Guy Moulin : Interview du représentant littérature chez Gallimard

« Le bon livre au bon endroit et en bonne quantité », telle est la devise de Gallimard que s’efforce de mettre en pratique Guy Moulin, représentant pour la prestigieuse maison d’édition. Il est intervenu dans notre formation afin de nous exposer sa vision du métier et la place qu’occupe Gallimard dans le monde des librairies et dans le paysage éditorial.

Sa fonction consiste à présenter les dernières publications de la maison d’édition aux différentes librairies du sud-est de la France. Pour cela, il doit organiser sa tournée et lire les livres qu’il présentera lors de ses visites. Son métier requiert des qualités à la fois intellectuelles, littéraires et bien sûr commerciales. Rencontre avec un passionné….

Quels sont les inconvénients et les avantages de votre métier ?

Les inconvénients sont de rouler en voiture et de dormir à l’hôtel. J’ai la chance d’habiter Marseille qui est le centre du secteur, de ne pas trop craindre de faire de la voiture. Je rentre chez moi très souvent. Je dors à l’hôtel à peu près quatre à cinq nuits par mois, ce qui est supportable. Le fait que je sois au centre du secteur me permet de rentrer et de venir assez facilement.

Pour moi, les avantages sont de parler de livres toute la journée avec des gens captifs, qui sont la plupart du temps intéressés, à l’écoute, qui aiment la littérature donc avec lesquels on peut partager de bons moments. Très souvent, il m’arrive d’avoir des frissons physiquement en évoquant en livre et en partageant ce moment avec un libraire. Évoquer certains textes qui m’ont sublimé est très agréable. Autre avantage, tous les mois nous présentons de nouveaux livres. Un représentant de taille crayons a du mal à renouveler son discours. Chaque fois il y a un livre différent, ce qui est intéressant et valorisant.

Avez-vous le temps de lire autre chose que les parutions de chez Gallimard ?

Je n’ai pas le temps, non. Cet été, j’ai lu la biographie des Rolling Stones de François Bon, chez Fayard. Un livre extraordinaire de 1200 pages. Je n’aime pas trop le groupe mais c’est un livre d’écrivain. La vision de François Bon des Rolling Stones à travers un livre très documenté. Il m’a beaucoup distrait. Il y a beaucoup de livres que je voudrais lire, normal quand on s’intéresse à la littérature, mais je manque cruellement de temps. De temps en temps, pendant les vacances, je m’autorise des lectures personnelles.

Avez-vous eu un coup de cœur pour un autre éditeur ?

J’aimais beaucoup les Éditions Climats à Montpellier. J’étais proche de son directeur et créateur. Ces Éditions ont été vendues à Flammarion. Cette maison d’édition faisait des livres originaux, avec un grand intérêt sur le plan littéraire. J’ai lu beaucoup de livres des Éditions Climats, connaissant particulièrement leur catalogue.

Autour de la maison Gallimard elle-même, avez-vous constaté des évolutions importantes ?

Je n’ai pas connu Gaston Gallimard mais j’ai travaillé avec Claude et maintenant Antoine. J’ai donc eu deux PDG. J’ai connu trois directeurs commerciaux, ce qui n’est pas énorme en trente ans. Il existe une certaine stabilité dans le management de la maison. C’est une maison où il fait très bon vivre. Je suis en parfaite harmonie avec mes supérieurs directs.

Quelles sont les principales évolutions que vous avez constatées pendant votre carrière ?

Il y en a eu à la fois beaucoup et pas beaucoup. Pas beaucoup dans le sens où il y a 33 ans, quand j’ai commencé, je lisais des livres et j’en parlais aux libraires. C’est ce que je fais encore aujourd’hui. Ce qui a beaucoup changé c’est qu’à l’époque, lorsque je prenais des commandes, j’avais un bloc avec des carbones, j’écrivais tout à la main (titre, noms d’auteurs, collections, etc.). Les commandes de réassort se faisaient manuellement, ce qui était très long. Ensuite, beaucoup de librairies ont été remplacées par des chaînes. Le travail n’est pas le même avec une grande chaîne qu’avec un libraire, même si j’arrive à avoir de bons interlocuteurs dans certaines Fnac et Virgin.

L’informatique a totalement changé notre travail, il a fallu s’adapter, obligatoirement. Je m’y suis mis de manière avec pas mal de précision et d’envie d’en découdre avec la machine pour arriver à composer avec elle. Toute l’informatisation de la passation des commandes a changé beaucoup de choses.

Quel est votre sentiment sur la conjoncture du marché actuel ?

Inquiétude mesurée. Je développe.

La vente du livre est à peu près étale. C’est un marché captif qui n’évolue pas depuis quelques années. La santé de Gallimard fait que la maison ne se porte pas trop mal. On arrive chaque année à avoir de gros succès en littérature, à maintenir un niveau de vente pour Folio très convenable, les guides de voyages se portent pas trop mal, La Pléiade continue à se vendre, on a des prix littéraires régulièrement qui viennent faire en sorte que ce chiffre se maintient à peu près. Je pense que d’autres éditeurs n’ont pas cette même santé. Les inquiétudes vont plutôt vers le fait que les libraires se voient progressivement amputés d’une partie de leur activité. C’est quelque chose qui devrait s’accentuer dans les années à venir. Pour revenir un peu en arrière, la création des Fnacs, Cultura et Virgin qui se multiplient dans les grandes villes depuis quelques années est un phénomène qui se poursuit régulièrement aujourd’hui. A chaque ouverture d’une Fnac, une librairie indépendante ferme. Le chiffre d’affaire réalisé par la vente sur internet est le seul qui progresse de manière importante chaque année. Plus que la vente par les librairies qui est à peu près stable. La vente des livres par internet se développe de manière importante. C’est autant de livres qui ne sont pas vendus par les libraires. Autre point d’inquiétude, le livre numérique. Si on regarde, sans se projeter, ce qui se passe aux États-Unis, 10% du marché du livre est constitué par la vente de fichiers numériques. Si c’est le cas en France dans quelques années, cela va forcément entraîner la fermeture de librairies. On s’attend à ce que des librairies disparaissent. Les plus mal-en-point financièrement ne pourront pas supporter la baisse de leur activité. Qu’est-ce que sera la vente du numérique en France ? On n’en sait rien. Si le Kindle d’Amazon, qui sort à un prix très bas (90 euros), sans rencontrer le succès qu’il a aux Etats-Unis, fait une percée importante en France, cela va mettre des librairies en difficultés.

Envisagez-vous le numérique comme une menace ?

Forcément, oui.

Dans un futur proche, quelle place vont occuper les libraires selon vous ?

Je pense que dans les conditions actuelles et en fonction de ce que l’on peut imaginer sur le numérique, un certain nombre de libraires risquent de disparaitre. Mais il y aura toujours de la place pour des librairies traditionnelles de qualité dans nos villes. On peut évoquer le phénomène de la librairie Bleuet à Banon. C’est une librairie qui se trouve dans le 04 (Alpes de Haute-Provence), mais dans la partie la moins riche historiquement. Elle s’est implantée dans un petit village. Le propriétaire des lieux a décidé de construire une librairie importante. Il a réussit à en faire un lieu très vaste, avec une présence massive du livre (110 000 références). Cette librairie est ouverte tous les jours. Je pense que c’est l’inventeur de la librairie conceptuelle. Il a inventé le concept de la librairie où il y a tout. Ce qui est à nuancé. En remplissant sa boutique de livres, les clients pensent pouvoir tout trouver dans un endroit où il n’y a pas de population. Il se trouve que cette partie du département est devenue en quelques années un lieu de résidences secondaires. Les personnes ayant un fort pouvoir d’achat ont trouvé que cette librairie rurale offrait plus de références que les librairies parisiennes. Ils se sont donc mis à acheter des livres là-bas lorsqu’ils étaient en vacances, en week-end. Petit à petit, le phénomène s’est multiplié et c’est devenu une librairie qui fait un très bon chiffre d’affaire. Elle applique des règles de gestion qui vont à l’encontre de ce que l’on apprend dans les écoles de commerce. C’est-à-dire qu’il ne fait pas de retours, il garde tout. Il possède toute la Pléiade avec une rotation très faible mais il a la collection entière. Ce qui fait qu’il a un poids de stock énorme. C’est un modèle qui ne peut pas être appliqué ailleurs. Je pense que c’est vraiment spécifique à ce lieu. Un certain nombre de faits font que cela a fonctionné à cet endroit où il y a beaucoup de passage. Il a pris du chiffre d’affaire aux libraires de Marseille, d’Aix-en-Provence, de Lyon, de Chambéry, de Paris, de Belgique. Il faut aller voir ce concept. Les personnes qui se retrouvent par hasard dans cette librairie sont si étonnés de trouver autant de livres dans un endroit aussi perdu qu’ils achètent plusieurs livres alors qu’à l’origine ils n’avaient pas prévu d’effectuer un achat. Je pense qu’il a vraiment inventé quelque chose à ce niveau-là.

Quel est votre coup de cœur littéraire du moment ?

Alexis Jenni, L’art français de la guerre

Quelles sont les motivations qui vous poussent à intervenir dans une formation professionnelle ?

Dans la mesure où cela ne me prend pas trop de temps, environ une fois par an, faire partager ce qui a été une partie de ma vie professionnelle et voir que des jeunes sont intéressés par ça, cela me fait plaisir de leur montrer ce qui se passe, qu’on peut être parfaitement heureux dans un univers professionnel. On n’est pas toujours confrontés à un univers agressif, sans pitié. J’ai en face de moi des personnes qui sont à l’écoute de ce que l’on rapporte du terrain, qui sont soucieux de la manière dont on vie notre profession au jour le jour. Le fait d’être bien, à l’aise dans un travail est important. Ce qui me plaît aussi c’est de faire une sorte de lobbying : je n’ai pas honte de dire que si je viens vous voir pour parler de Gallimard et vous donner envie d’aller un peu plus loin, c’est pour vous permettre de regarder avec un peu plus d’attention ce qui est publié sous la collection blanche de Gallimard, sous la collection du Monde entier, d’en parler autour de vous. Le lobbying me permet de faire partager mon expérience à des jeunes gens.



Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. One2one dit :

    Bonjour, merci pour votre article très plaisant! Je suis de marseille et je suis attiré par ce sujet. Grâce à votre site que je viens découvrir au hasard d’un surf, je vais en connaître davantage. Amicalement.

  2. gino serres dit :

    Bonjour Monsieur Guy Moulin.
    Bien, comment obtenir un contact chez Gallimard ?. Avant d’emprunter des détours le nerf est touché; Surtout quand on lit à la pelle des trucs et des machins toute la journée.Et d’ailleurs, question pertinente que la mienne car de oui dire, un manuscrit qui est adressé en particulier à plus de chance d’être lu. N’y voyez pas d’ironie autre que celle de la vie. Car après plusieurs années sur un manuscrit,terminé mais près à de la réécriture, forcément. Donc voila , ah…à défaut de me taire, oui vous avez l’air enthousiaste pour l’art français de la guerre…
    Très gentil, structure infantile de l’un à l’autre, et permettez derrière des barbusse et autres… pas grand monde, ni style, ni voix. Enfin c’est vous les mécènes de la littérature, donc si vous pouviez avoir l’amabilité de me permettre d’être lu ce serait formidable.
    C’est juste pour pas perdre genre 7 euros d’envoi. Oui mais comme je n’ai encore jamais rien envoyé alors photocopier etc ça coute.Petite économie pour avoir l’impression de ne pas être entièrement vaincu par l’indifférence, pas le choix. Merci d’avance.

  1. 11 février 2012

    […] Guy Moulin : Interview du représentant littérature chez Gallimard … […]

  2. 10 octobre 2012

    […] Lire une interview de Guy Moulin, représentant littérature chez Gallimard […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *