Ouverture des librairies le dimanche : une fausse bonne idée ?

Coin lecture dans une librairie avec l'empreinte d'un corps à la craie sur le sol.

Crédit photo : ActuaLitté.
https://www.flickr.com/photos/actualitte/15079617709/in/album-72157647292887890/

Le 7 mai dernier l’amendement à la loi de « croissance, activité et égalité des chances économiques », dite loi Macron, proposé par le sénateur UMP de Paris Philippe Dominati a été adopté au Sénat. Cet amendement prévoit l’ouverture dominicale des commerces culturels. Ils auront la possibilité d’ouvrir tous les dimanches, partout en France, et sans recourir à une autorisation du maire. Cela concerne donc aussi bien les Fnac, Cultura et autres grandes enseignes de commerce culturel que les petits commerces comme les disquaires ou libraires indépendants. Pour le sénateur il était « anormal que la culture ne puisse pas être accessible le dimanche. D’après [lui], le consommateur veut voir le produit avant d’acheter, que ce soit des BD, des livres… Donc il faut que chaque commerce ait la possibilité d’ouvrir ou non ».

Cet amendement répondrait à différents points : tout d’abord, parce que le consommateur veut pouvoir consommer des biens culturels même le dimanche – ils sont déjà habitués à pouvoir le faire pour d’autres objets – il faut donc leur permettre de pouvoir le faire pour les livres. Alexandre Bompard, président de la Fnac l’explique ainsi : « la culture est ouverte le dimanche : les théâtres, les musées, les cinémas, les loueurs de vidéos, demain les bibliothèques (…) alors pourquoi pas une Fnac ? »

Ensuite, Amazon qui est disponible vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept représente une concurrence très forte sur le marché et risquerait, sans une ouverture dominicale, de fragiliser l’économie culturelle. Elle ferait 25% de son chiffre d’affaires le dimanche, profitant de la fermeture des magasins physiques pour capter plus facilement et plus massivement les consommateurs, si l’on en croit les directeurs de la Fnac ou encore d’Hachette Livre.

Si on peut considérer que l’argument phare pour une législation de l’ouverture dominicale des commerces culturels répond à une adaptation de la loi au marché pour permettre aux commerçants de faire face à la concurrence d’Amazon, diverses voix s’élèvent contre cette nouvelle disposition. En effet, d’autant estiment que cela va faire le jeu des grosses enseignes et mettre en plus grande difficulté les petits commerçants.

Laurent Degousée, syndicaliste de Sud-Commerce et membre du Clic-P estime que « maintenant le dimanche devient un jour de travail comme les autres. Dans les petites librairies, les effectifs sont réduits, ils se reposeront quand ? C’est sûr que cet amendement va plus profiter à la Fnac qu’aux petites librairies. »

Le contre-exemple de ce qu’affirme le syndicaliste pourrait se trouver dans l’expérience de la librairie des Abbesses dans le 18e arrondissement de Paris, qui ouvre ses portes le dimanche depuis bientôt vingt ans. Si on en croit son propriétaire cela représente une aubaine qui profite à tous. Les consommateurs sont ravis de pouvoir acheter directement leurs livres, et ce, peu importe le jour de la semaine. Les libraires y trouvent également leur compte car le chiffre d’affaires est deux fois plus élevé que les autres jours de la semaine, et les salariés sont payés double. L’ouverture des librairies le dimanche serait donc bénéfique pour tous et les opposants auraient simplement peur du changement ?

Si tout le monde y gagne, pourquoi une telle résistance des libraires indépendants notamment ? Selon le Syndicat de la Librairie française (SLF) « l’ouverture dominicale, en dehors des exceptions liées à la présence d’un marché ou d’une zone touristique, n’est pas rentable pour les librairies, commerces à forte intensité de main d’œuvre tels que les librairies (deux fois plus d’emplois en librairie que dans les chaînes culturelles, trois fois plus que dans la grande distribution) ». En effet, certains petits libraires, comme Serge Wanstok, libraire au Havre, estiment que malgré une localisation intéressante de leur librairie, une ouverture systématique le dimanche ne serait pas rentable. En effet, pour la majorité des libraires indépendants la qualité de service est au cœur de ce qui fait leur spécificité ; c’est ce qui leur permet de faire face aux grandes enseignes. Si Serge Wanstok ouvrait tous les dimanches cela lui demanderait de faire venir son personnel un jour de plus dans la semaine et donc l’ « obligerait soit à embaucher soit à verser à [ses] employés des compensations financières. » Le surplus financier qu’amènerait une ouverture le dimanche ne garantirait pas de couvrir les coûts engendrés par cette ouverture, sans nuire à la qualité du service.

De plus, beaucoup avancent le fait qu’une ouverture dominicale n’a pas réellement d’impact sur le chiffre d’affaires global des librairies car il ne fait qu’entraîner une répartition des achats culturels différente au niveau de la semaine, plutôt qu’une réelle augmentation de la consommation. Le SLF rappelle que « le temps de lecture n’est pas extensible » et que de ce fait les gens ne vont pas se mettre à consacrer plus de temps de lecture simplement car les librairies seront ouvertes un jour de plus dans la semaine.

Cet amendement risque d’amener sur la table un autre problème qui cette fois n’a rien à voir avec le secteur culturel de façon directe, mais montre peut-être qu’il a été pensé d’abord pour répondre à la pression des grosses enseignes plus qu’à une réelle nécessité du marché du livre. Il stipule que les « commerces culturels » pourront ouvrir le dimanche. Or, la Fnac ne réalise que 30% de son chiffre d’affaires par la vente de livres, musique… le reste correspondant notamment à de l’électroménager. Cela pose donc un problème de concurrence par rapport aux autres commerces qui vendent de l’électroménager, et qui eux n’étant pas également des « commerces culturels » ne se voient pas le droit d’ouvrir le dimanche. Le combat contre une concurrence déloyale en créerait-il une autre ?

 

Sources :

Pour en savoir plus :


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Les libraires québécois se sont battus dans les années 80 pour pouvoir ouvrir le dimanche. Et peu d’entre eux penserait fermer, si la possibilité leur était présentée. Il faut dire que l’Amérique fonctionne déjà 7 jours sur 7 depuis longtemps. L’avantage d’être ouvert les dimanches et, pour certains, tous les soirs ou certains soirs, c’est que la visite en librairie devient une destination de loisir, au même titre que d’aller au cinéma. Les achats impulsifs, le plaisir de bouquiner à son aise, seul ou en famille, l’occasion de participer à une animation ou une rencontre avec des auteurs, tout ceci fait de la visite dominicale un moment privilégié pour les lecteurs. Un point négatif? Les frais de personnel – mais ils sont largement compensés par les ventes. Un point positif: la création d’emplois et la formation et la rétention d’employés à temps partiel – étudiants pour la plupart – de qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *