Fiche de lecture : Le livre à l’heure numérique. Papier, écrans, vers un nouveau vagabondage

9782021140606

couverture du livre de Françoise BENHAMOU Le livre à l’heure numérique. Papier, écrans, vers un nouveau vagabondage, Paris, Seuil, 2014, 224 p., 17€.

« L’attention est la matière première de l’économie culturelle. » (p.57)

Internet est l’espace d’une pratique quasi constante de lecture. Mails, journaux ou encore sites divers et variés, l’internaute est en premier lieu un lecteur. Étonnamment, c’est le monde du livre qui peine à s’installer dans le réseau. Réticences des lecteurs, des éditeurs, des libraires, la pratique de la lecture du livre numérique ne l’emporte pas encore. Et ce phénomène laisse une plus grande liberté aux géants de l’e-commerce (Amazon, Apple, Google) qui dominent largement le marché mondial. Face à cette écrasante concurrence, la résistance doit s’effacer au profit de l’adaptation et de l’innovation, deux données mises en œuvre par les secteurs de la presse et de la musique, avec plus ou moins de réussite (ch. 1, 2 et 3). C’est sur ces comparaisons entre les différents domaines qui occupent le Net que Françoise Benhamou fonde son ouvrage et établit ce qu’il en est pour l’univers du livre : « entre tradition et innovation », la lecture est entre deux mondes.

Les tablettes, liseuses et autres écrans de lecture ne trouvent pas leurs acheteurs en Europe, et encore moins en France. Pourtant, la pratique de la lecture numérique a considérablement changé nos habitudes. Ordinateurs et téléphones portables sont une partie intégrante de notre quotidien et font de nous des « lecteurs vagabonds » (ch. 4). D’un site à l’autre, d’une page à l’autre, d’un lien à l’autre, les utilisateurs parcourent une multitude de lignes et « le numérique sonne la fin des hiérarchies entre les textes » (p. 51). Dans une sphère où les connexions sont omniprésentes, des réseaux de lecteurs plus spécifiques se créent (ch. 5). Les conseils, critiques, recommandations, professionnels ou amateurs, incitent à une plus grande lecture. Désintéressées ou à visée commerciale, ces données montrent que « l’attention est la matière première de l’économie culturelle » (p. 57).

Les éditeurs traditionnels doivent donc composer avec ce paysage : la forte concurrence d’une part, le changement des pratiques d’autre part. La tension entre papier et numérique est visible, « les éditeurs sont partagés entre tradition et innovation » (p. 70). L’hybridité de l’offre est privilégiée, à savoir papier et numérique. Certains éditeurs optent pour la vente des livres numériques via leurs propres plates-formes (Eden pour Seuil, Gallimard, Flammarion et Actes Sud ; E-Plateforme pour Editis et enfin Hachette Distribution numérique sont les trois principaux en France), d’autres choisissent la vente directe sans médiation (ch. 6). Face à « l’ère des géants » (ch. 7) et à leurs offres toujours plus attractives, les éditeurs tentent de diversifier les leurs : accès gratuit, accès à la fois gratuit et payant, système d’abonnements (offres freemium, premium…). Nous retrouvons ici les méthodes de vente utilisées par le secteur musical (ch. 8). L’avantage de cet e-commerce est l’émergence de titres peu connus jusqu’alors, en particulier grâce aux recommandations et conseils que les professionnels du livre peuvent mettre en place sur les sites : l’effet de « la longue traîne » (ch. 9) apparaît sensiblement.

Dans la lignée des acteurs du monde du livre, les libraires sont également confrontés aux changements. Après de nombreuses fermetures de grandes entreprises (Virgin et Chapitre en sont les exemples flagrants), les libraires résistent grâce à la fidélité et aux habitudes de la clientèle et commencent peu à peu la vente de livres numériques et de e-books. L’émergence du « click and collect » (achat en ligne, retrait en magasin) montre que « le libraire suscite en quelque sorte, la réconciliation de l’immatérialité et du réel » (p. 126, ch. 10). De nouveau, l’attention est particulièrement importante (lettres d’informations, alertes, rencontres auteurs et lecteurs…).

Qu’en est-il des auteurs ? Là encore, le numérique apporte des changements. Le crowfunding ou financement participatif donne la possibilité à l’auteur de voir paraître son œuvre grâce au soutien du lecteur internaute (ch. 11). L’autoédition s’impose également de plus en plus sur le réseau, et si succès il y a, les écrivains se tournent alors vers les maisons d’édition traditionnelles afin d’assurer la diffusion de leurs ouvrages (ch. 12). « Les nouvelles écritures » (ch. 13) changent simultanément la pratique de l’écriture et le statut d’auteur qui devient collectif : la cocréation attire une foule de rédacteurs venus de tous horizons, le plus bel exemple étant Wikipédia. Les droits d’auteurs sont alors au centre de nombreuses questions. En effet, face à la vitesse et au nombre de publications, ils sont un frein à la diffusion des écrits, il faut alors qu’il y ait une nette « distinction entre durée des droits et durée du contrat de cession de ce droit à tel ou tel éditeur » (p. 157). Dans cette continuité, la distinction est également à faire entre livre papier et livre numérique, au-delà du changement de support, il y a changement d’objet (ch. 14). Tout comme le monde musical et cinématographique, le secteur du livre est sujet au piratage. Mais comme le montre Françoise Benhamou, « les usages pirates se multiplient parallèlement à la montée de l’offre légale » (p. 168) jusqu’à endiguer le phénomène : il faut accepter le piratage pour arriver à de meilleures ventes. La disparition des systèmes de verrouillage dans le domaine musical est révélatrice du défaut de ces pratiques. Pour autant, nombre d’éditeurs y ont encore recours malgré le coût élevé et le peu d’enthousiasme des lecteurs (ch. 15).

Concurrence, piratage, refonte de l’organisation et changement de statut des professionnels du livre fragilisent le secteur des éditeurs et des libraires. « Les tâtonnements des politiques publiques » (ch. 16) apportent une certaine sécurité, mais ne parviennent pas à pallier les conséquences du phénomène numérique. La loi française du prix unique du livre, adoptée en 1981, a été instaurée en 2011 sur le réseau et « constitue un rempart face à la force de frappe des géants de l’e-commerce » (p. 180), quitte à aller contre la législation européenne. Tombés dans le domaine public, les livres numériques restent un bien privé. Autre domaine public : les universités et les bibliothèques. Les premières investissent le réseau par le biais des MOOCs (Massive Open Online Course: ces cours en ligne transforment l’enseignement et supplantent les manuels scolaires (ch. 17). Pour limiter les conséquences de cette évolution, les éditions pédagogiques et scolaires doivent repenser les ouvrages numériques en les rendant interactifs (vidéos, son, hyperliens). Les bibliothécaires quant à eux sont face à l’apparition de « la bibliothèque universelle » (ch. 18). Leur rôle se diversifie : l’établissement « physique » dont il s’occupe demeure un lieu de conservation, de consultation et de prêt tout en devant être composé d’ouvrages numérisés. La numérisation progressive que chaque lecteur peut faire d’un ouvrage, en totalité ou en partie, crée un réseau participatif des savoirs et « la bibliothèque se transforme alors en un site communautaire » (p. 194). La circulation des savoirs est également très active du côté des revues spécialisées (ch. 18). Tout comme dans le milieu du livre, l’offre composite semble satisfaire éditeurs et lecteurs.

Éditeurs, libraires, bibliothécaires, auteurs, universitaires et chercheurs sont pris dans la vague numérique qui bouscule pratiques et statuts à toutes les échelles. Pris entre la tradition de la matérialité des ouvrages papier et l’immatérialité des textes occupant la toile, tous ces acteurs sont fidèles au livre physique mais doivent dorénavant diversifier leurs rôles et leurs offres. Quoi qu’il en soit, pas d’inquiétude pour le lecteur, comme Françoise Benhamou l’indique : « la tempête fait voler les pages, mais elles finiront bien par se poser sur de nouvelles étagères » (p. 212).

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. GdC dit :

    Bonjour,
    tout d’abord merci pour cette fiche de lecture sur ce livre passionnant que j’ai lu avec grande attention.
    Je collabore à un projet de mise en réseau des professionnels de la culture qui développe le projet KAMACUKA.
    J’ai donc publié pour la première fois votre article sous la licence Créative Commons ici : https://www.kamacuka.org/fr/article/le-livre-lheure-numerique – Pourriez-vous me préciser que j’ai bien compris/suivi la démarche ?
    Merci d’avance.

    • Valeria Gonzalez dit :

      Bonjour,
      merci pour avoir diffusé notre article, vous avez tout à fait respecté la démarche de diffusion de Creative Commons.
      Nous espérons que vous continuerez à suivre notre blog Monde du livre!
      À bientôt

      • gdc dit :

        Nous aimerions traduire ce texte pour nos partenaires anglo et hispanophones; ,ais il nous faut le reduire donc le modifier – comment faire ? citer toutes les modifications ? comment ? merci pour votre aide.
        Karole

        • Valeria Gonzalez dit :

          Bonjour,
          tout d’abord merci pour l’intérêt que vous manifestez pour notre billet!
          Vous pouvez résumer certaines parties dans la traduction, l’important est de le spécifier à la fin de l’article. Ex: article traduit et adapté à partir de l’original en français et vous citez le lien vers notre blog.
          Voilà, j’espère avoir répondu à votre question, à bientôt sur notre blog Monde du livre!

  1. 30 septembre 2016

    […] […]

  2. 30 septembre 2016

    […] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *