Coup de cœur : Berlinoise de Wilfried N’Sondé

berlinoise-nsondé

Wilfried N’Sondé – Berlinoise (Actes Sud, 2015)

 

Berlin, novembre 1989. Une foule en liesse déferle au travers du mur. Un mois plus tard, parmi les innombrables visages en sueur inondés de joie, ceux de Stan, Pascal, Clémentine et Maya. Quatre jeunes venus participer au bouillonnement de l’Histoire, venus détruire le « mur de la honte » et construire des lendemains qui chantent. Berlinoise, de Wilfried N’Sondé (Actes Sud, 2015) est l’histoire de plusieurs rencontres : avec l’amour fou, avec une vie trépidante, mais aussi avec l’engagement politique et soi-même.

Maya. Incarnation de la liberté, de l’utopie, de l’absolu. Figure charismatique et fascinante, artiste, engagée politiquement, elle déborde de vie. Personnage central, brute, intransigeante, solaire, elle vient de Thuringe en RDA dès novembre 1989 pour vivre le changement à Berlin. Tout le roman tourne autour d’elle, elle qui exprime si bien par sa personnalité le visage de la ville. Elle aussi est en proie à la passion, à l’émulation, à l’espoir et se réinvente au rythme des volontés de chacun. La chute du mur a laissé libre cours à l’expression des Berlinois de l’est qui s’en donnent à cœur joie. La peinture (Maya peint), la musique (Stan, Pascal et Clémentine ont un groupe de rock), les arts sont omniprésents dans le roman de Wilfried N’Sondé. Une manière aussi peut-être de faire sentir l’importance des sens dans ce qui va devenir le Berlin d’aujourd’hui et dans le rythme de vie de ces jeunes qui vivent au rythme des concerts, de la vie nocturne, des bars.

Par une écriture sensuelle et poétique, Wilfried N’Sondé propose avec Berlinoise la capture d’un moment de liberté où tous les possibles en fermentation dans les deux Allemagnes séparées s’expriment, prêts à être réalisés. Wilfried N’Sondé laisse transparaître à travers l’histoire d’amour passionnée de Stan et Maya les espoirs, les rêves, mais aussi les désillusions qu’ont vécus tous ces jeunes qui croyaient dur comme fer à la réunification des deux Allemagnes.

Car en filigrane, la réalité rattrape ces rêves de communion : la montée des mouvements d’extrême droite, les réactions violentes des skinheads néonazis reflètent les oppositions politiques naissantes à cette époque. « La chute du mur de Berlin avait malheureusement libéré des loups aux crocs acérés, longtemps muselés dans leurs tanières par la chape de plomb et les mensonges de la dictature ». Le racisme sous-jacent permet à l’auteur d’amorcer des débats sur la différence et les exclusions raciales, sociales… Il évoque notamment la question des différences de pratiques sexuelles. Wilfried N’Sondé cherche à titiller les normes sociales établies, un questionnement que l’on retrouve dans d’autres romans, notamment Le Cœur des enfants léopards, son premier roman couronné en 2007 du prix Senghor de la création littéraire et du prix des Cinq Continents de la francophonie. Ces questions au cœur de ses écrits, ont été débattues avec l’auteur lors du VIIe Festival du livre de la Canebière le 7 juin 2015.

Berlinoise est l’histoire d’un passage politique vers la démocratie et le capitalisme, mais aussi le passage d’un âge à un autre. Ode à la folie de la jeunesse, à la passion des corps et des cœurs, c’est aussi un adieu à son insouciance qui se joue dans le roman. Un régal !

Pour aller plus loin:


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *