Littérature jeunesse et censure

Pour Adèle Leproux :

Adèle Leproux, éditions du Rouergue : « Tous à poil ! a sa place dans une bibliothèque “idéale” pour enfants, à côté des classiques et de bien d’autres livres. » (PHOTO : D.R)

Personne n’a pas pu passer à côté de la polémique lancée par Jean-François Copé à propos de l’album paru aux éditions du Rouergue, Tous à Poil ! de Claire Franeck et Marc Daniau. Cependant, ce cas ne représente qu’un exemple parmi d’autres. Le Salon beige, blog d’actualité traditionaliste, a notamment profité de l’occasion pour demander le retrait de plusieurs ouvrages en bibliothèque.

.

Livre jeunesse et censure : un thème toujours d’actualité qui touche plus particulièrement les bibliothèques

Les attaques contre le livre Tous à Poil ! ont fini par atteindre leur but puisque l’ouvrage ne figure plus aux ressources pédagogiques de l’ABCD, mais seulement aux ressources complémentaires. Cet événement est un des nombreux exemples de la censure qui touche la littérature jeunesse.

En 2011, le livre d’Andy Mulligan, Trash, est retiré, au bout d’une semaine, de la liste pour le prix Blue Peter Book, sous prétexte qu’il n’est désormais « plus approprié pour les jeunes lecteurs, sans la surveillance parentale souhaitée»33. La censure sous un régime démocratique est un sujet brûlant ; cependant, elle étonne beaucoup lorsqu’elle prend pour cible la littérature jeunesse.

Face à ce débat, les professionnels du livre (auteurs, bibliothécaires, libraires, éditeurs) se mobilisent contre cette censure qu’ils jugent inappropriée. Les livres ne doivent pas devenir un instrument de manœuvre politique, ni être bannis des bibliothèques ; « Laissons-les avec confiance à leurs lecteurs, ils sont entre de bonnes mains ! », défend Hélène Wadowski, présidente du groupe Jeunesse du SNE. Avant d’être publiés et répertoriés en littérature jeunesse, les ouvrages sont soumis à l’approbation d’une commission qui vérifie que l’œuvre est bien conforme à la loi n°49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, modifiée par la loi n°2011-525 du 17 mai 2011. Celle-ci définit légalement les contours éditoriaux du champ de la littérature pour la jeunesse en langue française.

Sans en arriver au dépouillement du catalogue jeunesse des bibliothèques, il ne faut pas oublier de mentionner le rôle des parents dans l’épanouissement de leurs enfants à travers la lecture. La critique ne doit pas attaquer mais plutôt éclairer l’offre jeunesse et mettre en avant toute la diversité éditoriale. D’après Sylvie Vassalo, directrice du Salon de Montreuil, « la littérature pour la jeunesse permet d’appréhender toutes sortes de questions mais sans règles morales […] Elle leur apporte une multiplicité de regards d’artistes qui vont toucher leur sensibilité et leur permettre d’entrer dans la complexité du monde. De devenir soi. »33

La littérature adolescente, plus spécifiquement, soulève des discussions concernant les sujets qu’elle aborde: la mort, la violence, la drogue, la sexualité. Autant de sujets que les adultes considèrent inappropriés pour des ouvrages destinés à la jeunesse.

Littérature adolescente et censure

« Quand les adultes lisent les romans destinés aux adolescents, le vent de la polémique se met à souffler. »33. L’écrivain de littérature pour adolescents d’aujourd’hui est un adulte qui n’a pas peur d’aborder les sujets qui rendent les parents souvent trop inquiets et transmettent ainsi leur angoisse à leurs enfants. L’écrivain jeunesse est un adulte qui sert d’interlocuteur dans les domaines essentiels où se jouent les conflits internes psychiques les plus déterminants, comme mort, suicide. C’est pourquoi cette littérature spécifique qu’est la littérature pour adolescents ressemble « au miroir morcelé de nos fantasmes mortifères et réactualise une angoisse oubliée.»33 Cette polémique autour de la littérature pour adolescents n’est pas réductible à la dangerosité supposée de la thématique et à l’influence morbide qu’elle pourrait avoir sur les jeunes lecteurs.

De nombreuse parutions pour la jeunesse sont des commandes à des fins pédagogiques : l’histoire est un prétexte pour aborder des sujets sensibles. Les dommages sont évités si le jeune lecteur rencontre un adulte assez contenant pour discuter des affects représentés par sa lecture du livre. Les parutions pour la jeunesse permettent au moins de faire émerger des questions grâce aux émotions suscitées par leur lecture.

La mise en parallèle des discours de la censure et celui des adolescents met souvent en évidence l’abîme qui sépare les préoccupations des jeunes lecteurs des obsessions de ceux qui disent vouloir les protéger. Pour eux, c’est la quête de vérité et l’authenticité des propos qui l’emporte.

Les auteurs pour adolescents reconnaissent que les problématique adolescentes sont « le ferment de la création littéraire »33. Ils désirent que les adolescents s’y retrouvent.

En définitive, outre l’autocensure que les éditeurs sont obligés d’appliquer, les bibliothécaires exercent un dernier filtre, rendant les livres considérés comme dangereux, inaccessibles. Toute cette polémique ne semble pas avoir de sérieux fondements. Qui plus est, elle a souvent des effets inverses à ceux désirés.

Grâce à ce débat, l’album Tous à Poils ! est sorti de l’anonymat et a vu ses ventes s’envoler. Adèle Leproux, chargée des relations avec les libraires et spécialiste de la jeunesse aux éditions du Rouergue, précise qu’après un premier tirage de 1 500 exemplaires, une réimpression de 2 000 exemplaires est déjà prévue33. Les résultats de cette polémique ont été plus efficace qu’une campagne publicitaire.

 Pour aller plus loin

3

  1. Blue peter Book Awards333
  2.  « Tous à poil !  : La littérature jeunesse doit-elle échapper à la critique ? » 333
  3. ROLLAND Annie, « Littérature pour adolescents, ces romans qui dérangent » Citrouille, novembre 2003, n°36333
  4. Ibid333
  5. Hubert ben Kemoun in « Du côté des écrivains », ROLLAND, Annie, Qui a peur de la littérature ado?, éditions Thierry Magnier, 2008333
  6.  « Arles : l’éditeur du livre « Tous à poil !  » dit oui à la réflexion, non à la censure » 333

3


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Anonymous dit :

    Jean-François Copé, pas Coppé!
    Il ne faudrait donc pas condamner publiquement un ouvrage pour ne pas lui faire de publicité, et espérer dans le silence qu’on l’oubliera vite? L’argument est un peu étrange, pour ne pas dire spécieux.
    Et toute la bonne volonté des auteurs de publications pour jeunesse n’empêche pas qu’aucun parent ne veut voir son enfant avec un ouvrage de pornographie entre les mains. L’argument est extrême, mais dit assez bien qu’il est naturel de chercher une certaine régulation des lectures, et que l’on ne peut pas juste prétexter l’ouverture des lecteurs au monde qui les entoure. C’est une question d’âge, de maturité et d’entourage, et il est donc compréhensible que certains estiment que leurs enfants ne soient pas encore en mesure d’appréhender certains problèmes dans toute leur complexité, surtout quand il s’agit de problèmes qui n’ont encore pour eux aucune réalité, indépendamment de la polémique autour de Tous à poil.

  1. 15 juin 2014

    […] défend Hélène Wadowski, présidente du groupe Jeunesse du SNE. Avant d'être publiés et répertoriés en littérature jeunesse, les ouvrages sont soumis à l'approbation d'une commission qui vérifie que l'œuvre est bien …  […]

  2. 12 août 2014

    […]   (PHOTO : D.R) […]

  3. 15 septembre 2016

    […] Littérature, langue et didactique: Hommages à Jean-Louis Dumortier – Collectif – Google Livres. Littérature jeunesse et censure – Monde du Livre. Adèle Leproux, éditions du Rouergue : « Tous à poil ! A sa place dans une bibliothèque […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *