Une muséologie tournée vers le numérique

On observe actuellement une évolution constante de toutes les technologies qui nous entourent au quotidien. L’apparition du numérique a bouleversé nos habitudes, notre approche de la réalité.

Aujourd’hui, dans le cadre de la formation aux métiers du livre, c’est une problématique qui se pose de plus en plus. Le numérique occupe une place prépondérante dans le milieu culturel. Les débats sont régulièrement alimentés par les inconvénients et les avantages qu’apportent les nouveaux produits, les perspectives qu’ils offrent et l’utilité que les différentes institutions en ont.

Dans l’esprit d’une étude de cas, les institutions publiques n’échappent pas à ce phénomène et sont confrontées elles-aussi aux problèmes d’adaptation que le numérique pose continuellement. Il s’agit d’être à la pointe de la technologie en se dotant des derniers appareils et de se procurer le matériel nécessaire à chaque nouvelle version.

Les bibliothèques, les écoles, les musées, les archives se tournent vers le numérique pour le mettre au service du public. Le numérique est présent dans les différentes activités de ces institutions dont la principale mission est de faciliter l’accès au savoir en valorisant notre patrimoine. Jean Davallon, enseignant-chercheur à l’université d’Avignon chargé du programme international de doctorat Muséologie, médiation, patrimoine, écrit que l’interactif témoigne du passage d’une muséologie d’objets à une muséologie d’idées où la venue dans les institutions muséales dépasse la rencontre des objets sacrés avec l’accès à des savoirs[1]. La présence d’instruments numériques dans les galeries d’exposition des musées dépasse la fonction première d’une simple visite. L’enjeu du numérique est de préparer la visite, de l’accompagner dans les locaux et de la prolonger grâce à des accès supplémentaires sur internet.

Les musées sont des institutions publiques à but non-lucratif dont la mission est de préserver le patrimoine national, de le présenter à la communauté pour en valoriser le contenu et offrir un accès aux connaissances qu’il détient. Dans cette optique, les musées ne peuvent se passer du numérique qui leur permet d’être interactifs, visibles et visités. Les innovations technologiques peuvent paraître envahissantes pour certains spécialistes mais elles représentent l’avenir et l’accès immédiat au savoir. Les générations actuelles sont habituées à cette dimension instantanée qui ne laisse pas de place à l’attente.

Les musées s’équipent dès les années 1980 de bornes interactives qui marquent le début de leur renouveau. L’accès plus large du public aux nouvelles technologies oblige les musées à se tenir au courant des dernières innovations. Mais pour des raisons budgétaires, il est difficile d’avoir les versions récentes de certains logiciels comme celles qu’utilisent les visiteurs chez eux. Les collections sont ainsi mises en valeur grâce à des pratiques de numérisation (manuscrits numérisés, études de tableaux, CD Rom édité par le Louvre) et des bornes placées sur le parcours du visiteur. Ces bornes reprennent un contenu plus large en rapport avec l’œuvre présentée. L’objectif est de rendre le musée ludique pour un public jeune et scolaire, d’offrir des pistes supplémentaires au-delà d’une simple présentation matérielle de l’objet d’art. Les musées se réinventent chaque jour et font preuve d’imagination afin de déjouer une technologie rapidement obsolète. Chaque musée met en place une stratégie de rénovation de ses locaux afin de présenter les collections de manière interactive : la plupart d’entre eux n’hésite pas à mettre chaque pièce à disposition du public, certains se limitent toutefois à des œuvres clés.

Le web est un outil de communication capital : le site du musée, les réseaux sociaux, les blogs, forums. participent à la visibilité du musée. Un service est généralement chargé de la maintenance de ces plateformes d’échanges et de communication qui permettent non seulement de diffuser les informations et les actualités relatives au musée, mais aussi de partager avec le public et de recevoir leurs impressions, suggestions et critiques.

Le numérique ne se limite pas aux lieux d’exposition. Le parcours du visiteur reste un instant clé, il faut donc le divertir tout en lui inculquant un savoir précis. Néanmoins, le visiteur prépare sa visite au préalable grâce aux informations qu’il trouve sur le site internet du musée (horaires, plan, services sur place, etc.) et aux différents évènements qui ont lieu au moment de sa visite. Le musée utilise le numérique après le passage du public en proposant des pistes de réflexion, des ouvrages de références, des visites virtuelles ou tout autre accès aux collections. Pour exemple, le Musée national de la Marine de Paris met à disposition des enseignants des dossiers pédagogiques sur les collections adaptées aux différents niveaux scolaires. L’enseignant peut ainsi mener un travail préparatoire avant de confronter ses élèves aux œuvres. Ce système permet de transmettre un savoir parfois inaccessible pour des enfants. L’intérêt qu’ils portent aux thématiques maritimes en est ainsi renforcé.

À côté du matériel présent dans les musées et des actions de communication menées par leurs services, le public peut, de sa propre initiative, s’aventurer au-delà des œuvres. En effet, par l’intermédiaire d’internet et des Smartphones grâce aux flashcodes, les visiteurs ont la possibilité de se renseigner, de trouver des contenus derrière des codes barre par exemple. Ce genre de procédé est devenu monnaie courante car il permet de diffuser des articles, des références bibliographiques à travers des applications adaptées.

La muséographie s’adapte donc, se modernise et donne l’exemple à d’autres disciplines culturelles toujours fortement attachées à l’objet matériel et aux pratiques conservatrices.

Ces problématiques sont récurrentes dans le milieu culturel. Le marché du livre n’échappe pas à cela et doit lui aussi mettre en place des solutions adaptées pour survivre et trouver son public.


[1] DAVALLON J. (1992). « Le musée est-il vraiment un média ? », in Publics&Musées, 2, p. 99-123.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *