Bibliocratie ou l’éditeur à compte de lecteur

Logo  Bibliocratie , avec l'aimable autorisation de l'auteur, © Bibliocratie
Logo Bibliocratie , avec l’aimable autorisation de l’auteur, © Bibliocratie

Billet corrigé et mis à jour le 10 juin 2015 : ajout de précisions sur certains points (difficulté de publication, etc.)
Billet mis à jour le 28 juillet 2015 : annonce de la fin de Bibliocratie

Depuis l’écriture de ce billet sur Bibliocratie et le principe du crowdfunding en février 2015, il s’avère que les choses ont changé. Bibliocratie n’est plus. Si le financement participatif a toujours du succès et de l’avenir, il semble que l’éditeur ne connaisse pas la même chance. Puisqu’au 20 juillet 2015, lors d’une annonce sur les réseaux sociaux et leur site Internet nous avons pu découvrir que leur aventure s’arrête pour des raisons de financements : « Nous n’avons plus le temps d’espérer séduire banquiers et investisseurs, malgré tout notre travail et notre volonté. Cela n’a pas suffi, pour un millier de raisons qui ne sont plus importantes. Si tous nous disaient que l’idée était géniale, c’était sans doute par politesse, peut-être aussi parce qu’en France, aujourd’hui, les tenants du pouvoir financier n’ont pas honte de demander à voix haute pourquoi il faut investir dans du marketing, pourquoi une start-up n’est pas rentable dès la première année, pourquoi nous développons nos outils nous-mêmes sans sous-traiter au Maroc, pourquoi nous avons besoin de lever de l’argent et d’un rendez-vous dans les six semaines1. »
Mais pour que leur projet persiste, ils ont décidé de laisser en open source l’intégralité du code informatique de leur nouveau site afin que « 
l’écriture soit encore pour chacun la trace et l’exemple de ce que c’est que d’être libre2 ».
Nous ne pouvons que souhaiter bonne chance à ceux qui souhaiteraient reprendre ce projet, mais aussi à Bibliocratie et son équipe de vite rebondir.

Résumé : Nombreux sont les jeunes auteurs qui cherchent une maison d’édition qui voudrait les publier, mais peu d’entre eux parviennent à atteindre cet objectif. En effet, avec plus de 70 000 titres publiés par an et un marché saturé, les maisons d’édition recherchent surtout des auteurs qui représentent des « valeurs sûres » pour ne prendre que peu de risques ; par conséquent avec un nombre déjà important d’auteurs qui ne se vendent pas ou peu, les maisons d’édition deviennent « frileuses » avec ceux qui souhaitent se lancer dans ce domaine. Pour pallier ce phénomène, de nouveaux concepts de maisons voient le jour dont les maisons d’édition à compte d’auteur mais aussi des maisons d’édition à compte de lecteur. Ces dernières fonctionnent sur le principe du crowdfunding et c’est aussi sur ce modèle que Bibliocratie repose.

Abstract : There are many young writers in search of an editor willing to publish their works, but very few of them actually secure a contract. With over 70,000 books published each year, editors reluctant to take risks only work with authors they deem to be ‘safe bets’. In order to circumvent this, new forms of publishing have appeared such as the self-powered and people-powered publishing houses. Crowdfunding is the key word here; it is also the model on which Bibliocracy is based. (Traduction :  membres du carnet EN-globe)

Avec plus de 70 000 titres publiés par an et un marché saturé, nombreux sont les auteurs qui ne trouvent pas le succès auprès des maisons d’édition conventionnelles car ces dernières se montrent méfiante face à ceux qui souhaitent se lancer dans le domaine : les nouveaux auteurs ne se vendent pas ou peu, n’apportant donc rien aux maisons. Ils cherchent alors de nouveaux moyens de financement mais surtout de publication, comme l’autoédition ou encore l’édition à compte d’auteur. Ainsi, après le succès de My Major Company pour le domaine musical, c’est au tour de l’édition d’expérimenter depuis quelques années le concept de crowdfunding1, ou financement participatif du public, et donc de lancer un nouveau principe de maison d’édition : les éditions à compte de lecteur. 2009 voit donc apparaître les éditions Sandwave, une maison d’édition belge de bande dessinée communautaire qui publie en 2011 le premier album financé par les « édinautes2 » : Il Pennello. À partir de cet essai et pour voir plus d’auteurs inconnus publiés, de nouvelles maisons d’édition voient le jour : Bibliocratie en fait partie.

« Défendez votre livre, vos lecteurs le publieront 3 »

Les grands principes du crowdfunding.

Même si cette pratique semble récente, il ne faut pas oublier que ce principe existe depuis très longtemps. Le financement participatif était alors essentiellement appliqué par les organismes humanitaires et dans une moindre échelle au domaine culturel. Actuellement, il profite d’une large reconnaissance de par sa simplicité d’utilisation mais aussi et surtout des difficultés financières ou autres que les jeunes créateurs rencontrent dans leurs démarches afin de trouver preneur à leurs projets. Avec la généralisation d’Internet et ainsi l’accès à une vaste communication, le mouvement s’accélère et s’élargit aux publics, un essor en grande partie dû aux réseaux sociaux et aux nouvelles possibilités de paiement en ligne, comme Paypal par exemple, qui favorise ainsi les micro-financements dont le crowdfunding a besoin. Ce financement participatif s’adresse à toutes sortes de projets. Ce sont parfois même des entreprises, des structures entières, qui ont été créés sur la base d’une simple idée financée par un public plus restreint ou même par recours à des mécénats. Actuellement, le financement participatif se fixe sur un large champ de thématiques allant d’un projet environnemental à un projet plus novateur. Le monde artistique n’est alors pas en reste puisqu’il est presque le déclencheur de l’arrivée sous les projecteurs de ce système. En effet, comme cité plus tôt, la découverte auprès d’un large public s’est faite au travers de la musique avec la découverte de chanteurs par la plateforme de crowdfunding My Major Company.

Il existe plusieurs moyens d’apporter son soutien aux créateurs ou aux artistes, dont voici les quatre principaux :

  • Le plus généreux, le don, signifiant qu’une personne donne une certaine somme sans attente particulière en retour ; généralement ce financement est le plus répandu auprès des associations, on peut par exemple penser à la quête annuelle de la Croix-Rouge Française.
  • Le plus utilisé dans le crowdfunding est celui utilisé par Bibliocratie qui correspond à la récompense. Ce financement s’effectue comme le don à la différence que le porteur du projet offre quelque chose en retour si le financement final atteint ses objectifs. Deux sortes de récompenses sont souvent utilisées : premièrement il s’agit de voir cette somme comme un pré-achat du produit et par conséquent, si la somme nécessaire est réunie, la personne qui a donné une somme d’argent reçoit l’objet terminé en cadeau. La seconde récompense possible est un cadeau promotionnel du produit : un T-shirt par exemple ou la possibilité de rencontrer l’auteur du projet.
  • Avec le prêt, une personne physique prête une somme afin de financer un projet. La somme prêtée doit être rendue avec ou sans intérêt, choix décidé par le porteur du projet. Un système plus utilisé par des entreprises existantes qui voient dans cette méthode un financement possible en cas de refus d’une banque pour acheter du nouveau matériel par exemple.
  • Enfin, une personne accepte d’investir dans un projet à condition d’acquérir des parts dans l’entreprise financée directement ou indirectement : c’est l’equity ou investissement au capital des entreprises. Le contributeur devient actionnaire de l’entreprise qu’il soutient financièrement. La part de la structure (maison d’édition par exemple) retenue dans tous ces modes de financement est évaluée au travers d’une commission, basée sur le montant des sommes récoltées qui peut aller de 5 à 12 %. De plus et sans s’attarder sur le sujet, pour l’APCE, la plus grande source de contrainte vient de la réglementation bancaire et fiscale qui doit obéir à certaines règles : des règles prudentielles (identiques à celles des établissements bancaires : identification détaillée de l’épargnant, contrôle anti-blanchiment…) et des règles de contrôle de la qualification des investisseurs (le financement participatif est considéré comme un investissement risqué, bien que les montants investis soient souvent plus faibles que ceux qui sont dépensés dans les jeux de hasard).

Et Bibliocratie dans tout cela ? « Un système d’édition qui ne vous oublie pas »

Perdues au milieu de cette jungle dense du crowdfunding, certaines structures arrivent pourtant à se faire rapidement une belle place dans le milieu comme Unglue ou KissKissBankBank mais aussi pour Bibliocratie. Cette maison d’édition qui a vu le jour en avril 2012 à Paris, a fait un choix apparemment logique mais qui semble être une petite prise de risques : il n’y a pas de spécialisation dans le format ou dans le type d’ouvrage publié. Chaque créateur et chaque potentiel lecteur peut y trouver son compte (on constate que pour beaucoup de maisons d’édition « online » il y a un choix de spécialisation dans les ouvrages qu’ils souhaitent voir publier).

Pour guider les auteurs intéressés, le site a été mis en place d’une façon très simple et intuitive. Les explications sont données sous forme de vignettes, le tout mélangé avec une pointe d’humour dans les illustrations choisies. Pour autant ce choix de « mode d’emploi » n’entache pas le sérieux qui anime la maison et ils décrivent parfaitement le processus de souscription4. Les premiers points abordés servent à rassurer le porteur du projet, on lui indique la part des bénéfices qu’il peut tirer si la souscription aboutit. Cette dernière peut aussi être qualifiée de “sur-mesure” par le choix de son prix, de ses objectifs et de sa durée. Le rôle de la maison d’édition est mis en avant par la qualité des produits finis (le choix des couvertures notamment qui semblent être bien travaillées lorsque l’on parcourt le site) ainsi que par l’accompagnement et la communication possibles autour du livre.

« Jusqu’à présent, pour être lu, il fallait être touché par le doigt divin d’un éditeur. Et accepter un livre sous un titre différent, réécrit, diminué. Alors certains auteurs se sont mis à payer de leur poche pour éditer leur propre livre. Le problème étant bien sûr que les stocks de livres empilés dans la salle-de-bains prennent l’humidité. Pour sortir de ce système, il fallait tout changer. »

Mais détaillons un peu plus leur fonctionnement : comme dit précédemment, l’auteur a toutes les commandes en main, dans la limite du raisonnable et du possible. Il soumet à Bibliocratie son projet, définit en même temps le format de son livre, ses caractéristiques, le nombre d’exemplaires soumis à la souscription des internautes (ou au final le nombre d’exemplaires qu’il souhaite vendre pour conclure et publier son livre et qui doit être au minimum de 50). Une fois établi, un devis est proposé à l’auteur : 0.85 euros par page et 85 euros la couverture intégrée au prix du livre. Cette somme n’aura jamais à être versée par le porteur du projet qui, à partir du montant, fixe le prix de son livre à l’exemplaire (avec la précision qu’il est « plus facile de faire des bénéfices en vendant beaucoup de livres peu chers »).

Arrivé à ce stade, la souscription est en place et l’auteur attend impatiemment de savoir si son œuvre va pouvoir rencontrer ou non le succès espéré. En effet, le site nous met en garde : même s’il ne manque qu’un seul et unique exemplaire à la fin de la souscription, cette dernière est malgré tout un échec et le livre ne sera pas publié ! Au final l’auteur et sa plume ont soixante jours maximum pour faire leurs preuves. Si l’objectif est atteint les souscripteurs reçoivent autant de livres qu’ils en ont commandés et l’auteur perçoit 90% des bénéfices. Dans le cas contraire, les souscripteurs sont intégralement remboursés et l’auteur pourra retenter sa chance une autre fois : c’est une maison d’édition à compte de lecteur.

« Avec le temps, nous avons développé une véritable expertise de la réussite d’une souscription. Tout au long de votre projet, nous vous transmettons ce savoir-faire afin de faire de vous le meilleur défenseur de votre œuvre. »

Dans l’édition, le modèle offert par Bibliocratie a donc trouvé sa place et permet de réaliser le rêve de nombreux auteurs qui souhaitent voir un jour leurs textes mis en forme et surtout publiés. Ainsi, que ce soit des auteurs de littérature jeunesse, d’art, en passant par les voyages ou le roman, nombreux sont ceux qui tentent leur chance. Actuellement le site héberge une quarantaine d’ouvrages qui tentent de se faire une place dans ce milieu très fermé. En voici quelques exemples :

  • Gus et les angles droits dans la catégorie Bande Dessinée est déjà à 120% de ses objectifs alors qu’au moment de la rédaction de ce billet il lui reste encore la quasi-totalité de son temps de souscription.
  • Pérégrinations d’un cherchant-dieu dans la catégorie Essai qui lui, avec la moitié de son temps écoulé, est pourtant à 186% de ses objectifs.

Grâce à ce genre d’initiative, Bibliocratie permet peut-être de faire connaître des auteurs qui doutent de pouvoir être publiés un jour. Le crowdfunding, ou le système D de la finance, est une pratique en évolution qui devrait pouvoir trouver une vraie place au sein des maisons d’édition conventionnelles. Il inscrit aussi un renouveau dans le système de publication d’un ouvrage : les lecteurs choisissent ce qu’ils veulent voir paraître et se sentent alors investis dans l’élaboration. En effet, si la souscription aboutit, ils pourront se dire que c’est grâce à eux : ils deviennent acteurs de la chaîne de fabrication d’un ouvrage.

Sources

Bibliographie :
–        Site de l’APCE, Le Financement participatif ou Crowdfunding
–        Site ebouquin.fr, Bibliocratie : le crowdfunding à la française 
–        Site Good Morning CrowdFunding

Pour aller plus loin :
–        Observatoire du crowdfunding chez les français – première vague
–        Les tout derniers chiffres du crowdfunding en France 
–        Baromètre 1er semestre 2014
–        Bibliocratie sur Actualitté
–        Le financement participatif dédié aux livres: la plateforme Pubslush

Notes :

1 Le financement participatif (en anglais crowdfunding) est une expression décrivant tous les outils et méthodes de transactions financières qui font appel à un grand nombre de personnes pour financer un projet.
Ce mode de financement se fait sans l’aide des acteurs traditionnels du financement, il est dit désintermédié. L’émergence des plates-formes de financement participatif a été permise grâce à internet et aux réseaux sociaux. Cette tendance s’inscrit dans un mouvement plus global : celui de la consommation collaborative et du crowdsourcing (source Wikipédia).
2 Mélange entre les termes éditeur et internaute.
3 Slogan de Bibliocratie
4 Pour plus de détails : mode d’emploi

Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 13 octobre 2015

    […] Quelques mois plus tard, en juillet 2015, c’est au tour de Bibliocratie d’annoncer la fin de son existence après seulement une année pour des raisons financières, comme j’ai pu le découvrir sur ce blog. […]

  2. 25 avril 2016

    […] livre à compte de lecteurs, par souscription (in english, crowdfunding) il y a quelques années : Bibliocratie. Le concept permettait de mixer les tâches entre auteur et éditeur, qui pour le coup était payé […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *