Presse et photographie contemporaines

Le photographe de «La Presse» regarde dans le viseur de son appareil photographique.

Le photographe de «La Presse» regarde dans le viseur de son appareil photographique. 01/12/1944
(Source et détails : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Feature._Photographe_de_La_Presse_BAnQ_P48S1P10544.jpg)

Malgré une omniprésence de l’image à l’ère du numérique, la tentation est parfois forte, pour certains journaux, d’accorder moins d’importance à cette dernière, en tant que valeur ajoutée d’un article. Les restrictions budgétaires que génèrent la crise de la presse quotidienne, mais également la facilité d’accès aux images, grâce aux banques dites « libres de droits » et/ou aux photographies d’amateurs et plus généralement à l’instantanéité de leur diffusion sur les réseaux, offrent des possibilités d’illustrations des articles, à moindre frais et à moindre temps, qui n’existaient pas à un tel degré auparavant. Mais le danger est double : d’abord, l’image serait réduite à un prétexte, à une place dans la maquette à « remplir », sans valeur ajoutée au texte, si ce n’est une aération dans la lecture de la page ou une illustration qui a valeur de repère dans le journal. Ensuite, l’omniprésence des images dans la société numérique conduit à penser que sa lecture et sa compréhension revêtent une importance accrue : l’illettré d’aujourd’hui serait alors celui qui ne sait pas décrypter les images. Est-ce alors le rôle de la presse de donner au public les clés de ce décryptage, en tant que relayeur d’images d’actualité, à la signification parfois très forte ? Les journaux peuvent-ils faire le choix d’une véritable « politique éditoriale » en matière de photographie ? Armelle Canitrot, critique photo et responsable du service photographie à La Croix est revenue, au cours d’une conférence au FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, sur les particularités du journal en matière de photographie et sur la relation qu’entretient aujourd’hui la presse avec la photographie contemporaine.

La Croix : une exception dans la presse française…
Quotidien d’orientation chrétienne et catholique, La Croix est la propriété du groupe Bayard depuis 1880. Groupe dont l’activité s’étend de l’édition à la presse, jeunesse et adulte. De la petite enfance au troisième âge, de Popi à Notre Temps, comme le souligne Armelle Canitrot au début de la conférence. Les sujets privilégiés, spécifiques à La Croix, répondent à cette orientation : religion, bien entendu, mais également bioéthique, écologie et sobriété, entreprenariat social, etc. Cette ligne éditoriale forte est, peut-être, en mesure d’expliquer la captivité des lecteurs du journal : la diffusion individuelle de La Croix, relevée par l’OJD – association professionnelle française certifiant la diffusion, la distribution et le dénombrement des journaux et périodiques – sur l’année 2014, montre une prédominance de la vente par abonnements (71.08%) et de la vente par portage (16,63%) contre seulement 5,19% de ventes individuelles en version papier et 7,09% en version numérique. Les ventes individuelles en version papier représentant approximativement 30% de la diffusion individuelle de journaux tels que Le Monde et Le Figaro, toujours selon l’OJD.

Les ventes du quotidien restent, par ailleurs, stables, autour des 100.000 exemplaires. Mais cette stabilité et cette captivité du lectorat n’exemptent pas le journal à relever le défi de conquérir de nouveaux lecteurs : notamment les plus jeunes. Le lectorat de La Croix est, effectivement, particulièrement âgé, avec une moyenne de 76 ans d’après Armelle Canitrot. La création d’une version numérique venant enrichir et compléter le quotidien, mais également l’importance accordée au choix de l’image et à son décryptage, répondent à une volonté de rajeunir ce lectorat, bien que celui-ci soit déjà partiellement acquis au numérique.

… et dans son rapport à l’image
La double problématique, soulevée en introduction de cet article, a conduit le journal La Croix à renforcer le rôle de l’image et de son décryptage, et à adopter une véritable politique éditoriale en matière d’image. Armelle Canitrot est ainsi responsable d’un service photo et reçoit l’appui de quatre collaborateurs. Mais elle est également critique, et intervient à l’occasion d’articles dans le quotidien pour contextualiser et décrypter ces images emblématiques qui cristallisent une certaine actualité et gardent une trace dans la mémoire collective, par la puissance de leur mise en scène – on pense, par exemple, à cette photographie de Stéphane Mae des manifestants de Charlie Hebdo dont la composition évoque « La liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix, et qui a été massivement diffusée par la presse et les réseaux sociaux. Le service photo de La Croix cherche par ailleurs à illustrer la diversité de la photographie contemporaine grâce à des choix iconographiques diversifiés – commande à des artistes, photoreportages, etc. – et à la couverture de l’actualité culturelle propre à la photographie.

L’importance accordée à l’image comme valeur ajoutée, à l’heure du numérique, loin de décroître, est ainsi devenue plus centrale à La Croix. Le numérique, en facilitant la diffusion des images et en abaissant les coûts que représentaient, à l’ère analogique, la commande de photographies par un journal (déplacement du photographe à la rédaction, frais des laboratoires photo…), a permis d’augmenter le nombre de ces commandes. La ligne éditoriale de La Croix justifie par ailleurs un rapport plus distancié à l’image diffusée que dans d’autres titres de presse : par soucis de respect de la dignité humaine, le quotidien évite la diffusion d’images « chocs », représentant par exemple des individus morts susceptibles d’être identifiés, ou des images présentant un certain degré de mise en scène, sans que cela soit perceptible par le lectorat. Le choix est alors de proposer chaque image de ce type dans son contexte, à l’aide d’un descriptif ou d’une analyse.

Montrer ce qui ne peut être montré
De la même manière, les photographes qui travaillent pour La Croix sont parfois amenés à déjouer, par des choix esthétiques, les contraintes imposées par le sujet qu’ils doivent traiter. En avril 2015, le journal a ainsi publié un dossier intitulé « Destins de migrants » présentant des portraits de réfugiés de Calais, dans le Nord de la France. Écrit sous la forme du témoignage, chaque article expose l’histoire personnelle, l’environnement quotidien de quelques-uns de ces migrants et est accompagné d’un portrait photographique. Tous les témoignants n’ayant pas souhaité que leur visage apparaisse dans le journal, le choix a alors été de varier les portraits de dos et de face. Mais les photographies sont similaires dans leur composition : le sujet est centré, cadré en plan américain au milieu de son environnement direct.

En Une, le choix a par contre été de présenter chacun de ces migrants de dos, y compris ceux qui souhaitaient voir leur visage apparaître dans le journal. La légende, « Absalam, érythréen, 28 ans ; Saqi, pakistanais, 25 ans ; Omid, iranien, 41 ans », traduit des origines et des âges très différents. Mais l’unité des portraits de dos, les deux sujets présentés à droite et à gauche du montage avec les mains dans le dos, le regard tourné vers la droite au milieu d’un paysage où dominent le vert et le gris, et le sujet du centre dans un intérieur, traduisent un destin commun : celui d’une émigration forcée par des conditions de vie écrasantes et l’espoir de rester en France. Ce choix de Une peut également être une invitation à dépasser l’étiquette anonyme du « réfugié », du « migrant », et à écouter la diversité de leur parcours personnel.

Exemple cité par Armelle Canitrot, la série « Sans preuves et sans cadavres » de Virginie Planchut, est au centre de cette même problématique et du rapport que peuvent entretenir texte et images photographiques. Dans ce travail, l’artiste a voulu représenter, par la photographie, le témoignage de personnes victimes d’inceste. Se présentant comme une série d’objets, d’éléments de décor photographiés isolément, cette série ne peut fonctionner sans le texte qui l’accompagne, et qui vient charger chacune de ces images d’un passif. Le texte nous éclaire sur leur signification dans la mémoire des personnes interrogées. La violence se joue dans l’espace entre le texte et l’image, l’image donnant un ancrage réel au témoignage textuel. Le spectateur est alors troublé par le fossé entre sa propre représentation d’un objet, qu’il jugera peut-être comme étant banal (une poupée, un mouchoir…) et par la charge émotionnelle, l’évocation que ces objets ont dans la mémoire des témoignants.

L’image comme valeur ajoutée
Les dossiers thématiques de La Croix sont parfois l’occasion de sortir de la photographie comme capture du réel du photojournalisme, pour atteindre une démarche plus artistique, où la photographie se fait allégorique. Traduisant par l’image mise en scène un concept abstrait. Lors de la publication d’une série d’entretiens sur le Décalogue, le texte biblique des Dix commandements, il a ainsi été fait appel au photographe Emmanuel Pierrot qui a réalisé dix photographies illustrant chacun des commandements et qui, juxtaposées, prennent l’allure d’une fresque. Les photographies jouent sur l’apparente spontanéité des scènes, sur le contraste entre des expressions de visages prises sur le vif et les traînées laissées par le mouvement d’autres personnages, sur les interactions qui les lient entre eux.

Ces éléments semblent traduire une certaine contemporanéité des commandements bibliques, inscrits dans une fresque qui pourrait être celle d’une rue mouvante. La composition, qui isole à la fois chacun des commandements dans un cadre, tout en insérant des éléments d’action, de mouvement, qui relient chacune de ces images, nous guide sur la lecture que nous devons avoir de ces mêmes commandements, ne devant pas être pris isolément, mais comme une suite ordonnancée, une histoire.

Commandes à des artistes, photoreportages ou images prises par des photographes non-professionnels (correspondants…), chaque choix est guidé non par un type d’articles définis mais par le sujet en lui-même. Au-delà de cette diversité, qui est à l’image des différentes pratiques photographiques actuelles, le journal La Croix, par la critique, a un discours sur l’image photographique en elle-même, tentant d’approcher la photographie contemporaine dans sa globalité et de la transmettre à son lectorat.

Pour aller plus loin:


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *