La traduction des langues hispaniques : les « Ibériques » aux éditions José Corti

Devanture Librairie José Corti

Librairie José Corti, CC-BY Martin Greslou

En 1925, José Corti (de son véritable nom José Corticchiato) ouvre une librairie au 6, rue de Clichy à Paris où il commence (à partir de 1930 d’après le catalogue de l’époque) à éditer ses amis, pour la plupart des auteurs surréalistes tels que Breton, Éluard, Aragon, Dali. Ce n’est qu’en 1938 qu’il fixe le siège actuel de la maison d’édition au 11, rue de Médicis, toujours à Paris et qu’il choisit l’appellation « éditions José Corti » (entre 1925 et 1938 son travail d’éditeur était connu sous le nom « des éditions des Surréalistes » dû à la grande présence de ses amis dans le catalogue). Il fait la connaissance, la même année, de leur auteur référence : Julien Gracq, un auteur français, qui restera chez cet éditeur toute sa vie.
La publication des ouvrages chez José Corti fut énormément influencée dans ses débuts par l’arrivée de la seconde guerre mondiale, une influence que José Corti explique dans son ouvrage Souvenirs désordonnés, où il évoque notamment cette tragédie vécue pendant la guerre : la déportation de son fils. L’éditeur publia de nombreux livres clandestins pour la Résistance à l’instar des éditions Minuit. Ce n’est qu’après la guerre que Corti « édite des textes poétiques ou réédite des classiques méconnus du romantisme européen1» comme Beckford2, Blake3 et Xavier de Maistre4.

L’engagement de cette maison d’édition n’est plus à démontrer, ce dernier étant revendiqué par sa devise : « Rien de commun » et en effet, après discussion avec Bertrand Fillaudeau, actuel codirigeant de la maison, ses efforts pour la recherche littéraire sont bien plus présents que l’appât du profit et il s’engage donc fréquemment dans des voies plus ou moins risquées5. Ayant repris les rênes de la maison d’édition après le départ de son fondateur, Bertrand Fillaudeau, qui a bien voulu répondre à un questionnaire que nous lui avons proposé, est rejoint en 1997 par Fabienne Raphoz. À eux deux, ils conservent la politique éditoriale des éditions José Corti et choisissent de l’étoffer avec de nouvelles collections qui apparaissent dans le catalogue de la maison au fil des ans. On retrouve donc actuellement plus de 1 000 ouvrages publiés6 depuis la création de la maison, regroupés dans pas moins de dix collections :
« Domaine français » qui a pour « vocation d’accueillir des individualités fortes, tant en poésie que dans le langage romanesque. Chaque auteur, à sa façon, témoigne d’une autre perception des choses dans l’alchimie toujours nouvelle d’une vision, d’un style, d’un ton, d’une œuvre s’approfondissant au fil des publications7 » ;
« Merveilleux » est une collection qui regroupe essentiellement des contes de tradition orale, mais aussi des mythes venant de tous les horizons pour « l’amour des formes simples » ;
« Romantique » suit le courant littéraire du Romantisme, qui selon la maison d’édition est le fédérateur de la culture européenne avant les nationalismes figés qui, aujourd’hui, n’ont plus aucun sens ;
« Les Essais » est une collection « d’écrivains qui s’inscrivent dans l’histoire littéraire à travers des méthodes, des instruments divers qui dépassent les seules approches intuitives ou impressionnistes. Repérer les grands écrivains de demain, montrer en quoi et pourquoi un grand créateur échappe au temps, à l’espace, en quoi il est différent de ceux qui l’ont précédé mais aussi en quoi il s’inscrit dans une histoire littéraire : tels sont quelques-uns des objectifs de la critique littéraire et de cette collection8 » ;
« En lisant en écrivant », les écrivains rassemblés dans cette collection ont tous en commun d’avoir entretenu avec les livres qu’ils ont écrits ou qu’ils ont lus, des rapports orageux et passionnels ;
« Le Nouveau commerce » regroupe des ouvrages d’auteurs étrangers qui viennent de pays peu traduits en France. Les textes sont souvent des poèmes ou des contes, comme Le Faux Col de Hans Christian Andersen ;
« Littérature étrangère », l’une des collections les plus vastes de la maison d’édition, regroupe, comme le « Merveilleux » et « Le Nouveau commerce », des œuvres d’auteurs étrangers. Mais elle se compose de textes datant du XVIe siècle à la littérature contemporaine. Cette collection est si vaste qu’elle a même donné naissance à une sous-catégorie : la « Série américaine » ;
« Biophilia » est la collection la plus récente (2012), son originalité se situe déjà par son titre mais aussi par les ouvrages qui la composent puisque cette collection a pour vocation de « mettre le vivant au cœur d’éclairage ou de rêverie transdisciplinaires de tous les temps : éthologues, philosophes, zoologues […] pourront s’y rencontrer dans le buisson foisonnant des espèces dont le devenir concerne le nôtre9 » ;
et enfin les « Ibériques » est une collection qui, pour Bertrand Fillaudeau (directeur de la maison au moment de la création de la collection en 1988), « ne doit pas être cantonné[e] dans l’espace (Europe et Amérique du Sud), ni dans les langues (castillan, catalan, galicien, portugais), ni dans le temps (classique et contemporain)10 ». Nous reviendrons, par la suite, plus amplement sur cette collection.

Pour ce dossier nous avons choisi de nous concentrer sur cette maison d’édition notamment pour l’engagement manifeste de leurs ouvrages, mais aussi pour l’intérêt que les dirigeants portent à la lecture et à la découverte de nouveaux auteurs (une mission plutôt rarement mise en place par Bertrand Fillaudeau, peu séduit par la littérature contemporaine française)11. Mais la traduction est difficile pour certaines langues, un processus largement dominé par la « suprématie » de l’intraduction de l’anglais. Il est intéressant de s’interroger sur la place qu’occupe la traduction hispanique dans le paysage éditorial et plus particulièrement son traitement au sein des « Ibériques » chez José Corti. Ces raisons nous amènent à nous interroger sur la traduction des ouvrages en provenance des langues hispaniques dans un premier temps. Puis en resserrant notre point de vue, nous aborderons plus en détail le fonctionnement de la collection « Ibériques » des éditions José Corti pour enfin aborder le rôle des traducteurs au sein de la maison et le lien entre ces derniers et les dirigeants.

I. La traduction hispanique en France et les aides à la traduction allouées aux éditions José Corti

Dans les années 1980, au moment où commence ce que l’on a appelé la mondialisation, 45 % des traductions faites dans le monde provenaient de la langue anglaise, langue hypercentrale. Suivaient, très loin derrière, le russe, le français et l’allemand, qui représentaient respectivement 10 à 12 % des traductions. Après ces langues centrales, six ou sept idiomes occupaient une position que l’on peut qualifier de semi-périphérique, avec 1 à 3 % de traductions, les autres n’atteignant pas le seuil de 1 %12.

Tandis que depuis le milieu du XIXe siècle, mode principal de circulation des œuvres littéraires entre les cultures, la traduction reste néanmoins largement prédominée par l’intraduction de l’anglais13. Mais selon Laurence Malingret, « le texte traduit n’a pas toujours eu bonne presse en France ; Pourtant c’est souvent à travers lui que les auteurs étrangers s’y sont fait connaître. Un premier indice nous est donné par l’absence d’études consacrées à la réalité du texte traduit au XXe siècle. […]14 ». Par conséquent, si la traduction se développe dans les années 1950, elle reste essentiellement marginale (la reconnaissance et l’institutionnalisation se feront lorsque les œuvres littéraires traduites ne seront plus méprisées dans l’enseignement de la littérature) jusque dans les années 1970, voire 1980, où les textes hispaniques connaissent un véritable essor culturel.
Schématiquement dans les années 1950, la sélection des textes porte principalement sur les classiques de la littérature espagnole ; dans les années 1970, la suprématie de la littérature latino-américaine se reflète dans l’introduction massive de traductions sur le marché ; et enfin, dans les années 1990, si les auteurs latino-américains sont toujours présents, les auteurs espagnols porteurs d’une nouvelle image de l’Espagne, régionalisée et démocratique, font leur entrée en force. Pour détailler un peu ce point, on peut notamment constater que dans les années 1950, la Bibliographie nationale de France inventorie une vingtaine de traductions, ou de rééditions de traduction, d’écrivains de langue espagnole : « en cette année 1950, les traductions présentes sur le marché francophone sont peu nombreuses et sans surprise. Cervantès, l’auteur classique universel et «  canonisé «  par excellence représente le tiers de l’offre et répond à la demande des universitaires et hispanistes peu soucieux du renouvellement de l’image de la littérature espagnole15 ». Peu de changements sont notables depuis les années 1950 jusqu’à 1980 dans le domaine de la traduction hispanique, même si elle connaît une croissance due à l’engouement du public pour l’« exotisme » de cette littérature. La situation évolue ensuite rapidement entre les années 1980 et 2000 : d’après l’Index Translationum de l’Unesco le nombre de traductions (toutes langues confondues) passe de 50 000 à 75 00016. Malgré tout, cette augmentation ne change guère les échanges entre les langues puisque la part de la traduction anglaise a nettement augmenté (de 45 à 59 %), tandis que la traduction du russe connaît une chute après 1989 (12,5 à 2,5 %). Certaines langues se maintiennent tandis que celles qui n’étaient déjà que peu traduites chutent encore un peu plus et passent en dessous de la barre des 1 %, à une exception près : l’espagnol renforce sa position pendant ce laps de temps passant de 1,5 à 2,6 %. Cette situation s’explique notamment par l’arrivée dans les années 1980 de l’Espagne dans l’Union européenne, un fait qui renforce les liens déjà existants entre la France et les pays hispaniques17.
Force est de constater malgré tout qu’un changement important s’effectue dans la traduction de titres espagnols, non pas au niveau du nombre de traductions mais au niveau de la considération que les éditeurs (et les traducteurs) portent désormais à la langue traduite. En effet, depuis les années 1990 (soit quelques temps après la création de la collection « Ibériques » chez José Corti) un détail est apporté dans l’ouvrage fini lors de la mention de la langue : on passe alors d’un système « traduit de l’espagnol » à un système qui décline avec exactitude la langue d’origine (catalan, galicien, par exemple).
Malgré l’augmentation de la considération et du nombre d’intraductions depuis les langues hispaniques, selon Bolivien Pedro Shimose, cela reste encore cantonné à une élite : « lorsque nous parlons de littérature hispano-américaine, en Europe, nous ne parlons que d’une cinquantaine d’auteurs privilégiés par l’édition, la diffusion, la vente, la critique et la célébrité, ce qui signifie aussi une promotion sociale et politique18 ». Cette affirmation du Bolivien Pedro Shimose, même si elle semble aisément vérifiable, paraît très conservatrice sur le sujet puisque le support de publication des lettres hispaniques en traduction française est actuellement extrêmement varié, phénomène relativement récent. Par conséquent, même si une élite d’auteurs se détache du lot, il n’en reste pas moins que la littérature espagnole est une littérature grandement diffusée à un public varié. Les éditions de poche concentrent une bonne partie des traductions, que ce soit au Seuil ou chez Gallimard. Les éditions de poche bilingues et commentées visant un public d’étudiants ont le vent en poupe. Les éditions bilingues plus luxueuses se consacrent plus spécifiquement à la poésie. Il existe bien entendu des collections spécialisées dont les « Ibériques » chez Corti ou encore les collections chez Métailié qui se déclinent sous plusieurs bibliothèques : « Bibliothèque portugaise », « Bibliothèque brésilienne », « Bibliothèque hispano-américaine » et « Bibliothèque hispanique ».

En survolant la liste des traductions, il apparaît clairement que quelques traducteurs occupent une place privilégiée et stratégique dans le monde de la publication. En effet, bon nombre de traductions gravitent autour de quelques noms. Ces traducteurs reconnus se montrent souvent fidèles aux éditeurs et aux auteurs, au point que leur cachet et leur style deviennent indissociables de certains écrivains dans l’aire francophone. Nous pouvons citer Bernard Sesé, professeur à l’université de Paris X, qui s’est spécialisé dans la traduction de la poésie classique (et parfois moderne). Il est l’un des traducteurs les plus actifs aux éditions José Corti et il est aussi à l’origine de la collection, puisque c’est en présentant ses traductions pour Le Marin et Message de F. Pessoa à Bertrand Fillaudeau que les « Ibériques » verront le jour.

Par ailleurs, et comme pour beaucoup d’éditeurs désormais, il est difficile parfois de faire face aux coûts supplémentaires qu’entraîne la traduction (on se souvient que la collection a été un gouffre financier pendant une dizaine d’années) et c’est pour favoriser et encourager une traduction souvent difficile que de nombreux acteurs, autres que le trio auteur / traducteur / éditeur, entrent en jeu : il s’agit essentiellement des aides dont les éditeurs peuvent bénéficier pour traduire ou pour publier une traduction. Un procédé auquel les éditions José Corti ont eu bien souvent recours pour leurs ouvrages et notamment pour la collection « Ibériques »19. Tout d’abord on observe des coéditions avec l’UNESCO, qui fonctionne comme une maison d’édition universitaire et propose, aux spécialistes et au grand public, des publications papier et des produits multimédia. Ils ont actuellement publié plus de 10 000 titres, soit une cinquantaine par an, le tout dans plus de 80 langues. L’UNESCO publie des livres, des produits multimédia et audiovisuels dans les six langues officielles de l’Organisation (arabe, chinois, anglais, français, russe et espagnol). 60 % des livres et des périodiques sont coédités, 90 % des cédéroms et des vidéos documentaires sont coproduits. Les publications de l’UNESCO et les produits audiovisuels sont également traduits dans quelque 50 langues. La coédition, les droits de traduction et les accords de coproduction avec des institutions et des maisons d’édition, dans différents pays, permettent de rendre les ouvrages de l’UNESCO accessibles à un plus large public à travers le monde. Les Éditions UNESCO participent aux plus grands Salons du livre internationaux au cours desquels des partenaires sont contactés pour des accords de coédition, de coproduction et de cession de droits.
Ensuite, on peut évoquer les aides du Centre national du livre (CNL) qui visent à soutenir les coûts de traduction en français d’œuvres étrangères. Leur but final étant de proposer au public français des œuvres du monde entier, à forte représentativité littéraire ou scientifique, dans une traduction de qualité, sous format imprimé et/ou numérique, et d’accompagner la prise de risque économique d’un éditeur en faveur d’une production éditoriale de qualité et diversifiée, accessible au plus grand nombre. Ces aides sont probablement les plus demandées actuellement et toujours en pleine expansion comme le confirme Les Annexes de la condition du traducteur20.
Les éditions José Corti ont aussi demandé les aides à la Commission des Communautés européennes (CCE), par exemple pour un de leurs auteurs qui entrait parfaitement dans la catégorie aidée par la CCE : José Luis Sampedro. « La politique de l’Union européenne de communiquer dans 24 langues officielles (politique du multilinguisme) est unique au monde. Toutes les langues officielles ont le même statut. Les citoyens des 28 États membres peuvent utiliser n’importe laquelle de ces langues pour communiquer avec les institutions européennes, ce qui contribue à rendre l’Union plus ouverte et plus efficace21. »
Une entité multilingue comme l’Union européenne a besoin de traductions de qualité, et fait donc appel à des linguistes professionnels pour fonctionner correctement. Les services linguistiques des institutions et organes de l’UE ont pour mission de soutenir et de renforcer la communication multilingue en Europe et d’aider les Européens à comprendre les politiques de l’Union européenne.
Enfin, une dernière aide a été évoquée par Bertrand Fillaudeau pour la traduction de certains ouvrages de Carlos de Oliveira, la Fondation Gulbenkian. Le rôle que se donne cette fondation repose sur plusieurs points :
-contribuer aux grands débats autour de la société civile, l’économie sociale, les fondations, l’Europe et la culture à travers un programme de conférences d’excellence ;
-assurer un programme d’expositions internationales de qualité ;
-soutenir la diffusion de la langue portugaise en France et dans le monde, en assurant l’importance des fonds de sa Bibliothèque et en proposant un programme de conférences et de débats en rapport avec les littératures et les sciences humaines et sociales de langue portugaise, en partenariat avec les différents réseaux internationaux.

Malgré les difficultés que connaît l’édition de nos jours, lorsque Bertrand Fillaudeau a repris le flambeau après José Corti, il a choisi de garder la même politique éditoriale sans jamais déroger à la règle. Mais pour respecter ses principes, il a fallu faire des choix et prendre des risques que peu de maisons prendraient aujourd’hui, ils se sont amplement étoffés afin de parvenir à la réputation que l’on leur connaît : n’avoir « rien de commun » et ne rien faire pour. Car même si leurs collections partagent souvent les mêmes thèmes avec d’autres maisons, le contenu est plus engagé et le fond plus intemporel. Mais sans les aides extérieures, la maison n’aurait peut-être pas le même fonds et au vu des aides reçues et des difficultés budgétaires rencontrées, il est possible que la collection que nous allons maintenant étudier n’existerait pas ou plus.

II. Les « Ibériques »

La collection les « Ibériques » a été créée en 1988, alors que Bertrand Fillaudeau avait pris la direction des éditions José Corti après le décès de ce dernier. Cette collection est créée par Bernard Sesé, qui en a également traduit onze ouvrages. Il semblerait qu’il ne soit resté que peu de temps à la direction de la collection, puisque si les premiers ouvrages de 1988 à 1990 portent la mention les « Ibériques, dirigée par Bernard Sesé », dès 1992 il est écrit sur les rabats « créée par Bernard Sesé », ce qui implique donc son changement de statut, sans qu’un autre directeur ne soit nommé. Bernard Sesé continuera de traduire des ouvrages de la collection puisque sa dernière traduction, Poésie en vers de Juan Ramon Jiménez, date de 2002. Les « Ibériques » n’a donc pas de directeur de collection, ce que confirme Fabienne Raphoz, codirigeante de la maison, en 2008 dans un article du Matricule des Anges : « chez Corti, il n’y a pas de directeur de collection22 ». Sans s’attarder, elle explique seulement son choix dans ce même entretien par le fait que « le travail de nos traducteurs réclame peu de révision ». Sans pouvoir remettre en question la qualité des traductions – souvent célébrées par les médias – il semblerait en revanche que les ouvrages de la collection auraient bénéficié d’un travail de correction supplémentaire pour supprimer les nombreuses coquilles présentes notamment dans les préfaces, voire dans les quatrièmes de couverture…
Les informations concernant le catalogue de la collection proviennent du site Internet de la maison23, il est possible que certaines erreurs s’y soient glissées puisque certains titres n’apparaissent pas sur la page consacrée à la collection (non mise à jour, semble-t-il) mais sont trouvables par d’autres biais. La collection est composée de 101 titres, publiés entre 1988 et 2013 puisque l’année 2014 n’a vu paraître aucun nouveau titre, seulement deux rééditions.

Graphique des publications annuelles José Corti

CC-BY Amandine Texier

Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessus, si en moyenne trois à quatre livres sont publiés par an dans la collection, il y a eu de nombreuses variantes et notamment des pics d’activités certaines années. Ainsi, les premières années de la collection ont été beaucoup plus fructueuses que récemment ; cela peut s’expliquer par l’évolution du marché du livre puisque de nos jours les publications annuelles, ou même mensuelles, sont si importantes qu’il semble difficile de se démarquer. Il est également possible de mettre en corrélation certains pics de publication avec les pays mis à l’honneur au Salon du livre de Paris24 : en 1992 le nombre de publications remonte tandis que l’Espagne est à l’honneur (deux ouvrages de José Ángel Valente sont publiés, ainsi que Le Coq de Socrate de Leopoldo Alas Clarín, les deux auteurs étant espagnols et les ouvrages restants publiés cette année étaient écrits par un Portugais et un Argentin). En 1998, c’est au tour du Brésil, et s’il y a une baisse de publications comparée à l’année précédente, avec six livres publiés cela reste une bonne année pour la collection qui publie deux ouvrages de Harry Laus, brésilien, et quatre livres d’auteurs espagnols. Le Portugal est à l’honneur en 2000 alors que la collection publie cinq ouvrages : Arche du célèbre écrivain portugais Miguel Torga, trois livres d’auteurs brésiliens et un livre espagnol. En 2009, tandis que le Mexique est présenté au Salon du livre, un seul ouvrage est publié au sein de la collection, mais il s’agit, probablement sans coïncidence, des Mots croisés de Fabio Morabito qui est mexicain. Enfin, si aucun nouveau titre n’est publié en 2014, paraissent les deux rééditions Journaux, 1959-1971 de Alejandra Pizarnik et Crépuscule d’automne, poésie de Julia Cortazár, toutes deux originaires d’Argentine, pays alors à l’honneur.
Ainsi, il semblerait que le pays d’honneur du Salon du livre de Paris ait une certaine influence sur les choix de publication, ou réédition, de la collection, ce qui permet peut-être aux ouvrages de trouver plus facilement leur public.

La collection « Ibériques », comme son nom l’indique, présente des auteurs aux nationalités diverses mais les Espagnols restent majoritaires avec dix-huit auteurs, suivis de sept Argentins et sept Portugais. Il y a également trois auteurs catalans, le Brésil et le Mexique sont représentés par deux auteurs chacun, et enfin on relève un auteur chilien, un Cubain et un Nicaraguayen. Si la maison annonce ne donner aux publications de la collection aucune barrière géographique (ou chronologique puisqu’elle publie classiques et œuvres contemporaines) avec pour seul critère commun celui de « la communauté de la langue mère (castillan, catalan, portugais)25 » il ne semble pas y avoir d’intention particulière à offrir des publications venant des nombreuses civilisations ibériques. En effet, même si des auteurs d’autres pays que l’Espagne ou le Portugal sont représentés, ils restent minoritaires comparés à leurs confrères européens.
Au sein de la collection sont également publiés deux auteurs français. Si cela peut paraître étrange à premier abord, il suffit d’observer les ouvrages pour mieux comprendre : Fray Luis de Léon d’Alain Guy et Les Enfants de Rodrigue de Olivier Hatzfeld sont tous deux des travaux théoriques sur des auteurs ou des textes publiés au sein de la collection. Avec Fernando Pessoa ou le poétodrame de José Augusto Seabra, qui est portugais, la collection « Ibériques » compte donc trois ouvrages théoriques qui semblent être tout à fait à leur place. Au sein des éditions José Corti existe une autre collection, « Essais » mais il est probable que ces ouvrages théoriques trouvent plus facilement leur public s’ils sont placés dans la même collection que les auteurs dont ils parlent.
Avec les ouvrages théoriques, une grande diversité de genres se trouve dans la collection « Ibériques » qui comprend des poèmes, des nouvelles, des romans et même des écrits autobiographiques comme des journaux intimes. La présence de nombreux livres bilingues peut également être notée : pour 101 titres, 31 au moins sont bilingues c’est-à-dire un peu moins du tiers. Ceci n’est pas anodin et montre une volonté de donner à lire la langue originale, qu’il s’agisse du catalan, du castillan ou du portugais, voire à entendre en plus de la compréhension que peut offrir la traduction française. La plupart des ouvrages bilingues sont des recueils de poèmes, en vers ou en prose ou bien des drames courts qui permettent la mise en page double du texte original à gauche et de la traduction sur la belle page. Les publications d’ouvrages bilingues, selon les années, semblent suivre celles de la collection en général, comme le montre la courbe du graphique plus haut. Certaines années, comme en 1991 et 1993, la totalité de la production annuelle était bilingue, ce qui montre un réel attachement à ce côtoiement des deux langues.

La collection « Ibériques » est, comme les autres collections José Corti, liée à la collection « Massicotés » qui contient les ouvrages au format poche. Parmi les 21 titres publiés en poche, trois proviennent de la collection « Ibériques » : Contes et nouveaux contes de la montagne et Senhor Ventura de Miguel Torga, et L’Île du Cundeamor de René Vázquez Díaz. Le choix de ces auteurs est compréhensible puisqu’il s’agit d’auteurs reconnus dont les œuvres de fiction toucheront sans conteste un certain public. Ainsi, la collection garde une certaine cohérence au sein de la maison d’édition.
Parmi les 101 titres du catalogue de la collection, un corpus de 23 ouvrages publiés tout au long de l’histoire de la collection a été étudié de plus près, afin de pouvoir observer la matérialité de ces livres et leur agencement au sein des « Ibériques ». La première chose notable est le manque d’uniformité de formats puisqu’ils varient d’un ouvrage à l’autre ; les ouvrages plus courts semblent être plus larges, peut-être pour compenser un dos fin qui peut les faire disparaître au milieu d’une étagère. Malgré la coutume des éditions José Corti, certains ouvrages sont massicotés, même si la grande majorité, quinze titres des vingt-trois étudiés, demande à être découpée pour débuter la lecture. À trois reprises les couvertures sont munies de rabats, mais il semblerait que ce soit une pratique datée pour la collection puisque le dernier ouvrage du corpus en possédant, Au Dieu sans nom de José Ángel Valente, date de 1992.

Rose des vents José Corti

Marque des éditions José Corti

 Les couvertures diffèrent tout autant même si une préférence peut être observée pour la sobriété, présente sur seize livres du corpus, avec l’auteur (une couleur spécifique par auteur, qu’on retrouvera sur le dos du livre), le titre (dont la typographie change au niveau des majuscules : parfois le titre est tout en minuscules, avec une capitale majuscule ou bien tout en majuscules), le traducteur, la marque et la mention « Ibériques / éditions José Corti » ou bien « Collection Ibériques / José Corti » avec certaines variantes. Pour ce qui est des marques, il s’agit parfois de la fameuse rose des vents des éditions José Corti quelques fois accompagnée de la devise « Rien de commun », ajoutée en 1941 pour démarquer les livres de l’émission radiophonique de propagande de l’occupation qui s’intitulait « Rose des vents »26

Bateau, marque de la collection "Ibériques"

Marque de la collection « Ibériques »

Parfois c’est un bateau qui est présent à la place et qui semble représenter la collection « Ibériques » sans qu’il ne soit possible de trouver des informations à son sujet. Ce bateau est présent sur dix-sept ouvrages du corpus étudié, la grande majorité donc. Quelques couvertures sont moins sobres et illustrées, de façon plus ou moins importante avec un simple portrait ou bien une illustration qui couvre la première et la quatrième de couverture, comme celle de Octobre, octobre de José Luis Sampedro, avec une carte de Madrid de la main de l’auteur qui couvre l’ensemble de la couverture. Sur la plupart des ouvrages illustrés, aucune mention de la source n’est donnée, ni titre, auteur ou mention de droit. L’encadrement diffère également d’un livre à l’autre mais pour les 23 ouvrages étudiés une constante peut être trouvée : celle de la présence d’une table des matières qui présente les différents poèmes, fragments, ou parties de l’ouvrage à la fin de ce dernier. Parfois, une liste des ouvrages publiés dans la collection suit cette table des matières, souvent dans les publications plus anciennes puisque le catalogue est accessible aisément depuis les années 2000 sur leur site web.

La collection des « Ibériques » s’attache donc aux langues, avec plusieurs ouvrages bilingues et également un respect pour le travail du traducteur, dont le nom est mentionné au moins sur la première de couverture. Il semble important de s’attarder sur le rôle de ces traducteurs, au sein de la collection.

III. Les traducteurs

Les traducteurs des éditions José Corti sont particulièrement mis en avant et ceux qui ont travaillé sur les ouvrages de la collection des « Ibériques » ne dérogent pas à la règle. Cela est rendu évident par leur site Internet, qui consacre une page entière aux traducteurs de la maison (133 mentionnés) classés par ordre alphabétique avec les langues et les auteurs qu’ils ont traduits27. La liste n’est pas exhaustive, peut-être par manque de mises à jour, puisque certains traducteurs de livres publiés par José Corti n’y sont pas mentionnés, mais elle montre une reconnaissance pour le travail des traducteurs. En effet, les titres du catalogue ont pratiquement tous une page Internet qui leur est octroyée et le nom du traducteur y est toujours mentionné, parfois avec des informations supplémentaires. Quant aux livres eux-mêmes, pour ce qui est de la collection des « Ibériques », tous affichent le nom du traducteur en première de couverture, parfois accompagné de la langue traduite (espagnol, argentin, etc.), et en page de titre. Cette bonne pratique est d’ailleurs recommandée par le chapitre VIII du Code des usages pour la traduction d’une œuvre de littérature générale28. Sur le corpus de vingt-trois livres étudiés, peu de quatrièmes de couverture sont signées : quatre sont écrites et signées « C. C. » par la traductrice Claire Cayron, un ouvrage est signé par « Les Traducteurs » dans le cas des Songes et discours de Francisco de Quevedo traduit par Annick Louis et Bernard Tissier et la quatrième de Blues castillan d’Antonio Gamoneda est signée par l’auteur lui-même. Parfois, sans être signée, il est possible de comprendre l’intervention du traducteur puisque le texte de la quatrième représente des citations de la préface signée par ce dernier. L’une des quatrièmes du corpus, celle des Travaux de Persille et Sigismonde. Histoire septentrionale de Miguel de Cervantès, présente même le traducteur Maurice Molho et son travail en quelques lignes.
Les traducteurs semblent d’ailleurs avoir de la place pour s’exprimer puisque parmi les livres du corpus, onze ont une préface signée par le(s) traducteur(s), allant de deux à soixante-neuf pages selon les ouvrages. La plupart de ces préfaces présentent l’auteur, son œuvre et plus particulièrement le texte dont il est question, mais la préface de Jacques Ancet pour Fragments d’un livre futur de José Ángel Valente se démarque : le traducteur s’adresse directement à l’auteur avec beaucoup d’émotion puisqu’il s’agit du premier texte que Ancet traduit sans pouvoir échanger avec Valente, alors décédé. Parfois, à la place ou en sus de la préface, les traducteurs consacrent une page à leurs remerciements (à deux reprises) ou proposent une note sur le texte, expliquant notamment la provenance du texte original qui a été traduit (En chair vive de Miguel Torga traduit par Claire Cayron) ou bien justifiant le choix de garder des éléments de l’édition originale comme la ponctuation et les majuscules, les noms de personnages et de lieux (L’Île du Cundeamor de René Vázquez Díaz traduit par Bernard Michel, qui ajoute à la suite du texte cinq pages de glossaire pour expliquer les mots laissés en cubain). Concernant les notes de bas de page, elles sont très peu nombreuses dans le corpus et servent uniquement à expliciter des mots ou événements qui ne seraient pas connus d’un lectorat français.
Précédant la page de titre, une liste « Du même auteur » présente souvent les autres ouvrages de l’auteur, même s’ils ont été publiés chez d’autres éditeurs français, mais mentionne parfois également les traducteurs des textes. Plus surprenant encore, Brebis galeuses de Caio Fernando Abreu, traduit par Claire Cayron, propose une liste des « Traductions de Claire Cayron aux Éditions José Corti » avec les différents auteurs qu’elle a pu traduire. Ce phénomène, qui montre encore une fois une reconnaissance pour le travail du traducteur, est visible également sur le site puisque certaines pages consacrées à un titre particulier présentent de la même façon une liste d’œuvres traduites par la même personne.

La collection est traduite par trente-neuf traducteurs, un chiffre assez élevé, mais parmi eux, vingt-quatre n’ont traduit qu’un seul titre, et quatre traducteurs en ont traduit deux chacun – certains titres ayant deux traducteurs. Les onze traducteurs restants ont travaillé sur 77 ouvrages, la grande majorité des titres de la collection. Cela montre un effort pour que certains auteurs soient traduits par la même personne.

Les principaux traducteurs des « Ibériques »
Traducteurs Nombre de textes traduits
Claire Cayron 19
Bernard Sesé 11
Jacques Ancet 9
Marianne Millon 8
Silvia Baron Superveille 6
Bernard Tissier 5
Julian Ros 4
Bernard Michel 5
Geneviève Duchêne 4
Albert Bensoussan 3
Denis Fernandez Récatala 3

Ainsi Claire Cayron était la traductrice attitrée de Caio Fernando Abreu (deux titres), Harry Laus (cinq titres) et Miguel Torga (neuf titres). Jacques Ancet traduit les œuvres d’Antonio Gamoneda (deux titres) et celles de José Ángel Valente (quatre titres), Marianne Millon celles de José Luis Sampedro (deux titres) et Jesus del Campo (deux titres). Bernard Tissier traduit Leopoldo Brizuela (deux titres) et Bernard Michel travaille sur les œuvres de René Vázquez Díaz (cinq titres). Ces chiffres indiquent une volonté de garder un même traducteur pour un auteur spécifique afin que la traduction soit de la même plume et faite à la lumière de l’œuvre entière de l’auteur. Claire Cayron précise ainsi, dans sa préface à Bis de Harry Laus, être partie dans le « Far South » du Brésil pour y trouver l’intégralité de l’œuvre de l’auteur, afin de mieux comprendre son écriture29. Cela semble montrer également que si certains auteurs sont traduits par différents traducteurs, ce n’est pas par indifférence mais probablement à cause de la disponibilité des traducteurs et éventuellement, des aléas de la vie puisque la collection s’étend sur vingt-sept ans.
Souvent les traducteurs sont aussi qualifiés de « passeurs » puisqu’ils transmettent des textes et cela est d’autant plus vrai pour les éditions José Corti et la collection des « Ibériques ». En effet, Bertrand Fillaudeau précise lors d’un entretien que sa passion pour cette littérature, qui n’était jusqu’alors pas traitée par la maison d’édition, l’a mené à vouloir créer cette collection, mais qu’elle a réellement pris forme avec les propositions des traducteurs30. Bernard Sesé, directeur de collection à ses débuts, proposa ainsi deux textes de Fernando Pessoa et en 1990, Claire Cayron introduit deux œuvres de Miguel Torga, le faisant découvrir alors au public français.
Claire Cayron, très proche des dirigeants de la maison d’édition, Bertrand Fillaudeau et Fabienne Raphoz, a une place très importante au sein de la collection : en plus d’avoir traduit le plus grand nombre de titres, elle a introduit le travail de trois auteurs. En effet, sur leur site, une page entière est consacrée à la traductrice en 2001 et étoffée en 2002 de nombreux éloges après son décès31. Claire Cayron n’était pas seulement traductrice, mais également professeure et cofondatrice de l’ATLAS (Assises de la traduction littéraire en Arles). Dans un entretien, Fabienne Raphoz revient sur sa rencontre avec la traductrice et précise qu’à présent : « on  » dialogue avec elle  » dans les livres qu’elle a traduits, mais la collection Ibériques est pour toujours orpheline32 ».

Le travail des traducteurs est ainsi mis en avant par les éditeurs, qui n’hésitent pas à leur rendre hommage comme il se doit, en affichant leur collaboration sur leur site Internet, sur les ouvrages et parfois en invitant les lecteurs à suivre le travail de ces traducteurs en leur fournissant des listes de titres qu’ils ont pu traduire, pour les éditions José Corti ou pour d’autres maisons.

.

La littérature traduite semble avoir trouvé amplement sa place dans le milieu de l’édition française. Un fait qui n’a pourtant pas toujours été vrai et dont certains points sont encore d’actualité, notamment l’exclusion encore bien présente de la considération des œuvres traduites dans l’enseignement même si des progrès sont à noter. Mais même si la littérature traduite a trouvé sa place, il ne faut pas oublier qu’en son sein la situation se présente sous un quasi-monopole de l’intraduction de l’anglais. C’est dans ce contexte que l’intraduction depuis les langues hispaniques apparaît en France au milieu du XIXe siècle avec très peu de traductions réalisées malgré tout. Il faut attendre la moitié du XXe siècle pour que les premiers changements dans la littérature traduite se produisent, et même alors les traductions sont essentiellement des œuvres de Cervantès ou des rééditions de ses œuvres. Comme on a pu le voir, l’essor de la littérature hispanique en France se fait dans les années 1980 après l’entrée de l’Espagne dans l’Union européenne (l’influence politique, économique et sociale joue beaucoup sur le choix des traductions). Dans ces mêmes années, les éditions José Corti créent leur collection « Ibériques ».
Avec 101 titres publiés entre 1980 et 2013 (pas de nouvelles publications en 2014, uniquement deux rééditions), le catalogue de la collection regroupe des auteurs classiques et modernes venant de tous les pays hispaniques. Mais même si ce catalogue est assez important on a pu noter que le nombre de publications annuelles a chuté ces dernières années. Des publications qui semblent être influencées par le Salon du livre de Paris, un moyen peut-être pour la collection de trouver son public. Une collection qui, au vu des textes étudiés de plus près, ne possède pas une maquette bien précise même si des caractéristiques ressortent.
Sur tous les ouvrages de la collection un point commun apparaît : la mention des traducteurs est assez visible. Mais ces traducteurs ne sont pas uniquement mentionnés, ce sont aussi souvent eux qui écrivent les préfaces ou les quatrièmes de couverture, on se souvient notamment avoir vu en troisième partie que dans les livres du corpus (23), onze ont une préface signée par le(s) traducteur(s), allant de deux à soixante-neuf pages selon les ouvrages. Les éditions José Corti sont proches de leurs traducteurs et leur accordent une place importante dans la publication ou encore sur leur site Internet où des pages entières leurs sont dédiées.

La littérature traduite de langues hispaniques n’occupe qu’une petite place dans le milieu de la traduction mais pourtant les éditions José Corti, comme beaucoup d’autres maisons, se sont lancées dans l’aventure. Une collection qui, comme nous l’a rapporté Bertrand Fillaudeau, a été un véritable gouffre financier pendant les dix premières années de son existence. Pourtant, après toute cette période, la volonté des dirigeants de la maison a payé, la collection existe toujours et publie régulièrement des auteurs que peu veulent traduire.

Dossier « Littérature traduite » par Steffie DEROY et Amandine TEXIER – Mars 2015

Bibliographie
Corpus littéraire
  • ABREU (Caio Fernando), Brebis galeuses. Traduit du portugais par CAYRON (Claire). Éditions José Corti, 2002. 294 p.
  • BRIZUELA (Leopoldo), Angleterre. Une fable. Traduit de l’argentin par TISSIER (Bernard). Éditions José Corti, Paris, 2004, 359 p.
  • De CERVANTÈS (Miguel), Les travaux de Persille et Sigismonde. Histoire septentrionale. Traduit de l’espagnol et présenté par MOLHO (Maurice). Éditions José Corti, Paris, 1994. 549 p.
  • De GÓNGORA (Luis), Fable de Polyphème et Galatée. Traduit de l’espagnol et préfacé par GENDREAU-MASSALOUX (Michèle). Bilingue. Éditions José Corti, Paris, 1990. 75 p.
  • De QUEVEDO (Francisco), Songes et discours. Traduit de l’espagnol et préfacé par LOUIS (Annick) et TISSIER (Bernard). Éditions José Corti, Paris, 2003. 218 p.
  • —, Sonnets. Traduit de l’espagnol par PONS (Bernard). Bilingue. Éditions José Corti, Paris, 2003. 141 p.
  • FERNANDEZ (Macedonio), Adriana Buenos Aires. Traduit de l’argentin par MILLON (Marianne). Coédition UNESCO / Éditions José Corti, Paris, 1996. 312 p.
  • GAMONEDA (Antonio), Blues castillan. Traduit de l’espagnol par ANCET (Jacques). Bilingue. Éditions José Corti, Paris, 2004. 131 p.
  • —, Description du mensonge. Traduit de l’espagnol et présenté par ANCET (Jacques). Bilingue. Éditions José Corti, Paris, 2004. 155 p.
  • JIMÉNEZ (Juan Ramón), Beauté. Traduit de l’espagnol et préfacé par SESÉ (Bernard). Bilingue. Éditions José Corti, Paris, 2005. 215 p.
  • JUARROZ (Roberto), Poésie et création. Traduit de l’argentin par VERHESEN (Fernand). Éditions José Corti, Paris, 1980. 175 p.
  • LAUS (Harry), Bis. Traduit du portugais et préfacé par CAYRON(Claire). Éditions José Corti, Paris, 1997. 213 p.
  • —, Sentinelle du néant. Traduit du portugais et préfacé par CAYRON (Claire). Éditions José Corti, Paris, 1998. 140 p.
  • OCAMPO (Silvina), Poèmes d’amour désespéré. Traduit de l’argentin et préfacé par BARON SUPERVEILLE (Silvia). Bilingue. Éditions José Corti, Paris, 1997, 155 p.
  • SAMPEDRO (José Luis), La vieille sirène. Traduit de l’espagnol par MILLON (Marianne). Éditions José Corti, Paris, 1990. 505 p.
  • –-, Octobre, octobre. Traduit de l’espagnol par MILLON (Marianne). Éditions José Corti, Paris, 1998. 731 p.
  • TORGA (Miguel), Contes et nouveaux contes de la Montagne. Traduit du portugais par CAYRON (Claire). Éditions José Corti, 1994. 342 p.
  • –-, En chair vive. Traduit du portugais par CAYRON (Claire). Éditions José Corti, Paris, 1997. 400 p.
  • —, Poèmes ibériques. Traduit du portugais par CAYRON (Claire) et SOLER (Louis) et préfacé par ce dernier. Bilingue. Éditions José Corti, Paris, 1990. 135 p.
  • —, Rua. Traduit du portugais par CAYRON (Claire). Éditions José Corti, Paris, 1997. 187 p.
  • VALENTE (José Ángel), Au Dieu sans nom. Traduit de l’espagnol et préfacé par ANCET (Jacques). Bilingue. Éditions José Corti, Paris, 1992. 131 p.
  • —, Fragments d’un livre futur. Traduit de l’espagnol et préfacé par ANCET (Jacques). Bilingue. Éditions José Corti, Paris, 2002. 211 p.
  • VÁZQUEZ DÍAZ (René), L’Île du Cundeamor. Traduit du cubain par MICHEL (Bernard). Éditions José Corti, Paris, 1997. 401 p.
Bibliographie
Critique
Note de bas de page
2. Au catalogue de José Corti : Vathek, Journal intime au Portugal et en Espagne, Voyage d’un rêveur éveillé Tome I et II, Souvenirs d’Alcobaça et Batalha, Vies authentiques de peintres imaginaires, La Vision, Suite de contes arabes, Histoire du prince Ahmed, L’Esplendente.
3. Au catalogue de José Corti : Le Mariage du Ciel et de l’Enfer, Milton suivi de Le Jugement dernier, Écrits prophétiques.
4. Au catalogue de José Corti : Voyage autour de ma chambre.
5. « Malgré cela la collection resta globalement déficitaire pendant plus de 10 ans car certains auteurs contemporains dont je suis très fier (J. Rios, R. Vázquez Díaz, Leopoldo Brizuela, M. Zambrano, etc.) ont été des gouffres financiers. » (Propos recueillis après des échanges par mail).
6. BEUVE-MÉRY (Alain), « Une œuvre qui tient une place à part chez José Corti », dans Le Monde des Livres, 7 juin 2014
8. « Les Essais »
9. Propos de Fabienne Raphoz, codirigeante de la maison d’édition. Site José Corti.
10. Propos de Bertrand Fillaudeau, recueillis lors des divers échanges de mails.
11. SAVARY (Philippe), « Une maison d’accueil », dans Le Matricule des Anges, juin 2008, n° 94.
12. Sapiro (Gisèle), « Des échanges inégaux : géographie de la traduction à l’heure de la mondialisation », acte du forum du 25 et 26 octobre 2011 à la Société des gens de lettres.
13. D’après les statistiques de l’Unesco, les traductions anglophones sont les plus nombreuses, suivies des Italiens, des Russes et des Allemands, les écrivains espagnols étant aussi peu traduits que les Orientaux.
14. [suite] « Pourtant, les données de la Bibliographie nationale de France indiquent que la littérature traduite vit en France (et ailleurs) des heures propices et qu’il existe une véritable explosion dans le monde de l’édition qui multiplie des publications. L’on traduit de plus en plus, non seulement des auteurs américains ou anglais, mais aussi, quoique dans des proportions plus modestes, des auteurs hispaniques. » Stratégies de traductions : les Lettres hispaniques en langue française, p. 14.
15. MALINGRET (Laurence), Stratégies de traductions : les Lettres hispaniques en langue française, p. 44.
17. Une donnée que confirme Gisèle SAPIRO : « La géographie imaginaire de la traduction épouse cependant l’évolution des rapports de force internationaux : la chute de l’intérêt pour les littératures d’Europe de l’Est après 1989, la montée de l’Amérique latine et de la Chine, en témoignent. C’est sans doute du côté de l’Espagne et de la Chine que l’on peut attendre une reconfiguration de cette géographie, étant donnée la hausse significative de titres traduits de l’espagnol et l’investissement considérable de la Chine dans la traduction actuellement. » dans « Des échanges inégaux : géographie de la traduction à l’heure de la mondialisation », acte du forum du 25 et 26 octobre 2011 à la Société des gens de lettres.
18 comme le cite Laurence MALINGRET dans Stratégies de traductions : les Lettres hispaniques en langue française.
19. Uniquement sur les 23 titres étudiés, un est une coédition UNESCO, neuf ont reçu l’aide du Centre national du livre et deux ont reçu l’aide de la Commission des Communautés européennes.
22. SAVARY (Philippe), « Une maison d’accueil », dans Le Matricule des Anges, juin 2008, n° 94.
24. « Historique » sur le site Salon du livre de Paris.
25. Les« Ibériques » sur le site des éditions José Corti.
26. Souvenirs désordonnés sur le site des éditions José Corti.
27. « Les traducteurs » sur le site des éditions José Corti.
29. LAUS (Harry), Bis. Préface et traduction du portugais par Cayron (Claire). Éditions José Corti, Paris, 1997. 213 p.
30. SAVARY (Philippe), « Une maison d’accueil », dans Le Matricule des Anges, juin 2008, n° 94.
31. « Autour de… Claire Cayron » sur le site des éditions José Corti.
32. MICHIELS (Marc), « Éditions Corti. Rencontre avec Fabienne Raphoz, éditrice à tire d’aile », dans La cause littéraire, 30 juin 2014.

Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *