Le Projet Gutenberg

Le 6 septembre 2011, le Projet Gutenberg perdait son fondateur Michael Hart à l’âge de 64 ans. Revenons sur l’origine de sa création et la présentation de ce concept comme il l’avait été voulu par son créateur.

Ayant accès en 1971 à un ordinateur Xerox dans son université de l’Illinois, où il est encore étudiant, Michael Hart créé ce qu’on a appelé le tout premier livre numérique. En ce 4 juillet, jour de fête nationale, il numérise la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis dont il avait reçu une version imprimée gratuite. Les moyens techniques dont il dispose à l’époque sont encore limités. Il retranscrit de manière dactylographique le texte, les caractères sont uniquement en majuscule et le texte final faisant 5 kilo-octet ne peut pas être envoyé sans provoquer de problèmes sur la bande passante. Ainsi numérisé, le premier « livre électronique » est mis en dépôt sur un serveur et Hart informe par message de son existence. Suite à cela, six personnes téléchargent le fichier.

Michael Hart réfléchit alors aux possibilités que lui donne son Université en lui proposant des « crédits temps » de plusieurs millions de dollars. Ce qui représente un grand nombre d’heures durant lesquelles il peut disposer de ces ordinateurs si rares et coûteux à l’époque. Il développe alors le Projet Gutenberg en recherchant et en numérisant des œuvres littéraires libres de droit et en les stockant pour que chacun puisse les trouver et se les procurer.

Le nom de ce site n’a pas été choisi par hasard, Gutenberg, inventeur de l’imprimerie typographique au XVème siècle, a permis la création de livres à des prix moins chers que les manuscrits uniquement réservés à l’élite. Ce personnage emblématique a contribué à la démocratisation du livre papier.

Michael Hart arrive à réunir de nombreux volontaires et collaborateurs autour de son concept basé sur le partage et la transmission : le « savoir des livres », sous forme de textes analogiques, est numérisé petit à petit. En Octobre 2000 Distributed Proofreaders, crée par Charles Franks, aide à la numérisation des livres du domaine public. Son concept est de permettre la correction partagée de ces livres scannés à partir d’une version imprimée, les différents collaborateurs sont invités ensuite à faire une relecture attentive des numérisations afin que le contenu du fonds constitué soit toujours fiable.

Ces dactylographies sont faites en texte brut (sans mise en page) au format ASCII (American Standard code for Information Interchange) constitué de 255 caractères possédant un code pour les décrire. C’est le format le plus simple et le plus répandu et il reste compatible sur un grand nombre de supports malgré les évolutions technologiques.

Avec l’apparition du Web en 1990, le Projet Gutenberg prend un rayonnement international. De plus grâce au coût très faible de reproduction, les textes circulent avec une plus grande fluidité. A partir de là, les textes sont numérisés en UTF-8, partie la plus basse de l’Unicode, avec moins de mémoire. Cela assure la compatibilité des textes dans la plupart des langues.

Grâce aux nouvelles technologies, ces numérisations deviennent plus rapides. Les textes sont scannés grâce à un programme OCR (Reconnaissance Optique de Caractères) en mode texte. Cela permet des usages du texte qui vont au-delà de la lecture, comme des analyses de texte, une comparaison de mots, des recherches par contenu, des études linguistiques et stylistiques assistées par ordinateur. Les textes peuvent aussi être transmis dans un environnement scolaire ou être réédités et enrichis scientifiquement.

Aujourd’hui, le Projet Gutenberg a 40 ans et possède plus de 36.000 titres, sous des formats différents pour qu’ils puissent être lus par tous les supports (ordinateurs, nouvelles liseuses (epub)…). Il poursuit ainsi son but premier d’être une bibliothèque numérique gratuite et universelle.
__________

Pour en savoir plus

– LEBERT, Marie, « Le projet Gutenberg 1971 – 2009 », Gutenberg.org, Mars 2010, <http://www.gutenberg.org/ebooks/31634>

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *