Nos pratiques de lecture livrées au web

Deuxième édition du colloque Les métamorphoses numériques du livre1. Conférence La lecture dans les nuages de Christian Fauré, architecte principal Cap Gemini, ingénieur et philosophe.

L’informatique sur Internet ou cloud computing2, a provoqué un cycle d’innovation extrêmement rapide qui a accéléré le glissement de la technologie, du matériel vers le transfert de données. Cette nouvelle industrie qui s’est mise en place ne vend plus des machines (étape du hardware, représenté par IBM), des logiciels (étape du software, avec Microsoft) ou des systèmes d’exploitation de réseau (étape du netware), mais des accès. Aujourd’hui, la quatrième étape est franchie: celle du dataware, l’échange de données, dont l’entreprise emblématique est Google. L’objet de la transaction est la propriété des données et non plus du logiciel fabriqué. Certains y voient une avancée majeure car la mutualisation du matériel permet de limiter les coûts et d’accéder à des services d’une grande performance. Mais les utilisateurs perdent la maîtrise de l’implantation de leurs données et de nombreuses difficultés liées à la confidentialité des informations entrent en jeu.

S’identifier pour naviguer dans les nuages

Dans l’analogique, il n’était pas question de s’identifier. Il y avait un émetteur et des récepteurs. L’architecture du Cloud consiste ell, en une relation client–serveur dans un protocole de dialogue réticulaire. Sur le web, « s’identifier » est le sésame de toutes les applications. Les technologies du transfert des données induisent en effet l’existence et la mobilité de signifiants, des représentations, de métadonnées. Les  « http » , « ftp » et « smtp » où « tp » signifie chaque fois « protocole de transfert ». Lorsque l’on clique sur des « Conditions Générales d’Utilisation », on ne fait en somme que transférer des droits d’usage. Bernard Stiegler3 parle à ce sujet de « servitude volontaire organisée ». Le login et l’ensemble des publications constituent des identités numériques dont on risque de perdre la propriété individuelle. Détenues par des entreprises privées, elles sont susceptibles d’être revendues à des fins marketing. Ces opérations se font aux dépens de l’utilisateur ou tout au moins dans la confusion. Selon Christian Fauré, cette technologie que l’internaute ne maitrise pas totalement est potentiellement fallacieuse. Elle génère l’ « offuscation »4, qui, ironie du langage, se traduit en anglais par «  clouding » soit un système « fumeux »…

L’automatisation de l’interprétation des données

Dans le domaine de la culture en particulier, on assiste à l’ « extimisation » de la lecture selon Christian Fauré : sa pratique est exposée par le cloud computing, à l’encontre de celle qui existait jusqu’alors dans l’intimité de la sphère privée. Nos données, nos avis, nos choix, nos comportements de lecture sont très finement analysées, sous l’intitulé « the reader analytics ». En surveillant les flux d’échanges, ces analyses des usages culturels permettent une réactivité immédiate du marché. Si dès l’apparition d’une pratique industrialisée de l’édition, certaines maisons, pour pallier à la faible prévisibilité d’un succès littéraire ont tenté de standardiser leur offre en se basant, entre autres, sur des études de marché ou une influence forte sur l’écriture des auteurs, la mise à disposition de traces de lecture issues d’Amazon pourrait donner une assise encore plus solide à ce genre de pratiques. Les décideurs prétendant savoir ce que le public préfère lire, en déduisent comment il faut écrire, et c’est ainsi que s’instaurent de nouvelles normes qui touchent tous les maillons de la chaîne éditoriale. Amazon ne s’intéresse pas aux livres, mais à nos traces de lecture. Amazon pourrait vendre par exemple ses statistiques à des maisons d’édition et influencer d’autant leur politique éditoriale ou encore donner des conseils d’écriture aux auteurs qui recomposeraient à loisir leurs textes, en fonction des desideratas volatiles des lecteurs. Avec l’automatisation de l’analyse des expressions humaines dont les discours écrits, on automatise les appareils critiques au risque de niveler encore un peu plus l’offre de la littérature industrialisée.

Opacité du monde marchand

L’analyse des données et leur utilisation conditionnées par des pratiques marketing et des priorités financières, comporte plusieurs risques. Tout d’abord, la production de textes en seule réponse à une demande statistique, menace d’appauvrissement de l’offre du marché qui ne publierait plus que des clones issus des analyses du cloud. Par ailleurs, les données issues de l’analyse des pratiques de lecture sont détenues par des entreprises privées. Google, système quasi cosmologique, et Amazon, contribuent à l’opacité des digital studies5 en refusant aux chercheurs l’accès à leurs outils de calcul et aux résultats de leur analyse, invoquant la confidentialité de leur stratégie de développement. Selon Christian Fauré, « c’est donc à l’Etat de s‘emparer de ces nouveaux outils analytiques pour accompagner dans de meilleures conditions, la mutation technologique du secteur de l’édition. On peut regretter notamment l’absence de mise en œuvre de Datas Centers régionaux et publics sur les pratiques de lecture, même si on ne peut nier la difficulté de traçabilité dans le respect du cadre de la confidentialité de données individuelles ».

Le duel entre lettres et sciences est obsolète

Pour résister aux dérives d’une mutation technologique telle que le cloud computing, il est urgent d’ouvrir le débat et de mettre en œuvre des alternatives face aux deux géants du web qui gardent pour l’instant, le quasi monopole des Digital Studies. La remise en question de tout un monde de construction et de contrôle des savoirs, contribue sans aucun doute à la confusion et à la lenteur de réactivité du monde de l’édition face aux entreprises monopolistiques de l’internet qui ont su propulser le texte dans une technologie panoptique. Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs. Les usages, les pratiques culturelles qui font vivre les textes, s’entrecroisent avec la présence et l’évolution de la technique. Ce n’est pas pour autant qu’il faut laisser ces sujets aux informaticiens. Pour la première fois, la traditionnelle dualité qui séparait le monde des lettres et des sciences est ébranlée. Les chercheurs des différentes disciplines sont obligés de cohabiter, ils sont devenus inter-opérants. La difficulté à s’adapter et à inventer de nouveaux modèles cognitifs peut expliquer que les maisons d’édition indépendantes au cœur de la tourmente, n’investissent pas plus le terrain, pourtant au cœur des enjeux économiques.

Pour Christian Fauré, il est urgent de s’investir dans les technologies de l’esprit pour ne pas être court-circuités par le Cloud. C’est un enjeu transdisciplinaire. De nombreuses initiatives vont d’ailleurs aujourd’hui dans ce sens à l’exemple du colloque THATCamp6 à Paris en 2010 dont le manifeste s’adresse aux communautés de recherche et à tous ceux qui participent à la création, à l’édition, à la valorisation ou à la conservation des savoirs. A l’opacité des entreprises privées du web, est proposé l’accès libre des données et des métadonnées dans un environnement ouvert et interopérable.

 

1 Colloque sur Les Métamorphoses du livre numérique, les 28 et 29 novembre 2011 à la Cité du livre d’Aix-en-Provence ; le compte-rendu sera prochainement en ligne sur le site de l’agence régionale du livre.

2 Cloud signifie « nuage » en anglais. Le nuage est l’image généralement utilisée dans le monde informatique pour symboliser Internet. Le cloud computing est un concept qui consiste à déporter sur des serveurs distants des traitements informatiques traditionnellement localisés sur des serveurs locaux ou sur le poste client de l’utilisateur.

3 Atelier de la contribution – 06-11-2010 – intervention de Bernard Stiegler, Arts industrialis association internationale pour une politique industrielle des technologies de l’esprit.

4 Offuscation en anglais, synomyme : the act of darkening. Se dit pour évoquer la manipulation de code informatique qui consiste à rendre l’écriture d’un programme illisible pour le logiciel programmeur et non par l’ordinateur. En français on le traduit par code impénétrable mais le terme anglais est souvent préféré car il induit une notion d’obscurcissement, ou offuscation.

5 Digital studies ou Cultural Analytics ou Software studies consiste à automatiser l’analyse des expressions humaines dont les discours écrits. Ces calculs permettent d’automatiser les appareils critiques.

6 Manifeste des Digital Humanities, http://tcp.hypotheses.org/318

Pour aller plus loin :

– Agence régionale du livre: www.livre-paca.org

– Bernard Stiegler, Alain Giffard et Christian Fauré, Pour en finir avec la mécroissance. Quelques réflexions d’Ars Industrialis, Flammarion, 2009.

Blogs et sites associés :

 http://www.christian-faure.net/

http://www.homo-numericus.net/

http://www.cleo.cnrs.fr 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 15 février 2012

    […] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } mondedulivre.hypotheses.org – Today, 11:17 […]

  2. 20 février 2012

    […] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } mondedulivre.hypotheses.org – Today, 9:21 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *