Trois questions à… Dominique Bordes

Vilnius Poker de Ricardas Cavelis,  éditions Monsieur Toussaint Louverture, parution prévue en mars 2015

Vilnius Poker de Ricardas Cavelis, éditions Monsieur Toussaint Louverture, parution prévue en mars 2015. Copyright de la couverture :  éditions Monsieur Toussaint Louverture

Nous avons rencontré Dominique Bordes, éditeur et fondateur de la maison d’édition Monsieur Toussaint Louverture, cet hiver à la librairie Histoire de l’œil à Marseille, où nous avons eu la chance de découvrir son catalogue aux titres si atypiques.

Aujourd’hui nous posons à ce jeune éditeur toulousain quelques questions.

Interview réalisée par téléphone le 27 janvier 2015.

  • Pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel en quelques lignes ?

J’ai fait pas mal d’études : j’ai fait de la sociologie, du théâtre, de la communication…Ensuite j’ai testé tous les métiers de la chaîne du livre en passant par la librairie et l’imprimerie. Je me suis formé aux métiers du livre à Bordeaux. Le but étant de savoir monter ma propre maison d’édition, dont le format serait spécifique et qui correspondrait à mes envies.

J’ai également travaillé dans un studio d’édition où j’ai appris notamment le métier de maquettiste, qui est vraiment un métier spécifique dans le processus de fabrication d’un livre. J’exerce toujours ce métier pour d’autres éditeurs.

  • Vous fondez votre maison en 2004, pourquoi avoir choisi de vous lancer dans cette aventure ? À quels besoins ou envies avez-vous répondu avec cette initiative ?

J’étais entouré de gens très talentueux et j’avais envie de travailler avec ces gens et mettre en valeur leur talent. J’avais envie de prendre la parole, de donner un sens à tout ça. J’étais animé par un réel besoin de créer. Je ne suis pas moi même un créatif comme ces artistes autour de moi, mais c’est ma façon de contribuer à donner du sens.
J’ai donc commencé en lançant une revue sur la littérature française, parallèlement à la publication de quelques volumes. Cette revue peut être considérée comme un premier pas vers l’édition à part entière de livres. Elle m’a servie à dégager un peu d’argent pour financer les premiers projets de publication de livres.

  • Comment dénichez-vous, sélectionnez-vous les textes que vous publiez ?

Les premiers textes que j’ai publiés, je les avais reçus par courrier. En fait, afin de faire connaître ma toute jeune maison, j’ai fait imprimer des autocollants annonçant un appel à candidature que j’ai collés un peu partout dans les universités, dans les bars…
Aujourd’hui, je reçois toujours beaucoup de manuscrits mais peu m’intéressent. Les premiers auteurs que j’ai publiés ont pour la plupart bifurqué vers d’autres carrières, je n’ai donc pas pu continuer à les publier. Donc, je recherche des textes qui auraient été oubliés ou qui auraient été mal publiés. J’écoute ce que disent les autres pour trouver de nouveaux projets. Je lis la presse étrangère, écoute les recommandations des libraires, lis les préfaces des livres qui m’intéressent et me nourris de tout ce que je lis ou entends. Ainsi, par exemple, je vais entendre parler d’un auteur que je ne connais pas à la radio, je vais aller faire des recherches, qui vont m’amener à la découverte de cet auteur, mais aussi d’autres dont il aurait influencé le travail ou dont il se serait inspiré.

  • Vous apportez une grande attention à l’objet livre, au choix de la couverture, pourquoi ? Deux de vos livres, Karoo et Le dernier stade de la soif sont parus dans des collections poche, les couvertures sont assez classiques, n’est-ce pas en contradiction avec l’approche de personnalisation des livres que vous avez ?

Je me suis mis à lire très tard. Les premiers livres que j’ai lus je les ai achetés dans les supermarchés. J’étais attiré par les gros livres avec des couvertures clinquantes. J’aimais ressentir le poids physique du livre, j’en éprouvais un réel plaisir de possession de l’objet. C’est un peu comme quand on ouvre un cadeau de Noël, le paquet cadeau a aussi son importance dans le plaisir de recevoir.

Dans ce soin que j’apporte aux couvertures il y a aussi le travail des matières, sans cesse renouvelées pour apporter un contact physique différent à chaque fois. Le livre laisse véritablement une empreinte physique à son lecteur. On crée un contact tangible.

Les cessions poche ont été de vraies erreurs. Je ne m’étais pas rendu compte de l’attachement que j’avais pour ces livres. Je ne referais pas la même erreur pour les suivants – Price est déjà cédé en poche.

Je n’avais pas réalisé l’implication personnelle que j’avais vis-à-vis de ces livres, du coup, les céder c’est un peu comme donner son enfant contre de l’argent et qu’on vous le présente quelque temps plus tard et que vous ne le reconnaissez plus. C’est un véritable déchirement.

Faire de l’édition c’est pour moi finalement une démarche très personnelle et égoïste.

  • Nous avons eu l’opportunité de découvrir votre maison lors d’une présentation dans une petite librairie indépendante à Marseille. En tant que “petite” maison, le libraire est probablement un relais indispensable pour faire connaître vos livres, pouvez-vous nous parler de votre rapport aux libraires ?

J’ai préféré confier la relation aux libraires à quelqu’un d’autre. Je l’ai fait au début, mais je ne suis pas un grand communiquant et j’avais l’impression que ça desservait les livres plutôt que ça donnait envie de les lire. J’étais trop impliqué pour bien en parler. J’ai donc rapidement embauché une attachée librairie qui entretient de bonnes relations – saines – avec les libraires.
Certains titres, comme Karoo ou Price se sont retrouvés sur des circuits de distribution plus larges, notamment en hypermarchés. On le fait parfois quand on estime que le livre a tout à gagner à avoir une plus grosse visibilité, et que ça pourra fonctionner.

  • Quels sont vos prochains projets d’édition ?

On va sortir en mars Vilnius Poker de Ricardas Gavelis et Demande, et tu recevras de Sam Lypsite dans quelques mois.

POUR EN SAVOIR PLUS :
  • David CAVIGLIOLI, Les nouveaux fous furieux de l’édition publié sur L’Obs le 18/03/2012 à 10h28.
  • Marion COCQUET, Monsieur Toussaint Louverture, éditeur radioactif, publié sur Le Point le 08/11/2013 à 18:43, modifié le 08/11/2013 à 22:31.
  • Ursula MICHEL, Monsieur Toussaint Louverture : zoom sur l’éditeur qui se (nous) fait plaisir, publié sur Première le 20/12/2012 à 15h40.
  • Tiphaine THUILIER, Monsieur Toussaint Louverture : éditeur et (presque) entrepreneur, publié sur L’express le 27/08/2012 à 14:29.
  • François XAVIER, Monsieur Toussaint Louverture… éditeur, publié sur Salon Littéraire en 2010.

 

Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Etienne dit :

    Bonjour, ça fait toujours plaisir d’entendre parler de cet éditeur ! Par contre, il me semble qu’il est bordelais et non toulousain.

  2. Un éditeur qui donne du « poids » au livre, qui tient une réelle ligne, de celui qu’on se dit « Tiens, si c’est Monsieur Toussaint Louverture, je vais aimer ». J’essaye toujours de vendre le grand format à mes clients plutôt que le poche, en leur expliquant ce qu’est un petit éditeur, l’implication, l’amour de la belle couverture et de la qualité du papier… ça marche souvent !

  3. Après avoir lu votre post, la seule chose que je trouve à dire :  » PERTINENT »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *