Édito : réinventer le livre

Pourquoi créer un master professionnel Monde du Livre quand tous les baromètres économiques du secteur sont à la baisse ? Réduction des subventions, fermeture des librairies, difficultés des maisons d’édition… À l’image de la presse papier, le secteur traditionnel du livre serait-il menacé ? La révolution numérique est bien là, avec ses aléas. Doit-on en déduire qu’elle condamne à court terme le secteur traditionnel ? L’avenir annoncé par Marshall Mc Luhan en 1962 ne s’est heureusement pas vérifié. Le nouveau media n’a pas entièrement supplanté le livre papier mais l’oblige à se transformer.

Les acteurs du secteur traditionnel capitalisent sur ses aspects irremplaçables : la rigueur de la sélection, imposée par un support coûteux et limité, la maquette soignée et créative qui s’appuie sur cinq siècles d’expérience, le papier lui-même, son toucher, son odeur et enfin le confort de lecture encore inégalé sur écran. On observe une recrudescence de micro-maisons d’édition spécialisées. Livres de jeunesse, livres d’art… Les collections atypiques s’exposent dans les salons spécialisés à Paris et en province qui affichent une fréquentation stable malgré la crise et continuent d’attirer collectionneurs et amateurs de lettres et de beaux livres. C’est au prix de remises en question permanentes, d’une créativité et d’une qualité sans faille, que le secteur traditionnel réussit à cohabiter encore avec le livre numérique.

Un moment cantonné à la diffusion de textes dédiés à la recherche, ce dernier a conquis aujourd’hui le grand public. Forte de son succès sur le marché du livre avec la liseuse Kindle, Amazon mise désormais sur la tablette pour doper ses ventes en ligne. Selon Digitimes Research, il se vendra dans le monde 27 millions de liseuses de toutes marques en 2011 et 64 millions en 2014 ! L’élaboration d’une interface plus simple, plus épurée, plus claire, palliera au principal problème auquel était confronté l’ebook : la difficulté du lecteur à lire des textes longs. Ceux qui espéraient restreindre le livre numérique à la diffusion de textes universitaires, au vaste champ des humanités et des sciences sociales sont donc obligés de réviser leurs prévisions. Le roman, entre autres, se lit dorénavant sur tablette et bouleverse les règles du jeu.

Mais l’écrit reste. Et particulièrement en France qui fait figure de résistante singulière. Grâce à la loi Lang,  au maillage des librairies indépendantes, à la sauvegarde de savoir-faire inégalés, le monde du livre maintient vivace le secteur traditionnel tout en s’ouvrant à de nouvelles voies. Le monde du livre devient protéiforme. Le livre numérique s’ajoute à la galaxie Gutenberg, il ne s’y substitue pas. Mais au prix de quels bouleversements? Cette période charnière laisse ouverte toutes les hypothèses et pousse à approfondir les champs d’exploration les plus variés. Le master Monde du Livre se place au cœur de cette révolution…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bien le bonjour !
    Après lecture de votre édito, de vos reportages, coups de gueule, entretiens…. j’ai eu plaisir à vous suivre durant 1an autour du livre… et après re lecture de votre édito…. quel est le bilan du livre pour vos 1 an ?
    J’aurai grand plaisir à vous lire si vous avez le temps de me répondre.
    Belle et bonne journée… et que vive le Livre !
    Légendement,
    Patrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *