Workflow

Au début de notre « projet tutoré » et lors de la reprise de ce carnet de recherche Monde du Livre, nous nous sommes constitués en une équipe semblable sommairement à celle d’une revue, reprenant les postes principaux afin de nous familiariser au monde professionnel, au travers de nos études.
Afin que personne ne soit lésé pendant ce travail et que tout le monde s’investisse pendant les différentes étapes de la production d’un billet, il a été mis en place un workflow33 ainsi que le détail des tâches effectuées par chacun en fonction du travail qu’il a choisi et voici le résultat :

Workflow

Workflow, Steffie Deroy, CC BY

La personne centrale de l’équipe est bien entendu le rédacteur en chef, il est le premier à avoir connaissance du sujet que l’auteur souhaite traiter puisque c’est lui qui, lors du premier échange (n°1), donne son accord ou non à l’écriture du billet.

Une fois ce dernier écrit, il passe à nouveau dans les mains du rédacteur en chef pour une première validation puis au travers d’autres acteurs du workflow que sont le secrétaire de rédaction, l’iconographe et le documentaliste. Le premier (poste occupé par deux personnes) a la charge de corriger et de perfectionner le texte afin de le rendre « publiable ». À la reprise du carnet de recherche, l’un des deux secrétaires de rédaction avait aussi pour rôle de revoir les billets publiés les années passées afin de corriger les erreurs encore présentes ; maintenant les deux secrétaires de rédaction s’occupent de la correction des billets à paraître.

En parallèle de cette étape, on retrouve aussi l’iconographe qui vient illustrer le texte, un travail qui paraît simple mais qui est plus complexe lorsque l’on y regarde de plus près : en effet, l’iconographe doit faire attention par exemple aux sources de son image et à l’utilisation qu’il peut en faire, et l’image choisie doit au final permettre d’identifier le contenu de l’article en un clin d’œil. Autre élément important de la chaîne : le travail du documentaliste qui a pour mission de chercher des sources, des liens que l’auteur n’aurait pas vu lors de la rédaction de son billet, afin que le lecteur ait l’éventail le plus large et le plus objectif possible sur le sujet. Le documentaliste a également la charge de tenir l’équipe informée des dernières actualités grâce à une veille documentaire, qui consiste à rechercher régulièrement sur différents supports des informations qui seraient susceptibles d’intéresser les auteurs afin d’en produire un billet éventuel. La fin de cette étape (n°2) marque un tournant important dans la publication, et s’ensuit l’étape suivante qui consiste à regrouper les différents travaux de ces trois acteurs.

Lorsque le billet est prêt, le brouillon est mis en ligne et en page (sur WordPress) par le secrétaire de rédaction afin que le documentaliste et l’iconographe y apportent leurs contributions (n°3). Lorsque ce point est achevé, il faut encore attendre l’avis final du rédacteur en chef qui demande éventuellement quelques dernières modifications. Lorsque tout semble en ordre, la publication sur le carnet de recherche Monde du Livre est alors possible (n°4).
Pour compléter ce travail de fourmi, nous ne nous sommes pas arrêtés au stade de la publication, pour que le billet soit vu et lu par un grand nombre de personnes, un chargé de communication entre en scène afin de promouvoir sur les réseaux sociaux la sortie d’un nouveau billet (n°5). Cette personne a aussi en charge de surveiller les commentaires et les citations éventuelles que le billet pourrait avoir, il est celui qui contrôle la « post-publication ».

Dans cette répartition, chacun y trouve son compte et tout le monde participe d’une manière ou d’une autre à la publication d’un nouveau texte, et pour que nous puissions tous toucher aux différents métiers, un roulement s’effectue tous les deux mois. Cet aperçu du monde de l’édition nous donne un avant-goût du travail auquel certains d’entre nous se destinent.

Pour aller plus loin :

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.

3

  1. Ce procédé sert à décrire le circuit de validation, les tâches à repartir entre les différents acteurs d’un processus (ici celui de la publication), les délais, les modes de validation, et à fournir à chacun des acteurs les informations nécessaires à l’exécution de leur tâche. Il permet généralement un suivi et identifie les acteurs en précisant leur rôle et la manière de le remplir au mieux. source Wikipédia333

3


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 août 2015

    […] Workflow. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *