Aaarg ! et la Revue Dessinée : un nouveau visage pour la bande dessinée

Affiche pour le lancement de La Revue Dessinée #3 et Aaarg! #3

Affiche pour le lancement de La Revue Dessinée n°3 et Aaarg !
n°3, mars 2014.

Événement

Le 15 mars dernier, Marseille a vu sa rue des Trois Frères Barthélémy occupée par la bande dessinée. C’est en plein cœur de la ville que la revue Aaarg ! et La Revue Dessinée ont décidé de célébrer la sortie de leur troisième numéro respectif. La Réserve à Bulles, Le local de Aaarg !, La Terrasse en ville, L’Autoportrait et La Cave à bières ont accueilli en leur sein les auteurs, illustrateurs et créateurs des revues. Un parcours graphique a été proposé au public tout au long de la rue où rencontres, dédicaces, projections et tables rondes étaient au programme.

Ces deux bimestriels de la bande dessinée sont parus pour la première fois à la rentrée 2013, en même temps que deux autres revues de bande dessinée, Mon Lapin, éditée par L’Association, et Papier, éditée par Delcourt. Nous parlerons ici des deux premières, qui, si elles rivalisent par leur forme, n’en sont pas moins très différentes, l’une proposant un concentré de culture populaire, l’autre tablant sur des articles journalistiques. Ce qui les rapproche, en revanche, c’est leur indépendance, économique et éditoriale, et la force que mettent au quotidien leurs créateurs pour les faire sortir du lot. Et ce qui est encourageant, c’est que ça marche.

Le périodique de bande dessinée : bilan

Aaarg ! et La Revue Dessinée sont nées dans un contexte éditorial peu rassurant. Les comptes-rendus annuels sont formels : le marché du livre ne va pas bien. Si on ne relève pas encore de baisse dans le secteur de la bande dessinée (sauf une petite dans la production), on n’est pas optimiste non plus. En effet, dans son rapport annuel de 20131 , Gilles Ratier décrit une domination de la production par quatre grands groupes (Média-Participations, Glénat, Delcourt, et Madrigall), ne laissant à la bande dessinée indépendante que 7,1 % de la production. Du côté des périodiques de bande dessinée, on parle de « réseau en perte de vitesse ». Il en existe aujourd’hui 76, dont 17 qui publient essentiellement des créations européennes ; on note les séries Disney (Le Journal de Mickey, Picsou Magazine, Disney Princesse, etc.) ou les revues comme Fluide Glacial, L’Echo des Savanes et Psykopat, dont le tirage était, en 2013, légèrement en baisse. Les titres de bandes dessinées « issues de licences » (le Garfield mag, les revues éditées par Panini) s’adressent surtout aux enfants (Barbie magazine, Pokémon, Power Rangers…) ; notons encore la série des fascicules de super-héros (Spiderman, Avengers, Iron Man,) ou bien les périodiques consacrés aux mangas, toujours présents dans le paysage.

Cependant, ce qui attire l’attention dans le rapport de Gilles Ratier, c’est cette partie de la production de périodiques diffusés en librairie, qui publient de la bande dessinée, tels que Arbitraire, Jade, Mon Lapin, Turkey Comix, auxquels Aaarg ! et La Revue Dessinée se sont ajoutées. Ces quelques titres (il y en a actuellement 22) semblent être la proue du navire ; on les décrit comme des laboratoires, et ils sont plusieurs à étendre leur production à Internet, en mettant à disposition des lecteurs : un moyen de prolonger leurs lectures. Citons, par exemple, La Revue Dessinée qui propose, en plus de son site Internet, une application ; la revue Monsieur Cyclope, soutenue par Arte.tv, publie sur son site internet des fictions ; Aaarg ! qui propose sur le web vidéos et articles inédits, et ouvrira prochainement un lieu à Marseille ouvert aux lecteurs et aux artistes, où l’on pourra acheter revues, romans et bandes dessinées, boire un thé, échanger… Un forum vivant de la bande dessinée, en quelque sorte.

La bande dessinée a connu, dans les années 1980 – 1990, un regain, une petite révolution dont les acteurs étaient notamment les fondateurs de L’Association, ceux d’Ego comme X, qui souhaitaient prolonger dans l’idée le travail de Futuropolis. La création d’une revue de bande dessinée, c’est la possibilité de faire participer divers auteurs, plus ou moins connus (c’était l’optique de Papier : mettre côte à côte les travaux d’auteurs célèbres comme Delisle, Vivès, avec des auteurs moins célèbres, découverts sur des blogs, dans des fanzines), et de proposer au public de découvrir de nouveaux styles, tout en retrouvant périodiquement une ligne éditoriale qui lui tient à cœur.

La création récente de ces quelques revues dessinées nous permet de constater qu’aujourd’hui, les nouveaux acteurs de la bande dessinée cherchent à explorer d’autres sillons, à inventer, à envisager de nouveaux supports, formats ou collaborations. Parmi eux, il y a Aaarg !, et La Revue Dessinée.

Présentation de la revue Aaarg !

La revue Aaarg ! a fait son apparition en octobre 2013 en librairie. Il s’agit d’un bimestriel inspiré par ses ancêtres les revues Métal Hurlant, Pilote, Mad, qui propose à ses lecteurs un large choix de bandes dessinées, de nouvelles, d’entretiens et de chroniques à retrouver à chaque numéro. Aaarg ! est un concentré d’humour grinçant, de science-fiction, de polar et de violence. On trouve beaucoup de one-shots dans cette revue de 160 pages dont la couverture cartonnée fait sensation (comme celle du numéro 1 par exemple, illustrée par Pierre Place). Si la plupart des lecteurs ne voit pas d’inconvénient à lire une revue en format PDF (cela coûte moins cher) ou à la bibliothèque, Aaarg ! est une revue qu’ils aiment posséder pour la beauté de l’objet : il est unique en son genre, pensé avec soin, de la même façon qu’une bande dessinée. D’ailleurs, avec le numéro 1 épuisé, certains la considèrent déjà comme une revue de collection2 . Son contenu éclectique témoigne d’une énergie débordante : il y en a partout. Chaque page est habitée, chaque parcelle de papier utilisée ; dans le but de « valoriser la création, quelle qu’elle soit ».

Couverture du premier numéro de Aaarg!

Couverture du premier numéro de Aaarg ! (octobre 2013)

Projet longuement mûri par une équipe à la fois jeune, dynamique et réduite (la « team » éditoriale compte trois associés), Aaarg ! avait été annoncé au festival international de la bande dessinée d’Angoulême, édition 2013. La revue doit son existence à une bonne poignée de convaincus qui ont mis la main au porte-monnaie (le projet a été financé via Ulule) et à la participation de l’équipe éditoriale elle-même. Et ce qu’il faut savoir, c’est qu’elle est tout à fait indépendante : pas de publicité (on y trouve juste quelques pages de réclame pour les maisons d’éditions dont l’esprit cadre avec la revue), pas de dépendance à un grand groupe. «Le fait qu’on soit « indé » fait que les professionnels se mouillent moins. Tout est plus dur, même si c’est un choix motivant. Mais il va falloir que la revue se vende et qu’elle se vende bien. On paie les auteurs et on s’est endettés, ceux qui avaient des billes perso les ont mises. Si on se plante, on va continuer à manger des pâtes pendant quelques années »3 confie Pierrick Starsky, le rédacteur en chef. À ses côtés, Léa Guidi-Guidi, chargée de communication, et Kax McMachin, qui s’occupe de ce qu’il reste à faire. À temps partiel, il y a Sandra Side, qui réalise les vidéos du site (la série J’irai vomir chez vous, bandes annonces des numéros, etc.), Il Gatto, le graphiste des éditions Même Pas Mal, et enfin Kek, le webmaster.

En parallèle de la revue, il y a son site Internet. El Diablo y fait une chronique en bande dessinée, Patrick Baud écrit chaque semaine le destin inattendu d’un ou d’une illustre inconnue, Jean-François Caritte ressort des vieilles couvertures de magazine, Tomahawk décline sa série gaguesque des Incognitos, et ainsi de suite. On y trouve également les vidéos réalisées par Sandra Side, des entretiens, des chroniques radios, des articles de presse …

Présentation de La Revue Dessinée

La Revue Dessinée a également fait son apparition lors de la rentrée 2013. C’est une revue trimestrielle cette fois, dans laquelle on peut lire des articles journalistiques de fond, illustrés par des auteurs de bandes dessinées. Un « mook », comme elle est souvent appelée, parce qu’elle mélange le livre (book) et le magazine. La Revue Dessinée est un périodique d’informations créé par des auteurs (Franck Bourgeron, Olivier Jouvray, Kris, Sylvain Ricard, Virginie Ollagnier et David Servenay, journaliste de formation), dont la volonté était de rompre avec le schéma classique de la bande dessinée : son format, le rapport auteur/éditeur, la liberté de création, l’idée du travail collectif, la marge d’exploration du numérique, etc. Peu satisfaits des conditions dans lesquels ils travaillaient, ils ont décidé de créer les leurs. Au final, ils sont actionnaires à 82 % de la revue. Comme Aaarg !, le projet a été financé par différents mécènes (la maison d’édition Futuropolis détient 5 % des parts), et le premier numéro a été tiré à 24 000 exemplaires.

La Revue Dessinée a pour objectif de permettre à des auteurs de bande dessinée peu connus du grand public, ou novices, de pré-publier leur travail, qui sera ensuite présentable à un éditeur. La création d’une telle revue par des auteurs n’est pas anodine : selon le rapport de Gilles Ratier, 1 492 auteurs réussiraient à vivre de la création de bandes dessinées en 2013. Il semble donc essentiel pour eux, que La Revue Dessinée soit un moyen d’ascension pour des jeunes talents cachés.

Couverture du premier numéro de La Revue Dessinée

Couverture du premier numéro de La Revue Dessinée (septembre 2013)

Le périodique est disponible en format papier et en format numérique (pour tablette). Il couvre donc à la fois un univers traditionnel, le papier, et séduit le web, « parce qu’ils aiment à la fois l’odeur de l’encre et la navigation numérique » disent les créateurs. Il n’y a qu’à prendre pour exemple Marion Montaigne, qui honore tous les trimestres La Revue Dessinée d’une chronique humoristico-scientifique. Elle s’est aventurée au Jardin des Plantes, pour renseigner les lecteurs sur la face cachée de la Ménagerie. Dotée d’un esprit caustique à souhait, elle instruit le lecteur à son insu. Cette auteure s’active sur le web, puisque depuis 2008, elle tient un blog de vulgarisation scientifique intitulé Tu Mourras moins bête. Dans son cas, le papier peut renvoyer au web, comme le web peut renvoyer au papier. La relation est à double sens où les deux médias se nourrissant l’un l’autre.

La Revue Dessinée s’oriente par ailleurs vers des problèmes de société qui sont au centre du débat : environnement, trafics en tous genres, histoire (le numéro 3 sera doté d’un dossier sur la guillotine illustré par Rica), mais aussi sciences (La Ménagerie du Jardin des plantes), progrès (La Saga de l’ordinateur par Hervé Bourhis et Adrien Ménielle) : un contenu très éclectique finalement, guidé par le plaisir de s’instruire et de s’informer.

Un apport pour Marseille

Ces deux revues dessinées, pourtant jeunes, tiennent déjà une place importante dans le milieu éditorial. Aaarg ! est un produit marseillais, La Revue Dessinée un produit parisien, mais c’est à Marseille que l’événement du 15 mars s’est déroulé.

En clôturant son année de « capitale européenne de la culture » le 31 décembre 2013, Marseille a ouvert un champ des possibles. La chance qui lui a été donnée durant toute une année et le public qui a répondu présent, donnent le choix à ceux qui dirigent la ville : ou bien, une fois que la vague est retombée, de laisser la ville retourner à ce qu’elle a pu être, ou bien de continuer à faire de Marseille un pôle culturel attractif et vivant. Cependant, la ville, de plus en plus investie par des gens porteurs de projets, semble ne pas avoir dit son dernier mot. Aussi, on notera la transformation progressive qu’elle subit : construction du tramway, d’un musée, rénovation d’immeubles, de quartiers, … Le changement du visage de Marseille est-il positif ? Négatif ? À chacun d’en juger, mais on ne peut nier qu’un élan a été donné.

Cet élan s’illustre bien dans l’initiative qu’a prise la maison Aaarg ! en s’installant à Marseille et en faisant le choix de ne pas investir le cœur de l’édition à savoir Paris, même si cela demande plus d’efforts. Il s’illustre aussi dans la volonté qu’ont eu Aaarg ! et La Revue Dessinée d’y orchestrer la sortie de leur numéro trois respectif. Car la bande dessinée, même si certains parlent de son âge d’or au passé, est un art vivant dont les auteurs sont particulièrement accessibles. La bande dessinée se fabrique aujourd’hui, et si l’on en croit Aaarg ! et La Revue Dessinée, elle n’a pas fini de s’exprimer.

Pour aller plus loin…

 

 

1 Selon le rapport annuel sur la bande dessinée de Gilles Ratier, à consulter sur le site de l’ACBD.

2 On peut d’ores et déjà voir sur des sites de vente en ligne tels qu’Amazon le premier exemplaire de la revue Aaarg ! vendu à un prix qui ne cesse d’augmenter (aux dernières nouvelles, il était à 75€ sur le site d’Amazon).

3 Site de Rue89, article d’Aurélie Champagne du 2 novembre 2013.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *