Entretien avec Nicole Bary des Éditions Métailié

logo Métailié

logo des éditions Métailié

Le vendredi 13 février 2015, les étudiants du master « Monde du livre » ont eu le plaisir d’accueillir Nicole Bary au sein de l’université d’Aix-Marseille.
Nicole Bary est traductrice de l’allemand, directrice de l’association Les Amis du Roi des Aulnes, co-organisatrice de la manifestation « Lettres d’Europe et d’ailleurs » et directrice de la collection « Bibliothèque allemande » des Éditions Métailié, depuis vingt ans. À ce jour, la collection rassemble quinze traducteurs (dont quatre principaux), vingt et un auteurs et trente-huit titres.
Les étudiants du master 2 partagent avec vous les points essentiels de cette rencontre littéraire qui a duré deux heures.

Nicole Bary :

Merci de votre invitation, bonjour, merci d’être là. Les éditions Métailié existent depuis trente-cinq ans. La maison s’est spécialisée dans la littérature étrangère à une époque où cette littérature était encore peu traduite, l’anglais mis à part. Anne-Marie Métailié33 est spécialiste de l’Espagne, du Portugal et de l’Amérique latine, les autres collections sont venues par la suite. Les directeurs de collection choisissent les ouvrages qu’ils veulent publier et soumettent leurs choix à Anne-Marie Métailié qui représente à la fois le comité de lecture, la direction éditoriale et la direction économique de la maison. Les choix se négocient avec elle, en général c’est assez simple.
Dans la collection, j’ai deux exigences. D’abord je ne publie que des livres qui m’ont convaincue. (Mais je ne peux pas publier tous les livres qui me passionnent !) Ensuite j’essaie de construire une certaine image – il en existe beaucoup d’autres – du paysage germanophone. Ce paysage littéraire allemand comprend d’abord l’ensemble de trois littératures nationales, auxquelles s’ajoute ce qu’on pourrait appeler « la littérature de l’extériorité » (par exemple Herta Müller) et les écrivains qui ont changé de langue. C’est un phénomène qui a pris beaucoup d’ampleur en Autriche, en Suisse, mais surtout en Allemagne ; les écrivains viennent de Russie, des Balkans ou du Proche-Orient. Ce qui m’intéresse c’est non seulement l’évolution de la langue, mais aussi l’émergence de thématiques, de problématiques différentes, le regard d’écrivains bilingues et biculturels.

Comment ressentez-vous aujourd’hui la place de la littérature germanophone en France, en tant que directrice de collection ?

La littérature allemande a une vie difficile en France. Il existe de très nombreux clichés contre lesquels nous – les passeurs de littérature allemande – avons essayé de nous battre : non, la littérature allemande n’est pas morbide, sinistre ou moralisante. Mais les clichés ont la vie dure, j’entends régulièrement reprocher aux auteurs allemands leur manque d’humour, mais je peux citer un certain nombre d’auteurs, comme Kristof Magnusson qui ont un humour très corrosif. Les littératures contemporaines allemande, autrichienne et suisse s’insèrent étroitement dans le contexte politique, sociopolitique et historique et ce ne sont apparemment pas les sujets que les lecteurs français recherchent le plus.
Il y a en Allemagne, principalement à Berlin, une certaine concentration d’écrivains qui viennent de partout en Europe, avec leur histoire : celle des Balkans et des guerres qui y ont été menées, de Russie avec le passé historico-politico-social d’un empire dont l’effondrement a été mal vécu. Je pense à Melinda Nadj Abonji dont le roman Pigeon, vole raconte, dans des flash-back son enfance en Voïvodine et l’arrivée de la famille en Suisse où son intégration échoue. Je pense aussi à Sherko Fatah, qui est biculturel et a beaucoup vécu en Irak. Tous ses romans se situent en Irak, apparemment sans rapport avec l’Allemagne. Or l’auteur excelle dans l’art d’écrire les relations passées et présentes entre le Proche-Orient et l’Europe. Cette littérature déroute parfois le lecteur français très habitué, par sa propre littérature nationale, à des œuvres plus intimistes, plus nombrilistes, disent certains.

Puisque ce n’est pas « porteur », quels arguments mettez-vous en valeur dans vos demandes de bourses auprès du CNL ?

La question touche un problème de fond qui fait l’objet d’un débat. Quelle est la mission du CNL : aider le marché ou la littérature ? S’agit-il d’aider en fonction d’exigences de qualité ou en fonction des lois du marché ?
Lorsqu’un éditeur dépose un dossier de demande de subvention pour une aide à la traduction, il doit déposer environ un tiers de la traduction de l’ouvrage. Le rapport de lecture porte sur la qualité de la traduction et l’originalité, la qualité de l’ouvrage. Le dossier comporte aussi un certain nombre de renseignements comme le coût des droits, le tirage dans la langue originale, la rémunération du traducteur, etc. Je dois préciser que le tirage d’un livre traduit n’a rien à voir avec le tirage du livre dans le pays d’origine. De nombreux exemples montrent qu’il est imprudent de se fier au tirage mirobolant d’un roman dans son pays et de payer en conséquence un à-valoir très élevé.

Concernant les chiffres, en moyenne quel est le tirage d’un livre de votre collection ?

Pour un auteur encore inconnu en France le tirage atteint au maximum 2 000 exemplaires. Pour un écrivain déjà connu, le tirage peut atteindre 3 500 exemplaires et il peut y avoir une deuxième édition, ce qui a été le cas de Prise de territoire de Christoph Hein.

Couverture du livre Prise de territoire

Prise de territoire, Christoph Hein – image Métailié

Christoph Hein est l’auteur le plus traduit dans la « Bibliothèque allemande », il est un peu « votre » auteur. Comment l’avez-vous rencontré ?

Je le connais depuis le début des années 1980, mais ce n’est pas moi qui ai traduit les premiers livres. Je l’ai rencontré quand il commençait sa carrière de romancier et de nouvelliste – auparavant il écrivait des pièces de théâtre pour un grand théâtre de Berlin. C’est le metteur en scène Bernard Sobel qui me l’a fait connaître. À l’époque je dirigeais la librairie Le Roi des Aulnes, une librairie des pays de langue allemande. Sobel voulait monter une pièce de Hein, et nous l’avons invité conjointement à venir à Paris. Je le traduis depuis le début des années 1990, je suis effectivement attentivement son œuvre, mais tout comme celle de mes autres auteurs, ce qui est dans l’esprit de la politique éditoriale des éditions Métailié. Nous ne faisons pas un catalogue, nous accueillons dans la maison des auteurs dont nous suivons et publions l’œuvre.

Vous êtes la première à traduire Herta Müller, mais vous n’avez pas traduit son livre publié chez Métailié, le seul paru dans la maison. Pourquoi ?

Lorsque son premier livre est paru en 1988, personne ne s’intéressait en France à cette auteur. Seule Maren Sell a pris le risque de publier L’homme est un grand faisan sur terre que j’ai traduit. Puis les Éditions du Seuil ont acquis les droits d’un second ouvrage, mais j’étais sans doute à l’époque occupée à une autre traduction. Je parle de « risque » parce qu’effectivement jusqu’au Prix Nobel, les tirages et les ventes sont restés faibles. Par la suite, nous avons publié chez Métailié un autre roman La Convocation en 2001 (l’édition allemande était l’invitée d’honneur au Salon du livre). Comme directrice de collection je préfère ne pas être aussi la traductrice des livres que je publie – à une ou deux exceptions près. J’ai donc proposé à Claire de Oliveira, qui avait traduit le roman publié au Seuil, de traduire La Convocation. Actuellement je traduis le tout premier livre de Herta Müller qui paraîtra chez Gallimard. Je suis contente de l’avoir fait connaître en France, le prix Nobel l’a aidée à trouver sa place dans le paysage éditorial.

Comment trouvez-vous de nouveaux auteurs, comme Roman Graf ?

Couverture du livre Monsieur Blanc

Monsieur Blanc, Roman Graf – image Métailié

C’est un petit éditeur suisse qui a publié le premier roman de Roman Graf et son agent qui connaît le profil de ma collection m’a envoyé le livre. Je l’ai lu, le livre m’a convaincue, je l’ai donc présenté à Anne-Marie Métailié et on l’a publié. Je reçois fréquemment des propositions d’éditeurs, d’agents, mais je trouve le plus souvent les nouveaux auteurs en examinant les nouvelles parutions et en lisant les livres. J’ai la chance d’habiter une partie de l’année à Berlin et je fréquente les librairies, les maisons de la littérature, j’interroge les écrivains que je connais sur leurs lectures.
De nombreux agents littéraires pratiquent les méthodes américaines pour vendre les droits et organisent des enchères. Chez Métailié nous ne suivons pas cette pratique. Nous faisons une proposition que nous estimons juste et justifiée et le vendeur fait ce qu’il croit devoir faire. Avec certains éditeurs, des relations commerciales étroites s’établissent au fil du temps. Les chargé(e)s de droits connaissent mon travail et me font des propositions ciblées.

Est-ce que des traducteurs viennent à vous avec des propositions de livres ?

Je reçois régulièrement des propositions envoyées par des traducteurs que je ne connais pas ou pas encore, mais peu de propositions émanant des traducteurs avec qui je travaille régulièrement. La plupart du temps les propositions ne conviennent pas, ou concernent des ouvrages que j’ai déjà refusés. Mais il arrive que la proposition du traducteur me mette sur la piste d’un auteur et ce n’est pas forcément le livre proposé qui sera retenu. Cela a été le cas avec Vladimir Vertlib. La traductrice proposait un livre de mémoires, or il était difficile de commencer à publier un auteur encore inconnu en France en commençant par ses mémoires. J’ai donc cherché, avec la traductrice le roman qui permettait d’introduire cet auteur et nous l’avons trouvé. Le roman paraîtra à l’automne 2015. La facture de ce roman est particulière, c’est d’une certaine façon un roman russe écrit en allemand. Dans la langue allemande on entend sonner la phrase russe (comme dans la prose poétique de Saïd on entend sonner le persan, surtout dans la métrique). Je trouve passionnantes les écritures qui font exploser des canons trop stricts des langues. Pour le traducteur, il s’agit d’une contrainte, puisque si la langue de l’original est « bousculée », la traduction doit aussi être « bousculée ».

En parlant de Saïd, son écriture est vraiment une curiosité.

Oui, il s’agit d’une prose poétique rythmée. Contrairement à l’usage allemand selon lequel tous les substantifs ont des majuscules, Saïd n’utilise que la minuscule y compris à l’initiale de la phrase, et évite la ponctuation. J’ai donc respecté scrupuleusement sa façon d’écrire le texte.

Ce serait alors comme si l’on pouvait presque lire le texte persan, puisqu’il n’y a pas de majuscules et peu de ponctuation en arabe.

Il ne faut pas exagérer non plus, mais en un sens, oui. La construction narrative est également étonnante. Le récit s’écrit suivant des cercles concentriques. La pensée se développe selon un long mouvement circulaire dans les récits, mais aussi dans les essais ce qui est inhabituel dans la littérature occidentale. Le contraste entre ce mode d’écriture et la langue allemande est très enrichissant.

Combien de personnes travaillent sur la collection « Bibliothèque allemande » au quotidien ?

Une seule en amont : je lis les livres, les choisis, prépare l’argumentaire pour Anne-Marie Métailié que je dois convaincre, et je choisis le traducteur. Les contrats sont établis par une collaboratrice d’Anne-Marie Métailié ou par une de ses collaboratrices. Si le/la traducteur/trice le souhaite, ou s’il s’agit d’un jeune traducteur/trice avec qui je n’ai pas encore travaillé, je suis la traduction pendant son élaboration, mais généralement je reçois la traduction terminée que je relis en la comparant à l’original. S’il y a des points sur lesquels je pense que j’aurais pu faire un choix différent, je transmets mes remarques et propositions au traducteur et si besoin est nous décidons d’une séance de travail en commun, mais souvent un échange téléphonique suffit. Ensuite je fais suivre la traduction à Anne-Marie Métailié.
Arrivée à ce point du travail, je passe le relais. Au minimum deux autres personnes relisent la traduction avant que le livre ne soit mis en fabrication, Anne-Marie Métailié et une de ses collaboratrices qui vérifient l’orthodoxie de la langue, de la ponctuation, de la syntaxe. Il est possible que cette correctrice, qui ne connaît pas l’original, décèle une ambiguïté ou une obscurité dans le texte. Elle m’interroge pour savoir si l’ambiguïté est également dans le texte allemand, s’il faut la conserver, etc. La correctrice rassemble les corrections et le livre part à l’impression. En général, j’ai alors un entretien avec l’attachée de presse qui a également reçu les premières épreuves, et nous confrontons nos jugements sur le livre. Pour un ouvrage à l’office de septembre, les deuxièmes épreuves (corrigées) sont disponibles en juin, et communiquées à la presse.

Comment promouvoir des livres d’auteurs qui ne parlent pas français, auprès d’une presse réfractaire à la langue allemande (ou aux littératures allemandes) ?

C’est difficile. Nous avons une attachée de presse très compétente mais lorsqu’un livre d’un auteur encore peu ou pas connu sort en même temps qu’une énième traduction de Stefan Zweig, on trouvera dans le supplément littéraire d’un grand quotidien une page complète sur Zweig et quelques lignes seulement sur la nouveauté. Ne vaudrait-il pas mieux publier des articles sur des auteurs pas encore connus ? Il ne faut pas compter non plus sur la radio, ni sur la télévision où les auteurs de langue allemande ne sont pratiquement jamais invités, la traduction simultanée serait un handicap, alors que des écrivains anglo-saxons y sont couramment interviewés.

Nous avons remarqué que vous investissiez les réseaux sociaux. Est-ce que cela compense le peu de visibilité dans la presse ?

Oui, nous sommes très présents, notamment dans les revues en ligne comme Poezibao mais pour en évaluer la portée, il faudrait interroger l’attachée de presse.

En 2009, les éditions Métailié ont été rachetées à 80 % par le Seuil, pourquoi par cet éditeur ? Qu’est-ce que cela a changé pour vous ?

Les éditions Métailié étaient déjà dans le groupe de diffusion du Seuil, c’était donc un choix logique. Pour moi, cela n’a rien changé. Pour en savoir davantage, il faut interroger Anne-Marie Métailié.

Quels sont les arguments que vous portez généralement pour qu’Anne-Marie Métailié accepte un livre ?

Il faut que j’arrive à la convaincre. Je lui expose la construction du roman, son sujet, l’originalité de son écriture, je dis ce qui a particulièrement retenu mon attention, etc. AMM m’a dit quand je suis entrée dans la maison qu’elle « aime qu’on lui raconte des histoires », il m’appartient donc de bien organiser mon argumentaire. Comme nous travaillons ensemble depuis vingt ans, je sais ce qui est susceptible de l’intéresser.
Par exemple, nous venons d’acquérir les droits du roman d’un très jeune auteur, un roman sur la précarité. C’est un sujet très rarement traité dans la littérature allemande. L’histoire est très bien écrite, dans une langue extrêmement violente, dense, dans des séquences courtes, un peu comme un scénario de film, sans pathos ni mélo. L’écriture est très factuelle, mais à la lecture on reçoit une sorte de coup-de-poing. J’ai pensé qu’il fallait absolument publier ce livre, par ailleurs assez court, dont le sujet est peu présent dans la littérature allemande, également peu présent dans la littérature française sous cette forme-là : le roman n’est ni misérabiliste, ni moralisant, il est même politiquement incorrect. J’ai transmis ces arguments à Anne-Marie Métailié et nous avons décidé immédiatement d’acheter les droits.
Il est vrai que nous hésitons souvent à acheter les droits de livres trop gros à cause du coût de la traduction, même avec les aides du CNL ou de l’Allemagne (Autriche ou Suisse).

Quels sont vos critères pour l’attribution d’une traduction ? Est-ce que vous réfléchissez en fonction de qui est le traducteur le plus adapté ?

Oui, c’est ce que j’ai fait par exemple pour la traduction du premier roman de Kristof Magnusson. C’est un très jeune auteur et j’ai sollicité une traductrice très jeune. Elle m’avait été recommandée par un traducteur chevronné avec qui elle avait fait un master de traduction. À ce moment-là, je n’avais pas de traduction à lui proposer, je n’ai pu que lui confier un texte à traduire pour LITTERall. Elle l’a fait avec beaucoup de talent et de compétence et dès que l’occasion s’est présentée, je lui ai proposé une traduction, en l’occurrence le roman de Kristof Magnusson. Le texte lui a plu, elle a pris contact avec l’auteur et une grande connivence s’est établie entre eux. Ils ont d’ailleurs obtenu ensemble, à Bruxelles, un double prix pour le roman et sa traduction française.

Avez-vous une influence sur le choix de la couverture ?

On me tient au courant des différentes propositions. C’est parfois un choix compliqué. Je sais que certains auteurs aimeraient être associés au choix de la couverture, d’autant plus que les illustrations sur les couvertures sont rarissimes en Allemagne. Mais en général, le choix se fait en interne.

Couverture du livre Le Monde gris

Le Monde gris, Galsan Tschinag – image Métailié

Très peu de notes de bas de page sont présentes dans les titres de votre collection. Pourriez-vous nous expliquer ce choix ?

Pour répondre, j’ai besoin de revenir à ce que j’ai dit sur la traduction. De même que je suis contre le lissage, je suis également contre la traduction des noms de rues, et les traductions du style « ils se promenaient Sous les Tilleuls (Unter den Linden) » me font éclater de rire. Dans mes traductions, je laisse les noms de rue, etc. sans les traduire. Je garde aussi Herr et Frau puisqu’on le fait dans les traductions de l’anglais. Il ne s’agit pas d’un roman français, mais d’un roman traduit. Il doit donc conserver une part d’étrangeté. Il y a deux sortes de notes de bas de page, la première est utilisée par le traducteur pour expliquer un mot, qui pour une raison lambda, ne peut pas être traduit dans le texte. La seconde sert à expliquer un concept historique, un mot typique de l’époque de la RDA par exemple, mais en dehors de ces cas particuliers nous évitions les notes de bas de page. Quand j’ai traduit un texte où il y avait de nombreux mots en roumain dans la version allemande, je les ai laissés dans la traduction, et on a ajouté un lexique à la fin du volume.
En revanche, nous publions parfois une postface. Ce sera notamment le cas pour le roman de Maja Haderlap qui se passe en Carinthie, au sud de l’Autriche, où vit une minorité slovène. Il est probable que le lecteur français ne connaît pas l’existence de cette minorité slovène ni ses problèmes, la postface est nécessaire pour expliquer le contexte. Mais cette pratique demeure exceptionnelle, comme les notes de bas de page.

Est-ce qu’il y a en Allemagne un intérêt particulier pour la traduction de la littérature française contemporaine ?

L’Allemagne traduit beaucoup, mais surtout le fonds, la littérature classique. En revanche elle traduit moins de littérature française contemporaine, alors qu’en France on traduit davantage de littérature contemporaine allemande que de littérature classique. Mais les grandes stars ou les auteurs en vogue, les prix littéraires sont régulièrement publiés. Il semble qu’il y ait encore moins d’échos dans les médias allemands sur les traductions de littérature française qu’en France sur la littérature allemande traduite. Certains écrivains qui vivent à Berlin, complètement ou à temps partiel, comme Camille de Toledo et Cécile Wasjbrot (qui de plus maîtrise la langue) ont acquis une jolie notoriété en Allemagne, même si leurs tirages restent encore modestes.

Quel livre traduire en premier pour un auteur inconnu en France ?

Il ne faut pas commencer par des mémoires ! Il n’y a pas de règles universelles, chaque auteur est un cas particulier. Pour les auteurs en début de carrière, comme Magnusson, on a commencé par son premier roman et on suivra sa « production ». Pour un nouvel auteur qui a déjà une œuvre, on essaie de commencer par un livre récent, mais il peut y avoir des exceptions à la règle. Pour revenir à Vladimir Vertlib, quand j’ai cherché dans l’ensemble des romans déjà publiés ce que nous allions acheter et traduire, le roman le plus récemment publié ne convenait pas, car il ne pouvait se comprendre que dans le contexte de l’ensemble de l’œuvre de l’auteur. Mon choix s’est porté sur un roman beaucoup plus ancien qui mettait en évidence les qualités de conteur de l’auteur, et aussi son humour.

Est-ce que certains auteurs vous ont abandonnée pour une autre maison d’édition ? Votre rapprochement avec le Seuil peut-il aider dans ce cas ?

Herta Müller, après le prix Nobel.
Je ne crois pas que le rapprochement avec Le Seuil puisse aider dans ce cas.

Couverture du livre Un Voleur de Bagdad

Un Voleur de Bagdad, Sherko Fatah – image Métailié

Est-ce que vous avez eu un rôle « consacrant » selon les termes de Bourdieu, c’est-à-dire, y a-t-il des auteurs dont la première traduction était faite par vous ?

S’il s’agit de la première traduction dans l’absolu, cela pourrait être le cas de Melinda Nadj Abonji, de Sherko Fatah aussi et, me semble-t-il, de Roman Graf.


La collection « Bibliothèque allemande » faisant partie du catalogue Métailié depuis vingt ans s’inscrit parfaitement dans la ligne défendue par la maison depuis ses débuts. Anne-Marie Métailié, élève de Pierre Bourdieu, a fondé une maison à vocation sciences humaines et a su s’entourer au fil du temps, de directeurs de collections, comme Nicole Bary, qui ont apporté à la maison des textes de littérature qui contiennent toujours, quelles que soient leurs origines linguistiques, une dimension socio-historique. La question de l’extériorité, de l’altérité, une vision différente du monde restent au cœur de tous les textes proposés par la maison.

Propos recueillis par Amandine Astier, Valeria Gonzalez, Amandine Texier et Amélie Trebosc.
Relecture et correction par Émeline Lacombe et Marion Quignon.

 Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation

3

  1. directrice des éditions333

3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *