La politique éditoriale des éditions jeunesse en français et arabe du « Port a jauni »

Le port a jauni, logo

Le port a jauni, logo
Droits réservés

La littérature traduite est un secteur très actif dans l’édition française. Beaucoup de maisons d’édition sont spécialisées dans la publication d’ouvrages traduits d’une langue en particulier ou même de plusieurs langues parfois très différentes. Outre les langues les plus traduites comme l’anglais, l’allemand, l’espagnol ou l’italien, l’édition française propose également des titres issus d’idiomes moins répandus ou plus marginaux dans la traduction. Le Port a jauni est une petite maison d’édition marseillaise qui traduit et propose des ouvrages issus de l’arabe pour les enfants. L’arabe est une langue qui compte beaucoup de locuteurs et on estime qu’environ 250 millions de personnes la parlent dans le monde. Elle est la langue officielle de 22 pays du Moyen-Orient. Pourtant l’activité éditoriale en langue arabe est assez peu active. Dans le secteur de l’édition traduite, le monde arabe ne traduit presque pas. D’après le Rapport sur le Développement humain arabe, élaboré par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) en 2003 le monde arabe n’aurait traduit que 10 000 livres depuis l’époque du Calife Al-Ma’moun (mort en 833), l’équivalent de ce que l’Espagne traduit en un an. Entre 1970 et 1975 le nombre de livres traduits serait alors équivalent au cinquième des traductions publiées en Grèce. Depuis quelques temps les maisons d’édition dans les pays arabes se développent, favorisant les écrits contemporains. Le nombre de livres destinés à un jeune public est aussi devenu plus important. De son côté la France, à l’instar du faible taux de publication dans le monde arabe, traduisait peu de titres issus de ces pays. La plupart des ouvrages traduits donnait une image « orientalisante » inspirée du colonialisme et les quelques ouvrages bilingues étaient des créations françaises qui n’avaient jamais été publiées dans les pays arabes. Depuis quelques années, on constate une augmentation de livres traduits de l’arabe. En littérature jeunesse certaines petites maisons d’édition essaient de valoriser la culture arabe auprès des plus jeunes. Dans cette étude nous nous pencherons sur la politique de traduction de la maison d’édition du Port a jauni qui édite des titres traduits de l’arabe et des créations en français traduites par la suite, présentés en format bilingue. Mathilde Chèvre, qui en est la fondatrice, a soutenu sa thèse sur La création arabe en littérature pour la jeunesse depuis 1967, reflet et projet des sociétés (Égypte, Syrie, Liban) et est actuellement chercheure associée à l’IREMAM (Institut de recherche sur le monde arabe et musulman)1. Le Port a jauni a été fondé en 2011, il est diffusé par l’Oiseau Indigo associé au distributeur Pollen qui « […] s’attache à faire connaître et à vendre des ouvrages publiés par des maisons d’édition arabes et africaines sur le marché du livre français2 ».

Nous analyserons la politique éditoriale de cette maison en étudiant les livres proposés aux enfants dans leur catalogue. Ces ouvrages bilingues ont la particularité de promouvoir la langue arabe et sa culture à travers une traduction qui s’adapte aux deux différents sens de lecture, de droite à gauche en ce qui concerne l’arabe et de gauche à droite pour le français.

Pour réaliser cette étude nous nous sommes penchées sur le catalogue de la maison d’édition ; nous avons ensuite mené une recherche auprès des bibliothèques et des librairies indépendantes de Marseille, et nous avons pu jouir des informations que l’éditrice Mathilde Chèvre nous a apportées lors d’une interview téléphonique.

Dans un premier temps nous verrons l’état de la littérature traduite de l’arabe en France, et plus particulièrement dans les ouvrages destinés aux enfants. Nous nous attacherons par la suite à présenter la structure du Port a jauni et à analyser les livres proposés dans son catalogue par rapport à sa politique éditoriale. Enfin, nous étudierons sa diffusion et sa distribution et l’impact des livres arabes bilingues auprès du public.

I. La traduction de la littérature de jeunesse en arabe
État général de la traduction de et vers l’arabe

L’édition de livres issus de la littérature traduite est loin d’être une activité marginale en France. Un tiers de la production éditoriale actuelle est issue de la traduction. Toutefois les langues les plus traduites et qui reçoivent le plus d’aides – avec des subventions du CNL ou d’autres organismes attribuant des aides à la traduction – restent toujours les mêmes langues européennes. Certaines langues sont ainsi moins traduites. En effet, on peut constater que les livres traduits de l’arabe vers les autres langues européennes sont assez marginaux. Selon une étude réalisée en 2012 par Richard Jacquemond, traducteur et professeur à l’université d’Aix-Marseille spécialisé dans la littérature arabe, on constate qu’on ne traduit de l’arabe que quelques dizaines de titres par an sur des marchés représentant plus ou moins 10 000 titres traduits par an en France, en Allemagne, en Italie ou en Espagne3. Ce qui fait donc moins de 1 % des traductions en général. De même, le taux de traduction de livres des langues européennes vers l’arabe est tout aussi faible. L’édition arabe produit ainsi plus ou moins 2 000 traductions par an pour près de 300 millions de lecteurs potentiels. La part de la traduction dans le monde arabe ne représenterait alors que 5 % de la production éditoriale. Lynne Franjié souligne ce paradoxe d’une langue arabe internationale car elle compte plus de 250 millions de locuteurs dans le monde et est également la langue officielle des 22 pays membres de la Ligue arabe, mais qui occupe une « place périphérique » dans le marché de la traduction4. « De manière générale, on compte 1 traduction de l’arabe sur 1 000 traductions dans les pays européens, avec une proportion maximale de 1/100 en France, Espagne, Italie et Allemagne5 ».

Cependant, on remarque dans ces deux études la même analyse positive de l’évolution qualitative et quantitative des traductions de et vers l’arabe. En comparaison des années 1990, on note dans cette première décennie du XXIe siècle une progression en Europe du nombre des traductions d’ouvrages en langue arabe. Le nombre total de traductions de langues européennes a également nettement augmenté dans les pays arabes6. La France et la Turquie se situent en tête des pays traduisant à partir de la langue arabe. Cependant, en analysant le taux général des traductions de et vers l’arabe, on constate qu’il reste néanmoins marginal par rapport aux langues européennes.

Toutefois cette activité de traduction reste centrée sur la traduction littéraire. Les ouvrages de sciences humaines ne sont quasiment pas traduits et la traduction littéraire de l’arabe privilégie majoritairement des auteurs contemporains. Cette évolution du taux de littérature arabe traduite en France est principalement due au fait que certains organismes aident les structures dans leurs projets de traduction. L’Institut du monde arabe (IMA) à Paris a d’ailleurs organisé depuis 2009 la remise du Prix Ibn Khaldoun-Senghor qui récompense tous les ans soit la traduction d’une œuvre de la langue française vers l’arabe ou alors la traduction d’un texte de l’arabe vers le français. Ce prix est décerné conjointement avec d’autres organisations, comme l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et l’Organisation de la Ligue arabe pour l’éducation, la culture et la science (ALECSO), qui veulent encourager les échanges culturels et littéraires entre le monde arabe et l’espace francophone.

La littérature jeunesse de langue arabe traduite

Dans la littérature proposée aux enfants, on retrouve un grand nombre de livres traduits. Bernard Friot, enseignant et écrivain français pour la jeunesse, estime que dans toute la production éditoriale ciblant un jeune public, environ 50 % des titres sont des traductions7. La liste des 180 ouvrages recommandés par le ministère de l’Éducation nationale pour les élèves du troisième cycle de l’école élémentaire comptait, en 2003, 62 livres traduits. Toutefois, beaucoup de jeunes lecteurs ne savent pas, en lisant ces ouvrages, que ce sont des traductions. Dans la traduction d’un texte on a donc tendance en littérature jeunesse à effacer toutes les traces de ce passage entre deux cultures. Pourtant, l’enjeu majeur lorsque l’on traduit un texte, plus que passer d’une langue à une autre, c’est avant tout de transposer un univers culturel à un autre. Pour la plupart des livres traduits proposés aux enfants, ni la langue d’origine ni le nom des traducteurs ne sont précisés sur l’œuvre. De plus, la littérature jeunesse est assez « cibliste » selon l’expression de Godelène Logez8 ; c’est-à-dire que les titres traduits pour les enfants sont complètement axés sur le destinataire, d’ailleurs plus que les traductions destinées aux adultes. Ainsi, lors des passages d’une langue à l’autre certains traducteurs et éditeurs transforment non seulement les titres, mais également le texte, de façon à le transposer dans l’univers culturel du jeune lecteur.

Traduire un texte pour la jeunesse, c’est donc plus que traduire : c’est transposer un système qui organise la réception selon des règles implicites, mais relativement établies et rigides, à un autre système fondé sur d’autres règles. Ces règles sont fondées sur des modes de lecture, une « culture du livre » propre, liée à une histoire culturelle, mais aussi sur une vision de l’enfance, de l’éducation et sur des principes éducatifs9.

C’est en partie pour cette raison que dans cette littérature les ouvrages les plus traduits sont issus de l’anglais et de l’américain dont le système de valeur est proche de la culture française, alors que d’autres langues plus proches géographiquement ne sont pas toujours traduites. Comme on a pu le démontrer plus haut, la part des livres traduits de l’arabe en France est vraiment très faible, d’autant plus lorsqu’il s’agit de titres s’adressant à de jeunes lecteurs.

Les pays de l’Union européenne produisent pour les enfants des livres « orientalistes », traduisant des contes des Mille et une nuits ou les aventures d’Ali Baba, mais s’intéressent peu aux livres produits par les maisons d’édition arabes contemporaines. On note pourtant certaines exceptions en France où quelques maisons d’édition ont mené ces dernières années une politique d’édition bilingue français-arabe. C’est le cas des éditions du Jasmin, de Syros, de MeMo ou encore de Grandir. Cependant ces ouvrages ne sont souvent pas issus de titres publiés dans les pays arabes, mais « résultent d’une création faite en Occident par des auteurs arabes et/ou français10 ».

En France, ce sont les petites maisons d’édition indépendantes qui traduisent généralement des créations issues du monde arabe. Ces éditeurs peuvent aussi commander directement des ouvrages à des auteurs ou des illustrateurs arabes. Il s’agit souvent d’éditeurs militants qui ont la volonté de promouvoir la culture arabe en France y compris auprès des plus jeunes. Le choix de faire des livres bilingues est souvent une manière de faire se rejoindre deux langues et deux cultures différentes et de proposer à lire aux enfants autre chose que des textes religieux qui sont l’essentiel de la production écrite dans cette langue en France.

Certaines maisons d’édition qui éditent des livres pour les enfants proposent des livres traduits de langues étrangères ou bilingues. Les éditions Didier Jeunesse proposent aux jeunes lecteurs certains livres en version bilingue comme les ouvrages de la collection « Les Petits Cousins ». Mais ces livres sont uniquement dans des langues européennes comme l’italien, l’anglais, l’espagnol ou encore l’allemand. Cet éditeur propose donc des livres bilingues dans les langues étrangères les plus traduites en France. Un de leurs titres phares pour les tout-petits est tout de même proposé dans une version en arabe. La souris et le voleur, un conte d’origine libanaise et d’abord publié en français dans la collection « À petits petons » a été par la suite proposé en version bilingue. C’est le seul livre des éditions Didier Jeunesse qui est traduit dans une langue du Moyen-Orient. Cet éditeur ne traduit pas de livres de l’arabe au français. De plus, dans la collection « Comptines du monde » existe un livre intitulé À l’ombre de l’olivier. Il s’agit d’un livre CD, composé d’un CD de chants arabes et d’un livre qui compilent 29 comptines arabes et berbères accompagnées de deux comptines en français. Ces comptines ont été collectées à partir du véritable répertoire des enfants algériens, marocains ou tunisiens. Les comptines sont écrites en arabe, accompagnées de la translittération en lettres latines et de la traduction en français, pour que les enfants puissent suivre les couplets. Mais il s’agit du seul livre de cette collection rassemblant des comptines du monde entier qui soit dédié à la langue arabe.

On retrouve donc peu de maisons d’édition jeunesse qui se soient spécialisées uniquement dans l’édition de livres bilingues ou traduits à partir de la langue arabe. Les éditions du Port a jauni sont une petite maison d’édition à Marseille qui publient des livres pour les enfants traduits de l’arabe ou en version bilingue, français et arabe. Ils traduisent aussi certaines de leurs créations en français dans la langue arabe.

II. Le Port a jauni : promenade entre les deux rivages de la Méditerranée
Naissance d’une maison d’édition « méditerranéenne »

Quand on parle de Marseille comme une ville « ouverte sur l’orient, (…) une “ville arabe”, […] [qui] fume son narguilé en pleine lumière en regardant la mer11 », on comprend pourquoi c’est à Marseille même qu’est née Le Port a jauni. Cette petite maison d’édition a vu le jour en 2001, se constituant d’abord en tant qu’association par la volonté de Mathilde Chèvre, alors diplômée d’histoire à Montpellier, illustratrice et passionnée d’arabe. L’objectif principal du Port a jauni est de promouvoir une littérature jeunesse liée au monde arabe, accompagnant la production éditoriale d’un travail très actif d’ateliers et d’activités avec les enfants à Marseille, à Casablanca, au Caire ou à Beyrouth, pour créer des ponts entre les deux rivages de la Méditerranée. Par ailleurs, le nom même de la maison d’édition évoque une ouverture sur la mer en partant de Marseille : « Le Port a jauni » est un vers de la célèbre chanson de Jacques Menichetti Il pleut sur Marseille (1997), une sorte d’invitation au voyage, un moment de poésie et en même temps un regard d’enfant vers la mer Méditerranée.

Après avoir travaillé pendant deux ans aux éditions Flammarion comme auteur indépendant de « beaux livres » sur le monde arabe12, Mathilde Chèvre a décidé de créer sa propre maison d’édition en réunissant son amour pour le dessin et l’illustration, sa passion pour la langue et la culture arabes, et l’envie de créer un projet qui aille en direction des enfants. À partir de 2001 donc, l’association du Port a jauni propose des ateliers et des animations auprès des écoles autour de la découverte du livre : de sa conception à la mise en texte, aux illustrations et à la reliure. À cette époque-là, quelques collaborateurs accompagnent Mathilde Chèvre dans l’animation des ateliers, entre autres les photographes Anne Delrez et Marthe Pilven, ainsi que Zeynep Perinçek, illustratrice de livres pour enfants et poète.

Couverture de Le balayeur de poussière, Mathilde Chèvre

Le balayeur de poussière, Mathilde Chèvre, Le port a jauni
Droits réservés

Entre 2001 et 2006 l’activité éditoriale du Port a jauni a été assez faible, le travail de l’association se concentrant plutôt sur les animations dans les écoles. Par ailleurs, la ligne éditoriale n’était pas encore vraiment définie de façon nette. Les cinq premières années du Port a jauni voient paraître trois livres audio, transpositions de spectacles pour enfants présentés au Théâtre Badaboum à Marseille13, deux livres photos et deux créations, Le balayeur de poussière de Mathilde Chèvre (2002), et Couleurs de Zeynep Perinçek (2003). C’est seulement à partir de 2004 que le Port a jauni commence à s’orienter vers une ligne éditoriale centrée sur la production d’ouvrages bilingues en français et en arabe. Suite à des ateliers de création de livres sur le thème « Dans la rue j’ai vu… » menés à Marseille et Casablanca, et ensuite à Arles, Au Caire et à Diyarbakir (Turquie), Mathilde Chèvre et Zeynep Perinçek décident de publier un ouvrage collectif de tous les livres fabriqués par les enfants au cours des ateliers. Voulant respecter le sens de lecture arabe de droite à gauche, l’œuvre présente donc deux parties, l’une qui se lit « à l’occidentale », où l’on retrouve les histoires recueillies dans les ateliers à Marseille, l’autre qui commence par celle que normalement on considère comme la dernière page du livre, avec les histoires des enfants du Caire ou de Casablanca. Les histoires se rejoignent au milieu, où une petite note d’avertissement au lecteur lui indique de changer de sens de lecture. Il ne s’agit pas pour autant d’une traduction, mais plutôt d’une tentative de créer des ponts entre les enfants tout autour de la Méditerranée, jouant sur la matérialité du livre et le sens de lecture des deux langues.

La roue de Tarek, Mathilde Chèvre, version bilingue,

La roue de Tarek, Mathilde Chèvre, version bilingue, Le port à jauni
Droits réservés

Le premier livre proprement bilingue est produit en 2007. Il s’agit de La roue de Tarek14, une création de Mathilde Chèvre qu’elle a traduit en arabe avec l’aide de Souheil Chebar et Mohamed Khounche. C’est un moment très important pour le Port a jauni parce qu’il évolue de son statut d’association à celui d’une vraie maison d’édition de livres jeunesse bilingues. C’est effectivement à partir de 2007 qu’un catalogue commence à se définir, que la ligne éditoriale se dessine progressivement de façon plus claire, et que l’équipe du Port a jauni se stabilise, sans pour autant compter de salariés, mais plutôt des intervenants qui animent les ateliers avec Mathilde Chèvre, et des auteurs, français ou arabes, sollicités pour la création de livres. Deux traducteurs travaillent régulièrement avec l’équipe du Port a jauni, Georges Daaboul et Salma Al Azmé, tous deux Syriens. À cause de la guerre qui ravage la Syrie depuis plusieurs années, les relations ont été plus difficiles à entretenir avec Salma Al Azmé, restée à Damas ; les derniers livres ont été traduits par Georges Daaboul, titulaire d’un master en traduction littéraire et interculturalité à l’Université d’Aix-Marseille. En ce qui concerne les traductions de l’arabe vers le français, c’est Mathilde Chèvre qui s’en occupe, souvent avec la collaboration de Georges Daaboul et Mohamed Khounche. Les deux traducteurs venant respectivement de Syrie et du Maroc, ils peuvent donner des avis complémentaires à Mathilde Chèvre pour la traduction en français, nuancer des significations et éclaircir aussi, s’il est nécessaire, des références sociopolitiques particulières.

Enfin, la dernière étape importante dans l’évolution éditoriale du Port a jauni débute en 2010, quand la maison d’édition commence à acheter les droits de livres jeunesse publiés au Moyen-Orient, tout particulièrement en Égypte, au Liban et au Soudan. C’est la première fois qu’une maison d’édition française s’intéresse à l’achat de droits de livres arabes pour la jeunesse. Dans ces publications, le sens de lecture est celui de l’arabe, c’est-à-dire de droite à gauche, choix nécessaire pour respecter la cohérence des illustrations, mais également pour rapprocher le lecteur au contexte culturel moyen-oriental, à une façon différente d’appréhender le livre, la langue, le sens de lecture. Le regard change, s’adaptant à d’autres contraintes de lecture, et s’ouvrant ainsi vers un univers éditorial et culturel qui jusqu’à maintenant n’avait pas encore été exploré. Par ailleurs, montrer de l’arabe écrit est aussi une prise de position idéologique forte, la volonté de briser des clichés et sortir du contexte religieux auquel la langue arabe paraît aujourd’hui reléguée.

Un catalogue bilingue entre créations et traductions

Si la traduction de livres jeunesse publiés au Moyen-Orient est une démarche assez récente du Port a jauni, nous avons vu que la production de livres bilingues a toujours été primordiale pour la maison d’édition. À partir de 2007, des auteurs et des illustrateurs français ou arabes ont été conviés par Le Port a jauni à créer des livres illustrés pour enfants et des ouvrages poétiques, traduits par la suite en arabe ou en français.

Couverture de La lettre d'amour, Mathilde Chèvre

La lettre d’amour, Mathilde Chèvre, Le port a jauni
Droits réservés

Le chant du berger15, La lettre d’amour16 et Léa flottait17 comptent parmi les titres qui ont été écrits en français et ensuite traduits en arabe, et qui se lisent donc dans les deux sens. À l’intérieur, la page se compose des deux textes, qui ne sont pas pour autant des traduction directe l’un de l’autre : l’orientation de la lecture n’est pas la même, on trouvera dans la même page le début du livre français et la fin du texte arabe, et vice-versa. Cependant, cette différence n’affecte pas le sens des illustrations car il s’agit pour la plupart de dessins abstraits, qui ne se succèdent pas de façon strictement logique en racontant l’histoire, mais ils accompagnent le texte, ou mieux, les textes. Ils sont une prolongation du lyrisme de l’écriture.

Couverture de La lettre d'amour, Mathilde Chèvre, en version arabe

La lettre d’amour, Mathilde Chèvre, Le port a jauni, version arabe
Droits réservés

Parmi les créations bilingues, La roue de Tarek et les deux livres de la série Promenade en bord de mer se présentent comme des exceptions car ils sont construits de façon un peu différente et originale. La roue de Tarek, bien que bilingue, ne se lit pas dans les deux sens de lecture. Dans ce livre Mathilde Chèvre a joué sur le contenu de l’histoire – un enfant qui part à la recherche de sa roue perdue – lui donnant un sens de lecture circulaire, comme une roue. Dans ce cas, le texte français et sa traduction se retrouvent dans la même page et le lecteur bilingue peut suivre l’histoire sans changer le sens de lecture.

Couverture de Promenade, arabe

Promenade, Le port a jauni, arabe
Droits réservés

Les deux livres de la série Promenade en bord de mer18 ont aussi un statut particulier. Il s’agit de créations écrites à quatre mains par deux auteurs, l’un à Marseille, l’autre à Beyrouth : adoptant des consignes d’écriture communes, les auteurs ont imaginé deux histoires de bord de mer, en français et en arabe, à double sens de lecture, qui se rejoignent au milieu du livre où un petit mot prévient toujours le lecteur qu’il faut changer le sens de lecture. Les deux Promenades présentent par ailleurs deux particularités qui leur sont propres par rapport aux autres livres bilingues du Port a jauni. La première concerne la langue arabe utilisée par les deux auteurs libanais, Lena Marhej et Jana Traboulsi, car – seule exception dans la production du Port a jauni – il s’agit d’un dialecte libanais et non pas de l’arabe littéraire ou standard (al-fussa), utilisé dans les autres livres de la maison d’édition. Cette « concession » suit une demande particulière des deux auteurs qui racontent des histoires personnelles liées à leur vécu libanais, et qui avaient donc pour elles plus de force et plus de sens si elles étaient écrites en dialecte libanais. L’autre particularité de ces deux livres est que, toujours sur le même principe de l’écriture d’histoires intimes, la partie arabe écrite par les deux auteurs libanaises est manuscrite et non pas dactylographiée.

La question de l’utilisation de l’arabe standard plutôt que du dialecte ne s’est jamais vraiment posée pour Mathilde Chèvre. Toutes les traductions sont en arabe littéraire, ce qui permet une uniformité linguistique pour tout le lectorat arabophone.

Suivant la ligne éditoriale des publications bilingues, Le Port a jauni a décidé de rééditer les deux premiers livres de la maison avec leur traduction arabe correspondante. Couleurs et Le balayeur de poussière ont été réédités respectivement en 2011 et 2013, avec la traduction arabe de Salma Al Azmé et de Georges Daaboul. Il est étonnant d’observer que Le balayeur de poussière a été d’abord réédité par Lirabelle en 2004, en grand format cartonné et accompagné d’un CD, ensuite édité en arabe au Caire en 2007 chez Daar al Shourouq, pour revenir enfin au Port a jauni dans un nouveau format bilingue. Quelques modifications interviennent dans le texte de la nouvelle édition, des personnages sont éliminés ou assimilés, certaines illustrations ont disparu ou ont changé d’ordre, et le texte se termine maintenant par la phrase qui l’ouvre : « Sur les toits du Caire rêve un balayeur de poussière », créant ainsi une histoire « en boucle ».

Les traductions directes de livres arabes qui ont vu le jour au Port a jauni sont actuellement au nombre de trois. Il s’agit des titres Elle et les autres19, Abracadabra20 et Sept vies21. Ces trois livres ont été publiés respectivement au Liban, au Soudan et en Égypte et, en respectant le sens de lecture arabe, leur traduction française se lit de droite à gauche. L’activité que Le Port a jauni mène depuis des années a permis à Mathilde Chèvre d’investir dans l’achat de droits d’auteur à l’étranger, commençant par trois titres de trois pays différents du Moyen-Orient, pour ouvrir ainsi le regard sur la production de littérature jeunesse dans le panorama arabe. Les choix de Mathilde Chèvre dérivent principalement de sa recherche personnelle, strictement liée à son travail de thèse sur la littérature enfantine dans le monde arabe depuis 196722. Elle choisit les titres les plus marquants d’un point de vue graphique, mais qui en même temps puissent être reçus et acceptés en France. Souvent dans le monde arabe la littérature enfantine est liée à un apparat sociopolitique et idéologique assez fort, parfois moralisant, qui veut parler aux enfants de problématiques très présentes dans la société contemporaine : la guerre, la cause palestinienne, le conflit du Liban, l’appartenance communautaire. Mathilde Chèvre ne veut pas proposer des livres politiques aux enfants, mais plutôt trouver des œuvres qui explorent le domaine de la sensibilité enfantine, de l’émotion, qui proposent des thèmes plus existentiels, comme la perception de soi ou la question de la marginalité.

Le choix des pays d’origine des livres n’est pas anodin non plus. L’objectif du Port a jauni est de faire entendre la diversité éditoriale dans le monde arabe, proposant donc des titres issus de différents pays, tout en particulier les pays du Moyen-Orient (le Machrek) qui ont une tradition éditoriale beaucoup plus développée que les pays du Maghreb. Au milieu du XIXe siècle le Liban, l’Égypte et l’Irak possédaient déjà une imprimerie et un apparat éditorial assez développés, et des sociétés où les intellectuels, les écrivains et les artistes ne manquaient pas. Un dicton connu dans le monde arabe récitait : « l’Égypte écrit, le Liban imprime et l’Irak lit23 », pour sous-entendre que la plupart des auteurs étaient égyptiens, les impressions se faisaient au Liban et que le grand lectorat se trouvait en Irak. Les pays du Maghreb par contre, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, n’ont pas eu le même développement éditorial, probablement à cause de l’empreinte coloniale de la France. Étant francophones, les auteurs éditaient directement en France, et la conséquence est qu’actuellement il y a entre vingt-cinq et trente maisons d’édition au Liban qui s’intéressent à la littérature jeunesse, alors qu’au Maghreb il y en a moins de dix.

Couverture d'Abracadabra de Salah al-Mur

Abracadabra, Salah al-Murr, Le port a jauni
Droits réservés

Parmi les trois livres traduits publiés par Le Port a jauni, Abracadabra de Salah al-Murr est un exemple bilingue assez étonnant. Publié initialement au Soudan, le livre faisait déjà l’objet d’une lecture bilingue en allemand. Il présentait un double sens de lecture qui respectait la succession des illustrations : il se lisait comme un palindrome, les illustrations ayant été pensées dans la perspective bilingue. Il est pourtant un cas assez unique de livres traduits de l’arabe.

Couverture de Elle et les autres, Nahla Ghandour, Jana Trabousi

Elle et les autres, Nahla Ghandour, Jana Trabousi, Le port a jauni
Droits réservés

Elle et les autres de Ghandour et Traboulsi, par contre, n’est pas à proprement parler un livre bilingue, parce que la version traduite ne présente que quelques phrases en arabe et non le texte complet à cause de contraintes de graphisme. Les illustrations de la version originale ne permettaient pas de présenter sur la même page les deux textes en français et en arabe. Pourtant le sens de lecture de droite à gauche est respecté, ainsi que la succession des illustrations.

III. Le processus éditorial : création, diffusion et réception des livres bilingues
De l’idée au livre fini

La plupart des livres publiés par Le Port a jauni sont des créations de Mathilde Chèvre et des commandes spécifiques à des auteurs qui collaborent avec la maison d’édition. Il s’agit toujours d’ouvrages très créatifs, au graphisme original, inspirés d’un contexte et d’un imaginaire populaire et enfantin moyen-oriental. En ce qui concerne les créations de Mathilde Chèvre, il s’agit pour la plupart d’histoires écrites et illustrées dans les pays mêmes où elles se déroulent. Ce qui fait que les techniques d’illustration paraissent aussi s’inspirer ou s’adapter au contexte du pays. Le balayeur de poussière, par exemple, est une histoire cairote, et l’on renifle la poussière du Caire dans les illustrations très lumineuses au pastel gras et à la mine de plomb. Par contre, pour La roue de Tarek, l’auteur a privilégié la gouache, la plume, l’encre de Chine, donnant une impression plus élégante, typiquement syrienne. Pour Mathilde Chèvre, le texte et les illustrations opèrent ensemble dans le même parcours créatif. En ce qui concerne la traduction, la musicalité du texte français est toujours bien rendue en arabe grâce au talent de Georges Daaboul qui reproduit le rythme souvent poétique de l’original français.

Pade intérieure de La roue de Tarek, Mathilde Chèvre

La roue de Tarek, Mathilde Chèvre, Le port a jauni
Droits réservés

Depuis deux ou trois ans, sur les conseils de son diffuseur, L’Oiseau Indigo, Le Port a jauni commence à établir une harmonie dans la conception des maquettes de ses livres. Jusqu’à maintenant le catalogue présentait une variété considérable de formats et de styles. La première édition de La lettre d’amour24, par exemple, présentait un format très grand, 30×30 cm ; La roue de Tarek avait un format de 21×30 cm ; Le chant du berger avait les mêmes dimensions, mais avec un format à l’italienne. Aujourd’hui un esprit de collection se fait entendre dans la démarche du Port a jauni qui a adopté dans la plupart des cas, surtout pour les réimpressions, un format plus petit de 17×17 cm, qui trouve d’ailleurs un accueil plus favorable auprès du public. C’est Mathilde Chèvre qui choisit et compose la maquette des livres : le choix des illustrations, la couleur de la couverture, la taille et le style de la police. En ce qui concerne la police arabe, l’aide de Jana Traboulsi, graphiste, est importante pour harmoniser le texte traduit avec celui en français, ainsi qu’avec les illustrations et le contenu de l’histoire.

L’impression des livres a lieu à Marseille, par l’imprimerie C. C. I. (Création Communication Impression), ce qui représente un choix idéologique et une prise de position importante, d’abord dans l’idée d’un engagement local, avec une structure qui compte une dizaine de salariés, et ensuite dans le choix d’une certaine qualité, de la proximité et de l’échange avec l’imprimeur dans une perspective de travail en commun. Bien entendu, imprimer à Marseille implique aussi des coûts plus élevés par rapport à des impressions à l’étranger, comme en Espagne ou au Liban. De plus, Le Port a jauni étant une petite maison d’édition, les coûts de revient sont sensiblement plus élevés. Par contre il n’y a pas de coûts spécifiques concernant la création de livres bilingues : il suffit juste d’un logiciel de mise en page de l’arabe.

Le tirage moyen pour un livre du Port a jauni se situe entre 1 500 et 2 000 exemplaires. Au début de son aventure éditoriale, les tirages étaient beaucoup plus faibles, entre 500 et 1 000 exemplaires maximum.

Le temps de fabrication d’un livre peut varier sensiblement d’un ouvrage à l’autre et il dépend en général du temps de rendu de la part des auteurs. Une fois le texte et les illustrations réunies, deux mois au maximum sont suffisants pour que le travail soit terminé, impression comprise. Les temps de traduction ne sont pas longs. Considérant qu’il s’agit de textes pour enfants, assez simples et surtout assez courts (moins de 1 500 caractères), la traduction prend environ trois jours : un pour le traducteur, un deuxième pour que Mathilde Chèvre lise le texte et propose des modifications, et enfin un troisième pour que le traducteur et l’éditrice discutent ensemble des propositions et des choix finals de traduction.

Les publications du Port a jauni suivent un rythme de trois ou quatre titres par an. Dans les projets futurs, il y a aussi le désir de pouvoir publier chaque année un ou deux ouvrages traduits de l’arabe, après l’achat des droits.

La diffusion et l’impact sur les lecteurs

Depuis 2009, Le Port a jauni est diffusé par L’Oiseau Indigo, un service de distribution, diffusion et promotion des éditeurs des mondes arabes et africains en France. Né à Arles en 2009 sous forme associative grâce à Isabelle Gremillait, ex-libraire et directrice des ventes chez Actes Sud, L’Oiseau Indigo a révolutionné la visibilité et les ventes du Port a jauni. Jusqu’à ce moment-là, la maison d’édition s’était basée surtout sur la vente directe grâce aux ateliers et aux salons, et ses livres étaient présents dans quelques librairies indépendantes de Marseille. Avec L’Oiseau Indigo le réseau de diffusion a triplé, permettant au Port a jauni d’être présent dans plusieurs librairies et bibliothèques, de pouvoir être représenté à de nombreux salons comme ceux de Saint-Malo, Sète, Bruxelles, Paris, auxquels une petite maison d’édition comme Le Port a jauni n’aurait peut-être jamais pu participer seule.

Les salons sont, avec les ateliers, des moments très importants de diffusion et aussi un moyen d’entrer directement en contact avec les lecteurs. Mathilde Chèvre participe régulièrement à plusieurs salons ; elle est allée cette année pour la première fois à Montreuil et à Bologne. Le Port a jauni est aussi assez présent comme éditeur invité dans les salons du livre de certains pays arabes, notamment ceux de Beyrouth, Casablanca et Abou Dhabi, grâce à l’aide des Instituts français ou de la BIEF (Bureau international de l’édition française). Au moment des salons, La Port a jauni essaie d’inviter un ou deux de ses auteurs, souvent ceux du dernier livre publié, pour des séances de dédicaces et des ateliers.

L’activité de la maison est soutenue par plusieurs institutions étatiques qui l’aident à mener une activité éditoriale originale grâce à des subventions annuelles. Le Port a jauni jouit du soutien du Conseil régional PACA, du Conseil général des Bouches-du-Rhône et de la ville de Marseille. Chaque année les aides à l’édition sont d’environ 15 000 à 20 000 euros ; y sont comprises des demandes de résidence pour des auteurs invités, avec le but de leur donner une bourse pour produire des nouvelles créations et profiter de leur présence pour mener des ateliers d’écriture avec les enfants. La maison reçoit aussi le soutien de l’Institut du monde arabe, qui propose dans sa librairie toutes ses publications.

Un autre point fort dans la diffusion du Port a jauni est l’affiliation à Jedi PACA, une association qui regroupe actuellement neuf éditeurs jeunesse de la région PACA, entre autres Ricochet, Rouge Safran et Actes Sud Junior. Il s’agit d’une association régionale de soutien aux éditeurs, surtout en ce qui concerne l’aspect de la visibilité et donc de la diffusion, notamment sa présence dans les salons du livre.

Néanmoins, la représentation médiatique du Port a jauni est encore assez faible, mais c’est un aspect que Mathilde Chèvre compte développer en 2015. Il y a pourtant certaines revues où l’on peut retrouver des articles concernant les publications du Port a jauni, comme Qantara, la revue de l’Institut du monde arabe, et la revue de la BNF.

La présence du Port a jauni dans les bibliothèques et les librairies indépendantes est remarquable. Si le cœur de la diffusion de la maison d’édition reste visiblement Marseille, il y a néanmoins des libraires dans le reste de la France qui proposent les publications de Mathilde Chèvre, in primis la librairie de l’Institut du monde arabe et celle du Quai Branly. À Marseille, le réseau des bibliothèques BMVR possède quatorze titres du Port a jauni ; l’Alcazar a 38 exemplaires à disposition des lecteurs. Les statistiques de prêt indiquent qu’il ne s’agit pas pour autant de titres empruntés régulièrement, mais ils sont néanmoins présentés dans un rayon spécifique « livres arabes jeunesse » de la bibliothèque.

Couverture de Sept vies, Walib Taher, version bilingue,

Sept vies, Walib Taher, version bilingue, Le port a jauni
Droits réservés

Les librairies indépendantes de Marseille présentent dans leur secteur jeunesse plusieurs titres du Port a jauni. Pour « La boîte à histoire » du Cours Julien, « Maupetit » du quai de la Joliette et « Histoire de l’œil » à Notre-Dame-du-Mont, proposer des livres du Port a jauni signifie soutenir une maison d’édition locale qui travaille de façon originale, sur des thématiques importantes, et surtout qui propose un regard différent sur le monde arabe. Les libraires se sentent engagés dans la mise en valeur des livres de Mathilde Chèvre, même s’ils ne se vendent pas facilement par rapport aux recueils de comptines bilingues de Didier Jeunesse. Parmi les titres les plus vendus par les libraires, on retrouve La roue de Tarek, Sept Vies et La lettre d’amour.

Le chiffre d’affaire annuel du Port a jauni est d’environ 40 000 euros, avec un bénéfice d’à peu près 25 000 euros25. Mises à part les subventions étatiques, une bonne partie des revenus est due aux ateliers dans les écoles (à peu près 15 000 euros), alors que la vente des livres rapporte entre 5 000 et 8 000 euros. Le rapport d’amitié et de confiance que Mathilde Chèvre entretient avec les auteurs qui interviennent dans les publications du Port a jauni est très important. La règle du 10 % de droits d’auteur peut varier s’il y a plusieurs auteurs pour un même titre, avec un pourcentage d’environ 14 % pour deux auteurs, et, en plus des bourses de résidence, les subventions permettent d’établir des cachets adéquats. Même en ce qui concerne la traduction, les forfaits sont à la discrétion de l’éditrice : considérant que les livres jeunesse ont des textes assez courts, inférieurs à 1 500 caractères, le forfait pour une traduction va de 150 à 200 euros.

Bien que le chiffre d’affaire ne soit peut-être pas très élevé, le but principal du Port a jauni reste tout de même de pouvoir rapprocher le lectorat français du monde éditorial des pays arabes. Les lecteurs du Port a jauni se situent approximativement dans deux profils socioculturels majeurs. D’une part, des familles d’origine arabe, de première ou deuxième génération d’immigrés, des couples mixtes, ou des gens qui conservent de toute façon des liens avec la langue, l’écriture et la culture arabes ; d’autre part des intellectuels au sens large, arabophiles pour une raison ou une autre, ou bien des amateurs qui sont simplement fascinés par la calligraphie arabe. À ces deux types de lecteurs il faut néanmoins ajouter des professionnels (instituteurs, animateurs, etc.), qui ne sont pas forcément arabophones, mais qui recherchent des lectures intéressantes pour la jeunesse d’un point de vue pédagogique. En général, ces différents lecteurs découvrent les livres du Port a jauni par deux voies différentes : les « intellectuels » à travers les librairies, alors que le public arabophone plutôt grâce aux salons du livre, aux manifestations publiques et aux ateliers. C’est pour ce motif que Mathilde Chèvre privilégie une visibilité de la maison d’édition dans les bibliothèques et lors de manifestations publiques afin de favoriser la rencontre directe avec des lecteurs parfois moins avertis.

.

Dans cette exploration de la production éditoriale du Port a jauni, nous avons eu la possibilité de constater l’originalité d’une maison d’édition qui, malgré sa petite taille, travaille de façon très active dans le panorama éditorial des publications bilingues pour la jeunesse. L’engagement idéologique et socioculturel de l’éditrice jouent un rôle déterminant dans le fonctionnement de la maison, auquel s’ajoute un réseau très actif de libraires, bibliothécaires, instituteurs et, bien entendu, de lecteurs, qui soutiennent et alimentent le travail de Mathilde Chèvre. Pourtant il n’est pas simple de promouvoir actuellement en France une littérature issue du monde arabe. L’éditrice a remarqué que souvent les réactions à la vue de livres écrits en arabe ne sont pas forcément positives. De même en ce qui concerne les activités avec les enfants dans les écoles, deux ateliers ont été annulés suite aux évènements du 7 janvier 2015.

Dans ce climat assez tendu que l’on retrouve en France et en Europe en général, Le Port a jauni est donc une réalité importante dans l’affirmation d’une pensée à contre-courant, et surtout d’une ouverture culturelle remarquable. Son activité éditoriale est actuellement assez productive, et même, elle s’agrandit du côté de la traduction de livres jeunesse à partir d’éditions arabes. L’achat de droits est l’un des objectifs à développer pour les années futures, avec des choix très précis de livres issus de différents pays du Moyen-Orient.

Un autre projet en préparation entre 2015 et 2016 est le développement d’une nouvelle collection consacrée à la poésie arabe en édition bilingue qui puisse toucher un public plus large que les enfants. Ouvrir la production du Port a jauni à la poésie c’est encore un autre pas vers une approche différente de la langue arabe, c’est l’idée de créer une communion par les livres et de donner une visibilité à la production éditoriale moyen-orientale au-delà d’un contexte religieux.

Autour de la Méditerranée, certaines personnes passionnées de littérature essayent donc de jeter des ponts solides pour faire voyager les langues, les cultures et les histoires.

Dossier « Littérature traduite » par Amandine ASTIER et Valeria GONZALEZ – Mars 2015

Bibliographie
Livres du Port a jauni cités dans l’étude :
  • AL-MURR, Salah, Abracadabra, adapté de l’arabe (Soudan) par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2013.
  • Blancheneige, d’après les frères Grimm, adapté par Laurence Janner et illustré par Zeynep Perinçek, Marseille, Le Port a jauni, édité en partenariat avec les éditions Lirabelle, 2003.
  •  BONTEMPS, Nathalie, Le chant du berger, traduit en arabe par Salma Al Azmé, illustré par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2008.
  • CHÈVRE, Mathilde, La lettre d’amour, traduit en arabe par Salma Al Azmé, Marseille, Le Port a jauni, 2009.
  • CHÈVRE, Mathilde, La roue de Tarek, Marseille, Le Port a jauni, 2007.
  • CHÈVRE, Mathilde, Léa flottait, traduit en arabe par Georges Daaboul, Marseille, Le Port a jauni, 2014.
  • CHÈVRE, Mathilde et MERHEJ, Lena, Promenade en bord de mer n° 1, Déjeuner sur l’herbe & Bombotiono, Marseille, Le Port a jauni, 2010.
  • GHANDOUR, Nahla, Elle et les autres, illustré par Jana Trablousi, traduit par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2013.
  • KHÉLIF, Kamel et TRABOULSI, Jana, Promenade en bord de mer n° 2, L’autre visage & Cette blessure d’où je viens, Marseille, Le Port a jauni, 2013.
  • Frankenstein, de Mary Shelley, adapté par Laurent de Richemond, illustré par Thomas Azuélos, Mathilde Chèvre et Stéphan Richaud, Marseille, Le Port a jauni, 2004.
  • Rumpelstilskin, d’après les frères Grimm, adapté par Laurence Janner et illustré par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2004.
  • TAHER, Walid, Sept vies, traduit de l’arabe (Egypte) par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2014.
 Sur la traduction de l’arabe
Sur la littérature jeunesse en France et dans les pays arabes
  • CHÈVRE, Mathilde, Renaissance enfantine : La création arabe en littérature pour la jeunesse depuis 1967, reflet et projet des sociétés (Égypte, Liban, Syrie), sous la direction de Richard Jacquemond, thèse de doctorat, soutenue en décembre 2013, à l’université Aix-Marseille.
  • DIAMENT Nic, GIBELLO Corinne, KIÉFÉ Laurence (dir.), Traduire les livres pour la jeunesse : enjeux et spécificités, Paris, Hachette, BnF/CNLPJ – La Joie par les livres, 2008.
  • FRIOT, Bernard, « Traduire la littérature pour la jeunesse », dans Le français aujourd’hui, 2003, n° 142, p. 47-54.
  • NIÈRES-CHEVREL Isabelle, MOISSARD Boris, LETOURNEUX Matthieu, et al., Littérature de jeunesse, incertaines frontières, textes réunis et présentés par I. Nières-Chevrel, Colloque de Cerisy, Paris, Gallimard Jeunesse, 2005.
  • OLLIVRY, Florence, « Beyrouth, capitale mondiale du livre 2009 », dans BabelMed, site des cultures méditerranéennes, 27 mai 2009.
Sur la traduction de la littérature jeunesse
  • CHÈVRE, Mathilde, Traduire la littérature de jeunesse en Méditerranée, collecte de données dans le cadre de l’état des lieux de la traduction en Méditerranée, coproduit par la Fondation Anna-Lindh et Transeuropéennes en 2010.
  • « Lire le livre », carnet de thèse sur la littérature jeunesse dans les pays arabes.
  • LOGEZ, Godelène, « L’union des contraires… Quelques réflexions à partir de la traduction de deux romans de Joan Lingard », dans F. Antoine, « Traduire pour un jeune public », dans Ateliers, n° 27, Lille, CEGES/université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2001, p. 54.
Notes de bas de pages

1. Mathilde Chèvre, Renaissance enfantine : La création arabe en littérature pour la jeunesse depuis 1967, reflet et projet des sociétés (Égypte, Liban, Syrie), sous la direction de Richard Jacquemond, thèse de doctorat, soutenue en décembre 2013, à l’université Aix-Marseille.
2. Mathilde Chèvre, Traduire la littérature de jeunesse en Méditerranée, collecte de données dans le cadre de l’état des lieux de la traduction en Méditerranée, coproduit par la Fondation Anna Lindh et Transeuropéennes en 2010, p. 28.
3. Richard Jacquemond, État des lieux de la traduction dans la région euro-méditerranéenne. Traduire de et vers l’arabe, coproduit par la Fondation Anna-Lindh et Transeuropéennes en 2012, p. 3.
4. Lynne Franjié, « Politiques et pratiques de la traduction dans les pays arabes », dans Le Bulletin du CRATIL, revue du centre de recherche de l’ISIT, n° 10, mai 2013.
5. Ibid.
6. Richard Jacquemond, État des lieux de la traduction dans la région euro-méditerranéenne, Traduire de et vers l’arabe, op. cit., p. 3.
7. Bernard Friot, « Traduire la littérature pour la jeunesse », dans Le français aujourd’hui, 2003, n° 142, p. 47.
8. Godelène Logez, « L’union des contraires… Quelques réflexions à partir de la traduction de deux romans de Joan Lingard », dans F. Antoine, « Traduire pour un jeune public », dans Ateliers, n° 27, Lille, CEGES/université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2001, p. 54.
9. Bernard Friot, « Traduire la littérature pour la jeunesse », op. cit., p. 53.
10. Mathilde Chèvre, Traduire la littérature de jeunesse en Méditerranée, op. cit., p. 9.
11. Nathalie Bontemps, « Anticonformistes », avant-propos à Promenade en bord de mer n° 1 – Déjeuner sur l’herbe & Bombotiono, de Lena Marhej et Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2010.
12. Mathilde Chèvre, Tableaux de la vallée du Nil, Paris, Arthaud, 2000.
13. Blancheneige, d’après les frères Grimm, adapté par Laurence Janner et illustré par Zeynep Perinçek, 2003 ; Frankenstein, de Mary Shelley, adapté par Laurent de Richemond, illustré par Thomas Azuélos, Mathilde Chèvre et Stéphan Richaud, Marseille, Le Port a jauni, 2004 ; Frankenstein, de Mary Shelley, adapté par Laurent de Richemond, illustré par Thomas Azuélos, Mathilde Chèvre et Stéphan Richaud, Marseille, Le Port a jauni, 2004 ; Rumpelstilskin, d’après les frères Grimm, adapté par Laurence Janner et illustré par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2004.
14. Mathilde Chèvre, La roue de Tarek, Marseille, Le Port a jauni, 2007.
15. Nathalie Bontemps, Le chant du berger, traduit en arabe par Salma Al Azmé, illustré par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2008.
16. Mathilde Chèvre, La lettre d’amour, traduit en arabe par Salma Al Azmé, Marseille, Le Port a jauni, 2009.
17. Mathilde Chèvre, Léa flottait, traduit en arabe par Georges Daaboul, Marseille, Le Port a jauni, 2014.
18. Promenade en bord de mer n° 1, Déjeuner sur l’herbe & Bombotiono, deux histoires écrites et illustrées par Lena Merhej et Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2010 ; Promenade en bord de mer n° 2, L’autre visage & Cette blessure d’où je viens, deux histoires écrites et illustrées par Kamel Khélif et Jana Traboulsi, Marseille, Le Port a jauni, 2013.
19. Nahla Ghandour, Elle et les autres, illustré par Jana Trablousi, traduit par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2013.
20. Salah al-Murr, Abracadabra, adapté de l’arabe (Soudan) par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2013.
21. Walid Taher, Sept vies, traduit de l’arabe (Égypte) par Mathilde Chèvre, Marseille, Le Port a jauni, 2014.
22. Mathilde Chèvre, La littérature pour enfants dans les pays arabes depuis 1967, op. cit.
23. Florence Ollivry, « Beyrouth, capitale mondiale du livre 2009 », sur BabelMed, site des cultures méditerranéennes, 27 mai 2009.
24. Mathilde Chèvre, La lettre d’amour, Marseille, Le Port a jauni, 2009 ; réédition en 2013 (17 X 17 cm).
25. Les informations et les données chiffrées qui suivent sont des éléments approximatifs réunis lors d’un entretien téléphonique avec Mathilde Chèvre.

 

Licence Creative CommonsCe billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *