« Le livre, l’enfant et la photographe » : rencontre avec Sarah Moon et Katy Couprie

Dans le cadre de « Laterna Magica », évènement organisé annuellement par lassociation Fotokino, la bibliothèque de lAlcazar à Marseille expose le travail de 5 artistes, parmi lesquelles Sarah Moon et Katy Couprie. Linauguration de lexposition a eu lieu jeudi 24 novembre en présence des deux photographes. Rencontre avec deux artistes hors du commun.

Les spectateurs sont venus en nombre ce jeudi matin : la salle est comble, d’étudiants notamment. Les travaux de cinq artistes sont exposés à l’étage de la bibliothèque, ainsi que dans l’allée centrale : Katy Couprie, Dominique Darbois, Tana Hoban, Sarah Moon et enfin, Ylla. Trois personnes sont présentes, et procèdent à l’interview de Katy Couprie et Sarah Moon : Nathalie Guimard, directrice artistique de Laterna Magica, Karen Louÿs, photographe et Anne-Marie Faure, responsable de l’Ile aux Livres, le Centre de ressources, de promotion et de conservation du livre jeunesse de l’Alcazar.

Après une brève présentation des deux photographes, suivie d’un historique de l’évolution de l’utilisation de la photographie en édition jeunesse, vient le tour de parole des artistes.

C’est Sarah Moon qui débute, et s’exprime sur son parcours, sa profession, ses travaux, le tout agrémenté d’anecdotes. Derrière elle, quelques unes de ses œuvres les plus connues défilent. Elle explique à un public tout ouïe, que sa carrière professionnelle n’est due à rien de moins qu’un coup du sort. Passionnée de dessin, Sarah Moon débute sa carrière en tant que mannequin. Ce n’est qu’au bout de quelques années qu’elle passe derrière l’appareil, et se lance dans la photographie de mode, notamment pour Cacharel. « Des années durant, je n'[ai cherché la beauté] que dans les studios, c’était mon métier, je ne la voyais que décorée, parée, maquillée, apprêtée, enrubannée, à la mode du jour… »1. Elle réalise également quelques clichés pour la publicité qui présentait, elle le reconnaît volontiers, « beaucoup plus de libertés à lépoque ».

Déjà, Sarah Moon aime travailler avec les enfants qui sont « toujours prêts à entrer dans les histoires ». L’artiste est la réalisatrice d’un long métrage, « Mississipi one », et s’est également réapproprié cinq contes traditionnels, qu’elle a mis en images et dont elle a écrit les textes. Sont ainsi revisités, La petite fille aux allumettes, Le petit Chaperon Rouge, Le Petit Soldat de Plomb, La Petite Sirène et Barbe Bleue. Elle confie à l’assemblée son désir de réaliser un travail similaire avec LHomme et son Ombre, mais la tâche aujourd’hui, lui paraît  trop ardue ; et pour le moment, c’est à la projection de « Circuss », inspiré de La Petite Fille aux allumettes, qu’assistent les spectateurs. L’histoire d’une petite fille au sein d’une troupe de cirque, est contée par la voix rauque de Sarah Moon, et est filmée en noir et blanc, afin d’apporter une certaine « distance par rapport au réel ».

C’est enfin au tour de Katy Couprie de prendre la parole. Elle aussi fait part au public de son parcours professionnel atypique, de son arrivée presque « accidentelle » au sein de l’édition jeunesse. Après des études d’arts décoratifs à Paris et Chicago, Katy Couprie travaille en tant que plasticienne : elle bricole, assemble les images ; en somme, elle innove. L’artiste prône « la libre interprétation des images » et utilise différentes techniques, pour le moins méconnues du grand public. Elle raconte par exemple que certains de ses clichés lui ont été inspirés à la vue d’un lapin mort, qu’elle était allée chercher chez son boucher. Elle a donc réalisé plusieurs tirages de corps de lapins, dont elle a fait des photogrammes. Elle a pour se faire, placé l’objet à photographier sur une matière photosensible, avant de l’exposer à la lumière. Par cette technique, que l’on appelle donc photogramme, on obtient une image photographique sans pour autant utiliser d’appareil.

Avec « Tout un monde », elle lance une nouvelle tendance de l’imagier jeunesse. Tout le quotidien y est représenté, de l’évier empli de vaisselle sale, au contenu d’un frigo. Les images y sont bricolées, les photos détournées, dans le but de « mélanger le vrai et le faux ». Katy Couprie met ici l’accent sur « la diversité des points de vue et des cadrages ». Quelques temps plus tard, c’est le Musée du Louvre qui fait appel à ses talents, et elle signe un imagier de 250 pages avec son collaborateur de toujours, Antonin Louchard. Elle y détourne les chefs d’œuvres les plus célèbres, de la Joconde travestie au radeau de la méduse en playmobils.

Les photographies des cinq artistes sont disposées à l’étage et dans l’allée centrale de la bibliothèque de l’Alcazar pendant deux mois ; preuve qu’après un parcours quelque peu chaotique, la photographie a finalement trouvé sa place au sein de l’édition jeunesse, et devient même, désormais, l’un des atouts majeurs.

 

Sarah Moon, Collection Photo Poche.

 

Pour en savoir plus:

Le livre, l’enfant et la photographe, Alcazar BMVR, du 24 novembre 2011 au 21 janvier 2012

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *