Joanna Concejo, les visages du lointain

Deux patineuses habillées dans le style début XXe siècle sont dessinées sur une page de calendrier datée du 20 janvier 1952

Joanna Concejo, Les patineuses, 2014 Graphite sur page de calendrier ancien 8,4 x 12 cm, courtesy de l’artiste

Faire entrer en résonance le patrimoine des Musées de Montbéliard et la création contemporaine, proposer des expositions dans lesquelles les artistes capturent l’âme d’un lieu pour proposer un agencement voire des créations inédites, telle est l’une des constantes des expositions temporaires proposées par les Musées de Montbéliard. Sarkis, invité pour une exposition au Musée du Château des ducs de Wurtemberg en 2014, a ainsi retravaillé son projet Panthéon en associant les signatures imaginaires au néon bleu des illustres « panthéonisés » de Paris à des photographies d’anonymes du Pays de Montbéliard du début du XX siècle, présentées en grand format, sans retouche ni rognage et issues des collections de plaques photographiques des Musées.

L’exposition « Joanna Concejo : les visages du lointain » a été proposée jusqu’au 15 mars 2015 à l’occasion des festivités autour du marché de Noël, dans le cadre d’un nouveau cycle annuel : « Dessiner le monde », dont le propos est la création de dessins originaux par un artiste invité, inspirés par les collections ou le patrimoine de la ville. Figuration, narration et couleurs en sont les maîtres mots. Joanna Concejo, plasticienne et illustratrice d’origine polonaise, explore justement par son travail la notion du temps – de par sa technique d’illustration notamment – et présente un imaginaire proche du conte. Elle a par ailleurs illustré différents contes et albums à destination de la jeunesse, auprès des éditions du Rouerge, des éditions Notari et de l’Atelier du Poisson Soluble pour la France. Son dernier album, Quand les groseilles seront mûres, est sorti le 16 mars 2015.

Le travail de création de Joanna Concejo à Montbéliard a pris pour cadre l’hôtel Beurnier-Rossel. Abritant les collections historiques de la Ville depuis 1994, cet hôtel particulier du XVIII siècle a été conçu par Philippe de la Guêpière, qui fut architecte à la cour des ducs de Wurtemberg, et à qui l’on doit également l’Hôtel de Ville de Montbéliard. Les collections de mobilier de style montbéliardais du XVIII siècle – se distinguant par l’identité germanique et protestante de la ville du style franc-comtois – les reconstitutions de salons bourgeois, la collection de musiques mécaniques et de portraits de la famille Beurnier-Rossel, mais également les concerts baroques organisés dans le salon de musique, donnent à ce musée une atmosphère particulière, intime et poétique, qui entre en résonance avec les créations de Joanna Concejo. Un lieu où l’artiste nous a confié s’être sentie « comme à la maison », au milieu d’une famille fraîchement découverte. Famille dont elle a voulu raconter une histoire en se concentrant sur les portraits, mêlés à ceux de personnes proches, réelles ou imaginées. Une histoire non-linéaire, dont le spectateur pourrait recréer les liens. Un élément que l’on retrouvera dans le choix tout particulier qui s’est opéré pour le livre de l’exposition, sur lequel nous reviendrons en deuxième partie de l’article.

L’exposition

Le portrait d'un homme en buste dessiné au crayon. Son habit est composé d'une image champêtre

Joanna Concejo, Le chasseur, 2013
Graphite, crayon de couleur sur papier ancien, courtesy de l’artiste

Les strates du temps

La question du Temps est centrale dans les illustrations de Joanna Concejo. Ses œuvres, par leur technique de réalisation, en superposent différentes strates. Aucune n’est, d’abord, réalisée à partir de papier vierge : couverture de cahier ancien, papier peint, billets factices tirés d’un jeu de société constituent le support des illustrations. Les cadres eux-mêmes, qui encerclent les œuvres, sont chinés par l’artiste – tout comme ses supports – dans des brocantes. Ces éléments ont donc déjà « vécu » mais un mystère entoure ce qu’ils ont effectivement vécu, puisqu’au indice ne permet de les dater, si ce n’est le support des « Patineuses », une page d’éphéméride datant de 1952.

En lien avec les collections du musée l’illustratrice s’est par ailleurs inspirée des figures du musée Beurnier-Rossel, issues de la collection de portraits. Ils sont représentés confondus aux motifs végétaux de cartes anciennes, à des éléments de mobilier, isolés dans la couleur d’un papier-peint, faisant corps avec le support. Deux temps se rencontrent : support et sujets représentés. Deux temps devenus indissociables, par l’intervention de la créatrice, donnant au final des œuvres intemporelles.

L’intemporalité du conte

Joanna Concejo, Le loup et la fille, 2014 Graphite sur papier ancien, 42 x 27,4 cm, courtesy de l'artiste

Joanna Concejo, Le loup et la fille, 2014 Graphite sur papier ancien, 42 x 27,4 cm, courtesy de l’artiste

Paysages fantasmagoriques, animaux disproportionnés, personnages aux expressions lointaines, vêtus de vêtements anciens, à l’allure parfois romantique, comme ce « Chasseur » au monocle, caractérisent les illustrations de Joanna Concejo. Ces éléments vont de pair, tout comme le caractère intemporel des illustrations, avec la thématique du conte, et de l’allégorie. Il convient ici de rappeler que l’artiste a illustré de nombreux contes, notamment « Les cygnes sauvages » d’Andersen aux éditions Notari.

Dans « Les visages du lointain », on retrouve justement de nombreux personnages et créatures qui peuvent renvoyer à l’univers du conte. Dans « Le loup et la fille », s’extraient du ventre du loup des bras et des jambes, scène qui semble sortie du « Petit chaperon rouge ». On peut cependant être étonné par l’absence de la violence inhérente à la scène de ce conte. Ici les bras de l’enfant sont dans la prolongation des pattes de l’animal, et l’illustration renvoie plus à une sorte de symbiose entre les deux créatures, voire à une naissance.

Fusion

Joanna Concejo, La boxe, 2013  Graphite, crayon de couleur sur papier ancien, 49,6 x 39,9 Courtesy de l'artiste

Joanna Concejo, La boxe, 2013
Graphite, crayon de couleur sur papier ancien, 49,6 x 39,9
Courtesy de l’artiste

Que dire également de ce « Chasseur » qui, à l’instar de « Peau d’âne » et de ses robes couleur de Temps, de Soleil et de Lune, porte un manteau couleur de forêt, reflétant un paysage où abondent les fleurs, les arbres, l’eau et les animaux ? Dans « La boxe », qui renvoie également au « Petit chaperon rouge », le loup et la fille ont été représentés à échelles égales et exactement dans la même posture. Tantôt miniaturisée ou domestiquée, tantôt envahissant des scènes domestiques, comme ce « Déjeuner » où la forêt de sapins se prolonge jusqu’à la surface de la table du repas, la nature entretient un rapport de fusion, d’indissociation avec les personnages. Ce même rapport que l’on retrouve entre l’illustration et son support.

Dans « Catherine et Jules Beurnier », cette notion de fusion se retrouve de manière allégorique, au sens d’une représentation concrète du lien entre une femme et son époux, sous la forme de deux portraits sur calques superposés qui se confondent l’un et l’autre. Plus mystérieux ces « Baigneurs », immergés dans le support de papier bleu.

Ouverture

Sujets et supports de l’illustration ne semblent plus des entités distinctes, où l’une est le réceptacle de l’autre. Ils communiquent, se confondent au point de perdre le spectateur entre ce qui relève du support et du trait de l’illustratrice. Parfois, le support semble ouvert sur une autre dimension, ainsi la série « J’écoute », « Je regarde » où figure une forme mystérieuse, presque abstraite, aux traits découpés, (motif végétal, brûlure ?) se superposant à la scène. Face aux « Yeux vides », on se demande où est perdu le regard de la femme représentée. Le vide faisant écho à la forme blanche, délimitée par des traits de couleurs en un motif végétal, qui surplombe et vient décentrer sur la partie basse du support le sujet de l’illustration. Ce regard est-il perdu dans un ailleurs, une autre dimension, sur laquelle s’ouvre la béance de cette forme ?

Une fillette est représentée au crayon, deux trous, comme des brûlures apparaissent sur le papier et empiètent sur la figure centrale

Joanna Concejo, Je regarde, 2014
Graphite, crayon de couleur sur papier ancien – 23,5 x 31,2 cm
Courtesy de l’artiste

Ces vides laissés, le visage impassible des sujets, les éléments puisés dans l’imaginaire collectif, le mystère qui entoure les traces du temps (supports, cadres, traits de l’illustratrice), sont autant de manières d’inviter le spectateur à la rêverie, de réveiller son imaginaire, de construire à partir d’indices sa propre narration dans l’exposition.

Le livre

L’exposition « Les visages du lointain » a fait l’objet d’un livre, coédité par les Musées de Montbéliard et les éditions Notari. S’apparentant, de prime abord, à un catalogue d’exposition, l’ouvrage est plutôt une relecture et une nouvelle « mise en scène » des illustrations créées par Joanna Concejo. La succession des œuvres prend effectivement un ordre nouveau et celles-ci sont par ailleurs présentées sans légende, les légendes se retrouvant sous forme de table à la fin de l’ouvrage. Rafael Concejo, auteur et compagnon de l’artiste, est l’auteur des textes, qui s’apparentent plus à un parcours poétique dans les illustrations de Joanna Concejo – voire l’élaboration d’un langage propre à son univers – qu’à une description « objective » ou critique.

La vie éclose

L’ouvrage s’ouvre sur une sorte de « Big Bang », d’éclosion de la vie, qui renvoie directement à la série « Je regarde », « Je suis », « J’écoute », où l’illustration est envahie par une forme végétale, florissante, qui apparaît par contraste : « [ …] Pour l’instant il n’y a pas de forme définie. C’est un perpétuel mouvement qui cherche la forme adéquate pour cristalliser et faire apparaître un premier souffle, le début de la vie. » (p. 6).

On retrouve cette forme végétale, associée au feu plus loin dans l’ouvrage, dans certains textes accompagnant la série des portraits « à la fleur ». Dans « Georges David à la fleur », ce feu est celui du désir « dont on ne peut pas venir à bout ». Alors que dans « Léopold à la fleur », il est le dernier éclat d’une vie qui est amenée à s’éteindre, représenté par les pétales rouges et jaunes de la fleur, proches des yeux du personnage dans l’illustration.

Enfance et ombres

L’enfance est vécue au temps présent, sous un regard neuf : les formes que prennent le monde ne sont pas encore délimitées par les mots, les concepts. Le langage, l’expression, ne portent pas encore le poids du passé : « C’était la découverte de soi-même, du langage qui n’a pas besoin de souvenirs. La liberté. » (p.21). « Et pendant des années, nous avançons dans une direction inconnue où tout est toujours nouveau » (p. 11). Rien ne se répète, et il n’y a en même temps « aucune promesse. Les choses étaient » (p.21).

Les ombres font partie des jeux (p.11). N’a-t-on jamais vu un enfant jouer à la poursuite avec un être invisible ou inventer, depuis son lit, dans les formes qui se dessinent à la pénombre, des créatures ? Jusqu’à ce que, à la fin de l’enfance, le ciel s’assombrisse, et qu’elles nous laissent face à nos peurs. Les ombres sont vues comme l’espace où surgit l’imaginaire, la vie intérieure, la « vie invisible » (p.9). L’ombre se retrouve-t-elle également dans les découpes, le silence de certains personnages des illustrations, qui nous laissent face à une interrogation, un mystère ?

Traces d’éternité

La Nature est éternelle, « le printemps […] ne flétrit qu’une fois et […] ne peut mourir » (p.15), nous dit le texte qui accompagne « L’endormie » et son personnage aux airs d’Ophélie, reposant au milieu des ficaires. Serpentant au milieu de cette Nature, les rivières sont autant de chemins, de vies humaines, « les unes auront traversé de sombres forêts, les autres des prairies lumineuses et fleuries. Toutes accompliront leur voyage jusqu’à atteindre la solitude de l’océan, un matin » (p. 42). On retrouve cet océan dans « Les baigneurs » (p.42) où trois personnages baignent au milieu de l’immensité du papier bleu. Rafael Concejo le compare à la solitude, « Caresse immortelle à laquelle nous sommes désormais attachés ». Ou à l’au-delà ?

Des vies, il ne reste que « quelques portraits » (p.32) ou une présence, dans le « parfum » d’une armoire ancienne. Figures qui s’en élèvent, tels des spectres, dans l’illustration « Mémoires des lieux / Les sœurs » (p. 52). Ou qui s’effacent, mais desquelles reste « ce regard – et chacune d’elles le possède – qui a la résistance d’une corde d’acier » (p. 55). Comme s’il y avait encore une parcelle d’éternité, une certaine émotion, qui persisterait dans les traces du passé. L’émotion qui nous traverse à la vue d’un portrait ou de la photographie d’un ancêtre que nous n’avons pas connu mais avec lequel on partage une étrange proximité, comme si son regard nous disait quelque-chose. Comme si le silence se mettait à parler. Le « Chasseur », quant à lui, porte un vêtement qui n’en est pas un. Il porte « l’âme d’un paysage qui ne vieillit pas » (p. 25).

Nous remercions l’équipe des Musées de Montbéliard et Joanna Concejo pour leur aide et leurs réponses à nos questions.

Sources :

Pour aller plus loin :

Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *