Anne Cortey, auteure d’albums pour la jeunesse, en signature au Salon d’Aubagne 2011

Anne Cortey en signature sur le stand des éditions Autrement jeunesse

La première édition du salon « Grains de sel » autour de la littérature jeunesse s’est déroulée à Aubagne du 17 au 20 novembre 2011. Le festival du livre et de la parole d’enfant présente l’ensemble des éditeurs publiant des ouvrages pour les enfants. Tout au long de ces quatre jours de salon, beaucoup d’auteurs et d’illustrateurs étaient présents sur les stands pour des séances de dédicaces et des rencontres avec le jeune public.

Parmi eux, Anne Cortey signait ses dernières parutions chez Autrement Jeunesse. L’auteur a également animé un atelier d’écriture avec les enfants autour du thème des émotions et une rencontre avec son public.

Muette, Mange ta chambre ou encore Les Ailes d’Anna viennent compléter une bibliographie d’albums à la fois personnels et adressés aux enfants. Elle a été publiée chez plusieurs éditeurs (Autrement, Albin Michel, Milan, etc.). Après des études de communication et sciences du langage, Anne Cortey débute un cursus d’Histoire de l’art à la Sorbonne qui la conduira au monde des textes et des images, son univers à part entière. Elle soutient une maîtrise sur les illustrations des contes de Perrault avant de travailler en librairie jeunesse.

Ses premiers livres paraissent chez Hatier jeunesse dans la collection « Tout un art ». Cette collection a été lancée en partenariat avec la Réunion des Musées nationaux (RMN). Elle est destinée à familiariser le jeune public avec l’art en proposant des ouvrages de découverte des artistes et de leurs œuvres. Anne Cortey collabore avec Françoise de Guibert afin de concevoir de véritables monographies accessibles grâce à leur aspect ludique et maniable. Chaque figure est présentée à travers des questions, des filtres de couleurs, des languettes, des découpes, etc. L’artiste est abordé au travers de ses œuvres, de son style artistique et de sa biographie. Ces ouvrages apportent une connaissance construite et complète. Ricochet-jeunes.org qualifie parfaitement cette collection en désignant son approche comme « ludique pour une première entrée dans l’univers des artistes ». L’interactivité de ces livres animés permet aux enfants de dépasser le stade de la simple lecture.

Couverture d’un album de la collection « Tout un art » chez Hatier jeunesse

Anne Cortey publie régulièrement des albums où la sensibilité des textes s’épanouit dans un univers illustré cohérent. Abordant des sujets très variés, son imagination lui permet d’explorer les petits soucis des enfants, leurs rêves, leur regard sur le monde extérieur.

Je ne suis pas un ver de terre en est un très bel exemple. Cet album, paru chez Autrement jeunesse en octobre 2005, a été illustré par Guillaume Reynard. C’est l’histoire d’une fillette étant trop petite, à tel point qu’elle est invisible aux yeux des autres. Elle décide donc de devenir un éléphant et parvient à modifier son rapport aux autres. Anne Cortey traite ici du problème de la confiance en soi qui se retrouve chez un grand nombre d’enfants.

Egalement publié chez Autrement jeunesse, Une vie d’escargot est un album retraçant les périples d’un escargot se sentant seul après un rude hiver. Il part à la recherche de contrées verdoyantes et d’un peu de soleil. Cet ouvrage se rebelle contre le quotidien maussade et répétitif qu’impose la vie. Anne Cortey transmet ici avec beaucoup de tendresse un message d’espoir pour tous ceux qui ont envie d’autres paysages. Au passage, notons les illustrations de Janik Coat qui accompagnent joliment le texte.

Ses livres suscitent d’excellentes critiques et sont reconnus dans le milieu de la jeunesse. Anne Cortey est une auteure incontournable aussi bien pour les enfants que pour les plus grands.

Après l’avoir rencontrée au salon d’Aubagne, Anne Cortey a accepté de répondre à quelques questions.

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Le problème avec cette question, c’est qu’on ne sait pas d’où nous vient l’inspiration. Je dirais que ce sont des choses que l’on vit. Ce ne sont pas forcément des choses que j’ai vécues étant enfant, mais plutôt en tant qu’adulte. Je les modifie en les transposant dans le monde de l’enfance. L’inspiration me vient aussi quand je pense à l’univers particulier d’un illustrateur. C’est là que les idées me viennent. Chaque illustrateur m’amène à écrire des choses différentes. Leurs images m’emmènent ailleurs. Je sais que je ne pourrais écrire la même chose pour Janik Coat par exemple, qui dessine très bien les animaux, et pour un autre illustrateur. J’écris beaucoup pour les illustrateurs. On parle pour soi, encore plus quand on écrit pour la jeunesse.

Avez-vous eu de bons contacts pendant vos séances de dédicaces sur le salon Grains de sel ?

Cela s’est plutôt bien passé. J’ai eu un retour positif du public, j’en sui assez contente. Je me souviens que lors de ma dernière signature pour Muette, deux petites filles se sont approchées de mon stand accompagnées de leur mère et de leur grand-mère. L’une d’elles a consulté mon ouvrage sous l’invective de sa grand-mère qui trouvait qu’il lui correspondait parfaitement du fait qu’elle ne parlait pas beaucoup elle-même. Elle s’est tout de suite accaparée le livre, qu’elle m’a tendu lorsque je lui ai proposé de le dédicacer. En lui demandant son prénom, elle ne m’a pas répondu à cause de sa timidité. Cette histoire m’a beaucoup touchée car sa mère et sa grand-mère avaient des personnalités très présentes en n’hésitant pas à exposer tout haut son défaut. J’ai tout de suite eu un recul révélateur sur la personnalité de cette petite fille qui n’est pas étrangère à certains enfants.

Comment vous situez-vous dans votre profession ? quels en sont les avantages, les inconvénients ?

Je peux dire que je vis de ma plume mais j’en vis très mal. Cependant, c’est un véritable choix de vie. Dans ce métier, rien n’est jamais acquis. Les personnes autour de moi me voient publier et me demandent toujours si le succès est au rendez-vous. Ce n’est pas le cas, être écrivain n’est jamais quelque chose de construit. C’est à la fois un inconvénient et un avantage en fait car cette activité me correspond. Le principal point positif de mon métier est une forme de liberté. Je fais ce qu’il me plait, ce qui est important. J’ai naturellement des moments plus instables, des remises en question mais c’est le prix à payer pour cette liberté.

Une anecdote ?

D’un côté plus professionnel, j’aimerais parler de la relation que j’ai eu avec un éditeur qui travaillait chez Autrement jeunesse. Il est d’ailleurs parti depuis mais j’ai eu le plaisir de travailler pendant cinq ans avec cette personne. Notre relation professionnelle était très forte car il m’a permis de me construire en tant qu’auteur. Je me suis rendue compte qu’être éditeur c’est avoir avant tout une grande sensibilité du texte qu’on lui propose. Cette personne avait cette sensibilité. En quelques mots, il savait me guider et je savais où je devais aller. Lorsqu’il est parti, il a fallu que je me reconstruise différemment mais cette rencontre restera une expérience importante dans ma vie professionnelle.

J’aime parler à des étudiants de la relation que peuvent avoir des auteurs avec leurs éditeurs. C’est un point sur lequel je pense que les échanges peuvent être instructifs pour eux et leur permettre d’avoir une vision différente, plus personnelle du monde éditorial.

Anne Cortey, Janik Coat, Anaïs Massini, l’auteur et ses illustratrices

Vous pouvez retrouver tout l’univers d’Anne Cortey sur son blog carnetsanne.canalblog.com. A paraître prochainement, une monographie sur Niki de Saint Phalle dans la collection « Comment parler de l’art aux enfants » ainsi qu’un album illustré par Vincent Bourgeau intitulé Sur l’île aux Editions du Baron perché. Anne Cortey publiera bientôt chez Autrement jeunesse l’album Nuit d’Hiver qui a été illustré avec soin par Anaïs Massini.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 7 février 2012

    […] Une interview d’Anne ; et la sortie de notre livre reportée à cet automne. J’en reparlerai. Les nouvelles boucles d’oreille de Karin sont toutes aussi belles les unes que les autres. […]

  2. 12 février 2012

    […] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } mondedulivre.hypotheses.org – Today, 7:13 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *