Trois questions à… Benoît Jacques, illustrateur

Rencontre avec B. Jacques

© Chedly Zouiten pour les Littorales 2014, avec l’aimable concession de l’auteur

À l’occasion de la 5e édition du festival Les Littorales à Marseille, qui s’est déroulée du 7 au 12 octobre 2014, quelqu’un arpente les quais du Vieux-Port donnant des cours de palachinois… Il s’agit bien de Benoît Jacques, auteur, illustrateur et éditeur que nous avons rencontré à la bibliothèque de l’Alcazar, l’invitant à nous donner, à travers seulement trois questions, un aperçu de son travail.

Né à Bruxelles, Benoît Jacques a suivi des études à l’Académie royale des beaux-arts, puis à l’École nationale supérieure des arts visuels de la Cambre. À Londres, il a travaillé dans le graphisme, ce qui a constitué aussi la base de son désir de s’autoéditer, créant en France sa propre maison d’édition, Benoît Jacques Books. En 2008 il a reçu le Prix Baobab pour La nuit du visiteur, et en 2012 il a obtenu le Grand Prix Triennal de littérature de jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Benoît Jacques, vous n’êtes pas seulement illustrateur, vous approchez également l’image et l’objet livre dans toute leur complexité et matérialité. Comment cette recherche jalonne-t-elle votre travail ?

C’est une recherche importante et je dirais nécessaire, car le livre en tant qu’objet est le résultat invraisemblable du génie humain ! Il suffit de penser à sa structure, au travail technique qui est derrière sa création. On y ajoute ensuite l’imprimerie, jusqu’à sa valeur sociale comme objet de connaissance et de partage du savoir. Bref, un vrai trésor à tenir entre les mains.

J’ai toujours aimé jouer avec une certaine matérialité du livre et de l’image. Ce n’est pas par hasard si mon premier livre, Play it by ear (1989), était un ensemble de partitions musicales dans lesquelles le langage universel de la musique se fondait avec l’aspect purement visuel de la partition. La partition est en elle-même un dessin, et, sur le modèle du calligramme33, elle pouvait prendre une forme toute particulière. J’ai ensuite élargi ma recherche graphique, la poussant à des jeux de cartes, par exemple, ou à un jeu de l’oie, Le grand jeu du tramway (2009).

Votre production aborde le livre jeunesse, le livre adulte, la BD alternative. Mais vous semblez vouloir fuir toute sorte d’étiquette. Esprit anti-conformiste ou plutôt peur de se sentir limité dans son travail?

Ce n’est pas une question de fuite, mais plutôt une question de recul : pourquoi vouloir « étiqueter » un livre comme littérature jeunesse, plutôt qu’adulte ? Comment séparer de façon nette un album d’une BD ? C’est justement le grand problème – et la limite – des éditeurs, qui se posent toujours la question : « À qui s’adresse le livre ? Comment l’éditer ? ». Le fait de vouloir mettre une étiquette, c’est du commerce, mais dans la réception de l’œuvre il n’y a pas d’étiquette ! Peut-être est-ce aussi pour cette raison que je préfère éditer mes livres moi-même : je n’ai pas à me conformer aux classifications des éditeurs !

En parlant d’autoédition, quelles sont les « joies et douleurs » de l’être indépendant ?

D’abord, comme je viens de l’évoquer, le choix de s’autoéditer dérive d’une nécessité de pouvoir se détacher des contraintes d’étiquettes et de genres. Mais aussi, et pour moi il s’agit d’un point très important, de pouvoir explorer librement différents types de formats, de couleurs, de mise en page, qui souvent sont strictement réglés par les maisons d’édition ou les collections. Juste un exemple : mon livre Louisa (L’école des Loisirs, 2001) a perdu à mon avis beaucoup de son potentiel à cause du format et des couleurs de couverture dictés par la collection « Mouche » de L’école des Loisirs… J’en ai été profondément déçu !

Ensuite, un autre point important de l’autoédition est le rapport avec les libraires qui est beaucoup plus fort : je suis moi-même diffuseur de mes livres et croyez-moi, on donne beaucoup plus d’énergie à la promotion d’un produit qui est nôtre, et auquel on croit vraiment ! Il n’empêche que le métier est aussi, souvent, dur et fatigant, il faut être bien organisé et gérer plusieurs choses à la fois. Et attention au succès, car il peut être une lame à double tranchant ! Méfions-nous de ce qu’on souhaite parce qu’on pourrait l’obtenir. Il faut toujours rester conscient de garder une dimension « humaine » de ce qu’on est et de ce qu’on fait.

Pour conclure, voudriez-vous nous donner un aperçu de palachinois ?

Et bien, pour aller à la découverte de cette drôle de langue, vous pouvez lire Wa Zo Kong (2009). [N.D.L.R. : Vous verrez qu’en lisant à voix haute vous vous sentirez « en pew mwen kong »… !]

Pour un aperçu de la production de Benoît Jacques, visitez son site.

Pour en savoir plus :

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.

3

  1. Poème dont la disposition graphique sur la page forme un dessin, généralement en rapport avec le sujet du texte. 333

3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *