Renouer avec le désir de lire : les Espaces Lecture dans les quartiers, Marseille

Document issu du site d’Atd Quart Monde. Les droits de reproduction sont réservés et limités.

Document issu du site d’Atd Quart Monde. Les droits de reproduction sont réservés et limités.

Le Printemps de la Francophonie qui se déroule jusqu’à fin avril, nous prouve que les initiatives en faveur de la lecture et de l’expression de chacun ne manquent pas, mais aussi, que les difficultés par rapport à la lecture sont toujours présentes dans nos villes.
Dans la région PACA, 6% des jeunes de moins de 35 ans sont en situation d’illettrisme, et 17% des jeunes de moins de 25 ans ne maîtrisent pas les « compétences de base » (lecture, écriture, calcul simple ou compréhension d’un texte simple)1. Contrairement aux idées reçues, cette situation ne concerne pas que les populations immigrées, bien au contraire : tous scolarisés en France, 68% de ces jeunes ont le français pour langue maternelle… Alors, d’où vient le mal ? Avec un entourage souvent peu lecteur, ces jeunes ne sont que rarement en relation avec le monde de l’écrit, sauf à l’école où bien souvent, ils se trouvent en échec. Comment éveiller en eux ce goût pour la lecture ? Goût sans lequel ils se retrouveront nécessairement en situation d’échec face à l’écrit. Et c’est malheureusement l’accès à l’information, à la connaissance qui se trouve alors empêché, mais aussi la maîtrise et la compréhension de leur environnement immédiat, sans parler du plaisir et des mondes imaginaires auxquels nous ouvrent la lecture…

Depuis une vingtaine d’années, les bibliothèques publiques s’implantent un peu plus dans les quartiers, s’impliquant ainsi dans leur mission de rendre la culture accessible à tous, dans leur rôle de service public. Cela ne suffit pas. Quel intérêt à entrer dans une bibliothèque quand on n’aime pas lire ? Il faut d’abord intéresser ces (non-)publics au livre, à la lecture, à la culture. Les initiatives en ce sens sont diverses, plusieurs structures s’investissent dans la lutte contre l’illettrisme au moyen de la culture, souvent des associations proches des principes de l’éducation populaire. À Marseille, les A.I.L (Amis de l’Instruction Laïque), C’est la faute à Voltaire, Peuple et Culture, proposent des animations autour du livre et de l’écriture, des projections de films, des ateliers d’écriture… menés en lien avec des structures sociales comme ATD Quart Monde, A.C.C.E.S (Actions Culturelles Contre les Exclusions et les Ségrégations) et bien d’autres.

Dans les quartiers, en parallèle de l’action des centres sociaux ou des centres de formation, les Espaces Lecture offrent aux habitants des livres, un lieu et surtout un accueil et une médiation vers la pratique culturelle de la lecture, vers l’habitude de lire. Ces Espaces Lecture, missionnés d’apporter le livre aux publics « empêchés », ont vu le jour grâce aux initiatives de Robert-Paul Vigouroux, maire de Marseille entre 1986 et 1995, dans la continuité des politiques nationales de diffusion et démocratisation de la culture. Le C.L.A.M (Comité de Liaison d’Associations en Méditerranée) a d’abord été choisi pour procéder à l’ouverture des Espaces Lecture, puis les A.C.E.L.E.M (Association Culturelle d’Espaces Lecture et d’Écriture en Méditerranée) ont pris le relais en 1996, gérant aujourd’hui le fonctionnement de sept structures de proximité implantées dans les quartiers de la Viste, la Savine, Le Plan d’Aou, La Solidarité, la Valbarelle, Air-Bel et Saint Mauront.

Ces Espaces Lecture mettent en place un travail de médiation. La médiation est nécessaire pour sensibiliser à la lecture et à l’écriture des personnes qui n’ont pas l’habitude de fréquenter les livres et pour servir de passerelle vers les bibliothèques municipales. Situés dans les quartiers, ils offrent une facilité d’accès au livre et des activités pour s’approprier ce support et exprimer sa pensée. Rencontres avec des artistes, comme Eddy Vaccaro, dessinateur de la bande-dessinée Championzé, séances de lecture et écriture de contes en musique sur le thème de « La vallée africaine » avec le joueur de kora Abdoulayé Kouyaté, travail avec une linguiste sur l’étymologie et la grammaire des mots utilisés par les jeunes dans les quartiers avec le projet « Ma 6T vous parle »… les projets sont variés, mais tous ont pour objectif l’expression par les jeunes de leur propre culture, de leurs ressentis, pour laisser place à leur vision du monde, ou pour les amener à la découverte d’une autre culture.

Être implanté dans un quartier ne suffit pas, il faut aller à la rencontre du public. Pour ce faire et répondant à une demande politique de la ville en 2005, les projets Hors les murs se multiplient et mettent les Espaces Lecture en lien avec différents acteurs, notamment les écoles et les bibliothèques publiques. Ateliers ludiques autour du livre, en fonction des publics et des âges, bibliothèques de rue, ou ateliers d’écriture, de peinture, multimédias… permettent à chacun de questionner son rapport personnel au livre, peut-être de renouveler son regard par rapport à une approche trop scolaire, développer son imaginaire et son expression orale ou écrite. C’est aussi l’occasion pour les jeunes et les publics de ces ateliers de sortir de leur quartier, de découvrir d’autres endroits de la ville, que souvent ils ne connaissent pas : le théâtre de la Criée, la Vieille Charité, l’opéra… ont été explorés pour la création d’un livre dans le projet « Mots et mets de ma cité ». Le jardin des Aures a accueilli deux années consécutives, en 2013 et 2014, une manifestation de restitution des productions réalisées lors du projet « Quartiers livres ». Outre l’exposition des productions, des ateliers créatifs et ludiques ont impliqué les participants au projet, mais aussi les passants et du public scolaire. Des lectures animées et un spectacle de contes africains par Dani Abdoulaye accompagné par un joueur de kora ont eu lieu. Ces journées permettent aussi la rencontre d’amateurs et de professionnels du livre avec la population, les actions Hors les murs étant nécessaires à la visibilité des Espaces Lecture, à une première prise de contact, notamment avec les adultes, qui, s’ils ne sont pas dans un circuit de formation ou de réinsertion sociale, d’apprentissage, n’y mettront jamais les pieds.
En effet les adultes présents sont souvent ceux qui viennent dans le cadre d’une formation, d’un atelier organisé par une structure sociale, ce sont typiquement des adultes en démarche d’alphabétisation. Dans certaines cités cela dit, ils viennent en famille, pour trouver un lieu de vie et d’échange souvent plus que pour les livres. C’est l’occasion de leur proposer de faire des emprunts et la preuve que l’Espace Lecture s’est réellement intégré au cœur de la cité. La coopération avec des écoles du quartier qui utilisent le lieu comme lieu ressource, les partenariats avec le centre social, la maison pour tous, les associations de femmes, de sport, du quartier, sont nécessaires au fonctionnement de ces Espaces qui agissent dans un territoire particulier. Le lien avec les acteurs de proximité est fondamental pour instaurer une relation de qualité avec les habitants.

Instaurer des partenariats avec les bibliothèques municipales permet aux Espaces Lecture de prétendre à être autre chose que des centres d’animation : ils peuvent leur emprunter des livres et garantir ainsi une offre riche et variée. Le fonds des Espaces Lecture est surtout originaire de la BDP (Bibliothèque Départementale de Prêt) qui prête les livres pour des périodes de quatre à six mois, de dons et de récupération après les opérations de désherbage des bibliothèques, comme celle du Merlan qui opère une présélection des livres qu’elle va proposer aux A.C.E.L.E.M.
La coopération avec les bibliothèques ne débouche pas seulement sur l’emprunt de livres, mais aussi sur des animations et sur le déroulement à la bibliothèque de ces temps d’action. Il est très important que ces actions se passent à la bibliothèque : c’est une façon d’y amener les publics, de les familiariser avec ce lieu et en même temps d’y créer des souvenirs agréables et centrés sur la relation au livre. Ce sont surtout les enfants qui participent aux animations, mais on peut espérer qu’ils reviennent avec leurs parents. L’opération « Coup de plume » par exemple, réalisée dans le cadre du Printemps de la Francophonie, a rassemblé le 19 mars 2015 les jeunes des Espaces Lecture et ceux de l’association C’est la faute à Voltaire  à la Bibliothèque du Merlan pour des ateliers de création et d’expression autour du mot « amalgame ». Les productions réalisées dans ce cadre seront exposées à la bibliothèque.

Par ailleurs, le programme « Bibliothèque en herbe » de la BDP permet de faire intervenir des artistes pour des animations et des ateliers dans les Espaces Lecture et de former les animateurs aux méthodes de médiation artistique. La DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) alloue des fonds pour les interventions des artistes ou des auteurs. À l’espace Édouard Vaillant, des ateliers de gravure sur le thème de la mer ont ainsi été organisés en 2013. Des visites régulières dans les salles d’actualités, de presse, ou les magasins des bibliothèques, par exemple à l’Alcazar, peuvent instaurer des habitudes et désacraliser la bibliothèque. Les adolescents notamment vont travailler à l’Alcazar après une visite du lieu car l’environnement y est plus propice à la concentration. C’est déjà une réussite : l’institution bibliothèque est prête à faire l’objet d’une appropriation. Instaurer des habitudes prend du temps. Et les opérations de médiation introduisent dans les bibliothèques des publics que les bibliothécaires n’ont pas l’habitude de voir, et réciproquement. Chacun doit s’adapter à l’autre, les bibliothèques évoluant d’ailleurs vers un objectif de satisfaction des usagers.

Si la coopération avec les bibliothécaires n’était pas des plus évidentes au début de ces projets, chacun est maintenant conscient de la nécessité d’une complémentarité des compétences, en matière de lecture mais aussi de connaissance des publics. Construire un réseau pérenne et former les intervenants passe par des échanges entre professionnels, un retour sur leurs pratiques, et l’institutionnalisation des actions, nécessaire pour garantir un suivi sur le long terme des projets. C’est la mission des CRI (Centre Ressource Illettrisme) et de l’ANLCI (Association Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme). La BDP organise aussi régulièrement des sessions de formation pour les professionnels du livre et de l’animation culturelle.

1. « L’évolution de l’illettrisme en France », enquête régionale IVQ Provence–Alpes-Côte d’Azur, réalisée par l’ANLCI, mai 2013

Sources :

Pour aller plus loin :

Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 30 mars 2015

    […] A Marseille, coopération entre bibliothèques municipales, BDP et associations de quartier. […]

  2. 3 avril 2015

    […] – Monde du livre, ce carnet est le fruit d’un travail collectif entre les étudiants du Master professionnel Lettres spécialité Monde du Livre à l’Université d’Aix-Marseille. http://mondedulivre.hypotheses.org/3707 […]

  3. 30 juin 2015

    […] The following is in response to an article by Tim Coates which asks what reason libraries have for existing. “Hi Tim. It’s true that one cannot go along doing something simply because it has gone on before. My reasons for a public library service will be different to everyone else but I offer them up here for criticism:1) Libraries provide an essential service for those marginalised by society. I include in this the lonely, the unemployed, those with mobility issues, even those with IT access issues. In addition, we are the place where people go when they have no place. This post was then criticised for not concentrating on books. Books are of course the vital component of any library. Renouer avec le désir de lire: les Espaces Lecture dans les quartiers, Marseille. […]

  4. 15 mars 2016

    […]   […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *