Kindle Unlimited : nouvelle levée de bouclier contre Amazon

Kindle Amazon, fin d'abonnement

E-Ink, Vincent Lee, CC BY -NC-SA

Abstract:

In July 2014, Amazon launched Kindle Unlimited for $9,99 a month in the United States. Publishers, authors and bookstores became more aware of the importance of Amazon and its position on the publishing market.

Kindle Unlimited expanded to Spain and Italy in November 2014, without major complications, but French publishers and retailers were wary of the subscription model before it arrived in France. They called for Amazon to be more specific regarding the terms, because it seemed like authors would be less paid and bookstores would consequently be weakened. If Kindle Unlimited was implemented in France, its low prices would undercut the bookstores’ regular prices. Amazon did not respond to these criticisms.

The publishers doubted that the subscription offer was legal according to France’s fixed price book laws, referring to the law passed in 2011 focusing on e-books. It indeed asserts that whatever the medium, the publisher sets the price, which rejects Amazon. The launching of Kindle Unlimited got a rather negative reception in France, even to the point that the French Minister of Culture and Communication, Fleur Pellerin, supported the publishers. The remuneration of authors is at stake; it is at the centre of the crisis. Publishers’ associations used the example of the music industry where subscription models undermined the artists, by not compensating them for the work they create.

However, some French writers defend the idea of an unlimited subscription, like François Bon, one of the most influential French writers supporting electronic publishing. He adopted it in his own publishing house, publie.net, because he believes that these subscription services increase the number of available titles (e-books) and make authors not really famous more read. By trying to bypass the French fixed price book law, Amazon keeps being criticised by the French publishing industry. Yet it reactivates the debate of digital and paper books, their price and their diffusion, at a time where the market is rapidly changing.


700 000 e-books pour 9,99 euros par mois, c’est l’offre que propose Amazon depuis décembre, le premier mois d’abonnement à Kindle Unlimited est à 0,99 euro, à condition de s’abonner avant le 10 janvier 2015.
Illimitée, oui, mais dans une certaine mesure tout de même car au onzième livre téléchargé par mois, il faut en rendre un…
Ne sont accessibles que 20 000 titres en français, venant d’éditeurs comme Fleurus (jeunesse), Eyrolles (pratique) mais aussi de plus petites maisons en quête de visibilité comme Bragelonne (fantastique), Jouvence (bien-être), Musardine (érotisme)… des livres du domaine public tels Les Misérables de Victor Hugo, l’Encyclopedia Universalis et beaucoup d’auto-édition. On retrouve quelques best-sellers comme Harry Potter car J.K. Rowling, éditée en France par Gallimard, a conservé ses droits numériques et passé des accords en direct, mais cela reste très marginal.

Une offre qui fait polémique

En juillet 2014, Amazon lançait aux États-Unis l’offre Kindle unlimited à 9,99 $ par mois. Cette offre de service de lecture illimitée par abonnement qui est arrivée le 4 novembre 2014 en Espagne et en Italie a connu quelques difficultés pour atteindre le marché français suite à des négociations avec les distributeurs et les éditeurs plus difficiles que prévues. Ces derniers assez réticents à l’arrivée de ce service n’ont pas souhaité y intégrer leurs catalogues ne permettant pas au géant américain d’atteindre le seuil critique d’ouvrages en français nécessaire au lancement de l’offre. Patrick Gambache, responsable du développement numérique dans le groupe La Martinière, a justifié cette décision en déclarant :« Nous n’y allons pas et nous ne sommes pas les seuls (de grands groupes comme Hachette, Editis, Gallimard, Actes Sud… n’ont rien signé). On veut des éclaircissements sur ce type d’offre sachant que les auteurs seront peu rémunérés et que nous ne voulons pas affaiblir les libraires. »

Le lancement du Kindle Unlimited a fait des remous en France, tant et si bien que la ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin, a saisi « la médiatrice du livre, Laurence Engel, qui, après avoir consulté les éditeurs et les plate-formes concernés, rendra dans les plus brefs délais son avis sur l’articulation des offres par abonnement avec le cadre fixé par la loi ».
Les contestations qui émanent des éditeurs et des distributeurs se basent sur une offre qui ne serait pas légale, qui irait à l’encontre de la loi de 2011 sur le prix unique du livre numérique. En effet, la loi préconise que c’est l’éditeur qui fixe le prix du livre quelque soit le support.
Si cette réaction semble fondée elle arrive cependant quelques années après l’apparition d’autres plate-formes proposant ce type d’offre d’abonnements, telles YoubooxYouscribeIznéo. On comprendra alors qu’Amazon puisse se poser comme victime lorsque ce qui était toléré jusque-là devient illégal à la sortie de son offre. Pour répondre à cela, les législateurs pourront répondre qu’une révision de la loi de 2011 était d’ores et déjà envisagée lors de sa rédaction afin de s’adapter à l’évolution des modèles économiques. De plus, la ministre avait anticipé cela en sollicitant, quelques semaines avant le lancement du Kindle Unlimited, l’aide de la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) ainsi que celle du Centre national du livre (CNL), placés sous sa tutelle, pour se pencher sur le sujet.

Les éditeurs, les distributeurs et les auteurs ont pris position estimant que « toutes ces nouvelles offres doivent être conformes à la loi de 2011, c’est-à-dire respecter le principe d’une juste rémunération de l’ensemble des acteurs de la filière, et notamment des auteurs », indique une porte-parole du ministère.
C’est bien la question de la rémunération qui est au cœur du débat. Le CNL et la Société des Gens de Lettres (SDGL) s’appuient sur l’exemple de l’industrie musicale dans laquelle ce type de dispositif commercial est très peu rémunérateur pour les artistes. Un dispositif de rémunération a bel et bien été pensé et mis en place en 2003 pour les prêts en bibliothèque mais « nous ne connaissons pas aujourd’hui les conditions de rémunération des éditeurs dans le cadre du service proposé par Amazon et encore moins celles des auteurs », souligne la SGDL. Amazon ne répond rien à propos de la rémunération des auteurs, même si l’on parle de sommes forfaitaires proposées chaque mois aux écrivains auto-édités.

Cependant, des voix se font entendre pour défendre l’idée de l’abonnement illimité. L’écrivain, pionnier du numérique François Bon qui pratique lui-même ce type d’offre avec sa maison d’édition publie.net, et qui donc se situe de façon aussi peu conforme qu’Amazon face à la loi, pense que ce type d’abonnement a le mérite d’ouvrir la liste des titres disponibles et de permettre aux lecteurs de sortir des sentiers battus sans prendre de risque financier.

Une chose est certaine, en cherchant à contourner la loi sur le prix unique de vente, ouvrages numériques compris, Amazon continue de se mettre l’édition française à dos, mais ça a au moins le mérite de faire réfléchir à cette nouvelle pratique et de légiférer pour constituer un cadre légal d’application qui prendra en compte tous les acteurs de la chaîne.

Sources :

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *