Les commémorations de 2014 : une frénésie éditoriale

Magazine Beaux Arts, hors-série avril 2014, La grande guerre en bd

La Grande Guerre en bande dessinée, Beaux Arts, hors-série du 17 avril 2014

2014 fut une année riche en commémoration, avec le centenaire de la première guerre mondiale ainsi que le soixante-dixième anniversaire du Débarquement en Normandie. Les commémorations ont été lancées très tôt en France par une allocution de François Hollande à l’Élysée en date du 7 novembre 2013. Toutes ces célébrations résultent d’une forte volonté politique, et bénéficient d’une couverture médiatique conséquente, ce qui engendre des espoirs de vente importants pour le monde de l’édition. Il n’en fallait pas plus pour que les éditeurs s’engouffrent dans la brèche et inondent les établis des libraires en quête du fameux achat d’impulsion. En effet, l’on a pu constater que la production a été précoce, large et étalée dans le temps. Christine Ferrand, rédactrice en chef de Livre Hebdo, indique ainsi dans l’édito du n°999, « Jamais les commémorations n’auront autant nourri l’édition ».

Si cette allocution présidentielle semble prématurée – en effet ce n’est que le 3 août 1914 que la France entre dans le conflit après la déclaration de guerre allemande – les maisons d’édition françaises avaient déjà, dès le second semestre 2013, préparé une première salve de publications. En tout pour ce second semestre 2013 ont été imprimés 126 rééditions et nouveautés selon Livre Hebdo. À ce chiffre déjà impressionnant s’ajoutent les quelques 500 titres publiés – dont 242 uniquement sur la seconde guerre mondiale, la Libération et le D-Day – en 2014 sur ces deux conflits avant la rentrée littéraire, toujours selon les données de Livre Hebdo.

Les éditeurs se précipitent depuis toujours sur ce type d’événements, tout comme sur les anniversaires d’écrivains. Nathalie Silbert analyse le phénomène pour Les Échos et indique que cette « effervescence autour du centenaire de la Grande Guerre est emblématique du comportement de l’édition française : la République des lettres est un milieu grégaire ». De plus l’on peut remarquer chez les Français un certain attrait pour ces deux événements, Paroles de poilus : lettres et carnets du front (14-18) peut en témoigner. Cet opus de Jean-Pierre Guéno s’est vendu à 3 millions d’exemplaires, entre les diverses éditions disponibles, dont 1,4 million uniquement pour la première publication dans la collection « Librio » en 1998, suivie par des rééditions ; en beau livre chez Tallandier ou les éditions Retrouvées, en livre-objet avec fac-similés pour Glénat, en livre CD ou enfin en BD par Soleil Production – qui propose habilement un coffret réunissant les deux volumes en octobre 2014. Autre exemple édifiant, le Goncourt couronnant Au revoir là-haut de Philippe Lemaître à l’automne 2013.

Les stratégies éditoriales
Chaque maison a adapté sa production selon son positionnement éditorial, qu’il soit éloigné ou non des préoccupations historiques, ainsi chaque rayon des librairies s’est vu investi. Il est important de rappeler que le secteur du livre d’histoire est très différent de la littérature générale. Nathalie Silbert rapporte les propos d’Éric Vigne, éditeur chez Gallimard : « vendre un essai à 4 000 exemplaires est déjà une performance ! Et, en général, les ventes sont étalées dans le temps ».
Xavier de Bartillat, PDG de Tallandier – éditeur d’histoire – déclare ainsi, « Il aurait été inimaginable de ne pas être présent pour ce rendez-vous ! ». En effet les éditeurs historiques du domaine ainsi que les grandes maisons possédant une collection dite d’histoire ont misé sur leur vivier d’auteurs, Olivier Wieviorka pour le Seuil et Perrin, Eric LeNaour entre Perrin et Fayard, ainsi que Jean-Noël Jeanneney, Nicolas Offenstadt ou Stéphane Audoin-Rouzeau, historiens et spécialistes reconnus dans le domaine. Autre possibilité, exploiter les catalogues des grandes maisons via des rééditions – alors que des éditions de poche existent – des classiques des tranchées comme les mille pages de Maurice Genevoix pour Ceux de 14 chez Flammarion, Les Croix de bois de Roland Dorgelès pour Albin Michel, tandis que Gallimard fait paraître en « folio » Le Feu d’Henri Barbusse.

Les beaux livres n’ont pas été oubliés. En effet, la sortie des premiers opus dès le second semestre de 2013 a permis aux éditeurs d’être présents pour les fêtes de fin d’année sur les étals des libraires, le moment crucial pour ce type d’objet dont la fabrication est coûteuse et qui doit être tiré à un certain nombre d’exemplaire pour atteindre la rentabilité. Un autre moment crucial serait la fête des pères en juin, puisque ce secteur tendrait à ramener les hommes dans les librairies. Les sommités ne semblent pas effrayer. En effet, le public a plébiscité le traitement original des Arènes qui exploite les archives photographiques inédites du quotidien Excelsior pour Jours de guerre (vendu à 10 000 exemplaires en mai 2014 pour un prix de 50 €) ou alors les Somnambules : été 1914, comment l’Europe a marché vers la guerre de Christophe Clark (668 pages pour 25 €, 25 000 exemplaires sortis et plus de 10 000 vendus en janvier 2014).

Plusieurs maisons ont tiré parti d’un partenariat médiatique. Le meilleur exemple est Flammarion qui publie Apocalypse – la 1ère Guerre Mondiale d’Isabelle Clarke et Daniel Costelle en parallèle de la diffusion de la série sur France 2, pour deux cibles bien distinctes. Ainsi sortent en mars 2014, une première édition dite adulte dans la collection « Histoire et Actualité » (255 pages pour 35 €), et une autre pour la jeunesse dans la collection « Documents » de Père Castor-Flammarion, avec 64 pages pour 15 €.

La BD et la jeunesse
Le secteur de la BD est sans conteste très dynamique. L’ouvrage de Tardi C’était la guerre des tranchées peut être vu comme la BD classique qui a fondé le genre chez Casterman en 1993. Le festival d’Angoulême le mettait à l’honneur en janvier 2014 lors de l’exposition « Tardi et la Grande Guerre », avec notamment des planches issues de Putain de guerre. Aujourd’hui la jeune génération s’est affranchie de ce modèle et tend à de nouvelles représentations de la Grande Guerre, loin du poilu anonyme de Tardi avec plus de trente albums édités ou réédités pour l’occasion. Le festival de BD voit cette même année, Mauvais Genre de Chloé Cruchaudet (Delcourt, 2013) couronné par le prix du public. Autre pièce importante, Chroniques de notre mère la guerre, de l’auteur Kris et ses six dessinateurs Maël, Hardoc, Edith, Jeff Pourquié, Damien Cuvilier, Vincent Bailly (Futuropolis). Cet album prolonge le travail de Kris et Maël sur le sujet entre 2009 et 2012 avec les quatre volumes de Notre mère la guerre, série vendue à plus de 60 000 exemplaires et saluée par la critique. Enfin l’on peut signaler le travail de Joe Sacco qui a publié, chez Futuropolis toujours, La Grande Guerre, ouvrage pour lequel il a réalisé une fresque de 7 mètres représentant le premier jour de la bataille de la Somme. Cette fresque a été reproduite dans le métro parisien sur 130 mètres et inaugurée le 1er juillet, jour de la bataille en 1916.

La jeunesse est en effet un secteur particulièrement touché par cette effervescence éditoriale. De plus, ce sujet est nouveau dans le secteur depuis une quinzaine d’année et dans tous les types de publication possibles – albums, documentaires, littérature, BD, etc. La mention « commémoration de la Première Guerre mondiale » a été ajoutée sur les couvertures des livres Gallimard comme Cheval de guerre de Michael Morpugo, ouvrage classique de la jeunesse avant son adaptation cinématographique. Beaucoup de romans à destination des jeunes de différents âges sont sortis autour de plusieurs thématiques fortes : le biais de l’enquête, la figure du soldat anonyme, la fraternité des soldats ennemis, des batailles précises, ou plus récemment des héroïnes féminines. Casterman a sollicité ses collections à destination des enfants comme « L’histoire de France en BD » ou « Des enfants dans l’histoire » qui participent de ce mouvement de donner à lire la Grande Guerre à la jeunesse. Des albums ont marqué la jeunesse comme L’Horizon bleu de Dorothée Piatek et Yann Hamonic. Celui-ci sorti en 2002 a été repris par les éditions du Seuil en 2012 en roman pour adolescent. L’on peut enfin signaler pléthore de beaux livres et documentaires comme Carnet de poilu, leur vie racontée aux enfants par Renefer de Gabrielle Thierry chez Albin Michel, publié à l’automne 2013. De nombreux documentaires expliquent la première guerre mondiale aux enfants selon leurs âges et leurs connaissances.
Pascal Brémenson, responsable de la librairie du Mémorial de Caen dans le Calvados rapporte que « en BD et en jeunesse, la production a augmenté en quantité et en qualité ».

Les libraires ont dû être très prudents et faire un sérieux travail de sélection face à cette déferlante éditoriale étalée dans le temps. En effet, il leur est impossible de prétendre à l’exhaustivité comme les géants d’Internet, Amazon par exemple indiquait à la fin de l’année 2013 proposer 2 600 titres sur la Grande Guerre. Pierre Coutelle, responsable du pôle Essais et savoir chez Mollat, librairie référente à Bordeaux, indique être « très au-delà de la production habituelle pour une commémoration, sauf peut-être celle du bicentenaire de la Révolution ».
Cette frénésie éditoriale montre très clairement que le monde de l’édition est malade. Chaque année le nombre de nouveautés augmente inexorablement, et ce type de publications commémoratives y participe et a pour conséquence une certaine concentration éditoriale. Une telle masse de nouveautés produite tend assurément à alimenter le pilon plutôt que les étagères des bibliothèques des Français.

Bibliographie

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *