Les maisons d’édition indépendantes en Amérique Latine : état des lieux

Lancement multiple de livres. Quimantú éditions. Unité Populaire au Chili.

Lancement multiple de livres, par Quimantú éditions. Maison fondée par l’Unidad Popular du gouvernement d’Allende (septembre 2012).
Licence Creative Commons

En 2000 a eu lieu à Paris la 1ère Rencontre d’éditeurs indépendants d’Amérique latine organisée par l’OEI, Organisation d’États Ibéro-américains. La rencontre s’est structurée autour de tables rondes qui ont porté sur différents enjeux latino-américains, tels que les menaces pour l’édition indépendante, les défis et les perspectives du secteur.

Après treize ans, les constats faits à l’issue de cette rencontre ont évidemment entraîné des changements et sont à l’origine d’autres types de partage d’expériences dans le continent. En 2000, il y a eu des échanges dont le contenu est toujours d’actualité dans ce secteur ; la situation présente se base sur les premières tentatives de professionnalisation observées. Il ressort de ces discussions un consensus considérant l’édition indépendante comme une industrie culturelle : c’est une activité artisanale qui a, pourtant, un rôle fondamental dans l’expression des cultures locales, nationales et régionales. Comprendre la situation de l’Amérique latine du point de vue de l’édition indépendante, cela signifie connaître l’état des maisons d’édition face aux moyens qu’elles ont, les aider à publier et à traduire, ainsi que leur participation dans le développement de la profession33.

En 2012, une autre rencontre a eu lieu à Valparaiso : la 1ère Rencontre chilienne de maisons d’édition indépendantes latino-américaines ; il s’agissait d’une initiative propre à ces maisons d’édition, qui ont l’esprit d’exhibition, de dialogue et de connaissance du travail individuel de chaque maison, mais, aussi, une expérience collective. De cette rencontre ont émergé d’autres réflexions autour de la responsabilité culturelle de la profession et de l’identification de menaces du marché auxquelles les acteurs doivent faire face actuellement.

Quel engagement éditorial pour les maisons d’édition en Amérique latine?

Se définir comme une maison d’édition indépendante implique : faire attention au prix des livres, aux thématiques, aux auteurs, à la matérialité, à la distribution, à la façon de construire l’image d’une maison. Être indépendant, c’est la liberté de créer un livre sensible33.

Les maisons indépendantes manifestent leur rejet de la production sérielle, une dépendance aux lois du marché. Une maison se concentre sur le besoin de coopération et d’inclusion des idées locales et universelles, dans l’ambition d’un développement social. Enfin, une maison indépendante c’est, publier de la littérature indépendante.

La question principale est donc : comment mettre en place toute cette politique éditoriale ? Les éditeurs existants ont déjà pris des décisions et agissent dans des marges financières très étroites. Ils sont conscients du besoin de collaboration entre les maisons partageant la même logique et aussi entre les autres acteurs de la chaîne éditoriale.

Acteurs et auteurs pour une édition indépendante

L’éditeur indépendant est devenu celui qui défend les choses les plus chères au livre : l’indépendance de l’auteur, le respect de l’œuvre littéraire éloignée du souci actuel et du quotidien, le respect à l’expérimentation et le respect à la liberté d’expression33

Les auteurs d’une littérature dite « intéressante », placés aux marges d’une culture de masse, sont aussi engagés que les éditeurs car cela signifie partager le principe de l’édition indépendante, même si cela revient à se faire publier par une maison qui n’est pas très connue. Il ne s’agit pas seulement d’un choix lié aux faibles moyens d’être publié dans une grande maison qui assurerait une vitrine, au contraire : cela signifie vouloir se faire comprendre par un éditeur local et partager l’ambition de se faire connaître dans un travail commun, un projet beaucoup plus autonome. Galo Ghigliotto, éditeur de la maison chilienne Cueta, déclare que « dans les dernières années, il y a eu une explosion de jeunes auteurs, parmi eux, 95 % publient leurs première œuvres dans des maisons indépendantes. Les éditeurs qui fondent leur maison donnent la possibilité à des auteurs émergents de faire partie du corpus de la littérature nationale, surtout dans le cas de la poésie qui est peu rentable33»

Menaces qu’affrontent les éditeurs indépendants

Les organisateurs de la 1ère Rencontre d’éditeurs indépendants d’Amérique latine considèrent que l’industrie éditoriale, ainsi que les autres industries, vivent un fort processus de concentration. Les grandes maisons, liées généralement aux groupes multinationaux, sont de plus en plus présentes sur le marché latino-américain. Les maisons indépendantes résistent à une pression, d’après les critères de rentabilité imposés par ces groupes. Le problème est assez universel puisque des maisons indépendantes disparaissent, d’autres changent leurs lignes éditoriales lors de leur absorption par des grandes maisons et, enfin, d’autres réussissent à survivre face à l’adversité. La question est : pourront-elles continuer à exprimer et à donner de la vie aux cultures locales ?

Le cas du Chili est particulièrement représentatif des menaces du marché. En effet, le diagnostic des tendances de la lecture depuis 2010 démontre que très peu de gens sont intéressés par le fait d’acquérir un livre ; il faut ajouter à cela la taxe sur le livre au Chili, qui est la plus haute du monde (19 %), et le manque de législation sur la production du livre, comme la réduction du coût du papier importé ou les subventions pour la traduction. La situation actuelle s’oppose ainsi à la politique des années 1930– 1950, lorsqu’il existait une initiative d’encouragement à la production33, et que le gouvernement de l’Unité Populaire avait créé le projet de la maison Quimantú.

Défis et perspectives actuelles

L’avenir envisagé par les maisons d’éditions indépendantes passe par une collaboration entre elles. Le défi est interne, il faut une rétroalimentation pour continuer à exister face à la stabilité des grands groupes. Il est donc important que ces maisons continuent à concrétiser leur participation dans le développement de la culture locale.

Selon Luis Sepúlveda, il y aurait une possibilité d’éliminer les frontières qui empêchent une édition collaborative en Amérique latine : il s’agirait de créer une initiative éditoriale non unifiée, non uniforme, qui permettrait de coordonner le travail pour rétrécir le continent latino-américain, ou au moins effacer quelques frontières. Ainsi, le travail des écrivains pourrait être connu dans tout le continent33.

Actuellement, les éditeurs indépendants ont le rôle de présenter de nouveaux textes, de nouveaux faits et de nouvelles formes de production, ouvrant ainsi des espaces de fraternité ; il est nécessaire d’éviter les rivalités et le pillage d’auteurs. Selon Gladys González, l’objectif est de mobiliser un espace atemporel où la lecture, la discussion et la réflexion seront le point de départ de leurs démarches et demeureront le point principal33. Elle ajoute qu’il est très important de rechercher de nouvelles lectures. Les éditeurs doivent avoir comme rôle de donner accès à la publication d’œuvres d’écrivains n’appartenant pas à une élite existante.

Pour aller plus loin…

.3

  1. 1ère Rencontre d’éditeurs indépendants de l’Amérique Latine », OEI.es. 2000. http://www.oei.es/cultura2/actas00.htm. (consulté le 25 février 2014). 333
  2. GONZALEZ, Gladys, Encuentro chileno de editoriales independientes, Fondo Nacional de Fomento del Libro y la Lectura, CNCA, 2012, Valparaíso, p. 5-6.333
  3. SEPÚLVEDA, Luis, « 1ère Rencontre des éditeurs indépendants de l’Amérique Latine », OEI.es. 2000. [En ligne] http://www.oei.es/cultura2/actas.htm. (consulté le 25 février 2014).333
  4. GHIGLIOTTO, Galo, « Printemps du livre », radio UChile.cl. 11 octobre 2013. [En ligne] http://radio.uchile.cl/2013/10/11/editoriales-independientes-tienen-su-primavera-del-libro-con-textos-a-bajo-costo (consulté le 26 février 2014).333
  5. SUBERCASEAUX, Bernardo, Historia del libro en Chile, LOM ediciones, 2000, Santiago, 304p.333
  6. Opus.cit.333333

3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *