PirateBox et BiblioBox, défense de la neutralité du net et mise en valeur des communs

Library Box/BiblioBox/Energy Box/Pirate Box

Library Box, ActuaLitté, CC BY-SA

À l’origine, PirateBox et neutralité du net

En 2010 le professeur d’art américain David Darts crée la PirateBox, dispositif conçu pour permettre l’échange et le partage de ressources numériques entre particuliers. Comment fonctionne la Box ? C’est simple, elle est constituée d’un routeur dont l’usage initial est légèrement détourné, et d’un dispositif de stockage d’information de type clé USB ou disque dur externe créant ainsi un réseau sans fil transportable n’importe où. La PirateBox présente la caractéristique d’être déconnectée d’Internet. Une fois connecté à cette dernière impossible de surfer sur le web, et l’échange des données se fait de manière anonyme puisque rien n’est loggé. Son utilisation reste cependant locale, une box ne pouvant émettre que dans un rayon d’une trentaine de mètres. C’est donc dans un contexte politique et militant affirmé que la PirateBox a vu le jour. Elle vise à défendre une conception de la neutralité du Net trop souvent attaquée, à travers les principes de surveillance, et permet de ne plus se poser la question des DRM, qui sont des systèmes de gestion des droits sous formes de verrous numériques.

Piratebox, Sticker-simple, Pirate_Box, CC BY-NC-SA

Sticker-simple, Pirate_Box, CC BY-NC-SA, coupé de l’originale

Jean Debaecker professeur à Lille III améliore en 2011 la PirateBox en rendant le dispositif moins coûteux. Avant il fallait compter environ 75 euros, avec ce nouveau dispositif seul une quarantaine d’euros suffisent. Le nouveau dispositif se compose d’une clé USB, d’un câble Ethernet et d’un micro routeur TLMR3020. Le manuel de confection d’une PirateBox est disponible en français sur le site français, qui organise aussi des journées PirateBox avec échanges et débats sur l’évolution de la Box. Ainsi il est à la portée de tout le monde de créer sa PirateBox et c’est ce que souhaite vivement Jean Debaecker qui confit au journal La Voix du Nord « L’idée est de pousser les gens à le faire à leur tour. Dans leur immeuble, leur impasse, leur quartier, qu’ils partagent des fichier »

Dans le domaine des bibliothèques : La BiblioBox

Le bibliothécaire britannique Jason Griffey transpose le concept dans le domaine des bibliothèques en créant la LibraryBox. Le concept a vu le jour notamment grâce à la plate forme Kickstarter sur laquelle il avait présenté son projet. Si le concept n’a pas gardé le nom de PirateBox son fonctionnement et sa mise en place restent les mêmes. Le changement de nom irrite certains défenseurs du terme de « Pirate ». Il faut bien comprendre que parler de PirateBox, de BiblioBox, ou encore de ShareBox et de PartageBox, revient à désigner la même installation. Cependant les défenseurs de la PirateBox opposent certains arguments au changement de terme. Dans son blog Secouez le Cours Jean-François Cauche explique pourquoi il défend l’emploi de PirateBox. Tout en reconnaissant la charge parfois négative que porte le terme de pirate, dans lequel « les médias et une certaine partie des politiques ont envie d’y voir un « grand méchant téléchargeur » », François Cauche défend à travers lui la tradition hacker à laquelle il est attaché. Il ajoute que « la PirateBox est bien une PirateBox car elle détourne un dispositif de son usage premier. Notre société imagine bien trop les ordinateurs et autres dispositifs technologiques comme simples récepteurs et non comme émetteurs, encore moins comme créateurs de réseau. »

Le terme de BiblioBox serait une manière d’adoucir le concept mais il reste cependant pertinent puisque le monde des bibliothèques commence lui aussi à exploiter ses potentialités.

BiblioBox et communs de la connaissance

Comme pour la PirateBox l’utilisateur se retrouve sur une interface se présentant sous la forme d’un site web. Dans un article publié dans la revue Bibliothèque(s) Thomas Fourmieux (assistant multimédia dans le réseau des bibliothèques d’Aulnay-sous-Bois) fait le lien entre la BiblioBox et la valorisation des communs de la connaissance. Rappelons qu’en 2014 le thème est récurrent dans les publications professionnelles. On le retrouve dans la Déclaration sur l’accès à l’information et au développement résultant du congrès de l’IFLA1 en août dernier, dans la revue d’ABF qui y consacre son numéro d’octobre, ainsi que dans la revue Arabesques2. Thomas Fourmieux explique notamment que si la BiblioBox ne conserve pas le nom de PirateBox, il reconnaît à cette dernière l’avantage de pouvoir parler de tout ce qui a attrait au droit d’auteur et à l’accès à la culture dans l’espace numérique.

Il existe cependant une différence notoire entre BiblioBox et PirateBox. En effet la PirateBox permet à tout un chacun de télécharger et d’ajouter du contenu à condition de se trouver dans le rayonnement wi-fi d’une box. En bibliothèque la BiblioBox n’est accessible qu’aux usagers.

Par ailleurs se pose la question majeure des contenus. Si le contenu reste dépendant du choix du bibliothécaire celui-ci doit être particulièrement vigilant sur les livres et œuvres numériques qu’il met à disposition. À ce titre il peut mettre uniquement à disposition des œuvres du domaine public ou publiées sous licences libres comme dans le cadre des Creatives Commons. Ces œuvres alimentent ce que l’on appelle les communs de la connaissance. Thomas Fourmieux insiste sur « l’écosystème d’abondance » que représentent ces derniers. En effet alors que l’objet physique obéit à un principe de division, l’objet numérique est dans une dynamique de duplication. La Box possède alors la capacité de disséminer les communs numériques de la connaissance. Du point de vue professionnel la Box permet au bibliothécaire d’être en phase avec la culture numérique et surtout de remplir ses missions culturelles. Le professionnel se trouve dans une position militante pour la diffusion de l’information. Il peut mettre en valeur des contenus, des auteurs, que les usagers n’ont pas l’habitude de côtoyer.

Sur le site officiel de BiblioBox, on peut comptabiliser le nombre de BiblioBox créées en France grâce à une carte qui localise les établissements qui en sont dotés. On peut donc souligner les initiatives de la bibliothèques d’Aulnay-sous-Bois qui possède déjà une douzaine de BiblioBox, le centre du livre et de la lecture Poitou-Charentes, ainsi que des médiathèques départementales, bibliothèque municipales voire même CDI.

Même initiative cartographique pour les PirateBox grâce au blogueur Milanese Medric créateur du site mypiratebox.com qui permet de référencer sur une carte les boîtiers.

PirateBox et BiblioBox ont un bel avenir devant elles. Alternatives à un Internet trop souvent surveillé et espionné, les Box redonnent une certaine valeur au principe de neutralité tout en participant au mouvement de démocratisation des communs de la connaissance. Ces procédés n’ont rien d’illégal tant qu’ils permettent de mettre en réseau des œuvres élevées dans le domaine public ou publiées sous licences libres. Ils ne leur restent plus qu’à conquérir les usagers non technophiles, et pourquoi pas les administrations et institutions, comme c’est déjà le cas dans certaines bibliothèques.

 

Ressources bibliographiques

sur la BiblioBox

FOURMIEUX Thomas, « Bibliobox, une valorisation des communs en bibliothèques », in Bibliothèque(s) Revue ABF n°76, octobre 2014, p.32-34

http://bibliobox.net/

sur la PirateBox :

http://piratebox.c.la/

http://www.lavoixdunord.fr/region/avec-sa-piratebox-jean-debaeckerfait-le-reve-d-un-reseau-sans-fil-a-la-patte-jna19b0n331468

http://www.numerama.com/magazine/21954-une-piratebox-miniature-a-moins-de-40-euros.html

http://www.lavoixdunord.fr/region/avec-sa-piratebox-jean-debaeckerfait-le-reve-d-un-reseau-sans-fil-a-la-patte-jna19b0n331468

http://www.tourdefrancedesalternatives.fr/alternatives/pirate-box-alternative-internet/

Blogs et Web émissions

Secouez le cours

Technews

14h42 : web émission consacrée aux problématiques du numérique.

 

1 Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques

2 Revue de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES)

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 27 mai 2015

    […] À l'origine, PirateBox et neutralité du net En 2010 le professeur d'art américain David Darts crée la PirateBox, dispositif conçu pour permettre l'échange et le partage de ressources numériques entre particuliers. Comment fonctionne la Box ? C'est simple, elle est constituée d'un routeur dont l'usage initial est légèrement détourné, et d'un dispositif de stockage d'information de type clé USB ou disque dur externe créant ainsi un réseau sans fil transportable n'importe où. La PirateBox présente la caractéristique d'être déconnectée d'Internet. Une fois connecté à cette dernière impossible de surfer sur le web, et l'échange des données se fait de manière anonyme puisque rien n'est loggé. Son utilisation reste cependant locale, une box ne pouvant émettre que dans un rayon d'une trentaine de mètres. C'est donc dans un contexte politique et militant affirmé que la PirateBox a vu le jour. Elle vise à défendre une conception de la neutralité du Net trop souvent attaquée, à travers les principes de surveillance, et permet de ne plus se poser la question des DRM, qui sont des systèmes de gestion des droits sous formes de verrous numériques.  […]

  2. 15 septembre 2015

    […] Alors… Des idées libres dans des livres libres. Ressources numériques. The best free cultural & educational media on the web – Open Culture. Framasoft – Logiciels Libres. FUN – France Université Numérique. Image (JPEG Image, 1754 × 1240 pixels) – Scaled (58%) Free Stock Images & Videos ~ AllTheFreeStock.com. Des livres libres en bibliothèque. Licences Creative Commons et Ressources Educatives Libres : Comment les utiliser pour apprendre. Les licences de libre diffusion Creative Commons – technologie n°197 – Éduscol STI. PirateBox et BiblioBox, défense de la neutralité du net et mise en valeur des communs. […]

  3. 23 septembre 2015

    […] Bibook, nouveau service grenoblois. Numérisation de masse au niveau européen : beaucoup de confusion. Les licences nationales gênent les universités et les bibliothèques. La filiale de la BnF lance une collection de ebooks. Le prêt numérique en bibliothèque PNB s’ouvre au public. Pistes pour le prêt numérique en France. L'entrée du logiciel libre en bibliothèques se fait attendre. Première approche de PNB pour les bibliothécaires français. L'ordinateur quantique, un bibliothécaire fulgurant. Le circuit du prêt des liseuses. Le livre numérique dans les bibliothèques publiques – Aldus – tout sur le livre numérique, depuis 2006. PNB : vers un alignement des conditions de vente – Aldus – tout sur le livre numérique, depuis 2006. PirateBox et BiblioBox, défense de la neutralité du net et mise en valeur des communs. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *