Trois questions à… Frantz Olivié, des éditions Anacharsis

Logo des éditions Anacharsis, Copyright : Éditions Anacharsis.

Nous avons rencontré Frantz Olivié, l’un des deux cofondateurs de la maison d’édition toulousaine Anacharsis, qui vient de fêter ses quinze ans d’existence. À l’origine, Anacharsis est le nom d’un personnage des récits d’Hérodote, qui était venu à Athènes s’initier à la philosophie avant de retourner chez les barbares pour leur transmettre son savoir. Ce nom a beaucoup servi de nom de plume pour les auteurs au fil des siècles et illustre parfaitement la volonté de la maison d’édition de proposer aux lecteurs un autre regard sur le monde. D’abord créée comme une association par deux amis amoureux des livres, les éditions Anacharsis ont grandi et acquis au fil du temps une certaine renommée…

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel et nous expliquer comment se sont mises en place les éditions Anacharsis ?

Mon ami et moi (Charles-Henri Lavielle, cofondateur de la maison d’édition) avions tous deux un doctorat d’histoire et nous voulions publier des livres. J’ai effectué une courte formation d’un an où l’on m’a appris à publier et en 2001 nous nous sommes lancés. Nous voulions travailler sur la méditerranée orientale au Moyen-âge. L’idée était de publier des textes historiques comme des récits littéraires, de faire découvrir des mondes nouveaux en littérature. Nos trois premiers livres étaient des textes que nous connaissions. Il y avait Les Almogavres, un récit du XVIe siècle écrit par des mercenaires catalans, une épopée byzantine, l’épopée byzantine de Digénis Akritas et une traduction d’un poème latin de Catulle, La Boucle de Bérénice, suivi d’un dossier sur les différentes théories d’interprétation du texte. La maison a vraiment obtenu un succès de reconnaissance, notamment dans la presse, grâce à la publication d’un incunable, un roman océanique imprimé à Valence au XVe siècle : Tirant le Blanc. Ce récit de chevalerie nous a permis d’être par la suite diffusés par les Belles Lettres et de lancer d’autres collections. Au fil des livres nous avons fini par apprendre ce métier, en essayant toujours de faire découvrir ces textes anciens et pourtant très littéraires au public, sans pour autant les vulgariser.

Est-ce qu’au bout de ces quinze années d’existence votre ligne éditoriale s’est transformée ou au contraire est-elle restée inchangée ?

Avec le succès de nos premières publications nous avons commencé à recevoir des manuscrits. La collection « Fiction » s’est alors développée. Contrairement à la collection « Famagouste » qui regroupe nos textes anciens, il s’agissait d’éditer des textes contemporains. On publiait alors des auteurs bien vivants! Cela nous a permis de travailler d’autres textes. Ces livres permettent d’équilibrer nos ventes de livres par rapport à notre « fonds » constitué par la collection « Famagouste ». On a surtout pu organiser des lectures et des rencontres avec les auteurs, ce qui a permis de nous faire connaître par un plus large public. Une collection « Essai » qui se décline en trois séries différentes –anthropologie, histoire et philologie– vient compléter le catalogue de la maison d’édition. Nous proposons des textes avec beaucoup de problématiques et offrons aux lecteurs des ouvrages très différents. Cependant nous conservons cette volonté d’apporter un autre regard sur le monde, sur ce qui nous entoure, avec parfois quelques livres atypiques. On publie maintenant une dizaine de livres par an avec des textes contemporains et des textes anciens traduits aussi bien du grec ancien, du chinois ou même du nahuatl, la langue des Aztèques.

D’ailleurs, l’une de vos dernières publications est un ouvrage écrit par un prétendu pirate au XVIIe siècle…

En effet, nous voulions publier un livre de piraterie ; mais ce texte est véritablement particulier car plus qu’un témoignage historique, on se rattache surtout à la grande tradition du roman d’aventures. Les Atrocités des pirates, récit véridique des souffrances sans exemple endurées par l’auteur pendant sa captivité parmi les pirates de l’île de Cuba, avec l’exposé des outrances barbares de ces forbans inhumains est en fait le témoignage d’Aaron Smith, publié pour la première fois à Londres en 1824 ; un homme retenu contre son gré sur un bateau pirate, qui a par la suite été accusé de piraterie et même d’être le chef de cette bande arrêtée. Il a finalement été innocenté mais a tenu à écrire ce plaidoyer en faveur de sa version des faits en empruntant le ton des romans d’aventures. Lorsque je suis tombé sur ce texte, j’ai effectué mon enquête sur cet homme et ai constitué un dossier avec les minutes du procès et des articles de presse de l’époque. L’analyse des éléments de cette enquête se trouve dans la seconde partie du livre ; mais au final cet ouvrage a la prétention de dépasser l’histoire pour défendre le texte littéraire. Ma démarche était de présenter ce récit comme une imposture littéraire qui couvrirait une véritable imposture. Les illustrations, créations insérées dans le texte, rappellent également celles que l’on pouvait trouver dans ces fameux récits d’aventures écrits entre 1880 et 1930 et participent donc à cette présentation du livre.

À ce propos, ces illustrations en pleine page sont très soignées et tombent à intervalles réguliers. Dans ce livre, comme dans tous les ouvrages que vous publiez, vous semblez accorder une grande importance à la mise en page. Est-ce une volonté de la maison d’édition ?

Il me semble que la mise en page est primordiale. Nous avions commencé en ayant le désir de faire de beaux livres et c’est toujours le cas. Nous travaillons beaucoup sur les traductions mais également sur la mise en page. Même si nos choix de papiers ou de reliures coûtent chers à l’impression, ce qui se répercute sur le prix du livre alors que notre petite maison d’édition essaye de se faire connaître du grand public, avoir un ouvrage bien édité qui puisse être conservé est l’une de nos grandes priorités. Face à la montée en popularité du livre numérique nous avons décidé il y a quelques années de numériser notre catalogue. Mais nous restons vraiment très attachés au livre papier et faisons le maximum pour éditer des ouvrages de qualité que l’on peut « garder à vie » et nous espérons continuer encore ainsi de nombreuses années.

POUR EN SAVOIR PLUS:

 

Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *