, le renouveau graphique s’essouffle dans sa course à la productivité…

Olivier Douzou, directeur de la collection jeunesse des éditions du Rouergue de 1993 à 2001, puis fondateur des éditions de l’Ampoule et enfin de la collection de livre d’artiste de recherche graphique pour enfant « Touzazimut », parle de son ressenti sur le secteur : « Je trouve comme tout le monde qu’il y a une inflation en littérature jeunesse : une surproduction et un contresens historique : le livre initialement conçu pour durer, n’a qu’une vie éphémère en librairie, il n’a ni le temps ni l’espace d’être défendu, asphyxié… J’avoue ne pas avoir la même curiosité qu’il y a quelques années et trouve cette uniformité peu engageante ; j’ai du mal à distinguer… et regrette l’érosion identitaire des maisons d’édition33 .»

Nageant à contre-courant de cette tendance généralisée, l’esthétique contemporaine voit apparaître de plus en plus de collections de livres d’artiste pour enfants qui induisent un autre rapport au livre, à la jeunesse et donc au livre jeunesse. Les artistes contemporains, n’entretenant pour la plupart aucun lien avec le thème de l’enfance dans leur production artistique, se laissent tenter par l’expérience du livre d’artiste pour enfant. Qui sont ces artistes et ces collections ? Quelles sont leurs motivations et quelles sont les apports du livre d’artiste par rapport aux livres jeunesse actuels ? Tour d’horizon des ateliers…

L’enfance en contact avec l’artiste

Si le livre d’artiste offre une relation particulière au livre, donc à l’artiste et à son univers qui en prend l’entière responsabilité, ce dernier conçoit et crée son œuvre en fonction de l’enfant, non pas comme public cible, mais selon sa manière d’appréhender le livre en tant qu’objet. Élisabeth Lortic, l’une des trois fondatrice des Trois Ourses, association créée en 1988 visant l’éducation artistique des enfants en mettant le livre au centre, dont la sélection de livres d’artistes fait l’objet d’une collection éponyme aux éditions MeMo, parle de l’importance de la matérialité du livre pour l’enfant : « Avant de maîtriser le langage, les enfants entrent en contact avec le mode de façon physique, directe et dense. Le livre est un objet que l’enfant a besoin de toucher, de lécher, de manipuler en faisant du bruit avec les pages. Il a besoin d’éprouver la résistance des matières33. » Cette dimension sensorielle du livre est au cœur du processus de création du livre d’artiste, tout comme le montrait déjà en 1980 Bruno Munari et ses douze Prélivres de matières différentes : bois, plastique, carton, tissu… Ainsi la découverte sensitive s’établit à travers la communication entre l’enfant et le livre, donc l’artiste, ainsi qu’avec le parent qui l’accompagne dans sa démarche.

Nous pouvons ainsi relever trois principaux changements par rapport aux livres de jeunesse ordinaires qui sont le témoignage de cet échange réciproque. Tout d’abord, le livre d’artiste rompt avec le trio auteur/éditeur/illustrateur, processus de production du livre jeunesse et sort ainsi de la préoccupation commerciale et financière des éditeurs : le contact avec l’enfant est direct, l’éditeur n’imposant à l’artiste qu’un cahier des charges techniques comportant le format et le nombre de pages, le laissant totalement libre quant à sa production. C’est le cas de la collection genevoise de livres d’artiste pour enfant, sur laquelle nous reviendrons, « Art y es-tu ? », invitant des artistes contemporains à réaliser de toutes pièces, et de toutes pages, un livre pour enfant. Ce processus créateur aboutit à des œuvres aussi originales et surprenantes les unes que les autres, réunis dans le cadre d’une seule collection, qui ne correspondent pas à une ligne éditoriale prédéfinie en fonction de la demande mais de la subjectivité des artistes. L’art contemporain s’exprime également dans la collection de cahier de dessins « Dans la marge » d’Arts Factory qui confie à un artiste la réalisation d’un cahier de trente-deux pages d’un format 17 × 22 cm , comme nous pouvons le lire sur leur site : « Leur mission : emporter avec eux ce petit souvenir, le laisser traîner le temps nécessaire dans leur atelier, puis sans aucune contrainte de thème ou de technique, le retourner à l’expéditeur orné de dessins inédits ! »

Ensuite, l’enfant en tant qu’amateur d’une production artistique originale dont la publication est l’exposition, sa condition d’existence, se trouve valorisé, revendiqué : « Le livre est considéré comme un espace d’exposition, à aménager et à réinventer chaque fois par l’artiste33. » Dans cette perspective, l’enfant n’est plus considéré comme un simple lecteur qui devrait être initié à l’art, aux œuvres et artistes, visées pédagogiques qu’adoptent maintes collections pour la jeunesse, mais comme acteur d’une découverte artistique à qui elle est adressée.

Enfin, l’innovation se situe également dans le traitement de la composante contemporaine dans l’album. Le livre d’artiste pour enfant constitue une entrée directe dans notre univers immédiat mais non pas à travers des thèmes qui sont largement exploités par les éditeurs jeunesse comme la mort, la sexualité et la violence. Le livre représente des problématiques et des techniques graphiques contemporaines qui ouvrent l’enfant à diverses sensations esthétiques qui lui permettent d’appréhender son monde par un regard différent et de jouer avec lui. La collection de livres d’artiste pour enfants coéditée par le Musée d’art moderne et contemporain de Genève (le Mamco) et les éditeurs jeunesse Quiquandquoi  « Art y es-tu ? » illustre parfaitement cette entrée particulière dans le monde contemporain que permet le livre d’artiste. On peut penser à l’histoire basée sur l’esthétique d’un jeu vidéo se retrouvant dans les images de synthèse et la typographie de l’album Pas Permis de l’artiste Michel Huelin ou à la volonté de ne pas produire un beau dessin au profit d’une notion de jeu évidente dans les illustrations de l’album Super Abécédaire du Gentil garçon qui sont créées d’une seule ligne feutre qui s’épuise au fur et à mesure du tracé.

La diversité des matières participent à cette optique ludique en donnant le pouvoir à l’enfant de dépasser les données matérielles de la vie quotidienne à travers l’imaginaire, le jeu et l’incitation à la création. Ainsi l’enfant s’éveille au recul critique de son environnement à travers la série photographique avec La vie c’est si joli de Claude Lévêque de la collection « Art y es-tu ? », il appréhende sa réalité via la décomposition imaginaire grâce au collage avec le cahier N° 11 « Dans la marge » Féctiches de Blex Bolex, il peut encore maîtriser et remodeler les éléments à travers les sculptures faites en purée et de compositions d’aliments avec l’album Purée Paysages de Natacha Lesueur pour « Art y es-tu ? », ainsi qu’à l’image de synthèse avec l’album Pas Permis déjà cité. L’apport du livre d’artiste pour enfant joue des deux côtés : il ouvre l’enfant à un monde contemporain reconsidéré par la création d’un regard sensible et artistique, construit sur le jeu, par le biais de ce qui est propre à l’enfance, pour en détourner les codes. Ainsi, les livres d’artiste pour enfant demeurent fidèles aux origines du genre des années 1960 en conservant son zèle subversif : l’abécédaire, les cahiers de jeux, de coloriages et d’écolier ainsi que les thèmes des peluches, poupées et autres jouets sont utilisés à d’autres fins que celles qu’ont leur prêtent d’ordinaire. Une manière de découvrir son univers autrement et de s’en amuser gaiement tout en donnant la possibilité à l’enfant de maîtriser ce monde par le jeu dans le livre… et la vie par lequel il deviendra également maître de lui-même et responsable de ces actes créateurs.

Quant aux artistes, ce nouveau lieu de création leur permet d’expérimenter de nouvelles formes à travers un autre medium, d’approfondir ou de diversifier leur ligne graphique. Que les artistes parlent de leur enfance ou s’engagent pour témoigner d’enfances volées ou porteuses d’espoir, qu’ils se servent du livre en tant que parodies de genres destinés à la jeunesse à travers les emprunts et les citations, ils livrent une multitude d’approches différentes sur l’enfance, révélant ce que l’adulte conserve toute sa vie de l’enfant qu’il a été. Cette pratique leur permet donc d’accroître leur public : le livre d’artiste, peut importe les lecteurs visés, sera toujours jugé en tant que livre d’artiste et est susceptible de plaire autant à l’enfant qu’aux parents, créant une médiation entre les deux, un partage autour du livre de création.

De l’autre côté de la page…

Cette production marginale que prône certains éditeurs en donnant une totale expression aux artistes nécessitent la coédition et le soutien des institutions et musées pour exister durablement et toucher son public. Contrairement aux livres d’artistes de la génération 1960-1970 et 1980-1990 qui craignaient que la tutelle des institutions nuisent au côté subversif ainsi qu’à la volonté d’indépendance et de démocratisation de leurs ouvrages, le déplacement du public en jeunesse a besoin de ce lien pour pouvoir être en partie financé et diffusé, même si les éditeurs créent la plupart des collections dans des buts non lucratifs. Cette configuration permet aux œuvres d’être exposées dans les galeries du musée, d’en constituer un point de vente important et de faire profiter son réseau à la collection. Son lien aux institutions lui permet également d’être visible dans des écoles et de toucher au plus près l’enfant dans son quotidien : c’est ainsi que l’album Super Abécédaire du Gentil garçon a été acheté par la valise pédagogique de la Frac du Pays de la Loire et de la Bretagne et est devenu un album de chevet pour certains enfants. Cette diversité d’approche et de techniques graphiques confèrent aux collections leur originalité et s’inscrit dans l’hybridité que connait le livre jeunesse, développant des mariages entre BD et littérature jeunesse comme la collection « somnambule » confiée à des auteurs chez La joie de lire, la collection « Empreinte » des éditions des Dunes qui mêle roman, illustrations et BD ou encore la revue Nobrow qui prend la forme d’un recueil d’illustration autour d’une thématique.

On entend souvent dire que les illustrateurs jeunesse sont de véritables artistes, qu’en est-il de la réciproque ? Ce qui est certain, c’est que les collections se développent en créant des liens entre éditeurs, artistes et institutions en proposant des ouvrages de création inédit au carrefour des problématiques et techniques graphiques contemporaines. Les artistes se rapprochent des enfants par leur façon d’appréhender le livre et le monde, similaire à une approche artistique et sensible. Le livre d’artiste s’intègre à un projet artistique d’ensemble où le livre a sa nécessité à un moment précis en tant que moyen d’expression plus adéquat qu’un autre. Il est plus que jamais nécessaire aujourd’hui grâce à la réaffirmation de ses valeurs que permet le déplacement en jeunesse dans le but de redéfinir l’art et le livre en une période de mutation des supports. Il explore ce que Breton appelait « l’esprit d’enfance » en le considérant comme un futur citoyen amène de réinventer le monde. Si l’enfant est personnage central de nombreux romans ou productions pour la jeunesse, le livre d’artiste pour enfant le met au centre mais comme acteur, se fait son propre narrateur, personnage et lecteur ! L’enfant n’est plus qu’un récepteur, il renouvelle sa vision du monde au contact de celle de l’artiste. Comme le disait le commissaire d’exposition de la manifestation « L’esprit d’enfance », qui regroupait les livres d’artistes les plus important du XXe siècle, montrant le lien évident existant entre art et enfance : « L’enfance pour personne n’a les même valeurs, les mêmes significations ni les mêmes limites, mais parce qu’elle est implicitement le lieu des possibles, peut-être entretient-elle une relation privilégiée avec la création artistique33. »

 

Pour aller plus loin…

  • ESCARPIT Denise, La littérature de jeunesse, itinéraires d’hier à aujourd’hui, Magnard, 2008.
  • MIRA PONS Michelle, « Trois éditeurs de livres d’art pour la jeunesse », La revue des livres pour enfants, « L’art, le livre et les enfants », avril 2009, n°246, p. 119-124.
  • PERROT Jean, Du jeu, des enfants et des livres à l’heure de la mondialisation, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 2011.

3

  1. http://www.ricochet-jeunes.org/entretiens/entretien/59-olivier-douzou333
  2. Livres d’enfance, vues de l’exposition « Livres d’enfance » du 10 juillet au 31 octobre 1998 à l’École nationale d’Art Décoratif, Aubusson, Pays-Paysage, Centre nationale du livre d’artiste, 1998, p. 30333
  3. Collectif, Le livre libre, essai sur le livre d’artiste, Paris, Les Cahiers dessinés, 2010, p. 316333
  4. Avant-propos de Monique Pauzat : Livres d’enfance, vues de l’exposition « l’esprit d’enfance » du 10 juillet au 31 octobre 1998 à l’École nationale d’Art Décoratif, Aubusson, Pays-Paysage, Centre nationale du livre d’artiste, 1998, p. 7333

3


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27 octobre 2016

    […] BD. Illustrateurs. Littérature de jeunesse : quand les artistes contemporains investissent l’album pour enfant – M…. Couvertures de la collection Art y es-tu Et le génie sort de la boite ! Partons d’un constat : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *