Le Learning Center, avenir des bibliothèques universitaires ?

Université de Lille 1-BU

Université de Lille 1-BU, Damien Pollet, CC BY-SA

Baisse des prêts de livres, de la fréquentation, fermetures récentes de bibliothèques universitaires au Canada et aux États-Unis… peut-être faut-il se questionner sur le rôle et l’avenir des BU. Lieux d’apprentissage par excellence, les BU regorgent de ressources, mais les modalités d’accès à l’information ont changé : 99% des recherches commencent aujourd’hui sur Google, la BU n’est donc plus la seule détentrice d’informations ni le lieu premier des recherches. Il est nécessaire de rappeler que l’objectif principal des BU est le service rendu aux étudiants… et non la conservation des collections !

L’impact et l’attrait de la BU ne seront maximaux que si les bibliothèques universitaires investissent les terrains des étudiants : avoir une application smartphone qui permettrait l’accès au catalogue, aux informations, ou une politique de formation aux techniques de recherche. Les « Learning Centers », centres de documentation où l’apprentissage se fait par expérimentation pratique au sein de lieux ultra-connectés, sont une mine d’inspiration pour renouveler l’approche des BU à leurs usagers et à l’accès aux connaissances.

Concept qui nous vient des bibliothèques américaines, britanniques et néerlandaises, le Learning Center allie un lieu architectural agréable à vivre et un ensemble de ressources et de services qui sont également accessibles à distance. L’apprentissage y est expérimental et communautaire, selon le principe en vogue du « crowd sourcing ».

Concrètement, qu’est-ce que c’est?

Un Learning Center, c’est un centre qui allie la recherche à la formation. La documentation, les livres sont toujours au cœur de ces nouvelles bibliothèques mais elles proposent en plus des formations aux nouvelles technologies, et des cours peuvent s’y dérouler puisqu’on y trouve en quantité un équipement informatique et technologique de qualité, tels que des salles de formation spécifiques équipées de télévisions, de TNI (Tableaux Numériques Informatiques) et d’ordinateurs. Le travail en groupe, la production de documents multimédias, la production participative et l’apprentissage autonome par le biais d’Internet y sont fortement encouragés. La logique pédagogique à mettre en œuvre passe par les exercices plus que par la transmission de contenu, car le but est l’acquisition d’un savoir-faire. Toutes sortes d’ateliers y trouvent donc leur place : sur les métiers, les outils numériques, la documentation, l’insertion professionnelle (CV, entretiens professionnels), la gestion du stress et la réussite aux examens…
Dans cette perspective, la BU peut alors acquérir un véritable rôle de partenaire éducatif et mettre en place des partenariats entre documentalistes, enseignants et équipes de recherche. Les lieux sont partagés entre différents services liés à la formation et à l’information des étudiants : conseillers d’information et d’orientation, TICE (Technologies d’Information et de Communication pour l’Enseignement) pour guider et orienter les étudiants dans leurs projets pédagogiques et professionnels, associés aux laboratoires de langue, aux services de techniciens informatiques… Le Learning Center répond ainsi qui plus est aux exigences de mutualisation auxquelles sont soumises les universités.

Peut-on réellement voir dans les Learning Centers une remise en cause de la démarche éducative ? Pas vraiment, mais il est vrai que ce concept est innovant et efficace parce qu’il questionne la place de la bibliothèque universitaire dans la mission de transmission du savoir et les modalités de construction de la connaissance. C’est en écoutant les demandes des usagers que ce modèle d’apprentissage s’est construit.

La demande principale des étudiants est d’avoir un lieu dans lequel ils peuvent travailler. La question de l’accessibilité maximale, y compris à distance, est résolue dans les Learning Centers par des horaires d’ouverture étendus, mais aussi par des collections en accès libre et des ressources numériques.
Les bâtiments doivent permettre aux usagers de pouvoir s’isoler ou pas, par des alcôves, des petites tables, et d’avoir à disposition des espaces séparés de travail en groupe dans lesquels le bruit est autorisé. Le cadre conditionne les usages et si l’on veut que les étudiants puissent échanger entre eux il faut leur fournir des espaces appropriés.
La nouvelle BU de l’université de Versailles a mis en application ces principes grâce à une conception architecturale de qualité : un bâtiment indépendant mais au centre du campus, très moderne, avec des murs solaires et des sondes géothermiques, montrant ainsi une préoccupation écologique. Intégrés dans un site classique de jardins et très lumineux grâce aux nombreuses grandes vitres donnant sur l’extérieur, les espaces de circulation sont fluides et dégagés au moyen d’une technique de plateaux suspendus.

Chaque espace est aménagé pour être adapté aux usages : l’organisation dans l’espace des collections délimite les espaces de travail, et cette organisation est pensée de façon progressive et évolutive pour suivre l’apprentissage des étudiants. Une signalétique intuitive est mise en place : des codes couleur par discipline et par espace regroupent les centres d’intérêts selon une identification des documents qui reprend les noms des UFR et des disciplines.
Les espaces d’accueil sont pensés pour éviter le positionnement frontal, grâce à un mobilier circulaire et à un déplacement des bibliothécaires dans les rayons. Les systèmes de prêt et de retour sont informatisés pour que le personnel soit plus disponible.
C’est un lieu dans lequel les étudiants doivent être à l’aise pour travailler : pourquoi ne pas autoriser la nourriture et les boissons, comme dans un café ?
D’ailleurs, la cafeteria, intégrée à la BU, est investie elle aussi comme un espace de détente, où les étudiants peuvent consulter des bandes-dessinées et des revues, mais aussi comme un espace de travail et un espace culturel. Le personnel de la BU, qui dispose à la fois des compétences, des matières premières et du lieu, a là une occasion en or d’organiser des expositions à l’initiative des enseignants ou des associations étudiantes pour mettre en valeur le travail produit, ou encore à l’initiative des groupes de recherche pour diffuser leurs découvertes et leurs connaissances.

La BU de l’université Lille III n’a pas attendu pour investir ce terrain et cette place de médiateur. Spécialisé dans les sciences humaines et sociales, le centre de documentation se veut être un support pour la recherche et contribuer à la valorisation des productions scientifiques. Ainsi, la BU a aussi fonction de vitrine de la recherche universitaire par la mise en valeur des travaux de recherche : on peut par exemple y voir des expositions sur l’égyptologie. Les expositions ont l’intérêt de permettre aux différentes UFR de communiquer entre elles et d’encourager l’interdisciplinarité parce qu’elles nécessitent, pour leur organisation et leur déroulement, un panorama de compétences variées. Les expositions sur panneaux sont, de plus, complétées par une médiation au sein des classes et par des ateliers pédagogiques pour utiliser au mieux le matériel fourni. Les étudiants ne sont pas forcément les seuls bénéficiaires de ces actions. Outil pour tout le territoire et tous les publics, la BU peut alors participer à la valorisation urbanistique de tout le quartier, pour peu que des partenariats avec les institutions culturelles de la région soient mis en place.
Ainsi, le modèle du Learning Center peut aussi élargir le public des BU, dans une perspective de formation tout au long de la vie. Cette implication nécessite bien entendu des horaires d’ouverture étendus, permettant alors aux BU de devenir des lieux de support pour la reprise d’étude ou pour la formation en parallèle d’une activité professionnelle.

Sources :

Pour aller plus loin :

  • Bibliothèques universitaires, Learning centers : guide pour un projet de construction, sous la direction d’Anne-Marie Chaintreau, 2012.
  • Les Learning centers : un modèle international de bibliothèque intégrée à l’enseignement et à la recherche, rapport IGB, Suzanne Jouguelet, 2009.
  • Designing Spaces for Effective Learning, A Guide to 21st century learning space design, JISC, 2006.

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 20 décembre 2014

    […] Baisse des prêts de livres, de la fréquentation, fermetures récentes de bibliothèques universitaires au Canada et aux États-Unis… peut-être faut-il se questionner sur le rôle et l'avenir des BU.  […]

  2. 20 mars 2015

    […] Bibliothèque et médiathèque troisième lieu. Les bibliothèques troisième lieu. Le Learning Center, avenir des bibliothèques universitaires ? La gratuité en bibliothèque. La Conservation Partagée des fonds Jeunesse en PACA : l’exemple […]

  3. 29 mars 2015

    […] Le Learning Center, avenir des bibliothèques universitaires ? […]

  4. 23 mars 2016

    […] Le Learning Center, avenir des bibliothèques universitaires ? Sur le monde du livre (dernière consultation le 21/03/2016) […]

  5. 25 mars 2016

    […] Le Learning Center, avenir des bibliothèques universitaires ? Baisse des prêts de livres, de la fréquentation, fermetures récentes de bibliothèques universitaires au Canada et aux États-Unis… peut-être faut-il se questionner sur le rôle et l’avenir des BU. Lieux d’apprentissage par excellence, les BU regorgent de ressources, mais les modalités d’accès à l’information ont changé : 99% des recherches commencent aujourd’hui sur Google, la BU n’est donc plus la seule détentrice d’informations ni le lieu premier des recherches. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *