3 questions à… Pierre Suchaud des éditions Le Mot et le Reste

Cette recherche rend compte d’un entretien entre Pierre Suchaud en charge des relations presse et librairies aux éditions Le Mot et le Reste et Jérôme Bau (tous deux ayant été camarades au sein de la filière Monde du Livre), réalisé entre le 17 décembre 2014 et le 15 février 2015.

Le numérique ouvre le champ des possibles pour accéder à des cultures jusqu’alors méprisées ou ignorées. De quelles manières le monde éditorial est-il affecté par la technique et Internet ?

Couverture de Streets of London, Arnaud Devillard et Olivier Bousquet, Le Mot et le Reste.

Streets of London, Arnaud Devillard et Olivier Bousquet, Le Mot et le Reste.

Aujourd’hui, on a souvent accès en ligne aux catalogues complets des maisons d’édition. Quelles relations existent entre la fabrication du nom d’éditeur et la diffusion numérique ? Quelles compétences nouvelles sont requises ?

Un éditeur doit désormais composer avec l’importance et l’influence d’Internet. Chaque maison dispose de son espace sur les réseaux sociaux les plus influents (Facebook, Twitter, etc.) et transmet de plus en plus d’informations par leur biais. Je n’ai pas de chiffre mais il semble évident qu’une grande partie de la population a accès à ces nouveaux médias et les utilise fréquemment. Une information gagnera en visibilité si elle est relayée via ces réseaux sociaux qui permettent d’atteindre directement les lecteurs, de créer un lien plus direct avec eux. Les sites des maisons servent de nos jours plus de base de données et de références, comme pour la présentation du catalogue, les revues de presse ou l’agenda global. Il faut donc maîtriser essentiellement des méthodes de diffusions numériques : les réseaux sociaux les plus utilisés, un logiciel de diffusion de lettres d’information, maîtriser si possible des techniques de référencement, apporter une attention particulière aux métadonnées. C’est ce qu’on attend désormais de toute structure et le fait de ne pas entrer dans cette méthode de fonctionnement l’isolerait. Cela n’empêche pas les informations de se perdre dans le flux gigantesque.

Le Mot et le Reste, à travers la collection « Attitudes » par exemple, partage une idée « d’autre culture ». Vous considérez-vous comme des employés d’une entreprise, ou comme des « entrepreneurs » de la contre-culture ?

Une partie des contenus que nous diffusons est estampillée « contre-culture » : le rock, de manière générale, tout ce qui touche à la culture des années 1960 et 1970, ou tout simplement ce qui n’est pas mainstream. Certains de nos auteurs sont même présentés comme des spécialistes de la contre-culture. Mais peut-on toujours parler de contre-culture quand il s’agit d’un artiste ou d’une thématique qui, de son temps, appartenait à la contre-culture, et, dorénavant, est tout à fait intégré à notre culture ? Un livre traitant du mouvement Beat à Paris[1] n’est pas contre-culturel à mon sens puisqu’on adapte Sur la route au cinéma et que tout le monde sait qui est Burroughs. Le rock était contre-culturel dans les années 1950 et 1960, maintenant il est aux Victoires de la musique. Je ne me considère donc pas comme travaillant dans une entreprise de contre-culture mais plutôt dans une entreprise qui a une volonté affichée de diffuser une culture, qui la représente avec une certaine exigence. On ne cherche pas à être à la marge et même si notre domaine de prédilection (la musique) est une niche dans le paysage éditorial français, ça ne fait pas de nous des acteurs de la contre-culture.

Couverture de Respect, le rock au féminin, Steven Jezo-Vannier, Le Mot et le Reste.

Respect, le rock au féminin, Steven Jezo-Vannier, Le Mot et le Reste.

Avec « l’emprise numérique » entre-t-on dans « l’ère des marges » culturelles ? La « colonisation de l’intime » par le numérique favorise-t-elle une remise en cause du canon éditorial ?

À mon sens, la colonisation de l’intime par le numérique peut remettre une certaine forme d’éloignement au goût du jour. Par opposition à la rapidité de consommation, la nécessité de réfléchir vite, la faculté de devoir jongler entre différents médias, sujets et informations qui nous assaillent, on peut observer une volonté de s’échapper un peu de tout cela. C’est presque de l’ordre de l’effet de mode, qui va aller à l’encontre de ce qui est généralisé. Tout se lit maintenant sur écran ou sur tablette ? Alors moi je vais retourner à ce bon vieux livre papier. Je télécharge 15 albums par jour que je n’ai plus le temps d’écouter ? Je vais m’acheter un vinyle que je prendrai le temps d’écouter tranquillement. Cet effet de réaction est naturel et il ne s’exprime pas forcément qu’au travers d’une simple mode, il est assez logique en soi. Si notre intimité est envahie je pense qu’il est normal de retrouver un confort et une intimité à travers un objet fixe et réconfortant comme le livre. Je ne pense donc pas que cela doive nécessairement remettre en question le canon éditorial mais ce n’est qu’une vision orientée de la question, une vision personnelle.

 

Quelle stratégie éditoriale adoptez-vous ? Voulez-vous saboter le canon littéraire ou défendre ardemment « votre niche » ?

En 2006 nous avons publié notre premier ouvrage sur la musique. Il s’agissait d’une proposition spontanée qui a séduit Yves Jolivet, le directeur de la maison, passionné de musique. Ce livre a très bien marché (pour une structure de notre taille j’entends) et ce pour une seule et bonne raison : il se démarquait. À cette époque, les ouvrages sur la musique tournaient souvent autour des mêmes figures et ne défrichaient que trop peu. Avec Rock, pop, un itinéraire bis en 140 albums essentiels on sort des « discographies idéales » de Philippe Manœuvre et on entre dans une sphère parallèle, on propose des choses peu connues mais de qualité. En ça, ce livre a cassé le canon littéraire du genre. Ce qui paraît être une évidence maintenant (traiter des sujets alternatifs mais de qualité égale ou supérieure aux sujets qui monopolisent l’espace) ne l’était pas il y a dix ans dans ce domaine. On a en quelque sorte pris la place que la presse musicale offrait à une certaine époque. On donne aux gens la possibilité de retrouver des textes de fond sur la musique. Il a donc fallu saboter le canon littéraire pour créer une nouvelle niche, qui sera peut-être elle-même remise en question à un moment.

Couverture de Journal, Henry D. Thoreau, Le Mot et le Reste.

Journal, Henry D. Thoreau, Le Mot et le Reste.

Pour conclure : selon toi, le numérique favorise-t-il la légitimation de « contre-cultures » ?

Le numérique permet à tout le monde – en tout cas aux personnes qui peuvent accéder aux ordinateurs et à Internet, ce qui n’est pas le cas de tout le monde – de mettre en ligne ce qu’il veut. Qu’il s’agisse d’une revue, de films, de musique, de livres numériques, etc., que ce soit via des supports ou plateformes officielles ou bien dans des espaces personnels. Cela crée forcément des marges ou des contre-cultures. Est-ce qu’exister et être accessible revient à être légitimé ? Je pense que tout cela est en train d’évoluer, au même titre que les blogueurs deviennent des journalistes, que les réseaux sociaux deviennent des médias – il suffit de revenir sur les affaires de mises en cause judiciaires de certains utilisateurs de Twitter pour diffamation ou le rôle des réseaux sociaux dans la transmission d’informations pendant des crises majeures, donnant à ces réseaux un statut de réel média – ou que les chaînes Youtube créent des stars. Rien de tout cela n’est confirmé ou accepté mais la question est soulevée et il en est de même de la légitimation des « contre-cultures ». Pour l’instant, comme dans toute période de bouleversement et d’évolution, tout le monde est libre de prôner ses vérités et de créer ou de considérer réels des acquis et des statuts qui ne le sont en fait pas encore. Le numérique offre un cadre, pas un statut et on ne sait pas encore s’il favorise les contre-cultures – qui pourraient d’ailleurs se passer du numérique pour l’être – ou non.

Couverture de Les vents de Vancouver, Kenneth White, Le Mot et le Reste.

Les vents de Vancouver, Kenneth White, Le Mot et le Reste.

Pour aller plus loin:

[1]. Barry Milles, Beat Hotel, Ginsberg, Burroughs et Corso à Paris, 1957-1963, traduit de l’anglais par Alice Volatron, Le Mot et le Reste, Marseille, 2011


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *